Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLe catéchisme catholique au microscope…

Le catéchisme catholique au microscope…

Je viens de découvrir une très intéressante étude, fouillée et argumentée du catéchisme de l’église catholique, effectuée par un frère, Egbert EGBERTS, dont j’ai présenté le site « Croire et comprendre » il y a quelques temps.

Ce document est à mettre entre les mains de tous ceux qui se posent des questions sur les dogmes catholiques. Il se penche sur quelques unes des principales doctrines fondant la foi catholique :

  • Le problème de l’autorité
  • Qu’est-ce que l’Église ?
  • La vierge Marie
  • Les sacrements
  • Que faire pour être sauvé ?

L’auteur termine son étude par une « Lettre ouverte à mes lecteurs catholiques » auxquels il déclare :

En ces temps d’œcuménisme, on nous dit souvent que l’Église catholique a beaucoup changé et que, heureusement, la collaboration est maintenant largement possible et désirée. J’ai profité de la publication du Catéchisme pour m’en convaincre moi-même. Après tout, c’était là un des buts du Catéchisme d’après les propres paroles du Pape, citées au début. Les quatre grands sujets que j’ai passés en revue résument l’essentiel des enseignements et pratiques qui divisent Catholiques et Protestants depuis de longs siècles. Mon analyse, Bible en main, a montré que rien n’a vraiment changé dans la doctrine officielle de l’Église telle que le Catéchisme l’enseigne. Alors, l’œcuménisme devient un marché de dupes.

Une très intéressante annexe de Gérard Dagon présente une liste des églises catholiques dissidentes en France, liste qui réduit à néant la prétention d’unité de l’église catholique, argument souvent utilisé par ceux qui contrent nos arguments…

Ce document d’une centaine de pages en pdf complète admirablement les documents que nous avons déjà publié sur les déviances catholiques. N’hésitez pas à les étudier et à les faire connaître.

Le catéchisme de l’église catholique – un autre Évangile ?

Credit photo:
19674557@N00

9 thoughts on “Le catéchisme catholique au microscope…

  1. Oui il y a des changements au sein de l’Eglise Catholique, j’ai pu en faire l’expérience. Mais tout se fait par l’Esprit de Yeshua ha Mashiah, donc de la même façon nous devons laisser Elohim notre Père Eternel s’occuper de l’oecuménisme qu’Il désir Lui-même susciter. Car ceux qui Lui appartiennent ne peuvent être dénombrés et seul Sa voix/voie les rassemblera. Ce qui vient de l’Esprit d’Elohim est esprit, vérité et vie. Ce qui vient de la main (volonté d’Hommes) est oeuvre du malin (car l’homme non régénéré est sous son influence). L’immitateur, celui qui veut faire avant le temps pour damer le pion au Père Eternel YHWH est certainement à l’origine de cette idée d’oecuménisme version Catholique. Déjà par l’empereur Constantin (qui se disait du Messie, mais qui n’aimait pas les juifs (chose étrange puisque le Messie est juif)), l’ennemi nous à fait beaucoup de tort. Alors je dis : qu’est-ce que notre ennemi à compris, vu ou décelé et qu’il voudrait empècher? Quelle est sa nouvelle ruse contre l’Eglise de Jésus le Messie ? Les Ecritures nous disent que ceux qui sont au Seigneur YHWH ne seront pas dupés.

  2. Jésus a-t-il eu des frères et des sœurs ? Beaucoup de catholiques vous diront que non, parce que la plupart de ceux-là ne lisent pas la Parole de DIEU, pourtant, lorsque vous êtes un lecteur (même novice) de la parole de DIEU, il est évident que Marie a eu d’autres enfants en dehors de Jésus:

    * Jésus a un « frère » qui s’appelle Jacques. (Marc 6:2-3; Marc 15:40; Marc 16:1)
    * Paul le confirme dans Galates 1:19. Si frère a le sens de disciple ou frère en Christ, Paul aurait simplement dit « Jacques notre frère » !
    * Dans Jean 7:3 et Actes 1:13-14, on fait une parfaite distinction entre « frères » et « disciples », il n’est donc plus question d’attribuer une autre signification au mot frère, car frère ici c’est frère de sang…
    * Il ne s’agit pas de l’autre Jacques, puisque celui-ci se fait tuer beaucoup plus tôt avant que Paul ne voie Jacques, frère du Seigneur(Actes 12:2).
    * Joseph n’a pas eu de rapports avec Marie avant la naissance de Jésus certainement, mais il en a eu après! (Matthieu 1:25).
    * Jésus est le « premier-né »! oui! Le premier né d’une famille de plusieurs enfants (Luc 2:7).

    Prenez plutôt le temps de lire et d’examiner ces versets et tous ces épitres, il en ressortira tout de suite une vérité évidente: La vierge Marie que les cathos prient n’est pas la mère de Jésus!!!!! Et même si elle le fût, ceci est une interdiction proclamée par DIEU en Deutéronome 18:10-11, celle qui consiste à invoquer les morts !

    Je sais que je passerai pour un fou aux yeux des Cathos, mais je sais aussi que le vrai AMOUR se trouve dans la VERITE! Si je continue de vous cacher une vérité, je ne mérite même pas de prononcer le nom de Jésus. Il est important que chacun de nous tire la PLEINE PUISSANCE de l’AMOUR de DIEU ! Et cela ne peut être exaucé que si chacun demeure en lui et que ses parole demeure en nous (Jean 15 :7)

    Que DIEU vous bénisse!

  3. Cher Nash…Tout ce que tu as réussi à faire c’est convaincre toi même, avec de tels arguments, désolé mais tu ne convainc personne ! Tu convainc que les Evangéliques et autres anti catholiques ! Rien de plus, tu n’as RIEN RIEN démontré

  4. Il n’y a rien qu’on puisse faire…faisons un tour chez nos amis réformateurs !
    Voyons si nous pouvons en tirer quelque chose !
     
    Luther ne fut en définitive qu’un mauvais prêtre. Ce moine apostat, vivant en concubinage avec une religieuse défroquée, fut jugé avec une sévérité non moins significative. Sa vie après son apostasie, ne fut autre que celle d’un libertin tout occupé des plaisirs de la table et de brutales jouissances; si bien qu’il était courant d’entendre comme proverbe : « Aujourd’hui nous vivons à la Luther », comme le rapporte l’écrivain protestant Bénédict Morgenstern [Traité de l’Eglise, p. 21: « Si quando volunt indulgere genio, non vereantur inter se dicere: Hodiè lutheranicè vivemus. »].
    Certaines paroles de Luther respirent d’un tel cynisme qu’il est parfois impossible de les citer ! Qui ne connaît pas cette prière écrite de la main de Luther, qui se termine par ces paroles ignoble : « Bien boire et bien manger est le vrai moyen d’être heureux ! »
     
    Calvin, ecclésiastique également, a été convaincu de mœurs infâmes contre nature , et comme tel, marqué par le bourreau ( fait historique qui semble vrai). Voici comment Calvin est dépeint par le protestant calviniste Galiffe : « Ce nom criminellement fameux, qui dressa l’étendard de l’intolérance la plus féroce, des superstitions les plus grossières et des dogmes les plus impies ; épouvantable apôtre, à l’inquisition de qui rien ne pouvait échapper; qui, dans les deux années 1558 et 1559, fit exécuter quatre cent quatorze jugements en matière criminelle,… » [ Notices généalogiques, publiées à Genève en 1836 ] M. Galiffe l’appelle, en outre, « un buveur de sang », et prouve chacune de ses assertions par les écrits mêmes de Calvin et par les Archives publiques et authentiques de Genève.
     
    Zwingli, curé, a publiquement avoué, en présence de son évêque, que depuis de longues années, il cédait à ses passions honteuses, et que désormais il prenait femme officiellement pour légaliser sa position.
    Et que dire de ce cher Henri VIII, le réformateur en Angleterre ? Chacun sait sa pureté sans tache et sa douceur évangélique. Ce misérable eut six femmes, à qui il fit couper la tête à mesure qu’il fut dégoûté d’elles. Sa fille, la reine « vierge » Élisabeth, qui consomma l’œuvre de Henri VIII, n’a pas été moins célèbre sous les mêmes rapports. La même hache a pu couper la tête des maîtresses du père et des amants de la fille.
    L’historien protestant Cobbett nous dit : « Jamais le monde ne vit, dans un même siècle, une collection de misérables tels que Luther, Calvin, Zwingli etc. ; le seul point de doctrine sur lequel ils étaient d’accord était l’inutilité des bonnes œuvres, et leur vie sert à prouver combien ils étaient sincères dans ce principe… » [ Histoire de la réformation protestante, Chap. VII, n° 200 ]
     
    Zwingli objectait à Luther que la présence réelle de Notre-Seigneur dans le Saint-Sacrement était un dogme du papisme. Et voici ce que répondit Luther, le fougueux patriarche de la réforme : « Mais alors, niez aussi toute la Bible, car c’est du Pape que nous la tenons. Nous sommes bien obligés d’avouer, tout protestants que nous sommes, que dans le papisme il est des vérités de salut, oui, TOUTESles vérités du salut, et que c’est de lui que nous les tenons, car c’est dans le papisme que nous trouvons la vraie Écriture sainte, le vrai Baptême, le vrai Sacrement de l’autel, les vraies clefs qui remettent les péchés, la vraie prédication, le vrai catéchisme, les vrais articles de foi. J’ajoute, en outre, que dans le papisme se trouve le VRAI CHRISTIANISME ! » [ Œuvres de Luther; édition protestante d’Iéna, p. 408-409 ]
    Ça alors ! Quel aveu de la part du père de la réforme !!! Nous sommes donc – après cet aveu de Luther – forcés de penser que si le vrai christianisme se trouve dans le catholicisme, les autres mouvements ne l’ont point !

  5. Cher Henry,

    nous tentons de présenter des arguments étayés et référencés. Que ce soit dans le document présenté dans l'article, dans les  points soulevés par Nash ou dans le reste du dossier sur le site à http://cms.unpoissondansle.net/?page_id=704

    Nous attendons de votre part le même sérieux à répondre à nos arguments. Or que lisons-nous ?

    – une invective parfaitement improductive (et je dirais même totalement contre productive)

    – une attaque détournée sur des personnages importants du protestantisme.

    Personnellement, je ne connait pas assez la vie de ces personnages pour savoir si vos allégations sont correctes ou non. J'en appelle aux lecteurs pour apporter des précisions à ce sujet. Mais le plus grave c'est que nous ne défendons pas ces personnages ou leur héritage : nous défendons notre foi en Jésus-Christ et en sa Parole, la Bible. Ainsi, votre dernier commentaire nous apparaît comme une tentative désespérée de changer de sujet… Est-il besoin de préciser que, là encore, vos arguments sont parfaitement contre-productifs ?

    Je vous laisse y réfléchir …

    Cordialement

  6. Bien bien de m'avoir laisser y réflechir..Peut-être en apprenant plus sur vos patriarches vous refléchirez mieux ? Au fait, j'ai rapidement parcouru votre PDF sur le catholicisme, et c'est très triste de voir comment le protestantisme est fustré…! Vous ne citez que des versets qui vous arrangent alors que ceux-ci rentrent en contradiction avec la Bible…! Afin c'est le propre de l'anticatholicisme: Baser les dires sur le mensonge, la supercherie ! …
     
    C'est plutôt moi qui vous laisse refléchir…Pour le moment je suis un peu pris, je lirai prochainement et attentivement ce dossier PDF, qui m'0a semblé est écrit par un ancien catholique, mais bon comme disait mgr de Ségur : Un mauvais catholique devient rapidement protestant "

  7. Cher frère henry,
    J'aurais voulu que vous alliez plus loin encore:
    Saul de Tarse, persécuteur des chrétiens, néanmoins puissament utilisé par le Christ pour son oeuvre évangélique
    Mathieu, collecteur d'impôts, auteur de l'évangile du même nom
    et des milliers et des milliers aujourd'hui de par le monde y compris moi-même, qui n'avions pas droit de cités parmi les saints, étrangers à la 1ère alliance et aujourd'hui libérés!
    J'ai lu votre historique et vos accusations sur la probité des réformateurs tels que Calvin, Luther.. et j'en passe ! Mais, jamais la Parole de Dieu m'a été prêchée avec comme en-tête ces hommes ! Je n'ai jamais rencontré de chrétiens ayant pour fondement des doctrines, des dogmes, des traditions, des manières avec pour fondement des hommes ou ces mêmes pré-cités !!!
    Ceux que je rencontre, ce sont des chrétiens qui ont pour socle, appui et fondement Jésus-Christ de Nazareth ! Ceux que je rencontre, font l'expérience de la pentecôte, de l'Amour fraternel, d'une vie de sanctification, et d'un esprit de repentance. Ceux que je rencontre, pour rien au monde ne partageront l'honneur et la Gloire de leur Sauveur avec une statue, une relique, une image ou même un pape aussi saint soit-il !
    Lisez  ou relisez Mathieu 23: 7-11.
    Que nous ayons l'Esprit de Dieu en partage
    Respectueusement Gérald
     

  8. Bonjour,
    Moi, ce que je ne comprends pas – et je l'ai souvent dit sans avoir vraiment de réponses – c'est cette haine larvée que nourrissent les protestants ( surtout évangéliques ) envers les catholiques.
    Comprenez-moi bien : je veux dire que, parmi toutes les "confessions" qui se réclament du Christ, c'est UNIQUEMENT après les catholiques "romains" que les protestants en ont, c'est leur unique cible.
    Jamais un mot, jamais la moindre critique, même polie, envers les coptes, envers les orthodoxes, envers les arméniens, envers les catholiques d'Orient…..Mais, par contre, le catholiques romains, qu'est-ce qu'ils prennent comme savons !
    Pourtant, à mon avis, ces coptes, ces orthodoxes….devraient également de temps en temps subir quelques reproches car, aux yeux des protestants, ils sont, au moins autant que les catholiques romains, d'affreux hérétiques .
    Vraiment, ce "ciblage" exclusif envers les catholiques romains me paraît……….étrange !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents