Main menu
Un poisson dans le netRéflexionConduire des conversations en apologétique – 11 – La tactique Columbo – Comment améliorer ses compétences en tactique Columbo

Conduire des conversations en apologétique – 11 – La tactique Columbo – Comment améliorer ses compétences en tactique Columbo

Nous poursuivons aujourd’hui une série d’articles sur la conduite de conversations en apologétique. C’est un texte inédit, présenté en 2008 lors d’une conférence sur l’apologétique à Grenoble. Cette série nous conduira une bonne partie de l’été. Nous espérons qu’elle vous sera utile pour l’annonce de l’Évangile autour de vous. Retrouvez le sommaire de la série ici, dans notre dossier sur l’apologétique.

Conduire des conversations en apologétique, Repères bibliques, attitude et méthodes > La tactique Columbo > Comment améliorer ses compétences en tactique Columbo

Il y a deux façons d’utiliser la tactique Columbo :

  • pour développer un réel esprit d’ouverture et d’écoute : “je suis curieux, …“, “aide moi s’il te plaît car je cherche à comprendre ta position sur …“, “je suis un peu perdu/confus sur …“, “peut-être peux-tu m’éclairer sur …“, “peut-être suis-je en train de passer à coté de quelque chose, mais …“.

C’est une démarche utile pour interroger des camarades, un professeur ou un groupe de personnes que vous ne connaissez pas, dans un débat dépassionné et qui peut passer inaperçu. Le débat commence alors dans les lieux de vie de tous les jours, anodin comme celui de la pluie et du beau temps !

  • La seconde façon d’utiliser cette méthode est d’attaquer activement, comme un procureur dans un procès. Faites attention, de ne jamais poser une question à laquelle vous ne savez pas répondre. C’est une erreur que commettent parfois ceux qui se laissent entraîner par la vivacité du débat et qui ne maîtrisent pas correctement les connaissances (la stratégie). Ils risquent de perdre ainsi le fil de la conversation.

Notre but précis : aider notre interlocuteur à reconnaître l’impasse où le conduit son raisonnement.

Pensez aux questions à poser par avance :

  • travaillez sur des thèmes dont les gens vous parlent souvent. Réfléchissez à des arguments à présenter et maîtrisez les connaissances correspondantes ;
  • après quelques conversations, réfléchissez aux questions que vous auriez pu poser, et prévoyez de les utiliser la prochaine fois ;

Après chaque rencontre, prenez le temps de vous auto-évaluer : Comment auriez-vous pu faire mieux ?

  • Une fois la pression retombée, on pense souvent à d’autres questions…
  • Quand c’est le cas, jouez alternativement le rôle de chaque personne ou simulez le dialogue avec un ami. Tentez d’anticiper les réactions et le tournant qu’aurait pu prendre la conversation et comment vous auriez alors répondu à de nouvelles objections.
  • Notez vos réflexions et révisez-les par la suite.

Cette démarche n’est pas difficile et peut s’avérer plaisante. Ce travail ne doit pas nous sembler artificiel. Vous pouvez l’envisager comme un sain désir de mieux communiquer l’évangile. Ces entraînements vous aideront à mieux communiquer en vous exerçant dans une situation non critique. La prochaine fois, ces nouveaux outils seront à votre disposition.

Suite…

Credit photo:
centralasian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents