Main menu
Un poisson dans le netRéflexionEn quoi suis-je pécheur ? Partie 4/9

En quoi suis-je pécheur ? Partie 4/9

Un texte très intéressant, expliquant les bases de l’Évangile avec le talent inimitable de l’un de nos auteurs !

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>

La dette et le sablier du temps

In Search Of Lost TimeJe voudrais maintenant introduire un élément supplémentaire. Celui du temps qui passe. Eh, oui, c’est vrai : le temps est un long fleuve (pas si tranquille que cela), qui charrie les nombreux alluvions de nos dettes ; il les emporte loin de nous, hors de vue, hors de portée de notre mémoire semble-t-il. « C’est du passé ! » disons-nous. Nous sommes bien conscients que, à maintes occasions, au cours d’une journée, on ne fait pas ce qu’on devrait, que l’on contracte des dettes, mais, après tout, le temps qui passe enfouit bien des blessures ; et demain est un autre jour.

On se dit qu’il y a prescription, que les choses tombent dans le puits sans fond de l’oubli, que les dettes amoncelées sous le tapis du temps y resteront, que personne ne viendra soulever la moquette, qu’elles s’effaceront comme si elles avaient été écrites avec une mauvaise encre. Voilà qui serait formidable si c’était vrai. Si c’était vrai ! Mais ça ne l’est pas, comme nous allons le voir.

Et Dieu dans tout cela ?

Nous avons vu que nous contractons sans cesse des dettes les uns envers les autres. Je voudrais pousser l’idée encore un cran plus loin. De même que nous nous devons des tas de choses à tous les échelons de la société, (honneur, amour, service, respect, honnêteté etc.) n’est-il pas logique de penser que si Dieu existe nous avons aussi des dettes envers lui.

Avons-nous aussi des dettes envers Dieu ?

Pour comprendre ce que nous devons à Dieu, il convient de nous poser la question : Qui est-il ? Quelles sont ses casquettes ? Le premier verset de la Bible nous apprend que :

Genèse 1:1 « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. »

Dieu est donc le Créateur, avec un grand « C » !

Ensuite,

Matthieu 11:27 « Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Matthieu 6:9 « Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui est aux cieux! Que ton nom soit sanctifié. »

Cette idée est abondamment développée dans le Nouveau Testament : Dieu est Père. Mieux, il est Le Père ! Mieux encore, Il est notre Père :

Une troisième chose :

Psaumes 47:2 « Car l’Eternel, le Très-Haut, est redoutable, Il est un grand roi sur toute la terre. »

Dieu est aussi : Roi !

Nous voyons donc que Dieu est, entre autre, Créateur, Père et Roi.

Le prophète Malachie résume admirablement l’idée :

Malachie 1:6 « Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si je suis père (dit Dieu), où est l’honneur qui m’est dû ? Si je suis maître, où est la crainte qu’on a de moi ? »

Donc, si Dieu est Père, nous devons lui rendre les honneurs dus à un Père, s’il est Roi, idem. Et s’il est le Créateur, ne devons-nous pas agir comme si nous lui appartenions ? Or, dans tous ces domaines, force est de constater que notre dette envers lui est énorme. Aucun être humain n’échappe à la royauté de Dieu, ni à sa Paternité, ni à son droit de Créateur ! Nous lui devons donc tout ce qui est dû à un Créateur, à un Père, à un Maître, à un Roi ou à un Empereur.

Vous vous dites peut-être : « ‘Je m’en fiche’, je ne crois pas qu’il y ait un Dieu ; je suis athée. » À ce sujet, l’apôtre Paul nous dit :

Romains 1.18 « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces… »

En d’autres termes, le rejet de la foi est volontaire et donc coupable : Être athée est avant tout le résultat d’un choix, d’un refus de rendre à Dieu ce qui lui est dû. Adopter cette philosophie, c’est créer une dette envers lui. De toute façon, que nous soyons croyants ou que nous nous prétendions athée, la Bible affirme très solennellement :

Ecclésiaste 12:14 « Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal ».

Un jour, Dieu va nous mettre devant nos responsabilités. Il va nous demander de nous acquitter de notre dette envers lui.

Romains 2:16 « C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Evangile, Dieu jugera par Jésus-Christ les actions secrètes des hommes. »

Et Jude 1.15 ajoute :

« … pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu’ont proférées contre lui des pécheurs impies. »

Ces textes nous apprennent que toutes nos actions, nos pensées, nos paroles seront pesées, évaluées, jugées, afin que notre dette soit estimée à sa valeur exacte et le paiement réclamé. Toute dette doit être payée.

Mt. 12.36 « Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée »

Je ne sais pas pour vous, mais moi, de telles paroles me font un peu froid dans le dos.

Mais alors, qu’est-ce que Dieu le Créateur, Dieu le Père, Dieu le Roi, demande de nous ? Jésus ne l’a jamais caché, ce n’est pas un mystère, ni un secret :

Matthieu 22.36 « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? (Autrement dit : Qu’est-ce que Dieu demande vraiment de moi ?) Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. (Honorer nos dettes envers Dieu et envers nos semblables), 40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. »

 

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>
Credit photo:
bogenfreund

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents