Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLes dénominations protestantes et évangéliques – Les Eglises de Sainteté

Les dénominations protestantes et évangéliques – Les Eglises de Sainteté

geom.XV_90x90cm

L’École Biblique Emmaüs de Côte d’Ivoire nous a proposé de diffuser certains de leurs cours et c’est avec un grand plaisir que nous vous proposons le premier d’entre eux, « Les dénominations protestantes et évangéliques », par Olivier de Tarragon. Un sommaire de cette série vous permettra de retrouver l’ensemble des fiches de ce cours. Une version PDF de l’ensemble sera disponible dès la dernière fiche publiée. Aujourd’hui, les Eglises de Sainteté.

3 – Les Eglises de Sainteté

A – L’origine

Pendant la seconde moitié du 19e s. de nombreux chrétiens aux U.S.A. surtout parmi les méthodistes, se plaignaient du formalisme de leurs églises, du manque de discipline et des vues modernistes de beaucoup de pasteurs. Ils désiraient une religion de cœur et une vie sainte.

Leur porte-parole sont : Charles Finney (1792-1875) avocat converti qui amenait ses auditeurs à la conviction de péché puis les invitait à manifester par un geste visible qu’ils étaient disposés à accepter la grâce de Dieu ; Dwight L. Moody (1837-1899) fonda une église à Chicago puis fit des campagnes de réveil en Angleterre et revint fonder son institut biblique de Chicago ; R.A. Torrey, (1856-1928) directeur de l’institut biblique de Los Angeles, etc. …

Des groupements se formèrent dans des églises et devinrent de plus en plus importants.

B – La doctrine

Avec la fidélité à la Bible, on enseigne la possibilité d’atteindre la sainteté en trois étapes :

  • la justification par la foi
  • la purification de tous les péchés
  • le baptême du Saint-Esprit qui est une seconde bénédiction

Beaucoup croient en plus aux doctrines particulières suivantes :

  • la guérison divine
  • le parler en langues
  • le retour proche du Seigneur pour établir son royaume sur terre.

C – L’organisation

Les nouveaux groupements gardent les caractères propres à leur dénomination.

D – Le culte

Celui-ci reste le culte de la dénomination à laquelle le groupement fait partie.

E – Le développement

Après de vains efforts pour rester dans leurs dénominations, de nombreux groupements en sortent aux U.S.A. entre 1890 et 1894 et établissent ainsi de nouvelles églises dont les plus importantes sont :

  • l’Eglise Méthodiste Libre en 1860, avec plus de 60 000 membres
  • les Nazaréens en 1894, avec plus de 200 000 membres
  • les Eglises de Dieu, de 1886 à 1903, avec plus de 350 000 membres (non pentecôtistes)
  • l’Alliance Chrétienne et Missionnaire (C.M.A.) en 1897
  • les Assemblées de Dieu en 1906

En Europe, ce sont :

  • la Communauté de foi Apostolique en Allemagne du Sud (rejet du « Notre Père »)
  • la Communauté de Philadelphie, en 1905, distingue trois rangs parmi les chrétiens : ceux du parvis / chrétiens de nom ; ceux du lieu saint / chrétiens charnels et ceux du lieu très saint / chrétiens spirituels (eux !) qui seuls seront enlevés au retour de Jésus tandis que les autres passeront par la Grande Tribulation.
  • l’Assemblée Evangélique des Frères, en 1914 en Suisse, qui enseigne le perfectionnisme et la guérison divine (rejet des soins médicaux).
  • la convention de Keswick, en Ecosse, commencée en 1875, suit le mouvement de sainteté.
Credit photo:
hildeengwenverbouwen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents