Main menu
Un poisson dans le netMéditation bibliqueMéditation sur Genèse 17:17

Méditation sur Genèse 17:17

Genèse 17:17  » Abraham tomba face contre terre; il rit et dit en son cœur : Naîtrait-il un fils à un homme de 100 ans ? et Sara, âgée de 90 ans, accoucherait-elle ? 18 Puis Abraham dit à Dieu : Oh ! qu’Ismaël vive devant ta face ! « 

En réfléchissant sur ce texte ce matin, et au delà du sentiment d’extrême surprise causé par la réaction d’Abraham, j’ai réalisé avec ironie que j’aurais pu lui serrer la main dans bien des circonstances de ma propre vie où je ne me suis pas particulièrement distingué par l’éclat de ma foi.

Pour remettre ces versets dans leur contexte, nous avons 2 êtres engagés dans une importante discussion. Genèse 17. 1 nous dit simplement : ‘Dieu apparut à Abram et lui dit …’ Sous quelle forme Dieu apparut-Il ? Nous ne le savons pas. Cependant le verset 3 ( » Abram tomba sur sa face « ) fait ressortir clairement qu’Abraham savait exactement qui s’adressait à lui.

Or, au verset 16, Dieu, parlant de Sara, dit ceci :  » Je la bénirai et je te donnerai d’elle aussi un fils …  » Abraham montre, par sa réaction au verset 17 qu’il comprend tout à fait la promesse que Dieu lui fait. Mais ce qui est étonnant, c’est que, tout en ayant parfaitement conscience de s’adresser à Dieu, il choisit de privilégier le caractère irréalisable de la promesse au détriment de la toute puissance de celui qui la fait. C’est pratiquement la définition domestique de l’incrédulité. Tout en ayant Dieu devant ses yeux, Abraham choisit de ne pas croire ! Et sa réflexion du verset 18 ( » Abram tomba sur sa face « ) constitue une véritable gifle à la face du Créateur. En gros il le traite de menteur ou d’incapable. Cela me fait dire d’ailleurs que la forme que Dieu avait choisit de revêtir pour se révéler à notre père ne devait pas être trop solennelle, sinon Abraham n’aurait pas osé verbaliser sa pensée.

Ceci dit, lorsque je prie ou bien lorsque je lis ma Bible et que la médite, Dieu se révèle à moi sous une forme qui n’est pas trop éloignée de celle qu’Il avait choisit pour bavarder avec Abraham. Je ne vois personne bien sûr (qu’on se rassure !) mais je discute avec mon Dieu à peu près comme un aveugle le ferait avec une tierce personne. Après tout, mon interlocuteur n’existe pas parce que je le vois. Il existe parce qu’il existe.

Or combien de fois, alors que Dieu voulait me bénir (Romains 8 :28  » Nous savons, du reste, que toutes choses coopèrent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. « ) n’ai-je pas pensé, derrière ma petite tête : Naîtra-t-il un fils à un homme de 100 ans ; Du bien pourra-t-il jamais sortir de ce sac d’embrouilles ? Et n’ai-je pas exprimé cela par ces mots : Au lieu de me promettre monts et merveilles pourrais-tu te contenter de recoller les morceaux ?

Grand Dieu veuille agir puissamment dans la vie d’un être petit !

Contrat Creative Commons Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2005 Daniel Dutruc-Rosset.
Credit photo:
johnmueller

One thought on “Méditation sur Genèse 17:17

  1. je pense que si Dieu nous parlait de la même façon qu’il le fît pour Abraham,la plupart des chrétiens auraient foi en ses paroles…
    D’abord au vu et au vécu de chacun avec Lui depuis notre conversion….
    La foi grandit suite aux expériences et suite à notre vécu avec Dieu.
    La première fois que vous introduisez votre carte bancaire en sa fente,vous êtes tendu et un peu douteux du résultat….Une fois la chose vécue puis renouvelée maintes fois,on ne se pose plus de question sur le système.

    Avec Christ s’est un peu pareil:Plus on
    expérimentera les paroles de Dieu et ses promesses,plus on s’attendra tout
    naturellement à le voir agir et répondre à notre attente.
    C’est un peu ce qui fait »bondir » les plus froids en la matière qui se permettent de juger « mal » ,ceux qui croient comme des petits enfants.
    Aussi depuis notre vraie et complète conversion à Christ ,nous avons tant demandé et tant vu sa main miséricordieuse se poser sur notre vie,que nous ne doutons …plus!Ou presque…
    la foi est une ferme assurance de ce qu’on ne voit pas…
    Paul et Silas chantaient les louanges de Dieu, en leur prison et avec le dos lacéré de coups….puis les portes tombèrent devant eux….Etaient ils des fondamentalistes exaltés,des extrémistes,des gourous etc…?Non!
    Ils avaient vu et rencontré en leur vie profonde le Seigneur ….
    C’est ainsi que sans le voir,mais en le lisant et en l’écoutant quand il parle à notre coeur par son Esprit,la foi nous survient…..avec son fruit.

    Que dit jacques sur la bonne façon de recevoir?
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents