Main menu

Sous pression…

Des tribunes de football avec des spectateurs surexcités… parqués derrière des grillages. Voilà où nous ont menés les déchaînements de violence périodiques autour d’un sport qui focalise le chauvinisme, le racisme et parfois la haine chez certains de nos contemporains laissés sans projet, et sans autre espérance que de gagner au loto "sportif" et autres opiums destinés à endormir une éventuelle conscience politique. Le "no future" imprimé (il y a déjà longtemps…) sur les T-shirts des punks suffit en grande partie à expliquer que tout soit prétexte à casser. Comme le dit le théologien Neal Bloug, "nous vivons une époque où le moi, le plaisir, l’argent règnent en dieux implicites, quand ce n’est pas explicites. Mais tout cela est souvent le signe du désespoir." Quand on mise tout sur l’instant présent faute de croire dans l’avenir, on défonce les autres, on se défonce tout seul. Violence, toxicomanie, prostitution sont des fruits pourris d’un monde bloqué, sans issues.

Désespoir et violence

Au sujet du rap, le journaliste Steve Turner écrit : " Le rap, c’est la musique du ghetto, et la plupart de ses créateurs sont des noirs américains issus de zones urbaines en panne d’espoir. Les générations précédentes parvenaient à supporter les difficultés parce qu’elles étaient convaincues qu’un jour les choses s’amélioreraient et que leurs enfants hériteraient d’une meilleure qualité de vie. Ces espérances ayant disparu, les habitants des banlieues se sentent piégés, physiquement, socialement, économiquement."

"Les gangs sont nés du chaos des banlieues, affirme le rapper américain Ice T. La bande t’offre la dernière chance de prendre en main ce que tu veux. Accéder à ça, ne serait-ce qu’une minute, c’est très grisant. Les membres de bandes essayent de diriger leur petit monde à eux. C’est facile pour les gens de l’extérieur de dire que c’est juste un vulgaire pâté d’immeuble, mais beaucoup de ces gens ne quitteront jamais ce bloc pendant des années, et dans certains cas ils y resteront toute leur vie. C’est à eux. Ça devient tout leur univers. Et chacun veut avoir du pouvoir sur son univers. "

Plus près de nous, quand on se retrouve en âge de fonder une famille, avec un petit boulot ou rien du tout, pour peu que les solidarités familiales aient sauté, comment ne pas devenir fou ? On peut comprendre certaines violences, sans les accepter, car il y toujours des victimes. Mais comment se sentir à l’aise quand on a si peu à proposer ?

Le grand débouché

Alors, laissons la parole à une femme qui sait beaucoup donner : Denise Brigou, officière de l’Armée du Salut qui, au contact des SDF, a appris ceci : " On ignore que le fond du problème de la grande majorité des gens de la rue est un problème intérieur qui ne se résout pas sur le seul plan matériel. " Même si elle n’impose pas la foi chrétienne comme solution incontournable, elle constate néanmoins : " Seuls, ceux qui trouvent la foi acquièrent la force de reprendre en main durablement leur destin. "

Il arrive que certains ciels d’orage soient si noirs qu’on n’y voit plus très clair. Mais que les nuages se dissipent, et la route s’éclaire à nouveau. Ainsi des cieux privés de la lumière de Dieu rendent même notre avenir immédiat obscur, désespérant. Denise Brigou annonce à sa façon cette parole de la Bible, qui a remis en marche tant d’individus, et même tout un peuple :

… moi je connais les projets que j’ai conçus en votre faveur, déclare l’Éternel : ce sont des projets de paix et non de malheur, afin de vous assurer un avenir plein d’espérance. Alors, vous m’invoquerez et vous viendrez m’adresser vos prières, et je vous exaucerai. "

Vous qui lisez, vous n’êtes pas exclus de cette promesse.
Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos " Jésus
Matthieu 11.28

D’après P.M., collaborateur de Radio Réveil-Paroles de vie

Credit photo:
sebastian-silva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents