Main menu
Un poisson dans le netÉtude biblique ProverbesDes parents qui gèrent (Proverbes 4)

Des parents qui gèrent (Proverbes 4)

family in garden

Chaque génération a besoin de ses gourous de l’éducation pour savoir comment procéder !

  • La plus grande empreinte contemporaine sur l’éducation vient de Jean-Jacques Rousseau, notamment avec l’Emile ou de l’éducation, ouvrage fictif de l’éducation parfaite d’un jeune homme élevé à la campagne.
  • La seconde influence la plus importante est certainement celle issue de la pensée de Freud
  • Aux États-Unis, puis en France, c’est le livre du Dr Spock qui a formé toute une génération à un genre d’idées similaires à Rousseau
  • D’autres développent un schéma de progression qui commence par l’identité (0 à 6 ans) puis la relation à la famille (6 à 11 ans) puis celle au monde (12 à 18 ans).

C’est dans ce contexte perturbé (!) et contradictoire que nous allons parler de l’éducation des enfants, à partir de Proverbes 4.

Travailler la proximité affective (1-4)

« Écoutez, (mes) fils, l’instruction d’un père Et soyez attentifs, pour connaître l’intelligence ; 2 Car je vous donne un bon savoir : Ne rejetez pas mon enseignement. 3 J’étais, en effet, un fils pour mon père, Un fils tendre et unique auprès de ma mère. 4 Il m’enseignait alors et me disait : Que ton cœur retienne mes paroles ; Garde mes commandements, et tu vivras. »

Nous avons déjà étudié tout au long des premiers chapitres l’importance de l’éducation de la sagesse, de l’intelligence, du bon savoir – tous les termes de l’ascension vers la maturité sage que vise le livre des Proverbes.

Ce qui m’interpelle ici c’est l’affection, la tendresse, qu’expriment ces versets.

Parents, vous aimez vos enfants ? Vous leur dites ? Vous leur communiquez de différentes manières ?

Si vous êtes parents, vous avez le devoir de passer du temps, du temps de qualité avec vos enfants. Cela signifie :

Communiquer, jouer, respecter, encourager, … restreindre.

La discipline est percutante lorsqu’elle est juste, et vise le bien de l’enfant, dans un contexte relationnel aimant. Des parents qui ne font que de la discipline créent un monstre de colère. Des parents qui ne font que de l’amitié, créent un monstre de dictateur…

Valoriser l’apprentissage (5-9)

« Acquiers la sagesse, acquiers l’intelligence ; Ne sois pas oublieux et ne dévie pas des paroles de ma bouche. 6 Ne l’abandonne pas : elle te gardera ; Aime-la, et elle te protégera. 7 Voici le commencement de la sagesse : Acquiers la sagesse, Et avec tout ton acquis, acquiers l’intelligence. 8 Exalte-la : elle t’élèvera ; Elle fera ta gloire, si tu l’embrasses ; 9 Elle mettra sur ta tête un gracieux ruban, Elle t’ornera d’un magnifique diadème. »

Ces versets montrent l’importance de la progression, de l’apprentissage. Et tout apprentissage va comprendre des échecs, des erreurs, du péché. Par des exhortations comme par des interdictions, Salomon révèle que grandir, c’est un processus.

Évoquer les conséquences (10-13)

« Écoute, mon fils, et reçois mes paroles ; Ainsi les années de ta vie seront nombreuses. 11 Je t’ai enseigné la voie de la sagesse, Je t’ai conduit sur les routes de la droiture. 12 Si tu marches, ton pas ne sera pas gêné ; Et si tu cours, tu ne trébucheras pas. 13 Saisis l’instruction, ne la lâche pas ; Retiens-la, car elle est ta vie. »

On a déjà vu cet aspect dans les chapitres précédents. Mais le rôle des parents est d’avertir. Tous les choix n’ont pas les mêmes conséquences. Et parfois, il faut laisser entrevoir les conséquences positives comme négatives.

Discutez avec vos jeunes… des addictions, du sexe, de la drogue, de l’alcool, des amis… de ce que cela engendre comme conséquences relationnelles…

Avertir des mauvaises relations (14-19)

« N’entre pas dans le sentier des méchants Et ne t’avance pas dans la voie des hommes mauvais. 15 Évite-la, n’y passe pas ; Détourne-t’en et passe outre. 16 Car ils ne dormiraient pas, s’ils n’avaient fait le mal, Ils seraient privés de sommeil, s’ils n’avaient fait trébucher personne ; 17 Car ils se nourrissent du pain de la méchanceté, Et c’est le vin de la violence qu’ils boivent. 18 Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante Dont l’éclat va croissant jusqu’au plein jour. 19 La voie des méchants est comme les ténèbres ; Ils ne savent pas ce qui les fera trébucher. »

Le choix des relations est extrêmement important. C’est vraiment un sujet primordial. Il est très difficile pour quiconque, et notamment pour un jeune, de s’élever au-dessus de ses amis. Nos amis servent de modèle et de référence. On se conforme, implicitement ou explicitement, à ceux que nous respectons et que nous aimons.

Motiver de la vie intérieure (20-27)

« Mon fils, sois attentif à mes paroles, Tends l’oreille à mes discours. 21 Qu’ils ne s’éloignent pas de tes yeux ; Garde-les dans le fond de ton cœur ; 22 Car ils sont la vie pour ceux qui les trouvent, Et pour tout leur corps c’est la santé. 23 Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. 24 Écarte de toi la fausseté de la bouche, Et la fourberie des lèvres, éloigne-la de toi. 25 Que tes yeux regardent en face, Et que tes paupières se dirigent droit devant toi. 26 Aplanis la route par où tu passes, Et que toutes tes voies soient bien assurées. 27 Ne dévie ni à droite ni à gauche, Écarte ton pied du mal. »

Dernier point, peut-être le plus important. L’éducation doit viser la transformation du cœur. Le verset central de cette section est le verset 23 : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie ».

L’une des grandes difficultés de l’éducation chrétienne, c’est d’intégrer cette dimension du cœur, et de la foi en Jésus qui transforme le cœur, sans pour autant rabâcher et dégoûter un jeune de ce Dieu qui s’est livré pour pardonner à des hommes et des femmes qui ont besoin de rédemption…

Les films sont parfois de bons supports de discussion…

Et de là, développer une vie de disciple, par la lecture de la Bible, la prière, le témoignage, de bonnes œuvres. Ne comptez pas sur les écoles du dimanche ni sur les groupes de jeunes pour cela. C’est vous, les parents, qui êtes responsables de l’instruction de vos enfants. Et si vous n’en parlez pas trop vous-mêmes, vous avez juste besoin d’être un exemple.

Conclusion

Les grands principes théologiques

J’ai commencé par une mini-liste des idéologies séculières concernant l’éducation. Voici celle de la Bible :

  1. L’homme est déchu par nature. Laissé libre, il sera le “centre monstrueux” de l’univers.
  2. L’éducation permet la modération de cette déchéance, une vie sociale plus paisible.
  3. L’éducation chrétienne vise la rédemption, la conversion, d’où vient une vie transformée, c’est-à-dire une formation de disciples.
  4. L’axe général de l’éducation chrétienne est conforme au commandement principal : aimer Dieu de tout son cœur, et aimer son prochain comme soi-même.
  5. Chaque être humain est différent (cette diversité est voulue par le Créateur !). L’éducation spécifique d’un enfant doit être nourrie de l’observation nourrie de prière, de dialogue.
  6. Les résultats ne dépendent pas seulement des parents…

Version audio :

 

À propos de ce texte

Cet article n’est qu’un court extrait de la prédication. Suivez l’intégralité de cette étude biblique sous forme d’un document pdf et d’une version audio (mp3). Par ailleurs, retrouvez ici le sommaire de cette série. Important : vous pouvez vous abonner au podcast de cette série d’études et récupérer automatiquement les messages audios via un client de podcast comme iTunes. Cliquez au choix sur le fil RSS du podcast ou sur le lien d’abonnement direct avec iTunes

Credit photo:
photoXpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents