Main menu
Un poisson dans le netRéflexionConduire des conversations en apologétique – 16 – retirer la carapace (2)

Conduire des conversations en apologétique – 16 – retirer la carapace (2)

Nous poursuivons aujourd’hui une série d’articles sur la conduite de conversations en apologétique. C’est un texte inédit, présenté en 2008 lors d’une conférence sur l’apologétique à Grenoble. Cette série nous conduira une bonne partie de l’été. Nous espérons qu’elle vous sera utile pour l’annonce de l’Évangile autour de vous. Retrouvez le sommaire de la série ici, dans notre dossier sur l’apologétique.

Conduire des conversations en apologétique, Repères bibliques, attitude et méthodes > retirer la carapace (2)

Tout ce que vous avez eu à faire, c’est de leur montrer là où mènent leurs arguments…

Prenons le cas des gens accros aux jeux d’argent et qui tentent de justifier leur comportement en prétendant qu’ils sont nés avec cette tendance (« je suis né ainsi »). Il y a au moins un autre exemple auquel vous pouvez sans doute penser… 

Répondez : « permettez moi de vous poser une question : si j’étais né avec une tendance consistant à tabasser mes voisins, cette tendance naturelle en serait-elle moralement acceptable ? »

Faire appel aux tendances naturelles n’est pas suffisant pour établir la moralité d’un comportement. Toute la question de la moralité consiste justement à lutter contre les tendances naturelles mauvaises.

Autre exemple : un professeur dit : « il n’y a pas de vérité, et donc nous devons tolérer les vues des autres personnes… » Réponse de l’étudiant : « S’il n’y a pas de vérité, il n’y a vraiment pas de raisons de continuer à suivre des cours qui ne nous enseignent que des choses vraies pour vous ! » Sous-entendu, ces choses-là ne sont pas forcément vraies pour les étudiants ! De plus, s’il n’y a pas de vérité, il n’y a pas de vérité morale, et donc aucune obligation de tolérer les personnes dont les opinions diffèrent des nôtres.

Ca s’appelle retirer la carapace : On mène une personne, par des questions bien choisies, aux conclusions logiques et absurdes de son raisonnement.

Attention, parfois nous ôtons aux personnes leur faux sens de sécurité et nous les convainquons du nihilisme de leurs croyances. Nous les laissons nus et fragiles, dans une situation pire qu’avant la conversation s’ils ne deviennent pas chrétiens. Soyons sensibles à cette situation et assurons-nous que le seul vrai remède, le message de l’Évangile, est présenté à ces personnes désemparées.

Suite…

Credit photo:
http://PhotoXpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents