Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLes bases de la logique (7) : l'argument d'ignorance

Les bases de la logique (7) : l'argument d'ignorance

UFO NorwichRappel : Nous avons entamé avant Noël une série d’articles sur l’utilisation du raisonnement logique dans notre témoignage. Nous vous invitons à lire ou à relire les premiers articles de la série avant de poursuivre…

Nous poursuivons aujourd’hui la description des sophismes (raisonnements fallacieux) les plus couramment rencontrés dans les conversations. Référez-vous au sommaire de cette série d’articles pour les bases "théoriques" sur lesquelles nous allons nous appuyer…

Nous nous appuyons sur la classification établie par le site chrétien The Illogic Primer.

1. Les sophismes de distraction

Les sophismes de distraction sont caractérisés par l’utilisation illégitime d’un opérateur logique dans le but de distraire l’interlocuteur et de lui cacher l’erreur de certaines propositions. Ils comprennent :

  • les faux dilemmes
  • l’argument d’ignorance
  • les pentes glissantes
  • les questions complexes

1.2 L’argument d’ignorance

Principe

Cette erreur a lieu quand on suppose que parce que quelque chose n’a pas été infirmé, il est forcément vrai. À l’inverse, un tel argument pourrait laisser supposer que tant que quelque chose n’a pas été prouvé, il est obligatoirement faux. On emploie parfois des expressions particulières pour désigner ce sophisme :

  • le manque de preuves n’est pas une preuve
  • la preuve négative
  • la conclusion par manque de connaissances

Ce sophisme est en fait un type de faux dilemme puisqu’il exclut une troisième possibilité qui serait : il n’y a pas suffisamment d’informations pour prouver que la proposition est vraie ou fausse.

Il se pourrait même qu’il faille choisir entre 4 possibilités :

  1. la proposition est vraie
  2. la proposition est fausse
  3. on ne sait pas si elle est vraie ou fausse
  4. il n’est pas possible de savoir laquelle des options précédentes est vraie !

Exemples d’arguments d’ignorance

(les deux premiers exemples procèdent bien du même sophisme !)

  • Étant donné que personne n’a été capable de prouver que les OVNIs n’existent pas, ils doivent exister.
  • Étant donné que personne n’a été capable de prouver que les OVNIs existent, alors ils ne doivent pas exister.
  • puisque nous ne pouvons concevoir la raison qui a poussé un Dieu bon et tout puissant à laisser faire cela (exemple : la souffrance, l’injustice), alors Dieu n’existe pas.

Résoudre les arguments d’ignorance

Pour résoudre un argument d’ignorance, il faut l’identifier et défendre le fait que la proposition peut être vraie même si on ne sait pas si elle l’est (et vice-versa). Cela donne, pour le second exemple cité :

  • A : « Étant donné que personne n’a été capable de prouver que les OVNIs existent, alors ils ne doivent pas exister. »
  • B : « Tu raisonnes à partir de l’ignorance et ta logique ne tient pas : on n’a pas été capable de prouver que les OVNIS existent, ça c’est vrai. Et donc ils peuvent effectivement ne pas exister, mais il se pourrait très bien qu’en fait ils existent sans qu’on les ait détectés. »

Attention, les arguments d’ignorance sont parfois justifiés !

Exemple trivial : dans un tribunal, l’absence de preuve de culpabilité est considérée comme une preuve d’innocence.

De fait, il est parfois pertinent d’utiliser cet argument, tout dépend du contexte…

Sources :

Credit photo:
Nissan Juke Tekna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents