Main menu
Un poisson dans le netComment un Dieu bon pourrait-il permettre la souffrance ?

Comment un Dieu bon pourrait-il permettre la souffrance ?

La souffrance"Comment un Dieu bon pourrait-il permettre la souffrance ?" est un chapitre tiré de l’ouvrage "La raison est pour Dieu", qui vient de paraître aux Editions Clé. Consigne importante : Vous ne pouvez pas republier ce texte sur internet sans l’autorisation écrite des Editions Clé.

Pour en savoir plus sur cet ouvrage, consultez notre présentation .

Sommaire du chapitre :

  1. Le mal et la souffrance ne sont pas des preuves à charge contre Dieu
  2. Le mal et la souffrance pourraient (plutôt) constituer une preuve en faveur de Dieu
  3. Jésus comparé aux martyrs
  4. La souffrance de Dieu
  5. Rédemption et souffrance
  6. Résurrection et souffrance

 

Crédit photo : chavals

One thought on “Comment un Dieu bon pourrait-il permettre la souffrance ?

  1. POURQUOI DIEU PERMET LES SOUFFRANCES?

    De grands malheurs arrivent aux hommes. Par exemple, quand la mort d’un être cher arrive, on a souvent entendu un ministre de culte pris au dépourvu dire que « c’était la volonté de Dieu » ou encore « Dieu avait besoin de votre père, de votre mère, de votre conjoint ou de votre enfant comme ange dans le ciel ». Ils laissent également entendre que Dieu a déterminé longtemps à l’avance tout ce qui arriverait. Quand les gens vivent de grandes souffrances comme seule consolation on leur répond souvent « Dieu agit de façon mystérieuse ». En plus de ne pas être consolantes, toutes ces réponses présentent le Créateur de l’homme sur un faux jour et démontrent une incompréhension de Dieu et des textes bibliques.

    1- La Bible déclare : « Loin du vrai Dieu d’agir méchamment et du Tout-Puissant d’agir injustement! » — Job 34:10.

    2- Ce n’est pas Dieu qui dirige le monde, mais Satan. Le monde entier se trouve au pouvoir du méchant. (1 Jean 5:19 ).

    3- L’humanité est imparfait et pécheresse depuis la rébellion dans le jardin d’Éden. La loi de l’hérédité stipule que les enfants héritent des caractéristiques de leurs parents. Adam et Ève avaient perdu la perfection. Ils ne pouvaient donc pas donner ce qu’ils n’avaient pas à leurs enfants.

    4- Une autre raison, « temps et événement imprévu » arrivent à tous (Ecclésiaste 9:11). Il nous arrive tous simplement d’être au mauvais endroit et au mauvais moment.

    DIEU EN EST PAS RESPONSABLE, MAIS IL PERMET LES SOUFFRANCES, POURQUOI?

    Quand Satan a poussé Adam et Ève de désobéir à Jéhovah, une question importante a été soulevée. En traitant le Créateur de menteur qui prive ses sujets de bonnes choses, Satan a attaqué la souveraineté de Jéhovah. Il a mis en cause le droit de Dieu de diriger (Genèse 3:2-5).

    POURQUOI JÉHOVAH N’A-T-IL PAS TOUT SIMPLEMENT DÉTRUIT LES REBELLES EN ÉDEN ?

    Adam et Ève ont dit en quelque sorte : « Nous n’avons pas besoin de Jéhovah pour nous diriger. Nous sommes assez grands pour déterminer le bon du mauvais. » Si Jéhovah avait sur le champ détruit les rebelles et avait recommencé à zéro, comment Jéhovah pouvait-il régler cette question? Comment pouvait-il enseigner à toutes les créatures intelligentes (humaines et angéliques) que les rebelles avaient tort et que ses façons d’agir sont les meilleures? « Je sais bien, ô Jéhovah, qu’à l’homme tiré du sol n’appartient pas sa voie. Il n’appartient pas à l’homme qui marche de diriger son pas. » — Jérémie 10:23. Jéhovah a créé les humains avec le libre arbitre, mais il ne les a pas créés avec la capacité de se diriger eux même. Dieu a donc laissé pour un temps à Satan de devenir le chef (Luc 4: 5,6) ou le dieu (2 Corinthiens 2:4) de ce monde et les humains eux, de se diriger eux-mêmes pour démontrer s’ils étaient capables de faire mieux que lui avec les résultats que l’on connait. De plus, si Dieu avait détruit nos premiers parents, aucun d’entre nous ne serait vivant pour lire ces lignes.

    POURQUOI SI LONGTEMPS?

    Dieu a laissé aux rebelles de présenter leurs arguments. Sous l’influence de Satan (Jean 12 : 31), les humains ont pu essayer toutes les formes de gouvernement. Ils ont fait des progrès dans le domaine de la science et dans d’autres domaines. Toutefois, ils sont toujours incapables d’empêcher l’injustice, la pauvreté, la criminalité, les guerres et le saccage de la terre, de l’air et de la mer. Il est véridique le texte biblique qui dit : « l’homme domine l’homme pour son malheur. » — Ecclésiaste 8:9. C’est un constat d’échec monumental.

    LA SOLUTION DE DIEU

    Nous connaissons tous l’expression « œil pour œil et dent pour dent » qui souligne la notion juridique d’un prix de rachat équivalant. Par exemple, en Israël, si un taureau avait encorné et blessé ou tué un humain, une compensation était exigée. Son propriétaire devait s’entendre avec la famille de la victime pour un prix de rachat équivalant. De nos jours, on donne des compensations aux familles des victimes d’écrasement d’avion. Après négociations, on fait des échanges de prisonniers ou on libère quelqu’un en échange d’une rançon. Dans la bible, la similitude essentielle entre les différents termes hébreux et grecs traduits par « rançon » et « racheter » réside dans l’idée d’un prix, une chose de valeur, donnée pour effectuer le rachat, ou rédemption. Les notions d’échange, ainsi que celles de correspondance, d’équivalence ou de substitution, leur sont communes. C’est-à-dire qu’une chose est donnée pour une autre, ce qui satisfait aux exigences de la justice et permet qu’un compte soit soldé.

    Nous sommes tous des descendants d’Adam qui a perdu la perfection. Pour réparer les dégâts causés par la perte de la perfection d’Adam, il fallait une rançon équivalente, c’est-à-dire la vie d’un homme parfait. Jéhovah a offert son fils Jésus qui s’est offert volontairement comme rançon correspondante (Matthieu 20: 28). D’ailleurs Jésus est qualifié de second Adam (1 Corinthiens 15: 45).

    RETOUR AU DESSEIN ORIGINAL

    Que serait-il arrivé si nos premiers parents étaient restés fidèles? Les humains parfaits seraient actuellement sur la terre dans un paradis. Jéhovah accomplit toujours ses desseins (Isaïe 55:10, 11). Les Écritures montrent que Dieu accorde à ses créatures le privilège et la responsabilité du libre choix, de l’exercice de la liberté morale, ce qui les rend comptables de leurs actes (Deutéronome 30: 19,20). À ceux qui lui seront fidèles :

    « Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. » Révélation ou Apocalypse 21: 4. (JW.org.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents