Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLes dénominations protestantes et évangéliques – Les Églises Réformées

Les dénominations protestantes et évangéliques – Les Églises Réformées

L’École Biblique Emmaüs de Côte d’Ivoire nous a proposé de diffuser certains de leurs cours et c’est avec un grand plaisir que nous vous proposons le premier d’entre eux, « Les dénominations protestantes et évangéliques », par Olivier de Tarragon. Un sommaire de cette série vous permettra de retrouver l’ensemble des fiches de ce cours. Une version PDF de l’ensemble sera disponible dès la dernière fiche publiée. Aujourd’hui, les Eglises Réformées.

geom.XIV_50x75cm2 – Les Eglises Réformées

A – L’origine

Ces églises issues de la Réforme se sont propagées en France et en Suisse Romande selon l’enseignement de Jean Calvin (1509-1564). Celui-ci, né en France, fit des études de théologie, de droit et de lettres à Paris, Orléans et Bourges. Il se convertit subitement et ses progrès dans la foi furent si rapides qu’on venait de tous côtés le consulter. Il dût se réfugier en Suisse où il écrivit l’Institution Chrétienne. Guillaume Farel l’adjura de rester à Genève où il lui donna la première place dans l’église. Mécontents de la discipline exercée par Calvin, les Genevois le chassèrent et il se rendit à Strasbourg. Il y épousa la veuve d’un anabaptiste puis fut rappelé à Genève à cause des désordres apparus en son absence. Ce second séjour dura 23 ans au cours desquels Calvin organisa les Eglises Réformées.

De nombreux pays se sont ouverts par la suite au calvinisme : l’Ecosse, la Hollande, toute la Suisse, la Hongrie, les U.S.A.

B – La doctrine

1) La base doctrinale

La doctrine des Eglises Réformées est exposée dans une série de confessions de foi et de catéchismes : La confession de foi de la Rochelle, rédigée par Calvin (adoptée à Paris en 1559, confirmée à La Rochelle en 1970); la confession des Pays-Bas ; la confession Helvétique (Zwingli) (1536); la deuxième confession de foi helvétique qui remplace la première (1566), la confession de Westminster (Ecosse) (1644), le grand et petit catéchisme de Westminster (1644) ; le catéchisme de Calvin (1542) ; le canon de Dordrecht.

2) Les points particuliers
  • insistance sur la souveraineté de Dieu
  • insistance sur la prédestination (simple ou double)
  • autorité suprême de la Bible
  • affirmation du péché originel qui n’est pas effacé par le baptême
  • rejet du perfectionnisme
  • condamnation très nette des erreurs catholiques

Bien des églises réformées sont devenues libérales et modernistes.

C – L’organisation

1) Les membres

Sont membres les baptisés et confirmés. Dans certains pays, il faut aussi être inscrits comme membres communiants. En France, il y a des membres ordinaires et des membres électeurs.

2) Les ministères

Contrairement au luthéranisme, Calvin ayant été plus loin dans la Réforme, il n’y a pas de hiérarchie et le régime n’est pas épiscopal mais presbytérien (les anciens dirigent l’église locale).

  • les pasteurs assurent la prédication et administrent les sacrements. Nommés par l’église ou son conseil presbytéral, leur nomination est ensuite confirmée par le synode puis après un temps de stage, ils sont consacrés par d’autres pasteurs par imposition des mains.
  • les anciens sont nommés par l’assemblée locale et dirigent l’église avec le pasteur
  • les diacres s’occupent des pauvres et des malades
3) Le gouvernement

Calvin voulait l’union de l’Eglise avec l’Etat mais sans confusion.

L’Eglise doit avoir une autorité indépendante de l’Etat et ne doit pas se mêler des affaires temporelles de celui-ci.

L’Etat de son côté, doit protéger l’Eglise. Auparavant si le pouvoir suprême était hostile à l’Eglise, les magistrats inférieurs (princes, seigneurs, parlementaires) devaient la protéger et s’il le faut par les armes.

L’Eglise Réformée est unie à l’Etat dans certains pays (Pays-Bas, Belgique, Ecosse, Suisse) mais elle en est séparée ailleurs.

L’Eglise est gouvernée par un type parlementaire à 4 étages :

  • le conseil presbytéral de chaque assemblée formé par le pasteur et les anciens
  • le consistoire de district formé par tous les pasteurs et un nombre égal d’anciens
  • le synode régional avec les représentants des consistoires de district
  • le synode national, groupant une fois par an, des représentants des synodes régionaux avec autant de laïcs que de pasteurs.

D – Le culte

Les temples sont dépourvus de vitraux, tableaux, statues, cierges, autel.

Le pasteur a une robe noire et les chants n’étaient auparavant que des psaumes chantés avec accompagnement d’orgue. En France 1/3 des 400 pasteurs sont des femmes.

La liturgie comprend la récitation du Symbole des Apôtres et du Notre Père avec des prières libres.

Les sacrements sont considérés comme les signes visibles de la grâce invisible mais ne donnent pas le salut :

  • Le baptême est donné aux enfants de parents croyants et communiants par aspersion. Devant se convertir ensuite, ils sont confirmés à 12-14 ans après deux ans de formation.
  • La sainte cène est célébrée 4 fois par an mais il y a une tendance à l’avoir chaque mois. Jésus y est présent réellement mais seulement spirituellement et non physiquement (comme pour les catholiques – transsubstantiation – et les luthériens – consubstantiation -).

E – Le développement

Les églises Réformées s’appellent « Presbytériennes » dans les pays anglophones.

C’est la première église protestante en France avec 350 000 membres. En Suisse, les décisions des synodes sont ratifiées par l’Etat. Il y a environ 3 millions de membres. En Belgique la branche nationale est unie à l’Etat mais n’a que quelques dizaines d’assemblée. Les Pays-Bas ont environ 5 millions de membres réformés répartis en une branche très libérale et une autre très calviniste. La Hongrie a 2 à 3 millions de membres et l’Allemagne environ 3 millions.

L’Ecosse en a 4 millions tandis que l’Angleterre en aurait moins de 100 mille. Au Canada, les Eglises Presbytériennes se sont unies aux Congrégationalistes et aux Méthodistes pour former « l’Eglise Unie du Canada » avec environ 4 millions de membres. Les deux branches Presbytériennes des U.S.A. comptent ensemble 4 millions de membres. En Afrique du Sud, l’Eglise Réformée, d’origine Hollandaise, est la plus importante du pays.

Les églises presbytériennes ont des champs de mission au Brésil, Cameroun, Madagascar, Corée, Indonésie.

L’Alliance Réformée Mondiale (1875) regroupe plus de 200 groupes d’églises avec 75 millions de membres répartis dans 107 pays. En 1970, les Eglises congrégationalistes se sont jointes à cette union mondiale.

Credit photo:
hildeengwenverbouwen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents