Main menu
Un poisson dans le netRéflexionConduire des conversations en apologétique – 08 – La tactique Columbo – Premier but : Obtenir de l’information et rester hors du feu de la critique.

Conduire des conversations en apologétique – 08 – La tactique Columbo – Premier but : Obtenir de l’information et rester hors du feu de la critique.

Nous poursuivons aujourd’hui une série d’articles sur la conduite de conversations en apologétique. C’est un texte inédit, présenté en 2008 lors d’une conférence sur l’apologétique à Grenoble. Cette série nous conduira une bonne partie de l’été. Nous espérons qu’elle vous sera utile pour l’annonce de l’Évangile autour de vous. Retrouvez le sommaire de la série ici, dans notre dossier sur l’apologétique.

Conduire des conversations en apologétique, Repères bibliques, attitude et méthodes > La tactique Columbo > Premier but : Obtenir de l’information et rester hors du feu de la critique

C’est la plus simple et elle s’effectue sans aucun stress, sa question clé est : Que veux-tu dire par là ? Elle dit notre besoin d’en savoir plus sur les convictions de l’interlocuteur. Elle permet de débuter une conversation détendue, à bâtons rompus, et nous permet de connaître et d’écouter le point de vue de notre interlocuteur. Préalable précieux pour pouvoir ensuite répondre !

Exemples :

  • “Dieu n’existe pas !“ → “Que veux-tu dire par Dieu ?“ ou « Que veux-tu dire par là ? »
  • “Toutes les religions sont fondamentalement semblables !“ → “De quelle manière sont-elles fondamentalement semblables ?“ ;
  • “Tu ne dois pas m’imposer tes idées !“ → “De quelle manière suis-je en train de t’imposer mes idées ?“

Intérêts pour le non croyant :

  • Il est immédiatement engagé dans une conversation très interactive. Il a l’occasion de s’expliquer devant quelqu’un qui l’écoute attentivement.
  • Il rencontre un intérêt sincère et non feint pour ses positions.
  • Cela le force à réfléchir sérieusement aux conséquences logiques de ses affirmations !

Autre avantage : on reste en dehors du feu de la critique. Il arrive en effet que l’on ne soit pas suffisamment préparé pour répondre aux objections, ou que l’on n’arrive pas à rassembler ses idées suffisamment vite. Il ne faut jamais se sentir contraint de répondre immédiatement à chaque question posée ou à chaque affirmation déclarée. Prenons donc du temps pour écouter notre interlocuteur et être attentif à sa sensibilité : « Merci de m’expliquer ta position et les raisons pour lesquelles tu les tiens. On en reparlera plus tard. »

Posez quelques questions sans chercher à gagner la conversation. Prenez soin de bien comprendre les arguments et les objections. Au besoin, notez-les, vous offrez à votre interlocuteur une occasion de plus de formaliser ses propos. Cet effort de sa part pourra l’amener à prendre conscience des failles de son raisonnement. Quant à vous, vous identifiez mieux sa position et vous pouvez vous préparer pour mieux lui répondre plus tard.

Suite…

Credit photo:
rlodan01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents