Main menu
Un poisson dans le netÉpitre aux Colossiens Étude bibliqueÉpitre aux Colossiens (19) : Christ et les relations professionnelles (Col 3.22-4.1)

Épitre aux Colossiens (19) : Christ et les relations professionnelles (Col 3.22-4.1)

pizza making, la Défense-068

Le contexte professionnel

Ce matin la Bible nous conduit à évoquer le monde du travail, au plutôt le monde des relations professionnelles. Comment un disciple de Jésus doit se comporter dans son boulot ? Quelle relation doit-il développer avec ses supérieurs, ou avec ceux dont il coordonne l’activité ?

Je voudrais vous décrire à quoi ressemblait la vie professionnelle au 1er siècle de notre ère.

  • D’abord, la condition en terre rurale. L’archéologie nous révèle que tout le monde devait travailler chaque jour pour vivre.
  • Regardons maintenant la vie dans les villes romaines. Elle commence à 4h30 en été et à 7h30 en hiver. Petite collation, toilette et activité jusqu’à la fin de la journée de travail, à midi. Puis vient le prandium, un repas léger. Puis c’est le temps du bain, aux thermes, tous les jours. Puis c’est la cène, le repas principal, à 15h. Il dure jusqu’à la nuit tombante.

Mais la société profite différemment de la vie. Il y a deux grands castes :

  • Les citoyens (les honestiores, riches et les humiliores les pauvres)
  • Les non-citoyens, qui se composent d’esclaves et d’affranchis. Au temps du Nouveau Testament, l’essentiel de la population est composée d’esclaves ou d’affranchis

Le statut des esclaves va s’humaniser grâce aux stoïciens et aux chrétiens. Mais au tout début du christianisme, la condition est plutôt difficile. Lorsque l’Évangile se répand, c’est surtout parmi les classes populaires.

Lorsque la petite église de Colosse reçoit la lettre de l’apôtre Paul, il faut s’imaginer un groupe d’hommes et de femmes socialement très diversifiés, probablement beaucoup plus que dans notre église locale dans le sens où aucune sécurité sociale ne venait amortir les disparités… Dès lors que les riches et les pauvres, les maîtres et les esclaves se rassemblent pour adorer Jésus d’un seul cœur, quel doit être leur comportement ?

L’attitude générale d’un employé (3.22-25)

« 22 Serviteurs, obéissez en tout à vos maîtres selon la chair, et cela non seulement sous leurs yeux comme si vous cherchiez à plaire aux hommes, mais avec simplicité de cœur, dans la crainte du Seigneur. 23 Tout ce que vous faites, faites–le de (toute) votre âme, comme pour le Seigneur, et non pour des hommes, 24 sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage en récompense. Servez Christ le Seigneur. 25 Car celui qui agit injustement récoltera selon son injustice, et il n’y a pas de considération de personnes. »

Le terme original n’évoque pas un employé mais un esclave, le mot grec doulos. Voici les instructions que Dieu donne à ceux qui sont au service d’un autre :

  • Premièrement ils doivent obéir aux instructions qu’ils reçoivent
  • Mais cela se gâte. Il ne s’agit pas de bien faire le travail quand le patron est là, quand celui qui dispense des primes est là. La motivation doit être supérieure à celle de plaire aux hommes. Paul exige que le travail se fasse avec simplicité de cœur et dans la crainte du Seigneur.

Finalement, toute l’éthique chrétienne se résume à ce verset : « Tout ce que vous faites, faites–le de toute votre âme, comme pour le Seigneur, et non pour des hommes »

L’attitude générale d’un employeur (3.22)

« 1 Maîtres, accordez à vos serviteurs ce qui est juste et équitable, sachant que, vous aussi, vous avez un Maître dans le ciel. »

Paul se tourne ensuite vers les patrons. Ceux qui sont devenus chrétiens doivent réaliser qu’ils ne peuvent plus traiter leurs esclaves / serviteurs comme avant :

  • Ce ne sont pas des objets
  • Ils ne sont pas corvéables à souhait.

Plusieurs critiques de la Bible ont trouvé là l’occasion de critiquer l’attitude de Paul : pourquoi n’a-t-il pas ordonné aux maîtres de libérer leurs esclaves ? Pourquoi n’a-t-il pas dit aux esclaves de se rebeller contre leur maître et de commencer une révolution ? Quelques remarques :

  • Le Nouveau Testament condamne sans ambiguïté les trafiquants d’esclaves (1 Ti 1.10).
  • Le Nouveau Testament ne s’oppose pas à l’ordre moral d’une société.
  • Le Nouveau Testament encourage l’émancipation des esclaves par les lois le permettant (1 Co 7.21)
  • Le Nouveau Testament change la donne en ce qu’il change le statut d’esclave en celui de travailleur rémunéré.
  • Enfin, dans les années horribles de la traite des esclaves orchestrée par les pays européens et les États-Unis, ce sont des chrétiens évangéliques, conduits par le député britannique Wilberforce, qui ont réussi à abolir ce trafic en faisant passer des lois.

Conclusion

  1. Le travail est un cadeau issu de l’ordre créationnel. Après avoir créé le monde, Dieu dit aux hommes de l’assujettir.
  2. La chute a rendu compliqué notre rapport au travail. Ce n’est plus une joie libre de souci.
  3. Dès lors, Dieu a instauré, dans les 10 commandements, le principe d’un jour de repos.
  4. Nous travaillerons librement sur la nouvelle terre. Le travail, la créativité, l’inventivité, l’art, l’entrepreneuriat, l’organisation, feront partie du monde à venir.

Aujourd’hui, nous sommes donc dans une phase d’apprentissage et chacun ici avons besoin de la main de Dieu pour progresser…

 

Cet article n’est qu’un court résumé de l’étude biblique sur Colossiens 3.22-4.1. Ne ratez pas le texte complet (pdf) et la version audio (mp3, 12 Mo, 40 min) . Retrouvez ici le sommaire de cette série, dans la rubrique Approfondir ses connaissances. Il est possible de podcaster cette série, voir le sommaire pour plus d’information.

Credit photo:
joyoflife

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents