Main menu
Un poisson dans le netRéflexionComprendre ce qu'est le pardon…

Comprendre ce qu'est le pardon…

Quelques points librement adaptés d’un article sur le pardon et la restauration, de l’excellent site « Focus on the family ». Je les ai personnellement trouvé très pertinents, même appliqués à des situations différentes du cadre initial (les problèmes de couple). Attention, certains points demandent réflexion et introspection… lecture un peu ardue mais passionnante.
Qu’en pensez-vous ?

Accorder son pardon :

  • le pardon ne consiste pas à dédouaner l’offenseur de ses responsabilités. L’offenseur est toujours tenu responsable de ses actions ou de ses manquements
  • Le pardon consiste à reconnaître à Dieu la prérogative de juger. C’est à Dieu de juger et de condamner. Ne pas pardonner, c’est ne pas faire confiance à Dieu.
  • Pardonner, ce n’est pas laisser l’offense se reproduire encore et encore. Nous n’avons pas à tolérer la reconduite de l’offense sous prétexte que nous l’aurions déjà pardonnée une fois.
  • Pardonner ne signifie pas renoncer à se reconnaître victime d’une offense. Il ne s’agit jamais de déclarer que ce qui a été fait était correct. Ce n’est pas non plus « jouer » au martyr en utilisant le pardon pour perpétuer notre rôle de victime.
  • Le pardon n’est pas la réconciliation. Nous pouvons pardonner sans être obligé de fréquenter l’offenseur ou la situation offensante.
  • Le pardon est un processus, pas un événement. Pardonner peut prendre du temps.
  • Nous devons pardonner à chaque offense, même chaque jour. Mais attention à notre comportement : devons-nous vraiment encore fréquenter cet offenseur ou cette situation offensante ?
  • Pardonner n’est pas un déni de la réalité, ni le choix d’ignorer les offenses récurrentes. Certaines personnes ne sont pas fiables ni fréquentables, et ne changeront jamais. Nous devons changer la façon dont nous nous comportons avec eux et arrêter d’espérer qu’ils vont évoluer.
  • L’attribution du pardon ne dépend pas de l’attitude des autres, mais uniquement de notre volonté. Nous serons encore offensés dans l’avenir. Notre choix est de rester amer et en colère, ou de tourner notre regard vers notre relation d’amour avec Dieu, en choisissant de lui faire confiance.
  • Si l’offenseur ne se repent pas, nous devons lui pardonner. S’il ne demande pas le pardon, il faut toujours lui pardonner. Répétons-nous encore et encore que le pardon dépend de notre attitude, pas de la sienne
  • Nous n’avons pas forcément à dire à l’offenseur que nous lui avons pardonné. Annoncer à quelqu’un, qui ne nous a rien demandé, que nous avons décidé de lui pardonner peut être une forme d’orgueil. Ça peut également être une manipulation psychologique pour le culpabiliser.
  • Retenir un pardon est une façon de garder du pouvoir sur l’offenseur. Nous pouvons nous sentir en position de puissance quand l’offenseur a besoin de notre pardon et que nous sommes le seul à pouvoir lui donner. L’acte de pardonner peut alors être perçu comme une perte de pouvoir.
  • Nous pouvons être tenté de pardonner trop rapidement pour écourter la souffrance ou pour contrôler la situation. La pardon nous épargne de la douleur et nous libère de pensées obsessionnelles envers l’offenseur. Trop souvent, au milieu de la tourmente, nous cherchons une issue rapide visant à stopper la souffrance et à régler les comptes avec l’offenseur. Soyons vigilant de ne pas superficiellement cacher nos blessures, ce qui, en fin de compte, retarderait le processus de guérison.
  • Nous pouvons être amené, sous la pression de notre entourage, à accorder un pardon factice avant d’être prêt à une démarche sincère. Sous la pression des autres, la volonté d’être bien vu, la peur d’être rejeté, nous pouvons être tenté de faire une démarche superficielle. Donnons du temps au temps pour vivre cette démarche sincèrement, et, si c’est tout ce que nous pouvons faire aujourd’hui, sentons-vous libre de déclarer : « je désire te pardonner, mais actuellement, c’est trop dur émotionnellement. Je te promets d’y travailler. »
  • Pardonner ne veut pas dire oublier. Dans l’avenir, notre mémoire nous rappellera sans doute les offenses du présent. Quand cela arrivera, ce qui comptera sera ce que nous ferons de ces souvenirs. Puissions-nous alors apprendre à dire : « Merci Seigneur de me rappeler l’importance du pardon. »
  • Pardonner est une décision de notre raisonnement. La part émotionnelle consiste finalement à laisser filer le ressentiment. La guérison émotionnelle peut prendre du temps.
Credit photo:
tortured_artist_squee

4 thoughts on “Comprendre ce qu'est le pardon…

    1. Merci du compliment et des remarques de forme… il était un peu tard quand j’ai terminé la traduction 😉

      Fraternellement

  1. En lisant ce texte, on réalise combien nous sommes complexes. Nous pouvons mélanger pardon, culpabilité, amertume et bien d’autres sentiments. Satan qui est plus intelligent que nous doit se réjouir lorsqu’il a la possibilité de nous manipuler dans de telles situations.
    Merci pour ce texte qui m’aide à y voir plus clair tout en me rapprochant du Seigneur.
    Il y a ce que je ressens dans l’offense, ce que les autres pensent, ce que je voudrais que les autres pensent, etc… Et il y a la vérité, c’est à dire ce que le Seigneur dit pour cette offense. Quel réconfort de savoir que c’est la vérité qui triomphe de tout le reste et que c’est elle qui sera établie en toute justice pour l’éternité, même si cela n’est pas toujours visible dans ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents