Main menu
Un poisson dans le netRéflexionAvez-vous remarqué le mendiant à la porte ?

Avez-vous remarqué le mendiant à la porte ?

Timotée Paton est un missionnaire qui sert Dieu au Cambodge depuis 1999. Une grande partie de son ministère consiste aussi à faire des tournées partout à l’étranger pour encourager jeunes et moins jeunes à s’engager dans l’œuvre missionnaire.

Au fil des ans, suite à son ministère, un grand nombre de chrétiens se sont levés pour répondre au défi de la mission.

Il écrit régulièrement de courts articles d’encouragement à l’engagement missionnaire et nous a proposé de les publier.

C’est avec grand plaisir que nous vous les proposons à partir d’aujourd’hui. Le titre général de la série est celui de l’un des articles : « Il est temps de quitter la plage » !

Comme à l’habitude, nous ouvrons une page de sommaire pour la série. Une dernière précision : vous pouvez suivre l’action de Timotée Paton sur son site http://www.timpaton.info/ Ne vous en privez pas !

Voici donc ci-dessous le premier article :

2214526334_9ef0e662d2

Avez-vous remarqué le mendiant à la porte ?

Pierre et Jean se rendent à 3 h de l’après-midi pour la réunion de prière. Ça ne devait pas être rien d’avoir de tels hommes de Dieu au temple ce jour-là ! (Il y a plusieurs années, Mère Térésa, en visite au Cambodge, s’était rendue au culte de l’église internationale à Phnom Penh. Ce n’est pas tous les dimanches qu’une telle personnalité se trouvait dans l’auditoire..).

En arrivant, les deux apôtres aperçoivent un paralytique qu’on porte à l’entrée du Temple, nommée la Belle. Une chose est sûre: la vie de ce pauvre malade est loin d’être belle ! Depuis combien d’années, se retrouve t-il seul, assis à faire l’aumône ? 10 ans ? 20 ans ?

Je vis dans un pays où se trouvent beaucoup de mendiants. Je les vois tous les jours. Leur vie est un cycle sans fin de misère.

A la porte du Royaume de Dieu se trouve aussi un mendiant. A l’entrée du Temple aujourd’hui c’est tout un monde, malade, perdu, oublié qui mendie. Un monde qui soupire à la paix, à l’espérance et à une vie nouvelle.

De nombreux fidèles ce jour-là ont dû passer aux cotés du mendiant.

Au fil des années, ils l’ont tellement vu qu’ils ne le voyaient plus. Le mendiant faisait partie du décor. C’est un peu comme un tableau accroché au mur d’un salon. On le voit tous les jours ; plusieurs fois par jour, mais s’il fallait décrire en détail le portrait ou le paysage qui s’y trouve, on aurait peut-être du mal à le faire.

  • À force de voir les images de détresse sur nos écrans…On le les voit plus.
  • 200 millions d’enfants dans les rues à Manille, à Bogotá, au Caire…On ne les voit plus.
  • Des multitudes d’hommes, de femmes et d’enfants entassés dans des camps de réfugiés, des prisons surpeuplées, des hôpitaux de fortune… On ne les voit plus.
  • Plus d’un milliard de musulmans, à la porte du Temple… On ne les voit plus.

Pour beaucoup de chrétiens aujourd’hui, peu importe que 23 % de la population du monde ne connaisse rien de l’Évangile, tant qu’ils ont leur place à l’intérieur du temple. Certains sont tellement préoccupés par le bon fonctionnement et le confort de leur église, qu’ils ont oublié ceux qui n’en ont encore jamais franchi la porte.

Pierre fixe le mendiant et lui dit : « Je n’ai ni argent ni or, mais ce que j’ai je te le donne : au nom de Jésus de Nazareth, lève-toi et marche ». Le même Jésus que connaissait Pierre est en vous. Sa puissance peut vous permettre de faire ce que tout l’argent du monde ne pourra jamais accomplir. Seul Christ peut pleinement sauver et restaurer.

Les deux apôtres n’ont pas seulement vu le paralytique, ils se sont impliqués. « Puis, Pierre, le prit par la main droite et le fit lever. ». Ce n’est pas suffisant de savoir qu’il y a un mendiant. Ce n’est pas suffisant de connaître les faits. Prier pour ceux qui n’ont pas encore rejoint la famille de Dieu, c’est bien mais ce n’est pas suffisant. Il nous faut prendre le mendiant par la main et l’aider à se lever.

N’attendez pas que quelqu’un d’autre vienne s’occuper du mendiant. Il pourrait à son tour attendre très longtemps. Il a peut- être déjà passé la moitié de sa vie à l’entrée du temple. Il lui faut maintenant franchir la porte.

Il y a plusieurs années, j’ai lu un livre écrit pas un missionnaire américain en Inde, qui, par le moyen d’un film sur la vie de Jésus a permis à un grand nombre de connaître l’Évangile. Avec sa famille, il voyageait aux États-Unis pour une tournée dans les églises, pour partager l’œuvre de Dieu en Inde. Il prêchait un soir dans une église de quelques 200 membres.

Son fils, John, âgé à l’époque de 5 ans, se trouvait dans l’auditoire, assis au 8ème rang. En général le petit John, lors des réunions, passait son temps à colorier, mais ce soir là il écoutait attentivement tout ce que racontait son père. Tout à coup, au milieu du message, le petit garçon se leva et se mis à courir en direction de l’estrade. Il tomba à genoux, en tremblant. Il leva ses yeux pleins de larmes et s’écria: ‘‘Papa, il nous faut faire quelque chose! Il nous faut aider tous ces gens en Inde !” Dieu avait touché le cœur d’un jeune garçon. Le petit John pouvait comme voir  »le mendiant » à plus de 20 000 kilomètres de là, assis la porte du temple.

On dit du missionnaire A.B Simpson, qu’il serrait souvent un globe sur son cœur et pleurait pour les perdus.

La Bible dit que : « d’un saut il fut debout et se mit à marcher. Il entra avec Pierre et Jean dans le temple ». Ce ne sont pas deux hommes qui entrèrent dans le temple ce jour là, mais trois. Nous ne voulons pas entrer seuls dans l’Éternité. Nous voulons voir les mendiants franchir avec nous, les portes du Ciel !

Le Royaume de Dieu est ouvert à tous. « Dieu ne veut pas qu’un seul périsse mais que tous parviennent à se convertir ». (2 Pierre 3 v 9)

Au Cambodge, depuis plusieurs années j’essaye d’aider des enfants à cesser de travailler dans la rue (où les dangers sont nombreux) et à se rendre tous les jours à l’école. Mais avant tout, ce qui me tient vraiment à cœur, c’est d’aider ces garçons et ces filles à franchir les portes du Temple et à rencontrer Dieu. Quand le mendiant arrive en dansant au milieu des fidèles en prière, tout le monde réalise qu’il est le paralytique qu’ils avaient « vu tant de fois ! »

Et si après l’avoir vu tant de fois, on se décidait finalement à lui tendre la main ? Et si après avoir entendu tant de fois l’appel pour atteindre les perdus, on se décidait à leur faire connaître Celui qui a changé nos vies ?

Le mendiant, vous l’avez vu tant de fois : il se trouve dans le métro, il se trouve dans nos écoles, dans les HLM de nos banlieues, en maison d’arrêt comme en maison de retraite. Il se trouve en France, au Maroc, en Arménie, au Cambodge, en Inde. Investissez votre temps, votre argent, votre vie à la porte du temple !

Par Timothée Paton, missionnaire au Cambodge avec ICA. Sentez-vous libre de diffuser cet article.

 

Credit photo:
Photo Credit: LeCrapo via Compfight cc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents