Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLes dénominations protestantes et évangéliques – L’Église Anglicane

Les dénominations protestantes et évangéliques – L’Église Anglicane

L’École Biblique Emmaüs de Côte d’Ivoire nous a proposé de diffuser certains de leurs cours et c’est avec un grand plaisir que nous vous proposons le premier d’entre eux, « Les dénominations protestantes et évangéliques », par Olivier de Tarragon. Un sommaire de cette série vous permettra de retrouver l’ensemble des fiches de ce cours. Une version PDF de l’ensemble sera disponible dès la dernière fiche publiée. Aujourd’hui, l’Église Anglicane.

geom.XVII_70x100cm3 L’Église Anglicane

A L’origine

L’Eglise d’Angleterre avait connu déjà longtemps avant la Réforme une certaine indépendance dans ses relations avec la papauté. En ce début du 17e s. il restait encore des disciples de Wyclif ou de Tyndale. Wyclif, professeur à Oxford, fut exclu de cette université pour s’être élevé contre l’immoralité des moines et avoir rejeté la papauté. Il traduisit la Bible en Anglais tout en combattant des erreurs catholiques.

L’occasion d’une séparation complète se présenta sous le règne du roi Henry VIII (1509-1547). Celui-ci répudia sa femme Catherine d’Aragon, tante de Charles-Quint d’Habsbourg, parce qu’elle ne lui avait pas donné d’enfant mâle héritier. Le pape qui avait refusé de donner son accord, excommunia le roi, tandis que le parlement ratifia la rupture de l’Eglise d’Angleterre avec Rome en promulguant l’Acte de suprématie en 1534, donc quelques années après la réforme de Martin Luther (1517). Henry VIII fit répandre la Bible en anglais mais il décapitait les catholiques comme rebelles et brûlait les protestants comme hérétiques !

L’Eglise Anglicane reçut sa doctrine officielle et son organisation sous Edouard VI (1547-1553) et Elisabeth (1558-1603), grâce à Cranmer, archevêque de Canterbury qui fit appel aux réformateurs Bucer, Laski et Knox.

B La doctrine

1) La base doctrinale
  • les 39 articles, rédigés par Cranmer, archevêque de Canterbury en 1552, et Bucer, Knox et Laski
  • le livre de prière qui est une liturgie en anglais (à la place du latin) rédigée en 1549
2) Les points particuliers
  • le respect pour la Tradition de l’Eglise ; l’inspiration de la Bible ; les symboles des Apôtres, de Nicée et d’Athanase
  • la condamnation des erreurs catholiques comme la messe, la transsubstantiation, le purgatoire, le célibat des prêtres, … tout en en conservant d’autres telles la régénération baptismale ou les prières pour les morts.
3) Les mouvements spirituels Anglicans

Bien que la réforme protestante soit née en Allemagne, c’est de l’Angleterre que sont sortis les grands réveils, la plupart des œuvres évangéliques et des missions présentes dans le monde entier. Il est donc bon de connaître l’évolution de l’Eglise Anglicane de sa naissance à nos jours :

  • le réveil puritain au début du 17e s. pour éliminer les restes du catholicisme et émanciper l’Eglise de la tutelle de l’Etat
  • la réaction anglicane rétablissant les cérémonies catholicisantes à la fin du 17e s.
  • le rejet des Ecritures et la religion naturelle au début du 18e s.
  • le réveil méthodiste à la fin du 18e s. avec Wesley et Whitefield
  • le mouvement d’Oxford au début du 19e s. pour un rapprochement avec le catholicisme
  • – le réveil d’Oxford et de Keswick à la fin du 19e s. insistant sur la sanctification et l’œuvre missionnaire
  • le libéralisme à la fin du 19e s. importé d’Allemagne
  • le réveil du pays de Galles au début du 20e s. avec Evan Roberts
  • – le néo-libéralisme du milieu du 20e s. avec Robinson, Bultmann (Allemagne), Bonhoeffer (Suisse)
  • le mouvement estudiantin très évangélique et actif dans les universités

Il y a trois tendances dans l’Eglise Anglicane :

  • la Haute Eglise (High Church), très ritualiste et catholicisante (transsubstantiation, mariologie)
  • la Basse Eglise (Low Church), évangélique, collabore avec les églises indépendantes
  • l’Eglise Large (Broad Church), très libérale, négligeant la doctrine

C L’organisation

1) Les membres

Sont membres, ceux qui sont baptisés et confirmés.

2) Les ministères

L’Eglise Anglicane est épiscopale et se croit dans la succession apostolique (comme le Vatican) ou par imposition des mains l’autorité des apôtres serait transmise aux évêques. Le clergé comprend trois rangs :

  • les évêques (dont deux archevêques, ceux de Canterbury et York) en charge de l’ordination, de la confirmation et de la consécration des temples
  • les prêtres qui s’occupent des cultes et administrent les sacrements. Selon leur fonction, ils ont des titres divers : doyen (prêtre principal d’une cathédrale), chanoine (second prêtre d’une cathédrale), recteur (prêtre, gérant des biens d’une paroisse), vicaire (prêtre où un laïc gère les biens de la paroisse) et curé (prêtre suffragant)
  • les diacres qui sont des stagiaires et se préparent à devenir prêtres

L’Eglise Anglicane a aussi des moines qui comme les catholiques font les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance.

3) le gouvernement

Le roi (ou la reine) est le chef de l’Eglise Anglicane sur terre. Le parlement exerce le pouvoir législatif. Les évêques sont nommés par la couronne sur proposition du gouvernement.

Les prêtres sont nommés par la paroisse selon le système du patronat. Le patron peut être le roi, le gouvernement, l’évêque, une université ou un individu désigné comme tel.

Aux U.S.A. les Eglises Episcopales sont séparées de l’Etat et l’autorité revient à un synode composé de deux chambres : la chambre des évêques et la chambre des députés (prêtres et laïcs).

D Le culte

Il est très développé et somptueux.

Les temples sont des grands bâtiments avec vitraux et images. L’autel est au centre et la chaire sur le côté. Les officiants et les choristes ont des vêtements spéciaux.

La liturgie est très longue avec des chants, lectures, répons et prières. Il y a une liturgie prévue pour chaque jour de l’année ; matin et soir (comme le bréviaire catholique). En plus des fêtes annuelles, il y a celles des saints mais qu’on n’invoque pas.

Il y a abstinence tous les vendredis et pendant les 40 jours précédant Pâque (comme les catholiques).

Les sacrements sont le baptême et la cène. Le baptême sauve et se fait en immergeant les enfants. La cène est célébrée sous les deux espèces tous les dimanches. Les communiants s’agenouillent devant l’autel (cf. le catholicisme) et la participation à la cène est obligatoire à Pâque (cf. le catholicisme) et au moins deux autres fois dans l’année.

E Le développement

L’Eglise Anglicane comprend douze groupes nationaux dans le monde avec environ 70 millions de membres (enfants compris) dans 164 pays. Chaque groupe national est autonome mais tous sont en relation entre eux et avec l’archevêché de Canterbury.

Tous les dix ans a lieu une assemblée de tous les évêques à Lambeth en Angleterre.

L’Angleterre compte environ 30 millions d’adhérents ; le Canada, 2,5 millions ; les U.S.A. (Eglise Episcopale), 3 millions ; l’Australie, 4 millions ; l’Afrique du Sud, 1,2 millions.

Les champs de mission sont : les Antilles, le Nigeria, le Ghana, le Rwanda, l’Ouganda.

Credit photo:
hildeengwenverbouwen

One thought on “Les dénominations protestantes et évangéliques – L’Église Anglicane

  1. Pingback: Les dénominations protestantes et évangéliques – L’Église Anglicane « La Bible PDF – Actualités Chrétiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents