Main menu
Un poisson dans le netRéflexionAu commencement… Dieu ? Dieu offre à tout être humain une pleine réconciliation avec lui-même (20)

Au commencement… Dieu ? Dieu offre à tout être humain une pleine réconciliation avec lui-même (20)

la croixDieu, par l’intermédiaire de son Fils Jésus-Christ, offre à tout être humain le pardon et une pleine réconciliation avec lui-même.

  1. Par l’intermédiaire de son Fils Jésus-Christ :

    Au risque de trop simplifier, permettez-moi une petite comparaison fantaisiste. Supposons qu’un homme veuille communiquer avec des fourmis. Imaginons aussi qu’il ait le pouvoir de le faire… Comment procéder pour que la fourmi, avec sa petite  » intelligence  » puisse avoir même une vague idée de ce que l’homme voulait dire ? Le mieux, c’est que l’homme s’abaisse jusqu’à son niveau – à l’extrême, qu’il devienne fourmi…

    C’est en quelque sorte ce que Dieu, dans son amour pour nous, a fait :

     » Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.  » (16)

     » Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils ; « (17)

     » Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître.  » (18)

    Ces textes bibliques indiquent que Jésus-Christ était beaucoup plus qu’un prophète. Un survol de toute la Bible montre que Jésus existe de toute éternité, qu’il est Dieu tout comme son Père et qu’il a participé à la création de l’univers. Il est devenu un simple homme pour montrer aux hommes d’une manière très concrète et visible le caractère et la pensée de Dieu. Jésus a pu dire à ses disciples,  » Celui qui m’a vu a vu le Père. «  (19) Il est alors l’ultime révélation de Dieu. Si nous voulons savoir comment est notre Dieu et Créateur, nous pouvons le voir à l’œuvre dans la personne de Jésus-Christ.

    Mais Jésus-Christ est venu aussi pour accomplir une autre mission…

  2. Le pardon

    Un criminel, condamné à perpétuité pour des fautes graves, est totalement incapable de changer son état. Il est coupable, et sa condamnation est juste. Il ne peut pas, même par de bonnes oeuvres, se défaire de son passé criminel. Toutes ses excuses, toutes ses justifications et toutes ses protestations ne changent en rien la réalité de ses fautes. Il n’a qu’un seul espoir : c’est de recevoir la grâce, ou l’amnistie présidentielle.

    De la même manière, personne, par ses mérites, ne pourra échapper à la sentence prononcée contre lui par le Juge de l’univers. Cette sentence est terrible : c’est la mort ; et dans la Bible, ce terme signifie un bannissement à tout jamais de la présence de Dieu. Elle résonne à travers la Bible :

     » Voici, toutes les âmes sont à moi ; […] l’âme qui pèche, c’est elle qui mourra. « (20)

     » Le salaire du péché, c’est la mort… « (21)

    D’où la nécessité absolue d’un pardon. Et c’est ce que Jésus-Christ a obtenu par sa mort. Car les Écritures nous disent que Jésus-Christ a pris sur lui-même la sentence qui devait tomber sur nous, quand il est mort sur la croix. L’homme, quand il a crucifié le Fils de Dieu, a commis une infamie inexprimable. Dieu, selon un plan établi avant la création du monde, l’a fait aboutir au salut de quiconque croit.

     » Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. « (22)

     » Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. « (23)

    Alors, grâce au don extraordinaire de Jésus-Christ, Dieu nous offre une amnistie totale, et la possibilité de devenir membres de sa famille – enfants de Dieu, avec la promesse d’un  » héritage qui ne peut ni se corrompre, ni se souiller, ni se flétrir, « (24) réservé dans les cieux.

    De plus, ce pardon implique aussi…

  3. Une pleine réconciliation avec Dieu :

    Selon le dictionnaire Larousse, réconcilier signifie  » rétablir des relations amicales entres des personnes brouillées.  » Nous avons déjà vu que tous étaient les objets de la colère de Dieu, à cause du péché. Mais l’hostilité existe dans les deux sens, même si elle n’est pas toujours aussi évidente. Nous lisons que tous, avant de venir à Dieu, sont des  » étrangers et ennemis par (les) pensées et (les) mauvaises oeuvres. « (25) Maintenant, par la mort de Christ, la colère de Dieu contre nous est apaisée :

     » Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, sans tenir compte aux hommes de leurs fautes,… « (26)

    Désormais il est possible de faire la paix avec Dieu. Mais il faut accepter ses conditions. C’est lui qui fixe les termes de la reddition, et non pas nous.

    En fin de compte, Dieu dresse un tableau assez sombre de l’humanité. Nous sommes dans un état désespéré, comparable à celui de gens sur un bateau en train de couler. Face à la justice parfaite de Dieu, même le meilleur des hommes est perdu. Mais Dieu, dans son amour, nous lance une bouée de sauvetage – un pardon et une réconciliation en Christ. La Bible est formelle : chacun de nous a besoin d’être sauvé. Alors se pose la question la plus importante de mon existence : Que dois-je faire pour bénéficier de ce salut ?

 

 

Ce texte est la 20ème partie d’ Au commencement… Dieu ?, un ouvrage en texte intégral en cours de republication. Retrouvez-en le sommaire ici, dont les chapitres seront complétés régulièrement.

Suite…

Credit photo:
jasmic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents