Main menu
Un poisson dans le netRéflexion4. Le sacrifice de Dieu

4. Le sacrifice de Dieu

foggy cemetary

– Je suis réellement curieux de voir comment le Messie pourrait être le thème central tout au long de la Bible, dit Ahmed.

– Te rappelles-tu le jour où nous avons parlé du Messie comme de l’Agneau de Dieu qui a pris sur lui notre péché ? demanda Hamdi.

– Bien sûr que je m’en souviens, je ne risque pas de l’oublier, répondit Ahmed.

– Dieu a parlé de sacrifices tout au long de l’histoire jusqu’à la venue de Jésus, le fils de Marie, dit Hamdi.

– De quelle manière ? demanda Ahmed.

– Eh bien, combien de personnes y avait-il sur la terre du temps de Caïn (Qabil) et d’Abel (Habit) ? demanda Hamdi.

-Ahmed réfléchit un instant à la question et dit :

– Il y en avait quatre : Adam, Eve (Hawa), Caïn et Abel.

– Quatre seulement, reprit Hamdi. Pourtant ils avaient compris qu’il fallait adorer Dieu en faisant un sacrifice. Comment savaient-ils cela ? demanda Hamdi, en poursuivant aussitôt : Parce qu’ils savaient que Dieu est pur et saint, alors que l’homme est un pécheur qui a besoin d’un sacrifice comme rançon pour son péché. Noé (Sidna Noir) adorait Dieu par le moyen d’un sacrifice, Abraham (Sidna Ibrahim) adorait Dieu en offrant un sacrifice, David (Sidria Daoud), tous les apôtres et les prophètes ont adoré Dieu par l’intermédiaire de sacrifices. Sais-tu que moi j’adore Dieu de la même manière ?

– Là tu plaisantes, dit Ahmed, d’un air désabusé. Tu ne vas pas acheter un mouton au marché pour ensuite le sacrifier à Dieu !

– J’adore Dieu à travers le Messie, l’Agneau de Dieu qui, lorsqu’il a été sacrifié, a porté mon péché, répondit Hamdi.

La Sainte Bible dit :

« Car il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. » (4)

Il n’y a qu’un seul Dieu, et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Messie, qui s’est livré en rançon pour nous tous, pour toi aussi, Ahmed. Tout au long de l’histoire et jusqu’à ce jour, les hommes ont adoré le Dieu vivant au moyen de sacrifices.

– Je crois que je commence à comprendre ce que tu veux dire, mais il me manque encore quelques éléments pour avoir le tableau complet, dit Ahmed, après quelques instants de réflexion.

Hamdi réfléchit encore, puis reprit :

– Dieu a montré la signification et le but du sacrifice tout au long de l’histoire, notamment par Moïse (Sidna Moussa) dans la l’awrah (les livres de Moïse). L’enseignement constant de la Loi (Charfa) à propos de la signification des sacrifices ressort clairement des paroles suivantes de l’Ecriture :

« Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. » (5)

– Mais, quel est le rapport entre tout cet enseignement sur les sacrifices et Jésus, le fils de Marie ? demanda Ahmed.

– Le voici, dit Hamdi. Parallèlement à cet enseignement sur le sens des sacrifices, la Bible contient de nombreuses prophéties sur le Messie ; ainsi elle annonce clairement que le Messie, quand il viendra dans le monde, devra se sacrifier lui-même en rançon pour notre péché.

Hamdi prit la Bible, l’ouvrit et montra du doigt un texte qu’il aimait tout particulièrement :

– Regarde toi-même et lis ce qui est écrit, de manière détaillée, sur le sacrifice du Messie, dans le livre du prophète Esaïe,

« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie. Et l’Eternel a fait retomber sur lui iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche. Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n’a point ouvert la bouche. » (6)

Ahmed fut profondément touché par ces paroles et sa voix trahit son émerveillement lorsqu’il dit :

– Ces paroles ont-elles vraiment été écrites de nombreux siècles avant la naissance de Jésus, le fils de Marie ?

– Oui, absolument, dit Hamdi. D’après les prophéties de la Bible, on savait que le Messie viendrait de la postérité du prophète David (Nabi Daoud). Ce même David, qui a vécu environ dix siècles avant le Messie, a brossé avec une précision stupéfiante la scène de la crucifixion de Jésus, son descendant à venir. La crucifixion, tu le sais peut-être, était un mode d’exécution particulièrement barbare, lent et douloureux, comme une pendaison au ralenti. Au bout d’une torture qui durait plusieurs heures, les crucifiés avaient les membres disloqués et souffraient d’une soif intense. Le prophète David a écrit :

« Je suis comme de l’eau qui s’écoule ; et tous mes os se séparent ; mon cœur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme de l’argile, et ma langue s’attache à mon palais, tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent ; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique. » (7)

Le plus curieux, c’est qu’à l’époque où vivait David cette méthode d’exécution était inconnue. Ce sont les envahisseurs romains qui, près de 1 000 ans plus tard, l’introduiront en Palestine pour châtier les esclaves rebelles et les brigands. Et pourtant le prophète décrit avec précision ce qu’éprouvera le condamné.

– Je suppose que tu veux dire que toutes ces prédictions ont été accomplies en Jésus, le fils de Marie ? dit Ahmed.

– En effet ! Et non seulement celles-ci, mais encore beaucoup d’autres ont été accomplies littéralement en la personne du Messie, répondit Hamdi. A bien des occasions le Messie lui-même a déclaré qu’il était venu pour donner sa vie en rançon (fida). Il a dit de lui-même :

« Car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon de plusieurs. » (8)

Tu vois donc, Ahmed, que l’enseignement de Dieu sur les sacrifices se retrouve tout au long de la Bible et qu’il a été accompli en la personne du Messie !

– Hamdi, dit Ahmed. Je n’ai jamais entendu parler de ces choses auparavant. C’était très intéressant. Mais j’ai besoin de temps pour réfléchir à tout cela. Ne t’inquiète pas, je reviendrai pour te poser d’autres questions.

– S’il te plaît, accepte en cadeau cette Bible, dit Hamdi. Commence par le Nouveau Testament, dans lequel tu liras le récit de la vie, des étonnants miracles et de l’enseignement du Messie.

– Merci beaucoup, dit Ahmed. J’ai souvent entendu parler du peuple du Livre (ahi al-kitab), mais je n’ai jamais lu personnellement le Livre lui-même. Il me tarde de découvrir par moi-même ce qui est écrit sur les miracles et l’enseignement de Jésus, le fils de Marie.

– As-salaamu aleykum.

– Wa aleykutn-as-salaam.

(4) 1 Timothée 2 : 5-6
(5) Hébreux 9 :22
(6) Esaie 53 :4-7
(7) Psaumes 22 :15-19
(8) Marc 10 : 45

 

À propos de ce texte

Ce texte est l’un des chapitres de l’ouvrage ‘Le Messie’ diffusé en texte intégral sur notre site. Retrouvez ici le sommaire de ce livre, également accessible via la rubrique Faire découvrir l’Évangile.

4 thoughts on “4. Le sacrifice de Dieu

  1. bonjour,
    je ne réussis pas à comprendre pourquoi cela fait plaisir à Dieu que l’on sacrifie un animal, que l’on tue cet animal, pour « racheter » nos péchés. En quoi la mort violente et douloureuse de cet animal innocent peut-elle  » racheter » nos péchés ? N’est-ce pas au contraire ajouter un péché à la liste déjà bien longue de nos péchés ?
    De même, je ne comprends pas en quoi la mort violente et atroce, causée par les hommes, du Christ peut racheter les péchés des hommes . Là également, c’est ajouter un péché à la liste de nos péchés .
    Je suis chrétien, mais vraiment, je n’ai jamais vraiment compris cette notion de « sacrifice sanglant »..qui est d’ailleurs commun à un grand nombre de religions .
    D’ailleurs, à un certain moment, Dieu dit :  » L’odeur de vos sacrifices m’écoeure »

  2. salut tu sais Les sacrifices d’animaux ont cessé parce que Jésus-Christ a été le sacrifice définitif et parfait. Jean le Baptiste reconnut cela lorsqu’il vit Jésus venir à lui pour être baptisé en disant : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1 : 29). Vous vous posez peut-être la question « pourquoi des animaux ? » Qu’ont-ils fait de mal ? Mais justement, ils n’ont rien fait de mal, ils sont seulement morts à la place de celui qui a offert le sacrifice. Jésus-Christ non plus n’avait rien fait de mal mais il s’est volontairement offert Lui-même pour les péchés de l’humanité (1 Timothée 2 : 6). Jésus-Christ a pris sur Lui notre péché et Il est mort à notre place. Comme l’affirme 2 Corinthiens 5 : 21, « Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu ». Par la foi en ce que Jésus a accompli à la croix, nous pouvons recevoir le pardon de nos péchés.

    En résumé, les sacrifices d’animaux ont été commandés par Dieu afin que toute personne puisse expérimenter le pardon des péchés. L’animal servait de substitut – ce qui signifie que l’animal mourait en lieu et place du pécheur, mais cela de façon temporaire ; c’est la raison pour laquelle les sacrifices devaient être renouvelés maintes et maintes fois. Les sacrifices d’animaux se sont arrêtés avec Jésus-Christ. Jésus-Christ a été le dernier substitut sacrificiel, une fois pour toutes (Hébreux 7 : 27) ; Il est devenu maintenant le seul médiateur entre Dieu et l’humanité (1 Timothée 2 : 5). Les sacrifices d’animaux préfiguraient le sacrifice de Christ en notre faveur. L’unique raison pour laquelle un animal pouvait procurer le pardon des péchés, c’est à cause de Christ qui allait se sacrifier Lui-même pour nos péchés ; nous obtenant ainsi le pardon des péchés que les sacrifices d’animaux ne pouvaient que préfigurer et annoncer.
    j’espere que vos avez pu trouver reponse a vos preoccupations
    que Dieu vous benisse

  3. Bonjour,
    J’ai, bien sûr, compris que le sacrifice du Christ est le dernier sacrifice sanglant.
    Mais je ne comprends toujours pas en quoi le fait que le Christ soit assassiné par les hommes « rachète » les péchés de ces hommes. J’ai beau retourner la question dans tous les sens, je ne comprends pas en quoi la mort violente du Christ puisse effacer nos péchés. Je ne comprends pas en quoi cette mort provoquée par les hommes peut être utile, aussi bien à Dieu qu’à l’humanité.
    Il y a bien longtemps que je pose cette question !

    1. Bonjour
      cette question est au cœur de l’Evangile. Plusieurs éléments qui, je l’espère, vous aideront dans votre réflexion :

      – « presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il ny a pas de pardon. » Héb 9:22 C’est une définition, un principe. On part de cette base…
      – tout le monde a péché, et la conséquence c’est que tout le monde est « privé de la gloire de Dieu » Romains 3:23 … et que nous ne sommes pas pardonnés tant qu’il n’y a pas eu de sacrifice (de notre vie) pour pardonner nos fautes (cf infra)
      – Dieu a destiné Jésus à devenir un sacrifice à NOTRE place (Romains 3:24) .. parce qu’il nous aime (Jean 3:16)
      – Christ a donné sa vie librement, on ne lui a pas ravie (1Jean 3:16)
      – Christ, en donnant sa vie, se sacrifie à NOTRE place et paye à NOTRE place pour NOS péchés. (Romains 5:8)
      – l’effet, c’est (notamment !) que nous sommes déclarés justes devant Dieu car quand Dieu nous regarde, il nous voit « au travers » du sacrifice de son fils (Colossiens 2:13-14)

      C’est très court, mais dites moi si c’est plus clair. Prenez le temps de lire les versets proposés pour voir s’ils font sens pour vous désormais. Je pense, si ce n’est pas encore le cas, que vous devriez vous joindre à une assemblée dans laquelle Dieu est honoré et Sa Parole étudiée sérieusement. Là, vous trouverez des chrétiens solides qui pourront répondre de vive voix à vos interrogations.

      Bien amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents