Main menu
Un poisson dans le netRéflexionRendez-vous à Lo Debar

Rendez-vous à Lo Debar

5592379882_2d6c3a543e_b

David est roi. Installé dans son palais à Jérusalem, il se souvient de son ami d’enfance, Jonathan. Jonathan n’est plus, mais le respect et l’amitié de David pour lui sont toujours bien vivants. Il appelle l’un de ses serviteurs, Ziba, qui était au palais du temps du roi Saül, père de Jonathan : ‘Sais- tu s’il reste encore quelqu’un de la famille de Saül ?’ ? lui demande David. ‘Je voudrais lui témoigner de ma faveur comme je l*’ai promis devant Dieu.

Ziba répond : ‘Oui il existe un fils de Jonathan, un seul. Mais il est estropié des deux jambes.

-‘Comment s’appelle- il ?

-‘Mephiboseth

-‘Et ou vit- il ?’ ajoute le roi

-‘À Lo-Debar

Ziba, poursuit David, ‘je veux que tu partes pour Lo-Debar. Quand tu trouves Mephiboseth. Tu lui dis
que je l’invite à venir vivre avec moi au palais

Mephiboseth

De par le monde ils sont des multitudes comme Mephiboseth. Estropiés, brisés, malades et perdus. Mephiboseth c’est le détenu derrière ses barreaux. Mephiboseth, c’est la jeune femme qui soir après soir vend son corps. Mephiboseth c’est cet enfant qui souffre d’une maladie incurable. Mephiboseth c’est aussi ce peuple encore non-atteint par l’Évangile : l’ethnie Afghani Tadjik (4 millions d’entres eux) par exemple ou les quelques 1,6 million de Shawiy en Algérie.

Ils ne savent pas que le roi des rois les invite dans son royaume. Il y a pour chacun d’eux une place à sa table.

Lo-Debar

La plupart des chrétiens ne prendront jamais la peine au cours de leur vie de savoir où se trouve Lo-Debar. Le nom ‘Lo- Debar’ signifie : ‘Où il n’y a pas de pâturage’. Lo-Debar c’est ce bidonville en Thaïlande ou tout le monde est entassé les uns sur les autres. Lo-Debar c’est cette ville au Turkménistan difficile d’accès ou la lumière de Christ n’a encore jamais brillé. Lo-Debar c’est cette commune en Belgique ou le chômage, la drogue et la délinquance ne cessent de sévir.

Il est toujours plus facile de rester dans confort du palais que de prendre la route pour Lo-Debar.

Ziba


Le serviteur n’a pas cherché d’excuses. Il n’a pas demandé à quelqu’un autre de le remplacer. Il a répondu à l’appel du roi. Il me fait penser au prophète Esaie qui a écrit : ‘J’entendis le Seigneur dire : Qui enverrais-je ? Qui sera notre messager ?’ Et Esaie de répondre : ‘J’irai. Envoie-moi.’ Il me fait penser à Jackie Pullinger qui dans les années 60 a quitté le confort de l’Angleterre, pour partir à bord d’un bateau à l’autre bout du monde.

J’ai reçu hier une lettre de nouvelles de sa part. Voilà bientôt un demi-siècle que Jackie et son équipe travaillent sans relâche à secourir à Hong-Kong les jeunes pris dans les griffes de la drogue. Pour Jackie, Hong Kong, c’est son Lo-Debar.
Avez-vous trouvé votre Lo-Debar ? Avez-vous répondu à Son appel ?

Hier, je me suis rendu avec Maira, une collègue missionnaire, dans un bidonville regroupant pas plus d’une douzaine de familles, tous extrêmement pauvres. Maira a découvert cette communauté tout récemment. Personne n’est jamais venu apporter une aide à ses familles. Les enfants qui pour la plupart n’ont jamais été à l’école gagnent leur vie à travailler dans les ordures. Maira, comme Ziba vient de rencontrer Mephiboseth à Lo-Debar.

Il y a des chrétiens qui s’imaginent que Mephiboseth va arriver comme ca, tout seul à la porte du palais. Jésus n’a jamais dit que les perdus viendront d’eux-mêmes. ‘Allez !’, nous a-t-il dit. ‘Allez par tout le monde prêcher la Bonne Nouvelle !

Vous vous souvenez de celui ou de celle qui vous a partagé la première fois la Bonne Nouvelle ? Ce collègue de travail, ce voisin, ou cet évangéliste qui vous a invité au palais ? Vous vous souvenez du jour ou malgré votre misère, Jésus lui-même vous a accueilli à sa table ?

Cette grande table qui s’étend à l’infini. Assis tout autour on trouve des hommes, des femmes, des enfants, de toutes races, de toutes langues. Quelqu’un un jour est allé les chercher à Lo-Debar. Ils ne sont plus orphelins. Aujourd’hui comme vous, ils appartiennent à la grande famille de Dieu.

Mais autour de cette table, il y a aussi beaucoup de places vides.

On ne peut pas vraiment faire la fête tant que tous ceux au loin n’ont pas encore répondu à la grande invitation.

Hudson Taylor, l’un des premiers missionnaires à aller en Chine, raconta un jour l’histoire de ce jeune chrétien chinois tout juste converti qui, rempli de joie dans sa foi toute neuve, lui posa cette question : ‘M. Taylor, depuis combien de temps dans votre pays connaissez-vous cette merveilleuse nouvelle ?
Dans mon pays, nous connaissons la merveilleuse nouvelle de l’Évangile depuis très longtemps, répondit- il, ‘depuis des centaines d’années’.

Des centaines d’années ?’ S’exclama le jeune chinois. ‘Et vous n’êtes jamais venu nous en parler ! Mon père a cherché la vérité’ ajouta-t-il avec tristesse, ‘il a cherché longtemps et il est mort sans la trouver. Oh, pourquoi n’êtes vous pas venu plus tôt ?

Que Dieu vous bénisse, à Lo-Debar.

 

À propos de ce texte

Timotée Paton est un missionnaire qui sert Dieu au Cambodge depuis 1999. Une grande partie de son ministère consiste aussi à faire des tournées partout à l’étranger pour encourager jeunes et moins jeunes à s’engager dans l’œuvre missionnaire.

Au fil des ans, suite à son ministère, un grand nombre de chrétiens se sont levés pour répondre au défi de la mission.

Il écrit régulièrement de courts articles d’encouragement à l’engagement missionnaire et nous a proposé de les publier.

C’est avec grand plaisir que nous vous les proposons sur le site. Le titre général de la série est celui de l’un des articles : « Il est temps de quitter la plage » !

Comme à l’habitude, nous ouvrons une page de sommaire pour la série. Une dernière précision : vous pouvez suivre l’action de Timotée Paton sur son site http://www.timpaton.info/ Ne vous en privez pas !

Credit photo:
Sterneck via Compfight cc

One thought on “Rendez-vous à Lo Debar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents