Main menu
Un poisson dans le netRéflexionEn quoi suis-je pécheur ? Partie 3/9

En quoi suis-je pécheur ? Partie 3/9

Un texte très intéressant, expliquant les bases de l’Évangile avec le talent inimitable de l’un de nos auteurs !

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>

 

Le péché et nos dettes

Day 6/365 : When I was happy to hold all this moneyNous voyons donc que tous les membres de l’humanité sont liés les uns aux autres. Nous avons envers nos semblables, des obligations. Si nous ne nous en acquittons pas, nous contractons des dettes. Si je traite mal mes enfants, par exemple, je contracte envers eux une dette d’amour paternel. Si je traite quelqu’un d’imbécile, je contracte envers lui une dette de ‘lèse humanité’. Et si cela vous fait sourire, vous n’avez qu’à puiser dans vos souvenirs pour penser aux sentiments qui ont été les vôtres lorsqu’on vous a insulté, la dernière fois que c’est arrivé, ou lorsqu’un instituteur a laissé entendre à la classe que vous n’étiez qu’un pauvre imbécile. Il ne vous a pas blessé physiquement, mais quelle dette il a quand même contracté envers vous.

Contrairement à ce que nous aimerions croire, nous avons tous des devoirs les uns envers les autres, et quand nous manquons à ces devoirs, quand nous refusons de nous acquitter de nos dettes, celles-ci ne disparaissent pas, bien au contraire ; elles demeurent et produisent des intérêts. Nous devenons les débiteurs de ceux à qui nous n’avons pas fait ce que nous aurions dû.

Romains 13.7 « Rendez à tous ce qui leur est dû: l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur. 8 Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres; car celui qui aime les autres a accompli la loi. »

Tout péché, toute dette doit être payée

La Bible souligne la réalité des liens qui nous unissent les uns aux autres dans la société, que celle-ci soit réduite à sa plus simple expression, comme le foyer, ou qu’elle s’exprime dans toute sa complexité. Chaque fois que je manque à ce devoir, je contracte une dette. Or toute dette doit, un jour ou l’autre, être acquittée. C’est le principe même de la Justice.

Nous savons que, malheureusement nous contractons tous des dettes, et nous le faisons quasiment constamment. Souvent, nous ne nous rendons même pas compte du tort que nous causons à autrui ; d’autres fois nous haussons les épaules comme pour dire : « il s’offense pour bien peu », ce qui signifie que nous nous arrogeons le droit de décider où notre prochain devrait placer le seuil de sa souffrance (d’accord je t’ai marché sur les pieds, mais je ne suis quand même pas si lourd que ça !) ; d’autres fois encore nous n’avons pas la force ou le courage de nous comporter comme nous le devrions.

Quoiqu’il en soit, nous sommes loin d’être les hommes que nous devrions être. Il y a quelques années, Michel Sardou chantait une chanson accusant l’humanité, entre autres de ‘pétroler l’aile des goélands’, et il concluait par ces paroles : ‘j’accuse les hommes de n’être pas des hommes, tout simplement’.

Chaque offense devient « dette », dette contractée envers mes frères et mes sœurs en humanité ; dettes contractées en nombre impressionnant au cours de nos journées. Or toute dette doit être payée comme le dit Jésus dans le texte suivant :

Matthieu 5.21 « Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges. 22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges; que celui qui dira à son frère: Raca! mérite d’être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. 23 Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. 25 Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison.26 Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant. »

 

<<< Début du texte Sommaire Partie suivante >>>
Credit photo:
jjjohn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents