Main menu
Un poisson dans le netRéflexionConduire des conversations en apologétique – 15 – retirer la carapace (1)

Conduire des conversations en apologétique – 15 – retirer la carapace (1)

Nous poursuivons aujourd’hui une série d’articles sur la conduite de conversations en apologétique. C’est un texte inédit, présenté en 2008 lors d’une conférence sur l’apologétique à Grenoble. Cette série nous conduira une bonne partie de l’été. Nous espérons qu’elle vous sera utile pour l’annonce de l’Évangile autour de vous. Retrouvez le sommaire de la série ici, dans notre dossier sur l’apologétique.

Conduire des conversations en apologétique, Repères bibliques, attitude et méthodes > retirer la carapace (1)

Tactique particulièrement efficace dans le cas des questions morales.

  1. Vous adoptez la position de votre interlocuteur pour les besoins de la cause ;
  2. vous l’entraînez alors dans les conclusions logiques de cette position : votre interlocuteur peut-il vivre avec les conséquences morales ou intellectuelles de ses croyances ?

On l’appelle aussi « pousser l’argument jusqu’à l’absurde. »

Voici pourquoi cette tactique fonctionne :

  • l’homme est fait à l’image de Dieu et vit dans le monde que Dieu a créé initialement.
  • Les non-chrétiens vivent sur des ressources usurpées : ils apprécient de vivre dans un monde rempli de moralité, de sens, d’ordre et de beauté, mais ils nient l’existence de Dieu qui est à la base de ces choses, qui les rend possibles.
  • L’essence du péché réside dans cette contradiction : Vouloir se passer de Dieu, tout en usant de sa création (Gen . 3.4-5).
  • Ils mettent donc en place une défense, une « carapace » destinée à les protéger des conséquences de leur incroyance. En ôtant cette carapace, on exploite la tension née de la contradiction.

Deux exemples :

  • Comment répondre à un enseignant qui nie les absolus moraux ? Lui annoncer notre intention de lui voler sa voiture ! Il serait étonnant qu’il pousse sa philosophie jusqu’à vous donner ses clés !
  • Comment répondre à celui qui dit que tous les comportements sexuels sont permis tant que cela ne fait de mal à personne ? Lui dire : « Alors vous n’avez rien contre les exhibitionnistes dans les parcs pour enfants ? »

Autre exemple courant : la pornographie

  • à quelqu’un qui dit que : « la pornographie doit être autorisée au titre de la liberté d’expression même si elle est mauvaise ».
  • Toujours poser cette question : « pourquoi pensez-vous que c’est mal ? » Laissez-le répondre et reprenez ces arguments.
  • Cela pourrait donner : « permettez que je récapitule ce que j’ai cru comprendre de votre position et dites moi si j’ai bien compris » (on retire la carapace). « Vous pensez que la pornographie méprise les femmes, favorise les violences sexuelles chez les hommes fragiles et rabaisse la sexualité jusqu’à la bestialité, mais vous pensez que chacun doit pouvoir y avoir accès. Est-ce exact ? »

Suite…

Credit photo:
PhotoXpress

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents