Main menu
Un poisson dans le netRéflexionQuel avenir pour nous ?

Quel avenir pour nous ?

Quel avenir pour moi?

Que m’arrivera-t-il demain, dans cinq ans, ou plus tard ? Peut-on se fier aux prédictions de la parapsychologie (astrologie, voyance…) ?

De tout temps, l’homme a tenté de connaître l’avenir. Aujourd’hui ne fait pas exception. Les statistiques témoignent même d’un intérêt croissant porté à l’avenir.

  • 1 Français sur 5 consulte régulièrement une voyante.
  • 1 jeune sur 2 (18-24 ans) croit à l’astrologie.
  • Environ 40 000 voyants et astrologues reçoivent 10 à 12 millions de clients par an en France, sans compter les sites web spécialisés, les livres, les astroflashs, les colloques sur le sujet.

Pourquoi l’avenir nous préoccupe-t-il ?

Simple curiosité… mais aussi crainte de l’inconnu, besoin de sécurité et d’espérance. Écoutons l’interview de cette voyante :

  • Quels sont les problèmes que viennent vous poser les gens ?
    En principe, d’abord le chômage, ensuite l’amour et la santé
  • Est-ce que vous leur donnez du travail ?
    Non, bien sur, mais de l’espoir !

Chômage et problèmes de santé concrétisent au niveau individuel le climat d’incertitude actuel. Un tel climat nous fait regarder l’avenir avec un fond d’angoisse, d’autant plus que « l’individu se retrouve seul face à lui-même sans le soutien d’une société qui se vit sans avenir. L’éphémère est roi… et sans idéal une société n’a pas d’avenir« , comme le déclare le psychiatre Tony Anatrella.

Les gens ont besoin de points de repère, de réconfort, et ils sont prêts à aller voir des parapsychologues qui les rassurent et leur donnent de l’espoir au niveau professionnel mais aussi en matière d’amour. « L’espoir fait vivre« . L’espoir est probablement ce qui manque le plus dans notre société matérialiste, hypersophistiquée. Mais est-ce vraiment une raison pour laisser la porte ouverte à l’irrationnel ?

L’avenir entre les lignes, ou dans les astres ?

Les calculs des thèmes astraux ne sont-ils pas purement mathématiques ? Ne sortent ils pas sur ordinateurs ? Certes mais leur interprétation est très subjective : les natifs du « Lion » seraient forts, ambitieux… Un type de caractère est associé à un signe du zodiaque en fonction de son nom. Ce nom dépend de la figure évoquée dans le ciel par les étoiles de la constellation correspondante. Une telle règle s’avère arbitraire. Considérez encore que la figure aperçue ne représente pas la réalité : c’est une illusion d’optique. Non seulement nous sommes soumis à un effet de perspective dû à la position de la terre, mais en plus nous n’apercevons pas à l’oeil nu bon nombre d’étoiles qui viennent briser ou modifier les lignes imaginaires formant ladite figure.

Par surcroît, les signes ne correspondent plus aujourd’hui avec les constellations qui portent leur nom : il y a un décalage d’environ un rang à cause du mouvement de précession de la terre: le natif du « Cancer » devraient être en réalité « Gémeaux », et ce décalage, les astrologues n’en tiennent pas compte !

L’astrologie n’est pas prête à quitter un modèle pour en adopter un autre en fonction des découvertes scientifiques.

Toutefois, l’avis du célèbre astrophysicien Hubert Reeves apporte un élément encore plus important :

« On ne connaît aucune donnée observationnelle qui prouve, ou même qui suggère une quelconque influence sur nous de la position des planètes à notre naissance ».

Et il ajoute :

« L’astrologie n’est pas une science. Il s’agit d’une démarche religieuse. Elle s’inscrit dans ce désir intemporel des humains de se relier au ciel« (*).

L’astrologie, une démarche religieuse dangereuse

Si l’astrologie n’est pas un science, comment expliquer que certaines prédictions se réalisent ? Écartons d’abord les prédictions suffisamment floues pour permettre toutes les interprétations. Excluons ensuite les cas ou les personnes sont tellement influencées par ce qui leur est annoncé qu’elles s’y prédisposent et « créent » d’un certaine manière cet événement, notamment dans les questions sentimentales. Alors, il reste des situations où l’on peut nier un « don » surnaturel pour prédire l’avenir.

La Bible en décrit même une: un roi d’Israël consulte une voyante sans recevoir de réponse particulière à sa requête, mais apprend ainsi sa mort très prochaine. Effectivement, il meurt comme prédit. En fait, il a effectué une démarche malgré l’interdiction formelle que Dieu donne dans la Bible :

 » Qu’on ne trouve chez toi personne qui se livre à la divination, qui consultent ceux qui évoquent les esprits ou prédisent l’avenir  » (1)

Dieu interdit ces pratiques parce qu’elles comportent un danger. En effet, ceux qui y ont recours se placent, sans le savoir souvent, sous une puissance spirituelle que la Bible appelle :  » Les esprits mauvais qui sont dans les lieux célestes « 

 » Donnant-donnant  » : contre une information on devient redevable de ces esprits et une dépendance s’établit ainsi, accompagnée souvent d’une angoisse. Seul Jésus-Christ peut briser cette dépendance. Il est venu  » pour proclamer aux captifs la délivrance, pour renvoyer libres les opprimés  » (2).

Quel avenir pour moi?

Les gens d’aujourd’hui cherchent une spiritualité qui leur apporte immédiatement quelque chose. Ils veulent des réponses sur le champ.

Le Dieu que révèle la Bible voit plus loin et plus profond que nous. Il ne nous annonce pas des événements précis de nos lendemains, mais nous donne des certitudes quant à notre avenir éternel :  » Je connais les projets que j’ai conçus en votre faveur, ce sont des projets de paix et non de malheur, afin de vous assurer un avenir plein d’espérance  » (3).

Si Dieu est à l’origine de toute choses, créateur de tout l’univers, l’avenir lui appartient. Il déclare  » avoir mes destinées dans sa main  » (4).

Pourquoi ne pas croire qu’elles sont entre de bonnes mains et faire confiance en ses promesses ?

  •  » Je ne t’abandonnerai pas. Je ne te délaisserai point  » (5).
  •  » Ni la mort, ni le présent, ni l’avenir, ne pourra nous arracher à l’amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ, notre Seigneur « (6).

Ses affirmations ne sont pas des paroles en l’air. Elles s’adressent à tous ceux qui veulent prendre au sérieux le message de l’Évangile.

Dieu s’intéresse à l’homme, à vous :

 » Même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte. « 
Luc 12,7

Références :

  • *H. Reeves, dans le numéro spécial du Nouvel Observateur du 24 février-2 mars 1994 « Les scientifiques jugent le paranormal »
  • (1)La Bible, Deutéronome 18, 10-11
  • (2)La Bible, Luc 4, 18
  • (3)La Bible, Jérémie 29, 11
  • (4)La Bible, Psaume 31, 16
  • (5)La Bible, Hébreux 13, 5
  • (6)La Bible, Romains 8, 38-39
Credit photo:
cinezi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents