Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLes éléments de base d'un raisonnement logique (2)

Les éléments de base d'un raisonnement logique (2)

Nous avons récemment entamé une série sur l’utilisation du raisonnement logique dans notre témoignage. Le premier article, Les bases de la logique a été l’occasion de préciser pourquoi nous évoquons ce sujet, comment on définit la logique et les 4 lois infaillibles de la logique. Nous abordons aujoud’hui quelques notions sur les éléments de base. Je voulais préciser encore que nous ne ferons qu’effleurer ce domaine qui peut vite devenir complexe. N’hésitez pas à nous dire si ce sujet vous semble utile et si nous sommes pédagogues 😉 

Les éléments de base de la logique (base n°2)

"Box."Nous allons aujourd’hui étudier les éléments de base de la logique. Tous les raisonnements logiques sont basés sur ces éléments.

Le premier élément de base est la proposition. Une proposition est quelque chose qui peut être confirmé … ou infirmé, vrai ou faux. On peut donc la caractériser par une "valeur de vérité" : elle exprime (ou non) une caractéristique de la réalité. D’autres types de déclarations, telles que les ordres, les questions et les exclamations ne sont pas forcément vraies ou fausses ; ce ne sont pas des propositions.

Un raisonnement est une suite de propositions ; l’une d’elles (la conclusion) étant présentée comme découlant logiquement des autres (les prémisses). Ces dernières lui apportent du soutien ou les fondements sur lesquels elle s’appuie. Autrement dit, quand plusieurs propositions conduisent à un résultat, on a affaire à un raisonnement. Une conclusion sans prémisses n’est pas un raisonnement. Ce n’est qu’une opinion.

Les éléments de bases d’un raisonnement peuvent souvent être repérés par des expressions particulières :

  • " Par conséquent, donc, d’où, si, en conséquence, il s’ensuit que, nous pouvons conclure, ce qui montre que … " sont des mots qui introduisent généralement une conclusion.
  • " Depuis, en raison, car, comme, il résulte de, comme le montre, comme indiqué par, la raison est que … " sont ceux qui introduisent un prémisse.

Attention, il ne faut pas confondre un raisonnement avec une explication : examinez le contexte et l’intention de l’auteur pour les discriminer.

Deux types de raisonnements cohabitent : les inductifs et les déductifs. Il est important de bien les différencier.

  • Un raisonnement est dit déductif quand la conclusion découle nécessairement des prémisses et de façon certaine.
  • Avec un raisonnement inductif, par contre, on ne peut pas être aussi affirmatif. La conclusion n’est déclarée vraie qu’avec un certain degré de probabilité.

On peut aussi voir les choses de la façon suivante : dans le cas d’un raisonnement déductif, aucune information supplémentaire n’est en mesure de changer la conclusion. Dans le cas d’un raisonnement inductif par contre, la conclusion peut changer si de nouvelles informations sont apportées. Les raisonnements déductifs sont certains ; les inductifs ne sont que probables, avec un certain degré de confiance.

Quand un raisonnement est structuré correctement, il est valide. Dans le cas d’un raisonnement déductif valide, si tous les prémisses sont vrais, la conclusion l’est forcément aussi. C’est un raisonnement solide sur lequel on va pouvoir s’appuyer.

 

Source : librement inspiré de Logic Primer 2: The Building Blocks of Logic

Credit photo:
catdonmit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents