Main menu
Un poisson dans le netÉpitre aux Colossiens Étude bibliqueÉpitre aux Colossiens (17) – Christ au sein du couple (Col 3.18-19)

Épitre aux Colossiens (17) – Christ au sein du couple (Col 3.18-19)

Jogging couple

Introduction

Le couple

Regardons un peu ce que la Bible dit du couple. Le texte que nous allons lire est fortement contesté parce qu’il a souvent été compris et utilisé comme une arme à l’encontre d’une juste émancipation de la femme.

Alors avant de nous plonger dans ce texte, j’aimerais faire un survol de quelques notions fondamentales sur le mariage.

1. Le mariage est-il une institution humaine vieillotte ?

Non ! Dieu a institué le mariage, qu’il décrit selon un principe général : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair » (Gen 2.24).

2. Comment on trouve son conjoint ?

Garder en têtes les impératifs moraux de l’Écriture. Ils sont au nombre de cinq :

  • Les conjoints sont un homme et une femme mûrs de familles différentes (Gen 2 ; 1 Cor. 7 ; 11.12).
  • Les conjoints s’engagent pour l’amour. Dieu veut de l’amour dans le mariage !
  • Les conjoints partagent une même foi.
  • Les conjoints s’engagent pour toute la vie. Dieu a conçu le lien du mariage comme une alliance inviolable (Matt 19.3-6 ; Prov 2.17 ; Mal 2.14), et qui dure jusqu’à la mort (Rom 7.2).
  • Les conjoints se préservent de relations sexuelles en dehors du mariage. La sexualité est l’un des aspects fondateurs du couple, établissant l’expérience d’être « une seule chair ».

3. Quel est le statut du mariage ?

Le mariage est une alliance et une responsabilité. Une alliance est un cadre posé sur une relation.

L’alliance du mariage est une alliance que deux personnes acceptent de signer sous le regard de Dieu (Prov 2.17). Mais la notion d’alliance est intéressante car elle exige un certain nombre de clauses. Un mariage n’est pas simplement une signature, c’est un ensemble de comportements qui le manifestent quotidiennement.

4. Quelle est l’image du mariage ?

L’image du mariage, c’est ce qui noue la gerbe. C’est l’image de l’alliance entre Christ et l’Église.

Le mariage illustre l’union de Dieu avec ses rachetés au point que la désobéissance du peuple de Dieu est souvent comparée à l’adultère qui aboutit au divorce.

Ce que Dieu dit aux épouses (3.18)

« 18 Femmes, soyez soumises chacune à votre mari, comme il convient dans le Seigneur. »

C’est généralement le moment où le prédicateur prend une armure pour se protéger de la colère de la foule féminine !

Bien aimés, je suis conscient qu’il y a beaucoup d’émotions dans ce terme de soumission. Des générations de femmes ont été maltraitées à la fois par une mauvaise compréhension de ce texte, et par l’oubli du suivant qui dit aux hommes d’aimer leur épouse !

Mais ce n’est pas parce que des hommes pervers et méchants ont déformé le sens du texte biblique que nous allons l’ignorer !

Quand il est dit « femme », il est question d’une femme mariée. Ce n’est en aucun cas une demande au genre féminin d’être soumise au genre masculin.

Que veut dire le verbe « se soumettre » ? Généralement on pense au combat des associations féministes, qui ne veulent surtout pas d’un tel état de chose. Qu’en dit la Bible ?

  1. Le verbe se soumettre n’est pas léger ! L’obéissance est généralement associée au verbe
  2. Le verbe se soumettre n’introduit aucunement un rang dans la relation humaine.
  3. Le verbe se soumettre est utilisé avec l’idée d’un choix volontaire
  4. Le verbe se soumettre engage l’ensemble de la communauté des chrétiens à divers niveaux :

Qu’est-ce qu’on peut dire d’un tel verset ?

  • Honte aux hommes qui demandent à leur femme d’être soumise. Il n’est dit nulle part : maris, assujettissez chacun votre femme… Il est dit aux maris d’aimer leur femme. Si un homme le demande, il faut lui répondre que c’est un beau verset mais qui ne le concerne pas (celui qui le concerne vient juste après !), et qu’avant de s’intéresser à la paille de l’autre, il faut s’occuper de sa poutre…
  • Fondamentalement, Paul demande une attitude volontaire au sein du couple, où une femme honore son mari, lui manifeste confiance et respect, et converse avec lui pour les décisions majeures qui concernent le foyer. C’est reconnaître que le couple rassemble deux personnes de même rang, de même dignité, de même capacité, mais qui sont complémentaires.
  • Cela correspond à l’ordre créationnel.
  • Cette attitude prend modèle sur la trinité

Généralement, avec ce verset, on pense aux situations difficiles :

  • « Si mon mari me bat, je me soumets ? » Vous connaissez ma réponse. En aucun cas ! Il y a une précision majeure qu’il ne faut pas louper : « Dans le Seigneur ».
  • En cas de violence conjugale, il faut absolument appeler les autorités chargées de vous protéger. La police d’abord. Les responsables de l’Église peuvent être invités à superviser un processus de repentance ou de discipline.
  • Et je crois que si un homme de cette église était violent avec sa femme, il serait, au terme d’un processus de discipline interne selon Matt 18, expulsé de l’Église, ouvrant le droit au divorce.
  • En tout cas, aucune autorité humaine, ne peut s’élever au-dessus de Dieu. Dieu est l’autorité ultime, en sorte qu’il faut user de notre bon sens pour répondre aux situations de la vie sans qu’on puisse jamais dire * « je n’ai qu’obéi aux ordres… »

Ce que Dieu dit aux époux (3.19)

« 19 Maris, aimez chacun votre femme, et ne vous aigrissez pas contre elle. »

Le couple est une pièce à deux côtés. Un homme / une femme. Il est rare que seul l’homme fasse capoter le couple. Et il est rare que seule la femme fasse capoter le couple. C’est une danse, c’est une collaboration, …

Et voici l’autre côté de la même pièce. Paul exige des maris qu’ils aiment leur épouse. Le verbe agapao ne laisse aucun doute sur la force voulue. Il s’agit d’un amour absolu, constant. En voyant comment l’apôtre Paul l’appuie sur l’amour de Christ pour l’Église, on voit que c’est un amour sacrificiel.

Alors regardons un peu plus ce que Paul demande.

Une première remarque : aimer fait partie de la grande aventure chrétienne.

Une deuxième remarque, c’est que l’amour dont il est question puise dans la totalité de l’être. L’amour, et particulièrement l’amour conjugal, a de multiples composantes. Il y a de l’affection, de la sensualité, il y a de l’émotion, il y a des réconciliations… mais l’amour Agape est un amour de tout ce qu’on est. C’est une volonté, un choix qui va déborder sur les autres dimensions de l’amour.

Une troisième remarque, c’est que la mesure de l’amour du mari est… à la hauteur de l’amour du Christ pour l’Église. Quand on pense à cela, cela devient tout de suite inquiétant pour nous qui sommes mariés !

Quelle application à faire de tout ceci ?

  • Aimer c’est donc valoriser l’autre, prendre soin de l’autre, accompagner l’autre.
  • Ce n’est certainement pas conduire l’autre ou lui demander d’obéir ou lui prescrire.
  • Aimer c’est un sacrifice. C’est accepter de renoncer à tout ce qui ferait obstacle à la relation à l’autre.

Je trouve remarquable la complémentarité des perspectives. Respect d’un côté, soin de l’autre.

Conclusion

Dans mon couple :

  • Qu’est-ce qui bloque?
  • (H) Comment est-ce que je te montre mon respect ? Ma confiance ? Qu’est-ce qui te communique l’inverse ?
  • (F) Comment est-ce que je te montre mon amour ? Ma confiance ? Qu’est-ce qui te communique l’inverse ?

Cet article n’est qu’un court résumé de l’étude biblique sur Colossiens 3.16-17. Ne ratez pas le texte complet (pdf) et la version audio (mp3, 12 Mo, 40 min) . Retrouvez ici le sommaire de cette série, dans la rubrique Approfondir ses connaissances. Il est possible de podcaster cette série, voir le sommaire pour plus d’information.

 

Credit photo:
yourdon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents