Main menu
Un poisson dans le netRéflexionDieu et la science : Peut-on encore croire en Dieu dans un monde scientifique ?

Dieu et la science : Peut-on encore croire en Dieu dans un monde scientifique ?

Astronomers 'Flip' Over Cartwheel Galaxy (NASA, Chandra, 1/6/06)Peut-on encore croire en Dieu dans un mode scientifique ?

Les Français répondent : (1)

  • 49% constatent effectivement que :  » plus les connaissances scientifiques progressent, plus il est difficile de croire en Dieu.  » Perplexes les Français, mais pas pour autant athées !
  • En effet, seulement 32% estiment que :  » croire en Dieu n’est plus nécessaire à notre époque « . Et 61% considèrent l’existence de Dieu certaine ou probable.

Les scientifiques répondent : (2)

  •  » La moitié des chercheurs du CNRS déclarent aujourd’hui avoir la foi ou quelque chose qui s’en approche. « 
  • et  » 70% d’entre eux s’accordent à penser que la science ne peut à ce jour exclure ou réhabiliter l’idée de Dieu. « 

Ainsi, même si  » on a longtemps pensé que la science allait chasser la fonction religieuse, c’était un erreur.  » comme le souligne l’astrophysicien Hubert REEVES. Erreur, tout simplement parce que science et religion n’abordent pas les mêmes questions :

  • La science décrit les phénomènes, les mécanismes, les principes auxquels nous sommes soumis, en un mot le  » comment  » de notre existence. Cependant,  » notre soif de signification et d’espérance n’est pas prise en compte par la science car on ne sait pas l’introduire dans les équations !  » (Pierre Karli, Académie des Sciences).
  • La foi, de son coté, s’intéresse aux question existentielles concernant le sens de notre vie ici-bas et dans l’au-delà, l’existence de Dieu, notre relation avec Lui, en un mot le  » pourquoi  » de notre existence.

Les limites de la science

 » Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Pourquoi l’univers est-il apparu ? Aucune loi physique déduite de l’observation ne permet de répondre… Les physiciens peuvent remonter jusqu’à 10-43 seconde, mais pas au-delà (3) « . Avant ce temps extrêmement faible,  » c’est le mystère total (3) « . La science, avec toutes ses lois, n’expliquera jamais comment on passe de rien à  » quelque chose « , ne fût-ce que le premier atome. En revanche, on a découvert que toutes les forces et constantes physiques qui régissent l’univers sont très minutieusement ajustées. A titre d’exemples :

  • Augmentez de 1% la force nucléaire, qui contrôle la cohésion du noyau atomique, et nous n’aurez plus d’hydrogène, donc plus d’eau, ni d’ADN, et pas conséquent plus de vie !
  • Diminuez cette force de 1%, et vous rendrez impossible toute fusion nucléaire, donc plus d’étoiles, plus de soleil, et par conséquent plus de vie !

Ainsi,  » pour expliquer la fabuleuse précision du réglage, il faut postuler l’existence d’un principe créateur et organisateur.  » Telle est la conclusion de l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan. Il compare même la probabilité que notre univers soit issu du hasard à celle d’un archer réussissant à planter sa flèche au milieu d’une cible carrée de 1 cm de coté, et située à l’autre bout de l’univers.

Autant dire que cette probabilité est quasi nulle, et que  » l’origine de la vie paraît tenir actuellement du miracle, tant il y a de conditions à réunir pour la mettre en œuvre.  » (Francis Crick, prix Nobel de biologie)

A ce stade, nous atteignons les limites de la science. L’étape suivante n’est pas de son ressort, mais de celui de la foi :

 » Par la foi, nous comprenons que l’univers a été harmonieusement organisé par la parole de Dieu, et qu’ainsi le monde visible tire son origine de l’invisible  » (4)

Un pas de foi, que nulle démonstration ne pourra remplacer… Un pas de foi, mais pas un saut dans le vide !

Osons donc les vraies questions :

  • Dieu existe-t-il ?
  • S’il m’a créé, qu’attend-t-il de moi ?
  • Qu’y a-t-il après la mort ?

Questions essentielles, déterminantes même dans une société moderne… Et pourtant nous les négligeons. Pourquoi ?

  • Est-ce par crainte de ne pas trouver de réponse ?
    Et puis, direz-vous, encore faut-il savoir où et comment chercher la vérité ! Tant de voix se font entendre au nom de la vérité. Laquelle écouter ? Le Dieu de la Bible ne veut pas nous laisser dans une angoisse existentielle. Il nous fait cette promesse :

     » Moi, le Seigneur, je vous le déclare : si vous me cherchez de tout votre cœur, je me laisserai trouver par vous  » (5)

    Il certifie également :

     » Je n’ai pas parlé en cachette, dans quelque endroit obscur. Et je n’ai pas recommandé… de me chercher là où il n’y a rien. Moi, le Seigneur, je parle franchement, ce que j’annonce est clair et net  » (6)

    Dieu a effectivement  » parlé franchement  » : il nous a laissé une grande lettre, la Bible, qui affirme être  » inspirée de Dieu  » (7) .

  • Est-ce par appréhension de découvrir une vérité qui dérange ?

     » En réalité, ce sont vos torts qui dressent une barrière entre vous et votre Dieu « . (8)

    Nous avons tous quelque chose à nous reprocher, des fautes commises que notre conscience nous rappelle de temps à autre et plus particulièrement quand nous pensons à Dieu. Dans ces moments, il paraît plus facile de fuir la question de Dieu, quitte à présenter quelques arguments, et de garder notre culpabilité enfouie. Et pourtant, comme le montre ce témoignage, il existe une autre alternative :

     » Je t’ai avoué ma faute. Je ne t’ai pas caché mes torts. Je me suis dit : je suis coupable devant le Seigneur. Et toi, tu m’as déchargé de ma faute  » (9).

  • Est-ce par désir d’indépendance, par crainte de se soumettre à quelqu’un au-dessus de moi ?
    Si nous sommes issus du hasard, ou d’une coupe cosmique bien impersonnelle, nous n’aurons de compte à rendre à personne, et nous resterons les petits maîtres de notre vie, comme l’exprimait Sartre :  » Il n’y a rien au ciel, ni bien, ni mal, ni personne pour me donner d’ordres, car je suis un homme, Jupiter, et chaque homme doit inventer son chemin ! « 
    Si par contre nous sommes créés par Dieu, quelles seront les implications pour nos vies ?
  • Peut-être est-ce pour d’autres raisons ?

Mais quoi qu’il en soit :  » Tiens compte de ton créateur …  » (10) , de Celui qui t’a donné la vie et te déclare :  » Tu as du prix à mes yeux… Je t’aime  » (11)

M.C.F.

 

Sources :

  • (1) Sondage C.S.A. publié par l’Actualité Religieuse dans le Monde, mai 1994
  • (2) Enquête réalisée par Le Nouvel Observateur, n°1311
  • (3) Dieu et la science, de Jean Guitton et les frères Bogdanov

Les passages cités sont extraits de la Bible :

  • (4) Épître aux Hébreux, ch.11, v.3
  • (5) Livre de Jérémie, ch.29, v.4
  • (6) Livre d’Esaïe, ch. 45, v.19
  • (7) deuxième épître à Timothée, ch.3, v.16
  • (8) Livre d’Esaïe, ch.59, v.2
  • (9) Psaume 32, v.5
  • (10) Livre de l’Ecclésiaste, ch.12, v.3
  • (11) Livre d’Esaïe, ch.43, v.4
Credit photo:
NASA's Marshall Space Flight Center

One thought on “Dieu et la science : Peut-on encore croire en Dieu dans un monde scientifique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents