Main menu
Un poisson dans le netRéflexionEn quoi suis-je pécheur ? Partie 8/9

En quoi suis-je pécheur ? Partie 8/9

Un texte très intéressant, expliquant les bases de l’Évangile avec le talent inimitable de l’un de nos auteurs !

 

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>

Dieu résout le dilemme de mon péché !

Autumn harvestComment Dieu peut-il concilier sa justice et son amour ? Cela semble impossible. Pourtant, l’explication de ce ‘tour de force’ qui a résisté aux investigations des anges et des hommes pendant des millénaires est détaillée très minutieusement dans les Écritures.

Récapitulons les éléments du problème : En Genèse 2. 16, 17 Dieu donne à Adam cet avertissement très clair : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »

L’ordre est donc limpide : Le jour où tu désobéiras à mon ordre, tu auras contracté une dette envers moi, celle d’une créature qui doit obéir à son Créateur ; celle d’un fils qui doit obéissance à son père ; tu perdras alors le bénéfice de ma bienveillance et tu seras placé sous ma justice. Or ma justice exige que tu meures pour ta dette.

En Genèse 3.6, donc très peu de temps après cet avertissement solennel, nous lisons ceci : « La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. »

La situation est donc simple : Par leur désobéissance, Adam et Ève ont contracté une dette envers Dieu. Ils doivent donc mourir. Pourtant ils ne meurent pas. Pourquoi ? Pourquoi Adam n’est-il pas tombé raide mort après avoir péché ? Qu’est-ce qui s’est passé ? On peut émettre plusieurs hypothèses.

  1. Dieu serait-il comme ces parents qui menacent leurs enfants sans jamais donner suite. Punir, ils en sont incapables ! Du style : « si tu continue, je te passe par la fenêtre ! », ou bien « tu seras privé de télé (ou de manger, ou de wii) ». Mais le fiston n’en a rien à faire, car il sait que ce ne sont que des paroles en l’air. Jamais il n’a reçu la moindre gifle, ou fessée, jamais il n’a été privé de quoi que ce soit. Cause toujours, tu m’intéresses ! Dieu leur ressemblerait-il ? Dieu n’est-il pas ‘homme’ de parole ? Traite-t-il à la légère les dettes que l’on contracte envers lui ? A-t-il si peu de considération envers sa divine personne, qu’il n’accorde que peu d’importance aux dettes que l’on contracte envers lui ?
  2. L’amour de Dieu l’aurait-il emporté sur sa justice ? J’aime, au point d’être injuste ! Je tolère tout, parce que mon cœur ne peut me résoudre à sévir ?

Ces deux hypothèses (un Dieu qui se contente de menacer sans donner suite, ou bien un Dieu dont l’amour le conduit à négliger la justice) ces deux hypothèses ne résistent pas à la simple observation de la vie.

Depuis que le monde est monde, chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, rendent leur dernier soupir. Or qui décide de la mort et de la vie ? N’est-ce pas Dieu, justement ? Il est donc évident que Dieu n’hésite pas une seconde à rappeler les gens à lui. Pourquoi d’ailleurs hésiterait-il ? Pour Lui, le passage d’un être humain dans l’autre monde n’a pas du tout la même signification que pour nous. Dieu ne tue pas les gens ; il ne fait que les appeler à lui. De plus, il ne fait jamais cela à la légère. Il choisit avec soin son moment. Il ne laisse jamais rien au hasard ou à la méchanceté car Dieu ne connaît pas la méchanceté ! Il n’est pas ‘homme’ à menacer dans le vide, à gesticuler, à crier pour rien. Lorsqu’il parle, il pèse ses mots (mieux vaut écouter). Quant à l’idée que sa justice soit subordonnée à sa bonté, la Bible toute entière hurle le contraire.

Pourtant Dieu a bien ‘épargné’ Adam et Ève. Normalement, nos parents auraient dû tomber mort sur le coup. Or cela ne s’est pas passé ainsi. Pourquoi ? Dans le passage qui nous intéresse (Genèse 3), le verset 21 nous donne une partie de la réponse : « L’Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. »

Imaginons la scène un instant. Adam et Ève viennent de désobéir à Dieu. Ils ont donné un énorme ‘coup de canif dans le contrat’. Ils ont trahi sa confiance. Ils ont contracté envers lui une dette qu’ils sont incapables de régler. Ils l’ont offensé, sciemment, volontairement. Et tout d’un coup, ils l’entendent approcher. Des bruits de pas. Les voilà dans leurs petits souliers, si tant est qu’ils en eussent. Que faire ? Ils s’enfoncent dans la forêt toute proche. L’histoire paraît un peu ridicule à nos contemporains. Dieu paraît tellement lointain. Et pourtant, ne sommes-nous pas tous nous-mêmes à une respiration, à un claquement de doigts de sa présence ? Ne serons-nous pas tous obligés de sortir du buisson et de nous approcher de notre Créateur un jour ou l’autre ? Nous ne pouvons même pas savoir quand le jackpot tombera !

Bref ! Dieu approche, et il somme nos premiers parents d’approcher ! Quand Dieu appelle, qui peut résister ? Quand Dieu nous appellera, où pourrons-nous fuir ? Donc Adam et Ève sortent du bois, littéralement et figurativement, (on dirait maintenant qu’ils font leur ‘coming out’) et tout penauds, comparaissent devant un Dieu en colère. Alors ? Dieu va-t-il hésiter à faire ce qu’Il dit ?

Verset 21 : « L’Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. » Qu’est-ce que ce détail en apparence superflu signifie ? Certainement pas que Dieu, dans un coin du Paradis, crée un magasin de fourrure. Nous ignorons la façon précise dont la scène s’est déroulée, mais ce que nous savons, c’est qu’au moment où le châtiment allait frapper Adam et Ève, au moment où le couteau allait s’abattre, Dieu interpose un animal innocent. Le coup mortel vient bien, mais ce n’est pas nos parents qu’il touche. Nous nous sommes demandés pourquoi Adam et Ève n’étaient pas tombés morts ; la réponse est que les coupables sont épargnés parce qu’un innocent a payé pour eux.

Mais ce n’est pas tout : Dieu se penche ensuite sur la victime innocente. Il dépèce, il taille dans la dépouille. Nos premiers parents n’ont encore jamais vu la mort. Devant leurs yeux horrifiés, ils voient l’animal innocent, l’animal qui n’avait rien fait, qui n’avait pas désobéi, qui n’avait pas péché, qui n’avait contracté aucune dette, ils voient cet animal, saigner, chanceler, râler ; ils voient son sang couler et rougir la terre ; ils sont témoin de ses dernières convulsions ; ils devinent son dernier souffle ; le regard qui se fige. L’immobilité. Alors, portant les peaux sanguinolentes, Dieu s’approche de l’homme et de la femme, et leur recouvre le corps de ces enveloppes malodorantes, gluantes, dégoûtantes.

La mort de la victime innocente recouvre la vie d’Adam et Ève et s’interpose entre eux et la justice de Dieu. Si nos premiers parents sont encore en vie, c’est que cette pauvre bête innocente a pris sur elle la rigueur du coup qui devait les frapper.

 

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>
Credit photo:
tanakawho

Two thoughts on “En quoi suis-je pécheur ? Partie 8/9

  1. Bonjour et merci pour cette analyse.
    Je me pose quand me une question: Adam et Ève n’ont ils pas été « déshérité » de la vie éternel à cause de cette acte qui aura pour conséquence de les conduire à la mort tous 2?
    Bonne soirée

    1. Bonjour,

      oh si, bien sûr, comme moi, comme vous !!! C’est la raison d’être du plan du salut de Dieu, par le sacrifice de Jésus à la croix. Car nous avons été tous déshérité de la vie éternelle avec Dieu par nos péchés.

      Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2014 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents