Main menu
Un poisson dans le netÉpitre aux Colossiens Étude bibliqueÉpitre aux Colossiens (4-2) : Jésus-Christ est Dieu (1.15)

Épitre aux Colossiens (4-2) : Jésus-Christ est Dieu (1.15)

Précédent…

Nous poursuivons notre article de la série sur l’Épitre aux Colossiens. Exceptionnellement, en raison de la richesse du passage, nous vous le présentons en plusieurs parties consécutives. Aujourd’hui : 2. Jésus-Christ est Dieu (1.15). Si vous avez raté le premier article, commencez par là

Jésus-Christ est Dieu (1.15)

Big Heart of Art - 1000 Visual Mashups

« 15 Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. »

La notion d’image dans la Bible n’est pas celle du miroir ; un commentateur souligne :

« Dans la pensée grecque, l’image participait à la nature de l’objet, en était une émanation ; [en faisant du monde un image de Dieu et de l’homme un image du cosmos, Platon (Timée 92c) et à sa suite Philon, Plutarque […] tendaient à diviniser le monde et l’homme » Daniel Furter, Colossiens, Edifac, p. 97.

Que signifie que Jésus est l’image de Dieu ?

Il faut le mettre en lien avec l’invisibilité de Dieu. Dieu est invisible à nos sens communs. D’abord parce qu’il est Esprit, déjà. Ensuite parce qu’il est immense. Enfin parce qu’il est d’une essence fondamentalement autre, étrangère à l’ordre créé.

Jésus dit : « celui qui me contemple, contemple celui qui m’a envoyé » (Jean 12:45) et « celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14.9). Lui est donc l’image, la révélation de Dieu même.

Par opposition, nous sommes créés à l’image de Dieu. Jésus, lui, est l’image de Dieu.

Ce propos mine toute prétention à se croire supérieur. De par son essence d’image divine, Jésus est pleinement suffisant pour tous ceux qui ont soif de Dieu.

Bien entendu, la formulation « le premier-né de toute la création » a fait couler beaucoup l’encre, notamment chez les Témoins de Jéhovah. Ils sont les héritiers d’un ancien de l’Église d’Alexandrie du nom de Arius (4e siècle) qui enseignait :

  1. qu’il n’y avait qu’un seul Dieu éternel
  2. que ce Dieu avait, un jour, « généré » le fils
  3. et que le fils était devenu en quelque sorte le bras droit de Dieu.

Un débat a eu lieu à Nicée en 325, en présence de 300 évêques. Il y avait là un petit homme du nom d’Athanase, qui n’était que diacre, et qui a défendu, dans les coulisses, la notion que le Fils était de « même substance » / « essence » (homoousios) ; alors que les ariens disaient au contraire qu’il était homoïos, c’est-à-dire « ressemblant » à cette substance… Quelques lettres de différence et vous avez la différence entre l’orthodoxie et l’hérésie.

L’un des versets les plus fréquemment utilisés par l’arianisme – comme par les Témoins de Jéhovah – c’est précisément Col 1.15. S’il est « le premier-né de toute la création » c’est donc qu’il a été créé. Et toc !

Mais pas du tout ! « Premier né », dans la Bible, ne veut pas toujours dire le premier engendré ou créé :

  • Certes, c’est parfois le cas comme en Luc 2.7, où il est question de Jésus, le premier-né de Marie.
  • Parfois c’est l’image du choix de Dieu. Ex 4.22, Israël est le premier né de Dieu.
  • Et surtout, le premier-né désigne la prééminence, la suprématie, la supériorité.

Dans le Ps 89.28, Dieu dit qu’il fera de David le « premier né ». Or il était le dernier né de la famille de son père. Dans Jér 31.9, Dieu dit qu’Ephraïm est son premier né. Or c’est son deuxième fils, né après Manasseh.

Quand Paul dit que Jésus est « le premier-né de toute la création », il ne faut pas lire ‘le premier créé’ mais le supérieur / l’héritier / le dominant de toute la création.

Suite…

Credit photo:
qthomasbower

Two thoughts on “Épitre aux Colossiens (4-2) : Jésus-Christ est Dieu (1.15)

  1. Jésus Christ est-il Dieu ? Qu’en dit la Bible ?
    La réponse à ces deux questions nous paraît simple au regard de la notion biblique de Dieu. En effet, selon Jean 10:34-35 on peut lire : «34 Jésus leur répondit : “ N’est-il pas écrit dans votre Loi : ‘ J’ai dit : “ Vous êtes des dieux ” ’ ? 35 S’il a appelé ‘ dieux ’ ceux contre qui la parole de Dieu est venue, et pourtant l’Écriture ne peut être annulée.»
    Cela revient à dire qu’un homme est un Dieu. D’ailleurs il ne peut en être autrement car en Genèse 1:26-27, n’est-il pas écrit : «Et Dieu dit encore : “ Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’ils tiennent dans la soumission les poissons de la mer, et les créatures volantes des cieux, et les animaux domestiques, et toute la terre, et tout animal se mouvant qui se meut sur la terre. ” 27 Et Dieu se mit à créer l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa.» ?
    Donc un homme (ou même une femme) est un Dieu en miniature.
    De là on peut conclure que le mot (ou le nom) Dieu est un nom commun des entités intelligentes dotées de pouvoir de décisions. Là, les anges (et même les démons y compris Satan le Diable) sont des « Dieux ». Jésus étant l’archange, le titre ou le nom de Dieu lui revient de plein droit. Cependant, nous ne devons pas perdre de vue qu’il n’y a que seul le Créateur qui mérite vraiment et éternellement le titre de Dieu, c’est pourquoi Jésus lui-même reconnaît ce dernier comme l’unique et véritable Dieu en Jean 17:3 où il est dit : «Ceci signifie la vie éternelle : qu’ils apprennent à te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ» Cela semble reprendre et confirme ce que disait Moïse en Deutéronome 6:4 où il est dit : «Écoute, ô Israël ! Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah.» Pas de confusion entre Jésus Christ et Dieu le Père car Jésus Christ marque la supériorité ou la grandeur de Dieu en ces termes dans Jean 14:28 ainsi : «Vous avez entendu que je vous ai dit … parce que le Père est plus grand que moi.»

  2. Voici un lien qui pourrait vous intéresser: http://cms.unpoissondansle.net/dwn/TJ_divinite_Jesus.pdf .
    Soyons logique (je suis logicien, et tout ce qui touche au raisonnement me touche et me semble relativement… naturel, disons), le fait que Jésus dise « le Père est plus grand que moi » n’affecte en rien un prétendu caractère divin, si caractère divin il y a: cela montrerait alors qu’il y a deux rôles mais pas nécessairement deux entités distinctes (d’ailleurs Jéhovah s’envoie lui-même dans l’A.T: pourtant, Jéhovah est bien Jéhovah). Mais Jésus est-il Dieu, empreint DU caractère divin? Nous savons qu’en lui habite pleinement « toute la plénitude de la divinité » (Col. 2:8), qu’il est la Parole (Jean 1), et que cette Parole (logos, en grec) est DIEU (othéos, en grec: certes lorsqu’il y a « LE dieu DE CE SIECLE », le contexte laisse supposer qu’il ne s’agit pas du Père. Cependant, ici il s’agit clairement de Dieu, ce même mot étant traduit par « Jéhovah », d’ailleurs, dans la Traduction du Monde Nouveau (TMN), quelques versets plus loin). J’ai ajouté des majuscules car ne pouvant mettre d’italiques. Ainsi, « le Père est plus grand que moi », et beaucoup d’autres versets, ne font que mettre en avant que Jésus était parfaitement homme, en même temps d’être parfaitement Dieu: il est Dieu venu en tant qu’homme (vous pouvez relire Jean 1). Plus encore, malgré ce que peuvent dire certains de mes bons amis musulmans, Jésus dit lui-même être Dieu (il y a un article intéressant à ce sujet sur ce site, si je ne me trompe pas. Ah, oui: http://cms.unpoissondansle.net/?p=5402 ). En effet, des passages comme « Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, avant qu’Abraham soit venu à l’existence, moi, je suis » (Jean 8:58. Et non pas « j’étais »), sont on ne peut plus clairs; d’où, d’ailleurs, la volonté de ceux présents de le lapider.
    Enfin, voilà une réponse bien courte, et mon but n’est pas de ré-expliquer quelque chose maintes et maintes fois entendu (et lu: cf l’article initial), mais simplement de soulever un point primordial: si ce n’est pas Dieu qui, sous la forme d’un homme, meurt à MA place pour MES péchés, qu’est-ce qui peut me délivrer d’une condamnation éternelle? Car si Dieu est parfaitement amour, il est aussi parfaitement justice: or « le salaire du péché c’est la mort », et Dieu étant parfaitement SAINT, la moindre trace de péché ou de mal, m’éloigne de lui à tout jamais et m’empêche de mériter quoi que ce soit. Ainsi, la solution que Dieu a donnée est la suivante: seul Celui qui est parfait peut payer MA dette qui DOIT être payée (justice de Dieu) à MA place (amour de Dieu). Il est nécessaire d’être purifié (i.e, de ses fautes) pour entrer dans le royaume de Dieu (c’est ce que dit Jésus à Nicodème dans Jean 3 (cf le passage, pour le contexte), en lui parlant de « naître d’eau ») Oui, c’est un message… choquant! Un Salut total et gratuit (malgré ce qu’enseigne Vatican II), qui ne dépend pas de ma propre attitude (Eph. 2:8-9)! MAIS, c’est le SEUL message qui peut transformer totalement les vies (cf la « nouvelle naissance » dans Jean 3, ou 2 Cor. 5:17, avec son contexte)! Il ne s’agit pas d’une transformation « intellectuelle », mais d’une transformation totale: « toutes choses sont devenues nouvelles ». C’est en tout cas un message fondamental, que j’ai à cœur de partager à tous. Si vous mourrez demain, savez-vous où vous aller? (sur l’assurance du Salut: http://af.colombes.free.fr/Messages/assurance_du_salut.htm ou http://www.sourcedevie.com/pdf/C102-assurance-salut.pdf ). Voilà, à une prochaine!
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents