Main menu
Un poisson dans le netRéflexionEn quoi suis-je pécheur ? Partie 7/9

En quoi suis-je pécheur ? Partie 7/9

Un texte très intéressant, expliquant les bases de l’Évangile avec le talent inimitable de l’un de nos auteurs !

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>

 

La Bonne Nouvelle et mon péché ?

My heart is a lollipop Jusqu’ici, il n’a été question que de mauvaise nouvelle ! Toute dette doit être payée, c’est l’essence même de la justice. Nous avons vu également que nous sommes incapables de régler celle que nous avons envers Dieu. Dans le texte que nous avons lu tout à l’heure, il est dit :

Marc 10. 26 « Les disciples furent encore plus étonnés, et ils se dirent les uns aux autres ; Et qui peut être sauvé ? 27 Jésus les regarda, et dit : Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu: car tout est possible à Dieu. »

Ces versets jettent une grande lueur d’espoir, car ils nous apprennent que même si nous, personnellement, ne sommes pas capables de régler nos dettes, il existe quand même une possibilité. Même si Adam et Ève ne pouvaient rien faire pour sauver leur peau, quelqu’un leur a sauvé la mise. Je sais que quand j’arriverai devant Dieu, rien de ce que j’aurais fait ne pourra plaider en ma faveur, et pourtant j’ai confiance. Pourquoi ?

Pour comprendre ce paradoxe il faut examiner le mécanisme biblique du pardon divin. Par quel tour de passe-passe Dieu parvient-il à ‘rentrer dans ses frais’, à encaisser le prix d’une dette que nous sommes incapable de payer ?

Pour cela il convient de considérer la personne de Dieu. Dieu est absolu. C’est-à-dire que lorsqu’il se fâche, il se fâche absolument. Lorsqu’il aime, il aime absolument. Lorsque l’on considère ces deux caractéristiques on s’aperçoit qu’on a là deux frères ennemis. On ne peut pas réconcilier la justice de Dieu, et l’amour de Dieu. C’est impossible. C’est pour cela que lorsque les apôtres demandent à Jésus : « comment peut-on être sauvé ? » il répond qu’aux hommes cela est impossible. Cependant, le génie de Dieu va parvenir à réconcilier l’irréconciliable. Comment va-t-il s’y prendre ?

On trouve dans les Écritures certains versets absolument extraordinaires. Le psaume 85:10 par exemple, nous dit : « La justice et la paix s’embrassent » C’est extraordinaire, parce que normalement c’est impossible ! Justice et Paix sont comme chien et chat. Dès qu’ils s’aperçoivent, ils s’attaquent. Réconcilier l’un et l’autre dépasse l’entendement. C’est la raison pour laquelle Paul dit en 1 Corinthiens 2:8 :

« … sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. »

Si Satan avait compris la sagesse de Dieu, s’il avait entrevu que Dieu avait trouvé le moyen de satisfaire en même temps sa justice et son amour, il n’aurait jamais crucifié Jésus. Il s’en serait bien gardé, parce qu’en poussant Jésus vers la croix il a permis à Dieu de réaliser l’impossible réconciliation de son Amour et de sa Justice tout en signant en même temps l’acte de sa propre condamnation. (Très fort, non ? « Tu veux faire mourir mon Fils, parce que tu penses qu’ainsi tu vas faire échouer mon plan ? D’accord, tu as ma permission ! Pas mon absolution, mais ma permission ! »)

La mort de Jésus est un peu la résolution de la quadrature du cercle ; elle fait entrer la justice carrée de Dieu dans le cœur rond de son amour. Elle rend possible l’impossible. Que la justice et de l’amour de Dieu puissent se donner l’accolade est un mystère si profond que les prophètes et les anges eux-mêmes ne pouvaient pas le comprendre avant la venue de Christ.

1 Pierre 1:10 « Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l’objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l’époque et les circonstances marquées par l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui attestait d’avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. 12 Il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour vous, qu’ils étaient les dispensateurs de ces choses, que vous ont annoncées maintenant ceux qui vous ont prêché l’Evangile par le Saint-Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards. »

Comment est-il possible qu’un Dieu juste et bon pardonne ? Dieu est absolument juste. Il est donc absolument en colère. Pourtant, parce que Dieu m’aime absolument, il veut absolument me sauver. Mais comment pourrait-Il faire les deux à la fois ? S’il me sauve, Il lèse sa justice. S’Il me condamne, Il lèse son amour.

 

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>
Credit photo:
gregory_bastien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents