Main menu
Un poisson dans le netÉtude biblique Livre de RuthRuth 3 – La main de Dieu au temps de l’initiative

Ruth 3 – La main de Dieu au temps de l’initiative

Histoire d’amour

C’est une merveilleuse histoire d’amour que nous lisons.

Elle : Elle n’a pas que des avantages mais elle est formidable ! Ruth fait preuve d’une foi solide : elle compte sur Dieu, sur son programme et sur son peuple. Une foi supérieure à celle d’Abraham.

Lui : Ruth part glaner et tombe « par hasard » sur le champ de Booz. Booz exhibe de nombreuses qualités et il manifeste envers Ruth une bienveillance formidable.

Mesdames et Messieurs qui cherchez homme ou femme à épouser, remarquez la noblesse de caractère des personnages !

Le conseil de la Maman-Belle (3.1-5)

« Ton bonheur » (3.1-2)

« 1 Noémi, sa belle-mère, lui dit : Ma fille, je voudrais te procurer du repos pour que tu sois heureuse. 2 Et maintenant, Booz, avec les servantes de qui tu as été, n’est-il pas notre parent ? Or lui-même doit vanner cette nuit les orges qui sont dans l’aire. »

la maman-belle a un plan : Garantir pour sa belle-fille le repos d’une maison, c’est-à-dire un mariage. Rester veuve en tant qu’étrangère n’aurait pas été facile.

La fin des moissons approche. C’est le moment de tenter le tout pour le tout !

« Ton apparence » (3.3a)

« 3 Lave-toi, parfume-toi, puis mets tes beaux habits et descends sur l’aire. »

L’hygiène personnelle, surtout pour celui ou celle qui travaille durement à l’extérieur, loin de l’air conditionné, est un aspect important de l’attraction. L’ignorer peut faire fuir.

« Ton timing » (3.3b)

« Ne te fais pas connaître à lui avant qu’il ait achevé de manger et de boire. »

Mesdemoiselles, voici ce que je vous propose. Ne commencez pas une rencontre par une mise au point !

« Ta disposition » (3.4-5)

« 4 Quand il ira se coucher, tu observeras à quel endroit il se couche. Ensuite tu iras découvrir ses pieds et tu te coucheras. Il te dira lui-même ce que tu auras à faire. 5 Elle lui répondit : Tout ce que tu m’as dit, je le ferai. »

Le verset 4 est l’un des plus problématiques du livre. Qu’est-ce que suggère Noémi à sa belle fille ?

C’est une image de l’alliance, une image du mariage. Elle conseille à Ruth de prendre l’initiative de la demande en mariage.

Et puis c’est assez subtil, parce que Booz avait dit à Ruth : « Que l’Éternel te rende ce que tu as fait ! Que ta récompense soit complète de la part de l’Éternel, le Dieu d’Israël, sous les ailes de qui tu es venue te réfugier. » (Ruth 2:12). Le conseil de Noémi s’appuie donc sur les propos mêmes de Booz, comme pour suggérer de rebondir dessus.

Le pari de la Fille-Belle (3.6-13)

« 6 Elle descendit jusqu’à l’aire et fit tout ce que sa belle-mère avait ordonné. 7 Booz mangea et but, et son cœur fut joyeux. Il alla se coucher à l’extrémité du tas de gerbes. (Ruth) vint tout doucement découvrir ses pieds et se coucha. 8 Au milieu de la nuit, cet homme frissonna et se retourna : voici qu’une femme était couchée à ses pieds. 9 Il dit : Qui es-tu ? Elle répondit : Je suis Ruth, ta servante, étends ton aile sur ta servante, car tu as devoir de rachat. »

Ruth se présente, et cherche à obtenir le droit de rachat c’est-à-dire le fait de faire vivre l’héritage familial d’Elimelek par un proche parent, ici Booz. Avec ces propos et en lui demandant d’étendre son aile, elle ne lui demande rien d’autre que le mariage.

J’imagine que son cœur a dû battre fort ! J’imagine qu’il y a eu un long silence !

Le consentement du Fils-Beau (3.10-13)

Il est émerveillé par Ruth (3.10-11)

« 10 Il dit : Sois bénie de l’Éternel, ma fille ! Cette dernière marque de loyauté vaut mieux encore que la première, car tu n’as pas recherché des jeunes gens, pauvres ou riches. 11 Maintenant, ma fille, sois sans crainte, je ferai pour toi tout ce que tu diras, car sur la place publique chacun sait que tu es une femme de valeur. »

Booz perçoit que ce petit bout de femme s’abandonne au plan de Dieu, et qui le suit.

Il a confiance dans la providence divine (3.12-13)

« 12 Maintenant il est vrai que j’ai devoir de rachat, mais il en existe un autre plus proche que moi. 13 Passe ici la nuit. Au matin, s’il veut s’acquitter de son devoir de rachat envers toi, c’est bien, qu’il s’en acquitte ; mais s’il ne lui plaît pas de s’en acquitter envers toi, moi je m’en acquitterai envers toi, l’Éternel est vivant ! Reste couchée jusqu’au matin. »

Mais Booz est vraiment un homme droit. Il se montre confiant dans la souveraineté de Dieu.

Il prend soin de sa future Maman-Belle (3.14-18)

« 14 Elle resta couchée à ses pieds jusqu’au matin et se leva avant (l’heure où) l’on peut se reconnaître l’un l’autre. (Booz se) dit : Qu’on ne sache pas que cette femme est entrée dans l’aire. 15 Il dit alors : Tends-moi le manteau qui est sur toi et tiens-le bien. C’est ce qu’elle fit et il mesura six (mesures) d’orge dont il la chargea, puis il rentra dans la ville. 16 (Ruth) revint auprès de sa belle-mère et (Noémi) dit : Est-ce toi, ma fille ? Elle lui raconta tout ce que cet homme avait fait pour elle. 17 Elle dit : Il m’a donné ces six (mesures) d’orge en me disant : Ne retourne pas à vide vers ta belle-mère. 18 (Noémi) dit : Reste ici, ma fille, jusqu’à ce que tu saches comment finira l’affaire, car cet homme ne sera pas tranquille qu’il n’ait terminé cette affaire aujourd’hui. »

Booz fait preuve d’une belle maitrise de lui-même. La nuit ne cache rien aux yeux de Dieu. Aucun adultère, aucune fornication (relations sexuelles avant le mariage) ne lui sont cachés. Elle part avant qu’on sache qu’il a dormi aux côtés d’une jeune femme, ce qui ne manquerait pas de faire parler les bavardes de manière mal attentionnée.

Autre remarque – et dernière. Il sait se faire apprécier de sa maman-belle. Si vous voulez fréquenter paisiblement et vous marier joyeusement, ménagez, quand c’est possible, les relations avec les belles-mamans !

Conclusion

C’est une belle histoire, où les caractères des personnages sont finement sculptés.

Belle histoire aussi où la tragédie qui frappe nos vies trouvera un jour une inversion. Le deuil, le divorce, la maladie, la violence, la ruine, ou le chômage peuvent faire irruption.

Quelles applications peut-on en tirer ?

  • Dieu n’est pas absent. Même si sa manière d’agir demeure au-delà de notre compréhension…
  • Le temps vient où Dieu saura renverser ces circonstances.
  • Le temps du bonheur peut surprendre. Un nouveau mariage, un nouveau job, un nouvel enfant, une paix au milieu de la tempête.

Le Psaume 46 dit ceci : « arrêtez et reconnaissez que je suis Dieu : je domine sur les nations, je domine sur la terre. L’Eternel des armées est avec nous, le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. »

Cet article n’est qu’un court résumé de l’étude biblique sur le livre de Ruth chapitre 3. Ne ratez pas le texte complet (pdf) et la version audio (MP3). Retrouvez ici le sommaire de cette série, dans la rubrique Approfondir ses connaissances. Il est possible de podcaster cette série, voir le sommaire pour plus d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents