Main menu
Un poisson dans le netRéflexionConduire des conversations en apologétique – 02 – Quelques points préliminaires sur notre attitude

Conduire des conversations en apologétique – 02 – Quelques points préliminaires sur notre attitude

Une conversation en ombres chinoisesNous poursuivons aujourd’hui une série d’articles sur la conduite de conversations en apologétique. C’est un texte inédit, présenté en 2008 lors d’une conférence sur l’apologétique à Grenoble. Cette série nous conduira une bonne partie de l’été. Nous espérons qu’elle vous sera utile pour l’annonce de l’Évangile autour de vous. Retrouvez le sommaire de la série ici, dans notre dossier sur l’apologétique.

Conduire des conversations en apologétique, Repères bibliques, attitude et méthodes > Introduction : nous avons l’esprit du Christ… > Quelques points préliminaires sur notre attitude

  • Humilité et respect pour les personnes sont les deux attitudes énoncées par 1Pierre 3:15-16 que le chrétien se doit de manifester dans la défense de sa foi.
  • Nous devons écouter attentivement nos interlocuteurs. Gardons-nous de présupposer ce qu’ils pensent. En outre, ce n’est pas parce qu’une personne déclare appartenir à tel mouvement ou à telle religion qu’elle en comprend ou qu’elle en accepte tous les dogmes. Cette écoute attentive aura donc pour but de tenter de comprendre quels sont les prémices de leurs raisonnements, les développements qu’ils en font, et les conclusions auxquelles ils arrivent.
  • Il est important de reformuler les points importants et de demander validation.
  • Eviter à tout prix que les émotions ne troublent les arguments présentés de part et d’autre. Il est important d’être des artisans de paix et de dépassionner le débat le cas échéant.
  • Bien rester concentré sur le sujet, éviter les détours, les circonvolutions, les égarements.
  • Ne pas s’autoriser le mensonge, la dissimulation, et les affirmations infondées. C’est une question d’éthique chrétienne et un commandement explicite de Jésus-Christ : « Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin » Mat. 5.37. Il n’y a aucune honte à reconnaître qu’on ne sait pas quelque chose.
  • Le but n’est pas de gagner la conversation, mais d’amener une âme à Christ.
  • Respectez aussi le désir d’une personne de ne pas vouloir poursuivre un sujet de conversation. On peut tout à fait enchaîner, par exemple, sur un témoignage personnel, moins impliquant pour l’interlocuteur.
  • Gardons bien à l’esprit que nous ne sommes pas des machines à raisonner, mais des êtres créés à l’image de Dieu avec des facultés logiques, mais aussi des besoins relationnels. Nos échanges avec nos proches passeront aussi par bien d’autres moyens que le débat.
  • Savoir enfin reconnaître un esprit fermé (Mat 7:6 et Prov. 26:4-5) et en tirer les conséquences.

Munis d’un puissant encouragement biblique, alertés sur l’attitude qui doit être la nôtre, nous pourrons entamer de fructueuses conversations, repérer les failles dans les raisonnements et les exploiter. Les tactiques présentées ci-après nous montreront quelques moyens concrets d’y parvenir.

Suite…

Credit photo:
© PhotoXpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents