Main menu
Un poisson dans le netÉtude bibliqueCommentaire sur Esaïe – C – La mort expiatoire du Serviteur de l’Eternel, chap. 53 (20)

Commentaire sur Esaïe – C – La mort expiatoire du Serviteur de l’Eternel, chap. 53 (20)

When the Dawn Touch the Canes of a Swamp
C – La mort expiatoire du Serviteur de l’Eternel, chap. 53

Ce passage qui, en fait commence à 52:13 est le point culminant du livre d’Esaïe et des prophéties de l’Ancien Testament en général. La figure du Serviteur de l’Eternel n’est nulle part ailleurs dépeinte avec une telle précision sous le double aspect de son abaissement et de son élévation. Ce tableau incomparable de l’œuvre du Messie, qu’on a appelé “ le cinquième Evangile ”, est le développement le plus complet de ceux déjà tracés dans 42:1-7 ; 49:1-13 et 50:4-9. Il est cité très souvent dans le Nouveau Testament où les autres auteurs sacrés n’hésitent pas à y reconnaître une prophétie sur la mort et la résurrection de Jésus-Christ, Mt. 8:17 ; Ac. 8:32-35.

Ce Serviteur souffrant n’est pas Israël car ce peuple rebelle n’a pas reconnu le Messie, v. 8. Ce n’est pas non plus Esaïe car celui-ci se range parmi les bénéficiaires du sacrifice du Messie, v. 6. C’est bien Dieu lui-même qui rachète Israël en la personne du Messie, le sacrificateur selon Melchisédek, 6:1 et Jn. 12:37-41 ; Ps. 110:4 et Hé. 5:6. Esaïe présente le Serviteur à la fois comme Sacrificateur et comme sacrifice, marchant dans la voie douloureuse de la substitution volontaire.

Ce passage de 52:13 à 53:12, très symétrique est composé de cinq strophes de trois versets chacune. Il commence et se termine par une exaltation du Serviteur de l’Eternel, le centre étant occupé par le récit de son rejet et de ses souffrances expiatoires. C’est un dialogue entre Dieu et son peuple, représenté par le prophète, chacun prenant la parole à son tour:“ mon …, je … ” et “ nous …, nos … ”.

1) – Sa réussite finale, 52:13-15

C’est l’Eternel qui présente son Serviteur en annonçant qu’il réussira entièrement sa mission qui lui sera confiée sur terre et qu’il sera à cause de cela glorieusement exalté. Beaucoup seront horrifiés en voyant comment les souffrances ont défiguré son Serviteur. Mais la stupéfaction des hommes se changera en joie lorsqu’ils apprendront finalement le destin glorieux du Serviteur.

2) – Son rejet par les hommes, 53:1-3

C’est le peuple qui parle ici. Il reconnaît son incrédulité et son aveuglement au sujet du Messie. Ce rejet inouï s’explique en partie par le caractère faible et insignifiant qu’a revêtu la première venue de Jésus sur terre et par les souffrances de la croix, cf. Ps. 22:7 ; 31:12 ; Job 19:13,18-19 ; Mt. 27:39 ; Jn. 19:6 ; I Co. 1:23 ; Ga. 5:11.

3) – Sa substitution aux pécheurs, 53:4-6

Ces versets nous révèlent le véritable sens des souffrances et de la mort de Jésus-Christ. En effet, ce n’est nullement pour lui-même que Jésus a souffert mais pour nous les pécheurs, qu’il est venu sauver. A la croix, ce sont nos péchés qu’il portait, v. 5 ; cf. le bouc émissaire, Lv. 16:22 ; Jn. 1:29 ; Hé. 9:28 ; I Pi. 2:24. Il a été ainsi frappé, blessé, écrasé par Dieu, Za. 13:7.

Dieu a mis sur lui toutes les iniquités des hommes puis l’a châtié à cause de ces péchés qu’il a pris sur lui. Cette expiation des péchés des hommes permet à Dieu de faire grâce aux pécheurs et de les ramener de leur chemin de perdition sur le chemin du salut.

4) – Sa mort innocente, 53:7-9

Loin de protester contre ce châtiment immérité, le Serviteur l’accepte et le subit en silence. Alors qu’on le maltraite avec brutalité, il s’humilie avec patience et douceur, I Pi. 2:21-23. Sa soumission à la volonté de Dieu est exprimée au vers. 7 par deux images :

  • l’agneau qu’on immole, comme l’agneau pascal, Ex. 12:3 ; I Pi. 1:19 ; cf. Jé. 11:19 ; 12:3.
  • la brebis sous la main des tondeurs.

Il a été victime d’un jugement inique de la part des hommes, des chefs et des autorités de son pays et de Rome, Mt. 26:59 ; 27:26 ; Ac. 3:13-15. Personne n’a compris l’œuvre d’expiation que le Serviteur a accompli en mourrant. Ceux qui l’ont condamné à mort ont voulu l’enterrer avec les méchants, v. 9a ; Mt. 27:38, mais Dieu a pourvu à ce qu’il fût mis dans le tombeau d’un riche afin de démontrer son innocence, Mt. 27:57-60.

5) – Sa récompense glorieuse, 53:10-12

C’est Dieu qui parle à nouveau pour expliquer aux hommes son action.

  • la mort de son Serviteur a une cause légitime car elle sert de sacrifice expiatoire, cf. Lv. 5:14. Le Messie a ainsi offert son âme pour payer la dette ( la rançon, Mt. 20:28 ) dont les hommes pécheurs étaient incapables de s’acquitter puisque aucune bonne œuvre ne peut effacer un péché.
  • par son obéissance, ce Serviteur revivra et pourra constater que beaucoup d’hommes seront justifiés par son sacrifice, 45:25 ; Ro. 3:21-26 ; II Co. 5:21.
  • Le Serviteur méprisé deviendra un Puissant de la terre lorsqu’il régnera avec ses élus, v. 12.

L’École Biblique Emmaüs de Côte d’Ivoire nous a proposé de diffuser certains de leurs cours et c’est avec un grand plaisir que nous vous proposons le troisième d’entre eux, « Commentaires sur le livre du prophète Esaïe », par Olivier de Tarragon. Le sommaire vous permet de retrouver l’ensemble des articles de ce cours. Une version PDF de l’ensemble sera disponible dès le dernier article publié.

Liste des épisodes déja publiés :

[series]

Credit photo:
cataniamichele

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents