Main menu
Un poisson dans le netRéflexionCe qu’il vous faut savoir concernant le débat sur l’évolution (partie 3)

Ce qu’il vous faut savoir concernant le débat sur l’évolution (partie 3)

Nous poursuivons aujourd’hui (partie 3) la publication d’un texte important sur le sujet de l’évolution, une synthèse de l’article  » What you need to know about the evolution debate  » de Tony Watkins, disponible sur l’excellent site anglais Bethinking. Elle présente ce qu’il me semble être une position pertinente et sage sur le sujet, qui remet les éléments à leur bon niveau d’importance. Je suis comme à l’habitude très impatient de lire vos réactions dans les commentaires du blog !

Sommaire de l’article (publié en 4 parties) :

Introduction

  1. Les chrétiens bibliques ne voient pas tous les choses de la même façon
  2. Les évangéliques n’ont pas toujours soutenu le modèle des six jours littéraux
  3. Cette question est anxiogène pour certaines personnes, particulièrement pour les étudiants
  4. La croyance en l’évolution peut amener certains à abandonner leur confiance dans la Bible
  5. La croyance dans le modèle des six jours littéraux peut amener certains à abandonner leur confiance dans la Bible
  6. La science et la Bible ont des buts différents, et les hommes ne sont pas parfaits
  7. Il existe de bonnes raisons de croire en la création spéciale
  8. Il existe de bonnes raisons de croire en la création par un processus (le « process creation »)
  9. Nous devons tous vivre avec certaines questions difficiles et parfois même sans réponses
  10. Dans la controverse, nous passons souvent à côté des éléments essentiels de Genèse 1 à 3

Bibliographie


7. Il existe de bonnes raisons de croire en la création spéciale

Les Special Creationists prennent la Bible comme leur référence fondamentale. Paul Garner explique : « je commence toujours par la Bible. Elle est la vérité fondamentale sur laquelle je base toute ma réflexion scientifique. Tout d’abord, c’est ce que la Bible révèle à propos de l’histoire de la terre et de l’univers ». Ken Ham approuve : « Aucune preuve apparente, perçue ou prétendue, dans quelque domaine que ce soit, incluant l’histoire et l’archéologie, ne peut être valide si elle contredit ce que la Bible enseigne. »

Ces Special Creationists apportent des preuves scientifiques de leurs affirmations. Pour Paul Garner, les preuves apportées par le Dessein Intelligent sont fondamentales : «  quand vous examinez l’ADN, par exemple, vous y trouvez un code hautement ordonné qui porte les marques d’une intelligence. Il y a de l’information codée dans l’ADN. Et l’information, selon toutes les observations scientifiques, est toujours le produit d’un esprit, d’une intelligence » Un autre aspect fondamental du Dessein Intelligent est la complexité irréductible  des systèmes biologiques. David Tyler ajoute : « il existe des limites dans les variations biologiques. C’est en contradiction flagrante avec l’évolution qui postule qu’il n’y a pas de limites, mais il me semble que les données scientifiques indiquent bien qu’il y en a, et que c’est ce qui identifie les frontières naturelles entre groupes d’animaux. »

Certains éminents scientifiques sont Special Creationists. Paul Garner affirme que : « dans le monde, des milliers de scientifiques d’un niveau recherche se reconnaissent dans cette ligne de pensée, dans tous les domaines de la science, biologie, géologie, et même astronomie et cosmologie. Je pense que c’est un mouvement en pleine croissance. » 

8. Il existe de bonnes raisons de croire en la création par un processus (la « process creation »)

Denis Alexander affirme que c’est une question d’intégrité : « La tâche des scientifiques chrétiens est de décrire ce que Dieu a fait dans sa création, et, comme partie inhérente de leur culte à Dieu, de dire la vérité sur la création divine.  Puisque le darwinisme est la meilleure explication du moment sur les origines de la biodiversité, nous devons l’enseigner. Nous devons dire la vérité au mieux de notre connaissance, sachant que nos connaissances scientifiques sont incomplètes et qu’il y a toujours plus de choses à découvrir. »

Pour Ernest Lucas, il est crucial d’étudier les premiers chapitres de la Genèse dans leur contexte historique : « Les chapitres d’ouverture de la Genèse ont avant tout pour but de nous enseigner des vérités théologiques sur Dieu, la nature du monde, notre rôle dans le monde, … J’en suis venu à cette lecture de la Genèse non pas avec un arrière-plan scientifique, mais après des années d’étude de la culture et de la religion du Moyen-Orient ancien. » De la même façon, Derek Kidner, dans son Tyndale commentary, David Atkinson dans le Bible Speaks Today commentary de Genèse 1 à 11, Gordon Wenham dans son Word Biblical Commentary sur Genèse 1 à 15 et le théologien français Henry Blocher (parmi d’autres) rejettent l’interprétation littérale de Genèse 1 sur la base des textes eux-mêmes, et non à cause de positions scientifiques.

Pour autant, ils reconnaissent des vérités historiques essentielles. Denis Alexander est clair sur le fait que Dieu a doté Adam et Eve de son Esprit, et que la Chute est un événement historique : « Il me semble que la Chute implique l’existence d’obligations éthiques et morales qu’il est difficile de concevoir sans un Dieu prescripteur de Sa volonté. C’est ce qu’il a fait dans le jardin d’Eden, où il a énoncé des interdictions très précises, qui ont été transgressées. »

La plupart des Process Creationists partagent avec les Special Creationists l’idée qu’il ne peut y avoir d’explication à l’origine de la vie ou à l’esprit humain sans Dieu. Iain Prance, l’un des plus éminents botanistes du monde, dit : « Je crois à l’évolution car, de façon évidente, quand j’observe la vie, je vois qu’elle s’est développée de façon graduelle. Cependant, je pense qu’il y a deux choses que personne ne peut expliquer par la science. La première est l’apparition même de la vie. Personne n’a jamais été capable de recréer la vie en tant que telle. Certains ont pris de morceaux qui contenaient déjà la vie et ont créé des organismes vivants, mais ils ne sont jamais partis de l’inerte. L’autre chose qui est certainement vraie, c’est qu’à un certain moment, Dieu a utilisé un organisme précis pour lui donner une âme et pour créer l’homme à son image. »

Beaucoup d’autres scientifiques renommés, des sommités mondiales dans leur domaine d’expertise, sont des créationistes évolutionnistes et notamment : Francis Collins, le directeur du projet sur le génome humain, Sir John Houghton FRS, l’ancien directeur général du Meteorological Office, le professeur Bob White FRS, professeur des sciences de la Terre à l’université de Cambridge, Malcom Jeeves, Honorary Research Professor de psychologie à l’université St Andrews.

9. Nous devons tous vivre avec certaines questions difficiles et parfois même sans réponses

Pendant longtemps, j’ai soupçonné que les positions qu’adoptent les gens dans ce débat ont autant à voir avec leurs interrogations non élucidées qu’avec leurs certitudes. C’est dû au fait que beaucoup de questions  sont si difficiles, et que le sujet est si vaste, qu’il est impossible à quiconque d’en maîtriser tous les aspects. 

Pour Denis Alexander, « le plus grand défi est la question de la théodicée, et de savoir pourquoi un Dieu d’amour qui nous aime ainsi que sa création, a choisi le chemin de la diversité biologique, incluant l’humanité, ce qui nous semble être un processus long et difficile impliquant l’extinction de 99% de toutes les espèces, et une affreuse quantité de morts et de souffrances. » Cependant, cette question ne se pose pas seulement aux créationistes évolutionnistes. Les Special Creationists doivent aussi affronter le fait que Dieu a permis la disparition de 99% des espèces, au cours du Déluge selon leur interprétation.

D’un autre côté, John Bryant ne voit pas forcément un problème dans l’extinction des espèces : « Qui y a-t-il de cruel pour un individu donné de voir sa propre espèce disparaître ? Je ne vois pas. Je ne vois pas en quoi l’extinction des espèces impliquerait que Dieu est cruel ; je vois plutôt ça comme participant à la structure changeante et évolutive de l’univers.C’est du sentimentalisme que de s’en inquiéter. J’aurais par contre un tout autre regard sur les extinctions d’espèces causées par l’homme. » La mort est un sujet délicat quelque soit sa position. Comment comprendre « sauf du fruit de l’arbre du choix entre le bien et le mal. De celui-là, n’en mange pas, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2.17 Bible du Semeur), alors qu’il ne meurt clairement pas ? Les créationistes évolutionnistes disent que Dieu ne se réfère qu’à sa mort spirituelle, car un monde sans la mort avant la Chute ne résisterait pas longtemps à l’invasion des bactéries.  Les Special Creationists affirment aussi qu’Adam est mort spirituellement immédiatement après sa désobéissance, mais ils insistent sur le fait que la mort physique n’est entrée dans le monde qu’à ce moment là. 

Certains points continueront certainement à être débattus jusqu’à notre arrivée dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, et il faut accepter de vivre avec ces incertitudes.

Suite…

Credit photo:
ttdesign

One thought on “Ce qu’il vous faut savoir concernant le débat sur l’évolution (partie 3)

  1. Bonjour
    Que la Paix de Dieu soit avec vous

    A la suite de cette lecture, qui semble vouloir ménager « la vérité et l’erreur » je pose une question aux lecteurs: les chrétiens savent que c’est du péché et de sa conséquence, a savoir ;la mort, qu’ils sont sauvés par l’œuvre de la rédemption que Dieu a accompli en Christ alors si la mort a existé avant la chute (c’est à dire le péché)elle n’en est point la conséquence et il se trouve que la Parole de Dieu est contredite. Celui qui veut concilier ces deux pensées contraires, ne s’oppose-t-il pas à Dieu?
    Notre Père l’Éternel est le Dieu qui ne ment point, à lui seul la gloire par Christ notre sauveur.
    Maintenant entendons cette Parole; certainement tu mourras car elle s’est accomplie et le fait qu’elle ai mit 930 ans à trouver son aboutissement ne remet pas en cause la validité de l’annonce mais témoigne de la vitalité dont était doté le premier homme. Nous savons que depuis cet instant (la désobéissance) la création entière souffre des douleurs de l’enfantement, cette création s’étiole elle va vers sa fin, nous vivons moins de cent ans maintenant et malgré toute notre science, les maux s’étendent sur l’humanité. Celui qui voit l’évolution créatrice ne regarde pas avec les yeux de Dieu. Notre espérance c’est la résurrection de la mort (en un instant), dans un corps nouveau dans une création nouvelle, Alléluia!
    Gardez vous dans la Parole de notre Dieu, honorez la!. Elle est parvenue jusqu’à nous par sa grâce pour que nous connaissions son salut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents