Main menu
Un poisson dans le netRéflexionConduire des conversations en apologétique – 01 – Introduction

Conduire des conversations en apologétique – 01 – Introduction

Nous démarrons aujourd’hui une série d’articles sur la conduite de conversations en apologétique. C’est un texte inédit, présenté en 2008 lors d’une conférence sur l’apologétique à Grenoble. Cette série nous conduira une bonne partie de l’été. Nous espérons qu’elle vous sera utile pour l’annonce de l’Évangile autour de vous. Retrouvez le sommaire de la série ici, dans notre dossier sur l’apologétique. Voici donc l’article n°1

Conduire des conversations en apologétique, Repères bibliques, attitude et méthodes > Introduction : nous avons l’esprit du Christ… > La perspective biblique

Avant de débuter la description de quelques tactiques à mettre en oeuvre dans les conversations en apologétique, il est important de nous replacer dans la perspective globale présentée par l’Ecriture.

En effet, beaucoup de chrétiens hésitent à mener des conversations en apologétique à cause du respect et même de la crainte qu’ils ont envers les systèmes de pensée non-chrétiens. Pour ceux qui sont opposés au christianisme, on peut par exemple citer le naturalisme en sciences, l’existentialisme en philosophie, et de nombreux systèmes religieux. Même s’ils sont convaincus que la vérité est en Christ, ils pensent qu’il existe beaucoup de questions difficiles et d’objections délicates qui peuvent être dirigées contre le christianisme. Ils ont alors tendance à s’auto-censurer.

Pourtant, si nous relisons attentivement 1Corinthiens 1:18-31 …

« 18 En effet, la prédication de la mort du Christ sur une croix est une folie aux yeux de ceux qui se perdent. Mais pour nous qui sommes sauvés, elle est la puissance même de Dieu. 19 N’est-il pas écrit : Je détruirai la sagesse des sages et je réduirai à néant l’intelligence des intelligents ? 20 Où est le sage? Où est le spécialiste de la Loi? Où est le raisonneur de ce monde? Dieu n’a-t-il pas changé en folie la sagesse du monde? 21 En effet, là où la sagesse divine s’est manifestée, le monde n’a pas reconnu Dieu par le moyen de la sagesse. C’est pourquoi Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient, par un message qui paraît annoncer une folie. 22 Oui, tandis que, d’un côté, les Juifs réclament des signes miraculeux et que, de l’autre, les Grecs recherchent « la sagesse », 23 nous, nous prêchons un Christ mis en croix. Les Juifs crient au scandale. Les Grecs, à l’absurdité. 24 Mais pour tous ceux que Dieu a appelés, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Christ que nous prêchons manifeste la puissance et la sagesse de Dieu. 25 Car cette « folie » de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes, cette « faiblesse » de Dieu est plus forte que la force des hommes. 26 Considérez donc votre situation, frères: qui êtes-vous, vous que Dieu a appelés à lui? On ne trouve parmi vous que peu de sages selon les critères humains, peu de personnalités influentes, peu de membres de la haute société! 27 Non! Dieu a choisi ce que le monde considère comme une folie pour confondre les « sages », et il a choisi ce qui est faible pour couvrir de honte les puissants. 28 Dieu a porté son choix sur ce qui n’a aucune noblesse et que le monde méprise, sur ce qui est considéré comme insignifiant, pour réduire à néant ce que le monde estime important. 29 Ainsi, aucune créature ne pourra se vanter devant Dieu. 30 Par lui, vous êtes unis au Christ, qui est devenu pour nous cette sagesse qui vient de Dieu: en Christ, en effet, se trouvent pour nous l’acquittement, la purification et la libération du péché. 31 Et il en est ainsi pour que soit respecté ce commandement de l’Ecriture: Si quelqu’un veut éprouver de la fierté, qu’il place sa fierté dans le Seigneur. »

Et 2Corinthiens 2:14-16

« 14 Mais l’homme livré à lui-même ne reçoit pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu; à ses yeux, c’est « pure folie » et il est incapable de le comprendre, car seul l’Esprit de Dieu permet d’en juger. 15 Celui qui a cet Esprit peut, lui, juger de tout, sans que personne ne puisse le juger. Car il est écrit: 16 Qui donc connaît la pensée du Seigneur et qui pourrait l’instruire ? Mais nous, nous avons la pensée du Christ. »

De ce qui précède, nous voyons que les systèmes de pensées non-chrétiens, malgré le savoir qu’ils peuvent mettre en œuvre, sont incapables d’accéder à la connaissance de Dieu et sont souvent pervertis, soit dans leurs présupposés, soit dans leurs développements, soit dans leurs conclusions. Ils ont aussi une lecture déformée de ses œuvres, étant dans l’impossibilité de remonter de la création au créateur.

La seule raison pour laquelle un chrétien pourrait « se perdre » dans une discussion avec un non chrétien est qu’il s’est éloigné de la sagesse divine, de la façon de penser de Dieu, telle que sa Parole nous le révèle. Il aura alors tenté d’utiliser une façon non chrétienne de voir les choses et, parce que cette dernière est pervertie, il aura échoué.

Bien entendu, il faut être capable d’apporter quelques arguments et de raisonner de façon logique, mais cela étant acquis, l’expérience, l’éducation, la position sociale qui peuvent apparemment différencier les interlocuteurs doivent être relativisées.

Attention, il ne s’agit nullement de sous-estimer ses contradicteurs, mais nous devons avant tout nous garder de surestimer leurs raisonnements. La Bible nous enseigne qu’ils pensent être sages mais qu’ils sont fous aux yeux de Dieu (cf Ro 1:22).

Suite…

Credit photo:
rainchurch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents