Main menu
Un poisson dans le netRéflexionQuelle est la signification d'Halloween ?

Quelle est la signification d'Halloween ?

 

Quelle est la signification d’Halloween et quelle devrait être l’attitude des chrétiens vis-à-vis de la célébration de cette fête ?

Pour trouver la réponse à cette question, dans la lumière que la Parole de Dieu nous donne, il serait bon de mentionner brièvement quelques détails historiques. Ensuite nous nous occuperons de certaines pratiques qui accompagnent la célébration de cette  » fête  » et enfin nous essayerons à définir l’attitude du chrétien en rapport avec ces choses.

Chaque année, le premier novembre, l’Église catholique en Europe observe la fête appelée de la Toussaint. On place des fleurs sur les tombes de parents ou d’amis décédés, mais il y a aussi une certaine coutume selon laquelle on met des chandelles allumées dans les fenêtres, la veille du 1er novembre. Pourquoi ? Pour  » aider les âmes perdues à trouver leur chemin  » (!) Aux États-Unis et au Canada on célèbre le même festival, mais d’une façon différente. Halloween est plutôt comme un carnaval que comme un acte de souvenir, avec les vêtements de déguisement, les masques, l’alcool, de la violence, les menaces, où l’influence des démons est consciemment ou inconsciemment présente.

Qu’est-ce qui est à l’origine de ces fêtes ?

Comme c’est le cas avec beaucoup de coutumes dans l’Église catholique et dans la vie des nations christianisées, nous trouvons l’origine de ces choses dans des fêtes et des usages païens et idolâtres. Quant à ces usages le jour de la Toussaint et Halloween, on pourrait retracer leur origine dans un festival des druides (prêtres d’une race celtique) qui habitaient en Angleterre, en Irlande et au nord de la France, avant le début de l’ère chrétienne. L’idée était que les âmes des personnes décédées avaient besoin d’être purifiées. Selon un certain rite magique, l’âme du défunt était transférée après la mort dans le corps d’un animal. Une fois par année, pendant la nuit du 31 octobre, les âmes enchantées étaient libérées par un dieu des druides appelé Samhain, le dieu de la mort. Ses âmes  » libérées  » retournèrent à leurs maisons et furent ainsi conduites ensembles dans leur ciel. Tout cela était lié à toute sorte de magie et accompagné de sacrifices de certains fruits et d’animaux et parfois d’êtres humains.

Les Romains, qui régnèrent 400 ans sur les Celtes, ont combiné leurs fêtes avec ce festival de Samhain. Lorsque l’Église catholique avait établi sa domination sur ces pays, Grégoire le grand (A. D. 540-604) conseilla à l’archevêque de Canterbury de maintenir les sacrifices d’origine druides et de les célébrer en l’honneur des saints  » chrétiens « . Plus tard, l’Église a approuvé la pratique de prier pour les morts, les gens allant de porte à porte pour mendier et pour prier, recevant des gâteaux comme récompense (précurseur des usages d’aujourd’hui). Ainsi on comprend comment ce mélange de pratiques occultes et  » chrétiennes  » a eu lieu. Encore plus tard, les pionniers anglais ont introduit ces coutumes en Amérique.

Qu’est-ce que la Parole nous enseigne ?

La Parole de Dieu, elle, rejette entièrement ces enseignements et ces pratiques. Lisons par exemple 2 Corinthiens 6:14-17 :  » Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?

 15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?

 16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

 17 C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
  »

… où nous trouvons que de tels liens entre le christianisme et les pratiques païennes sont cinq fois condamnés catégoriquement. Selon 1 Corinthiens 10:14 ( » C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie « ), les chrétiens doivent fuire l’idolâtrie, tout en réalisant que la chair en eux, si non-jugée, va les inciter à commettre l’idolâtrie et la fornication, parce que la chair est en inimitié contre Dieu. Là il faut réaliser aussi que la puissance des démons est plus grande que la force du chrétien en lui-même : en tant que laissé à lui-même à cause de sa désobéissance, il ne peut profiter des ressources en Dieu.

Pensons également aux exhortations que le Seigneur Jésus donne dans Apocalypse 2:13-15 et 20-23. Sans vouloir élaborer sur ces derniers passages, il faut remarquer que ce développement d’une synthèse (ou d’un  » mariage  » si vous voulez) entre le christianisme et le monde politique et idolâtre – dans quelque forme qu’il se manifeste – ne se limite malheureusement pas à l’église catholique, mais a pénétré les églises protestantes et les dénominations évangéliques.

Les âmes de ceux qui sont morts

En ce qui concerne les âmes des morts, il nous faut réaliser que, selon les Écritures, rien ne pourrait se faire pour changer le sort des défunts. Ni ces pratiques de l’Halloween, ni les prières ou les messes pour les morts, ne peuvent changer le sort des âmes de ces personnes mortes ! Ce qui compte devant Dieu pour déterminer le sort futur d’une personne, c’est la vie présente :  » Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs  » (Hébreux 4:7).  » Voici, c’est maintenant le temps agréable ; voici, c’est maintenant le jour du salut  » (2 Corinthiens 6:1). Balaam, le faux prophète qui a introduit l’idolâtrie et la fornication au milieu du peuple de Dieu, avait le désir de mourir la mort d’un homme droit (Nombres 23:10), mais il n’a pas voulu vivre comme un homme juste ! C’est pour cela que Dieu l’a rejeté, lorsqu’il est mort. Quel est votre choix ?

La Parole de Dieu nous parle (Apocalypse 20. 11-15)

« 11 Et je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus, de devant la face duquel la terre s’enfuit et le ciel ; et il ne fut pas trouvé de lieu pour eux.

12 Et je vis les morts, les grands et les petits, se tenant devant le trône ; et des livres furent ouverts ; et un autre livre fut ouvert qui est celui de la vie. Et les morts furent jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les livres, selon leurs oeuvres.

13 Et la mer rendit les morts qui étaient en elle ; et la mort et le hadès rendirent les morts qui étaient en eux, et ils furent jugés chacun selon leurs oeuvres.

14 Et la mort et le hadès furent jetés dans l’étang de feu, c’est ici la seconde mort, l’étang de feu.

15 Et si quelqu’un n’était pas trouvé écrit dans le livre de vie, il était jeté dans l’étang de feu. »

Ce texte est une nouvelle publication d’un document initialement publié dans le dossier « Foire aux questions » de notre site.

18 thoughts on “Quelle est la signification d'Halloween ?

  1. Bonjour,

    Quelqu’un de votre religion pourrait-il tenter de m’expliquer comment vous comprenez Apocalypse 20:11 à 15 cité ci dessus ? Que signifient en particulier « le hadès » et « l’étang de feu » et pourquoi le premier est jeté dans le second…

    Merci. Cordialement, Christian.

  2. Bonjour,

    l’étang de feu correspond à l’enfer, lieu de châtiment éternel des réprouvés.

    Le « Hadès » est le mot grec pour l’hébreu « Shéol », qui signifie le séjour des morts. Il s’agit de l’endroit où vont tous les défunts une fois morts, qu’ils soient régénérés ou réprouvés.

    Le passage peut être compris de la manière suivante : au moment défini, tous les morts sortiront du séjour des morts (Hadès/Shéol), et seront jugés par Dieu (jugement dernier). Pour chaque défunt, on regardera ce qu’il a fait pendant sa vie (c’est ce qui est écrit sur les livres), et ce sera la base du jugement.

    Si le nom du défunt jugé n’est pas écrit, il ira dans le lac de feu (l’enfer en français d’aujourd’hui), où il subira une punition éternelle). Ce n’est pas dans le texte ici, mais on sait que si son nom est dans le livre de la vie, il ira au « paradis » (la nouvelle Jérusalem d’Apocalypse 21).

    Vous pouvez comparer ce passage avec celui de Daniel 12:1-3 par exemple.

    Cordialement,

    Schientos (Alix Bernot)

  3. Réponse au commentaire n°1 de Christian :

    Christian,

    Pourquoi ne pas nous dire tout de suite où vous voulez en venir ?

    Vous savez pertinemment ce qu’est le « séjour des morts », correspondant au mot hébreu « chéol » de l’Ancien Testament, et à son équivalent grec « hadès » du Nouveau Testament.

    Vous savez également ce qu’est « l’étang de feu », qui représente la seconde mort.

    Et vous savez bien que la phrase « Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu » signifie la destruction de la mort.

    Alors gagnons du temps, et précisez donc votre question.

    Cordialement
    Rémi

  4. Les Tj agissent toujours de la meme façon, ils s’introduisent chez les gens avec une fausse affirmation, montent en epingles par de savantes philosophies une destabilisation des esprits, avancent des pretextes falacieux ,ils disent vouloir nous parler de problemes qui relevent du quotidien sans jamais avouer d’entée qu’ils sont jehovistes.
    Lorsqu’ils se trouvent face à des gens simples, incultes, ils tentent de les eblouir par des anphases,ou par le biais de savants sophismes ou de dialectiques subtiles.
    Ils se montrent philologues, fins exegetes, mais lorsqu’ils rencontrent de vrais croyants, affermis, ediffiés, instruits et sur le plan culturel, cultuel et intellectuels, soit ils rebroussent chemin, soit ils viennent en renforts avec des responsables plus formés, plus « instruits », afin de vous destabiliser ou vous noyer dans des infos tout azimuts qui n’ont pas defondements,erronées,fausses,qu’ils tirent de leurs ouvrages qui ont force de loi et de doctrine chez eux, tel que :la tour de garde, s’insurgent contre le mauvais procés qu’on leur fait et qu’ils sont les seuls a avoir raison et ce qu’ils disent et vrais et que tout le reste du monde , comme de bien entendu est dans l’erreur, puisque non jehovistes.
    Specialistes de la polemique sterile, de la casuistique inutile, et des philipiques qui n’en finissent plus, ils n’ont de cesse de vous convertir à leur vision deformée et falsiffié de la bible et a leur doctrine, doctrine qui ,depuis Arius de Carthage, a étè combattue par les plus grands docteurs de la parole(et qui pour un grand nombre d’ente eux, furent ou sont né de nouveau) et par les plus fins grammariens, dialecticiens et philologues.
    Malgrés cela, ils insistent et ne demordent pas dans leur volonté et leur erreur, à l’image des loups ravisseurs, de ces prevaricateurs de la parole , de ravager les plus faibles par leur fausses doctrines et en deformant la vérité ou transformant la parole par des artifices de semantique..On a beau leur demontrer leur erreur cognitive, de dialectique, d’ergonomie, de semiologie, les failles de leur fausse doctrine, etc.. Ils n’en tiennent pas compte.Ils harcellent , encore et encore, jusqu’a obtenir satisfaction.
    Et lorsqu’ils sont confronté a de vrais docteurs ,ils s’inssurgent, crient a la cabale, a l’ostracisme, au sectarisme, a la querelle , a la segregation, au mauvais proces d’intention etc..mais eux ne se gennent pas pour nous denigrer par de doux sohismes, et des paroles mieleuses, lenifiantes, mais le resultat ne change pas.

  5. Réponse à Rémi (Commentaire n°3) :

    Je précise de suite, cher monsieur !

    La réponse de Schientos esr caractéristique de ce que l’on « fait dire » à ce texte de l’Apocalypse : « l’étang de feu c’est l’Enfer, lieu de châtiment éternel des réprouvés ». Et bien entendu, c’est faux !

    Cet étang de feu symbolique « représente la seconde mort », comme vous le dites fort justement… et sans trop avoir le choix de prétendre le contraire puisque ce sont là précisément les paroles de la prophétie. Dans cet étang représentant la destruction définitive, sans espoir de résurrection, la mort elle-même est jetée. La mort, en effet, doit être détruite définitivement (1 Corinthiens 15:26). La mort n’ira pas brûler en Enfer ! Comment le pourrait-elle puisqu’elle n’est pas une personne ?

    Plus tôt, versets 10, Jean nous dit que Satan sera lui aussi jeté dans cet étang de feu, là où seront déjà « la bête (de Apo. 13:1) et le faux prophète (Apo. 19:20) », deux entités symbolique qui ne pourrait être ‘tourmentés nuit et jour à tout jamais’ au sens réel. Tout ce langage est symbolique… ce qui n’empèche pas les membres de la chrétienté de l’utiliser abondamment pour entretenir dans le coeur de leurs ouialles la peur morbide de ce lieu redoutable qui les fait marcher à la baguette !

    C’est assez précis comme ça ?

    Cordialement, Christian.

  6. Réponse à magalousteph38 (Commentaire n°4) :

    Si l’on mettait bout à bout tous vos messages où vous parlez de moi dans des termes outrageants, on cumulerait plus de 200 lignes ! Vous n’êtes pas fatigué, à force ? Bon, je reconnais qu’il est nettement plus facile d’insulter l’autre que d’argumenter sur ses affirmations… Mais quand même ! Je sais pas moi : faite un effort ! Montrez que vous avez autre chose à écrire, en réponse aux gens, que des remarques blessantes. N’êtes-vous pas chrétien avant tout ? Si oui, prouvez-le en suivant cette exortation de Pierre :

     » Mais sanctifiez le Christ comme Seigneur dans vos cœurs, toujours prêts à présenter une défense devant tout homme qui vous demande la raison de l’espérance qui est en vous, mais faites-le avec douceur et profond respect.  » (3:15).

    Pierre dit « tout homme », oui même celui qui n’est pas d’accord avec vos croyances, même celui qui vous contredit, même celui qui croit dur comme fer avoir trouvé la vérité et considère que les autres sont attachés à des mensonges et ont besoin d’être aidé… douceur et respect : la base pour une bonne défense de notre foi.

    D’ailleurs, si ma mémoire est bonne, vous vous dites engendré de l’Esprit, n’est-ce pas ? Alors manifestez-en le fruit :  » L’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance.  » (Galates 5:22, 23) Autrement vos actes condamneront vos paoles…

    Cordialement, Christian.

  7. no6….
    La Parole de Dieu mr.Gueirard est une arme à deux tranchants,aigüe….c’est l’Epée de l’Esprit à qui vous vous opposez tout le temps.
    Jean qui fût Apôtre et non T.J,jean qui fût celui qui parla le plus de l’amour de Dieu dit néammoins ceci:
    Jean 1:9: »Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.
    1.10
    Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut!
    1.11
    car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises oeuvres.  »
    Cela devrait suffir….

  8. Réponse à maumau (Commentaire n°7) :

    La méthode qui consiste à citer des textes bibliques qui condamnent l’apostasie pour dénigrer l’autre est à la portée de tout le monde. Même moi je sais faire, sur la base suivante :

    Le professeur Douglas Holden a écrit : “La théologie chrétienne est tellement mêlée à la PHILOSOPHIE grecque qu’elle a produit des hommes qui sont pour neuf dixièmes de formation grecque, et un dixième de formation chrétienne.” (Death Shall Have no Dominion, p. 14).

     » Soyez sur vos gardes : il se peut qu’il y ait quelqu’un qui vous entraînera comme sa proie au moyen de la PHILOSOPHIE et d’une vaine tromperie selon la TRADITION DES HOMMES, selon les choses élémentaires du monde et non selon Christ. » (Colossiens 2:8) 

     » Vous avez annulé la parole de Dieu à cause de votre TRADITION. Hypocrites ! C’est avec raison qu’Isaïe a prophétisé à votre sujet, quand il a dit : ‘ Ce peuple m’honore des lèvres, mais leur cœur est très éloigné de moi. C’est en vain qu’ils continuent à me rendre un culte, parce qu’ils enseignent pour doctrines des COMMANDEMENTS D’HOMMES. ’ ” (Matthieu 15:6-9).

    Un partout, la balle au centre.

    Christian.

  9. No8….vous faites ce que vous voulez,mr G et vous pensez ce que vous voulez…..
    mais Celui qui nie le Christ ,comme étant le Fils unique de Dieu,s’oppose au Saint Esprit et sert l’Antichrist….Aussi la parole a prévu qu’elle attitude il fallait tenir devant de tels mensongesà l’égard d e la vraie doctrine!
    Ce n’est pas pour rien que je vous appelle depuis longtemps MR GUEIRARD!
    Je reste poli et je cite ce que dit la Parole de Dieu…..quand la base de la Bonne nouvelle est faussée.

  10. Réponse au commentaire n°5 de Christian :

    Christian,

    Vous voulez donc parler de la condition des perdus jetés dans « l’étang de feu »…

    Contrairement à l’idée de retranchement éternel qu’enseigne votre organisation, la Bible enseigne très clairement que l’avenir éternel des perdus est un état conscient de tourments et de châtiments.

    Veuillez considérer les versets suivants, on ne peut plus clairs sur le sujet :

    Apocalypse 14.10-11 « il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau !
    La fumée de leur tourment monte à tout jamais, et ils n’ont de repos ni le jour ni la nuit »

    Matthieu 25.46 « Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes, à la vie éternelle »

    Apocalypse 14.10 « Le diable qui les égarait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le prophète de mensonge. Ils seront tourmentés jour et nuit, à tout jamais »

    Cordialement
    Rémi

  11. Mr.Gueirard….
    vous dites: »La méthode qui consiste à citer des textes bibliques qui condamnent l’apostasie pour dénigrer l’autre est à la portée de tout le monde. »
    ————
    1.Je ne dénigre pas,je cite ce que dit la Parole de Dieu à l’égard de ceux qui proclament et qui s’y emploient,que jésus-Christ n’est pas le Fils unique du Père ,et donc qu’il n’en a pas la nature divine.
    Ce n’est pas à la portée de tous non plus de le discerner….puisque beaucoup persiste à vous appeler »Cher ami,Cher Christian etc.. »
    2.L’apostasie est l’abandon de la foi de la part des croyants…..elle est a déjà largement commencé:C’est donc un signe des temps.
    Apostasie veut dire :action de s’éloigner,défection ou encore désertion….
    Le mot que vous utilisé ne correspond donc pas, à ce que vous me reprochez.
    C’est là encore une subtilité Téjoviste,pour ne pas affronter la dure réalité du devenir de ceux qui « nient le Christ comme tel »!
    Car hélas,ceux qui nient Christ en temps que FILS unique,n’ont pas le Père non plus….

    Par contre au risque de me répéter, l’AntiChrist (l’esprit qui se manifeste )cette puissance mensongère qu iparaîtra plus tard plus clairement,est décrite par l’apôtre Jean qui dit que l’esprit de l’AntiChrist est déjà dans le monde…(1jean4:3).
    Il définit celui dont l’esprit s’attaque au fondement même de l’Evangile et qui sous toutes les formes s’applique à nier ou à faire croire que Jesus Christ n’est pas le seul et unique FILS de DIEU,lui qui étant la Parole,qui a fondé le monde entier avec son Père,dès le commencement et qui est le seul sacrifice !
    C’est ainsi que Jean écrira: »
    Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.
    Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père.
    Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.
    Et la promesse qu’il nous a faite, c’est la vie éternelle.(1 jean 2:22)

    De même,jean dira: »Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.
    Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu;
    et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. …(1jean 4:1à3).

    Voilà ,je voulais rectifier vos propos….

  12. Réponse à Rémi (Commentaire n°10) :

    Faites la liste de tous ceux qui sont jetés dans cet étang de feu. Il y a Satan, bien sûr, mais aussi « la bête » et « le prophète de mensonge » ainsi que la mort et l’hadès — autant de symboles qui ne peuvent donc ni brûler au sens propre ni être tourmenté. Cet étang est donc le symbole de la destruction complète et définitive, un lieu d’où l’on ne revient pas, « la seconde mort ». Et puisque l’étang est symbolique, les tourments le sont aussi.

    Le mot grec utilisé ici pour “ tourment ”, basanizô, a comme premier sens “ éprouver (les métaux) avec la pierre de touche ”, et comme second sens “ mettre à la question, torturer ”. (Dictionnaire grec-français de V. Magnien et M. Lacroix.) D’après le contexte, l’emploi de ce mot grec indique que ce qui arrivera à Satan servira, à tout jamais, de pierre de touche pour ce qui est de la légitimité et de la justice de la domination de Jéhovah. Cette question de domination souveraine aura été tranchée une fois pour toutes. Plus jamais une contestation de la souveraineté de Jéhovah ne devra subir l’épreuve des faits pendant toute une période pour être tranchée.

    De plus, le terme basanistês, ou “ tourmenteur ”, qui lui est apparenté est rendu dans la Bible par “ geôlier ”. (Matthieu 18:34, Kingdom Interlinear.) Conformément à ce sens, Satan sera éternellement emprisonné dans le lac de feu et de soufre ; il n’en sera jamais relâché. Finalement, dans la Septante, que Jean connaissait bien, basanos, mot grec dérivé, est employé pour désigner une humiliation qui mène à la mort (Ézékiel 32:24, 30). Nous comprenons donc que la punition infligée à Satan est humiliante, s’agissant d’une mort éternelle dans le lac de feu et de soufre. Ses œuvres périssent avec lui. — 1 Jean 3:8.

    Mon message étant déjà bien assez long comme ça, je commenterais Matthieu 25.46 une prochaine fois.

    Cordialement, Christian.

  13. Réponse à Rémi (Commentaire n°10, suite) :

    Selon la traduction que vous utilisez (Segond), Matthieu 25:46 est rendu ainsi : “ Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes, à la vie éternelle ”. La version Darby met même  » dans les tourments éternels « .

    La Traduction du monde nouveau rend elle se passage ainsi :  » Et ceux-ci s’en iront au retranchement éternel, mais les justes à la vie éternelle « .

    Alors ? Qu’est-ce qui attend réellement ceux que Jésus placera à sa gauche ? Un châtiment, des tourments éternels ou un retranchement éternel ? Le mot grec utilisé ici est kolasin, dont la signification littérale est “ élagage, émondage ”. Point de tourment donc mais une suppression, une « coupe » éternelle, définitive.

    On lit dans El Evangelio de Mateo: “La vie éternelle, c’est la vie définitive; son contraire est la punition définitive. L’adjectif grec aïônios n’indique pas en premier lieu la durée, mais la qualité. La punition définitive est la mort pour toujours.” — Professeur Juan Mateos (retraité de l’Institut biblique pontifical, Rome) et professeur Fernando Camacho (Centre de théologie, Séville), Madrid, 1981.

    Comparons ce verset avec 2 Thessaloniciens 1:9 (Darby) où Paul dit de ceux qui n’obéissent pas à l’évangile de notre seigneur Jésus Christ qu’ils  » subiront le châtiment d’une DESTRUCTION éternelle « . Peut-on être plus clair ?

    De fait, réfléchissez : puisque le Diable doit être détruit définitivement en étant jeté dans le lac de feu symbolisant la seconde mort, n’est-il pas logique que ces sbires subissent le même sort que lui ? Certainement.

    Pas d’allusion en un Enfer quelconque en Matthieu 25:46. Pas plus ici qu’ailleurs. Un tel lieu est tout simplement incompatible avec les attributs de Dieu que sont la justice et l’amour.

    L’Enfer est une conséquence logique de l’adoption de la croyance païenne en une âme immortelle. Car si toutes les âmes survivent, que faire des âmes des méchants ? Une fois encore on découvre comment un mensonge en entraine un autre dans un effet boule de neige dévastateur.

    Cordialement, Christian.

  14. « VICTOIRE SUR LA MORT »

    1 Corinthiens 15/54
    C’est une parole dont l’accomplissement est à venir. Mais, dès maintenant, cette victoire est à nous, à cause de Jésus-Christ, notre Seigneur (v. 57).

    Bildad parlait de la mort comme du « roi dans épouvantements » (Job 18/14). La Bible dit que « la mort est le dernier ennemi qui sera vaincu (1 Corinthiens 15/26) » ; et encore, que certains « sont retenus toute leur vie dans la servitude par la crainte de la mort (Hébreux 2/15) ».

    Rien d’étonnant que ce roi des épouvantements, cet ennemi, ce despote impitoyable terrorise le monde !

    Que vaut la philosophie qui préconise de défier la mort en se la donnant à soi-même ?

    C’est vers Jésus-Christ que nous devons tourner nos regards : lui seul est le libérateur véritable. Sa mort volontaire à la Croix n’a pas été un suicide, mais un substitut d’une valeur expiatoire unique.
    Il n’a pas supprimé sa vie, il l’a donnée. Le roi David connaissait Dieu comme son berger. De ce fait, il pouvait rendre ce témoignage : « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi (Psaume 23) ».

  15. Jésus a constamment démontré qu’il était vraiment le Fils de Dieu : en faisant des miracles, en guérissant des malades, en rendant la vue aux aveugles.
    Nous pourrions penser que ces « preuves nombreuses » (Actes 1.3, Bible du Semeur) constituaient autant d’évidences qui ne pouvaient être niées.

    « Malgré tant de miracles qu’il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui […] Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu. »
    Jean 12.37-43

    Beaucoup crurent, mais beaucoup ne crurent pas ! D’autres ont cru mais sont restés en retrait, par crainte d’être critiqués ou rejetés.
    Au fond d’eux-mêmes, « ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu ».

    Rien n’a changé dans la nature humaine. À notre époque, des millions de gens ont fait une rencontre avec Jésus qui a transformé leur vie.
    Beaucoup ont été délivrés de la drogue et de l’alcool, et guéris de maladies « incurables ». Des prières ont été exaucées, souvent de manière miraculeuse.
    Pourtant, nombreux sont ceux qui ne croient tout simplement pas, malgré les témoignages, les évidences, et les preuves. D’autres disent croire mais ne changent rien dans leur vie, accordant plus d’attention à ce que les autres disent ou font plutôt qu’à Dieu. Ils s’affectionnent aux choses de ce monde plutôt qu’à celles de Dieu.

    Quelle que soit la réaction des gens, nous devons annoncer la Parole, parler et témoigner. Mais nous devons être conscients que plusieurs ne nous croiront pas, et que d’autres pourraient « croire », mais sans vouloir changer de vie.

    Aujourd’hui, comment réagissez-vous face à l’évidence ? Croyez-vous vraiment ?
    Qu’est-ce qui est le plus important pour vous ? La réaction des autres ? Ou Dieu lui-même ?
    Êtes-vous prêt à chercher premièrement le royaume de Dieu en toutes circonstances ? Ou plutôt à accepter des compromis et à chercher d’abord l’approbation des autres ? Soumettez-vous à Jésus de façon radicale !

  16. Réponse au commentaire de Christian sur Matthieu 25.46 :

    Christian,

    Louis Segond traduit ce verset ainsi : « Et ceux-ci iront au « châtiment » éternel, mais les justes, à la vie éternelle ».

    Et la TMN le traduit de la façon suivante : « Et ceux-ci s’en iront au « retranchement » éternel, mais les justes à la vie éternelle ».

    Voici un autre exemple de falsification des textes bibliques par la TMN pour soutenir les doctrines TJ.

    Le mot grec utilisé est « kolasin », COD qui signifie « correction, punition, châtiment, pénalité ». Ce COD vient du verbe « kolazo », qui signifie « châtier, punir », et qui n’a jamais voulu dire « retrancher ».

    Comment justifiez-vous une telle déformation des Écritures ?

    Vous dites : « Le mot grec utilisé ici est kolasin, dont la signification littérale est “ élagage, émondage ”. Point de tourment donc mais une suppression, une “coupe” éternelle, définitive ».

    Il est vrai qu’un des sens de ce verbe est « élaguer des arbres », toutefois, ce n’est pas son sens courant (châtier, punir), et il est évident qu’il ne peut s’appliquer dans ce verset, puisque justement, ça n’aurait aucun sens dans cette phrase.

    Quoiqu’il en soit, vous ne traduisez de toute façon pas par « élagage », mais par « retranchement », sens que ce mot n’a jamais eu.

    Approfondissons un peu le sujet :

    Le mot « kolasin » est présent dans un autre verset :

    1 Jean 4.18 « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour accompli bannit la crainte, car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas accompli dans l’amour ».

    Ici, Louis Segond rend bien « kolasin » une nouvelle fois par « châtiment ».

    Voyons ce que fait la TMN :

    « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait jette dehors la crainte, parce que la crainte est un frein. En fait, celui qui vit dans la crainte n’a pas été rendu parfait dans l’amour ».

    Pouvez vous m’expliquer comment vous êtes passez de « retranchement » à « frein » pour traduire le même mot ?

    Rémi

  17. Pour quoi les rabbins juifs de l’epoque de jésus s’offusquèrent et voulurent lapider celui ci pour anathème? Par ce qu’il prétendait etre le fils de Dieu, et dans la pensée juive comme dans le talmud, le midrash, la Tanak, cela équivalait a se faire dieu lui meme! Il n’y a qu’un seul qui soit sauveur, et c’est dieu en personne, car dieu est jaloux et n’accepte de partager avec personne.
    Si jésus n’avait pas éte lui aussi dieu fait homme, il n’aurait jamais pu accomplir sa mission rédemptrice et salvatrice.
    Jamais un ange n’a jamais pu se substituer a dieu, meme si quelque fois on a, dans la bible, attribué le titre d’envoyé de l’eternel, ou ange de l’eternel a jésus lorsque qu’il apparut comme théophanie a diverses reprises a Abraham, Moise etc.

    Mon cher Christian, lorsque tu veux tenter de déstabiliser notre ami Maumau, qui a une connaissance bible remarquable , mais aucune expérience en matière de herméneutique ou en maïeutique, tu avance pour le contredire et pour aller à l’encontre de ses idées qui relèvent plus de la pensée de Sabellius que véritablement christique ,qu’il a une trinité démontrée par les textes, alors que dans ton esprit , comme maumau ,tu en nie l’existence!
    Pourquoi cette forme d’hypocrisie? Comme tu le sais, le modalisme (ou sabellianisme) est un courant de pensée qui a été fondé par Sabellius, qui conçoit le mystère de la Trinité de manière particulière.
    Je te rappel pour mémoire que le « christianisme Constantinien et Romain » n’était pas encore dans l’air du temps, et que La Rome Impériale de cette èpoque poursuivait encore « manu militari » tous les opposants au culte impérial et à la philosophie de la grande Citée.
    Le développement de cette théologie avait initialement pour objet de lutter contre le polythéisme larvé des nouvelles théologies, notamment le dithéisme et le trinitarisme émergents.
    Justement, certains d’entre vous confondent « trinarisme » et « Trinité » ce qui n’st pas du tout la meme chose. Le trinitarisme est une doctrine qui pretend qu’il y a « trois dieux »
    Dans le christianisme, le mot Trinité désigne Dieu, unique, en trois personnes, Père, Fils et Esprit Saint, égales et participant à une même essence (consubstantialité ou homoousia).
    L’énoncé du dogme de la Trinité se présente comme la conséquence de ce qui est dit du mystère de Dieu dans les Écritures : Dans l’Ancien Testament, Dieu a révélé son existence et son unicité ; dans le Nouveau Testament ont été affirmés la divinité de Jésus-Christ et le caractère personnel de l’Esprit-Saint.
    L’énoncé du dogme de la Trinité se présente comme la conséquence de ce qui est dit du mystère de Dieu dans les Écritures : Dans l’Ancien Testament, Dieu a révélé son existence et son unicité ; dans le Nouveau Testament ont été affirmés la divinité de Jésus-Christ et le caractère personnel de l’Esprit-Saint.
    Le Père. Il est « celui qui est éternel » (Elohim) (אלהים), ainsi que l’a compris la Septante et la Bible de Jérusalem dans leurs traductions du passage du Livre de l’Exode où est révélé le nom divin.
    Le Nouveau Testament souligne la paternité de Dieu, déjà reconnue dans l’Ancien Testament.
    Le Fils, le Verbe ou la Parole de Dieu (YHVH), identifié comme celui qui était avec Dieu (Jn 11).
    Il est le créateur du ciel et de la terre ainsi que de toutes choses (comparer (Col 115-16) et (Hé 110) [où l’on voit dans hébreux 1:8 que c’est le Père qui parle à son Fils]), et s’est incarné en Jésus-Christ (Jn 114).
    En lui « habite corporellement toute la plénitude de la divinité » (Col 29). En outre il est aussi l’Alpha et Omega (Ap 2213) qui signifie « le premier et le dernier », expression que l’on trouve déjà dans Es 4812).
    Dans le livre de Jean selon la TOB, Jésus se déclare lui-même être « Je Suis » (comparer Jn 858s; 24; 28 et Ex 314)) donnant une preuve formelle de son existence du temps où vivait Abraham Jn 856s).
    Le Saint-Esprit, en grec Πνευμα, Pneuma, est aussi appelé Παρακλητος, Paraclet, d’un mot qui signifie « avocat, intercesseur » (Jn 1426), et se distingue du Père et du Fils (Jn 14 ; Jn 1526 ; Jn 165s). Dans la doctrine chrétienne, il est l’« Esprit de Dieu » ou le « Souffle de Dieu » de l’Ancien Testament, hébreu רוח, Rûah, celui qui a inspiré les prophètes, s’est manifesté à la Pentecôte, et continue d’inspirer l’Église chrétienne. Il est surtout représenté par des symboles : la colombe, la tempête, le feu. Le texte évangélique précise : « Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. » (Mt 1231 ; voir aussi Mc 329).

  18. No17….
    J’ai le droit d’avoir mon opinion ou plutôt ma conviction….J’estime que tout ce je viens de lire est l’opinion d’un autre,lue,apprise par d’autres…bref,le fruit d’une religion existante.
    Il y a 48 ans quand je me suis converti(et de quelle façon!),je croyais et répétais la même chose que vous,de bonne foi….
    Depuis un certain temps ,loin de tous ….j’ai eu je crois la révélation de ce qui en est exactement.
    Parlons chacun pour soi,voulez vous et les « moutons  » seront bien gardés.
    ——–
    Je défie quiconque de faire abstraction de ce qu’on lui a appris et de s’asseoir et de lire Jean 14…..comme s’il écoutait Jésus parler!
    Oublier ce qu’il croit savoir,puis écouter l’Esprit lui parler….par ces versets sortis d e la bouche de Christ.
    Peut -être aura t-il la grâce de saisir et d’entendre (spirituellement) ce que veut lui faire savoir le Seigneur…..
    Le célèbre « Nous viendrons et habiterons »…..aura alors le vrai sens que veut lui donner Dieu!

    Pour moi il y a Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ son Fils,c’est tout….
    Paul le confirme dans toutes ses lettres ex:Ephésiens1:2 « Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ… »
    Personne ne répond jamais aux arguments exactes cités par autrui et provenant de la bible….Pourquoi?
    On ne les reprends pas,par peur….
    Répondez moi l’Ami :Qui est le « Nous viendrons » et répondez moi sur ce verset précis d’Ephésiens?
    Ne cherchez pas à convaincre avec ce que vous avez appris d’autrui,mais essayez de comprendre l’autre….qui vous présente ses arguments!
    dites moi pourquoi Paul n’ajoute pas le Saint Esprit?
    ——–
    Jean 16:
    « Je vous ai dit ces choses, afin que, lorsque l’heure sera venue, vous vous souveniez que je vous les ai dites. Je ne vous en ai pas parlé dès le commencement, parce que j’étais avec vous.
    *(sous entendu,je vous en parlerai plus tard…)
    16.5
    Maintenant je m’en vais vers celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande: Où vas-tu?
    16.6
    Mais, parce que je vous ai dit ces choses, la tristesse a rempli votre coeur.
    16.7
    Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai.
    *(Car si jésus était resté avec eux ,jamais l’Esprit ne serait venu habiter en eux….car c’est lui.Paul dit que l’Esprit c’est le Seigneur!)
    16.8
    Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement:
    16.9
    en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi;
    16.10
    la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus;
    16.11
    le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.
    16.12
    J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas
    les porter maintenant.
    *(ce qui laisse largement sous entendre qu’il n’a pas tout dit et qu’il le fera quand il viendra sous la forme de l’autre consolateur .Le premier « consolateur » étant lui-même qui leur parle et qui les a guidé jusqu’ici…)

    16.13

    Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
    * (voilà le « nous viendrons » de jean 14:23,c’est le consolateur,l’Esprit de vérité ,qui en effet tout comme jésus en sa chair ,ne parlera pas de lui-même……car Jésus ne faisait et ne disait aussi que ce qu’il entendait ou voyait du Père:Il n’y a pas de différence ,l’Esprit est le Seigneur!)
    16.14
    Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.
    16.15
    Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.
    *(Evidemment puisque le Fils de Dieu est égal à son Père,en sa nature divine,c’est à dire ESprit!)
    16.16
    Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus; et puis encore un peu de temps, et vous me verrez, parce que je vais au Père.

    Le « nous viendrons » est le Père et jésus….nous sommes bien d’accord,lui-même l’a dit!
    Dans le croyant ,il y aurait le Père, plus le Fils plus encore le Saint Esprit?Non,il y a le Saint Esprit qui l’Esprit commun du Père et du Fils: »le Nous viendrons » c’est cela….puisque il est dit : »Vous recevrez le Saint Esprit survenant sur vous… »c’est donc bien lui le « Nous viendrons »l’Esprit commun aux deux(Père et Fils).
    C’est dommage que vous ne pouvez demander à Paul ou aux autres pourquoi ,ils n’invoquent que Dieu le Père et le Seigneur son Fils pour la bénédiction….d’Ephésiens 1:2?
    Et pourquoi, ils n’y ajoutent pas le Saint Esprit…..qui va cependant nécessairemnt accomplir celle-ci?
    Ainsi donc ,je ne parle pas comme les T.j,mais je ne m’exprime pas non plus comme les autres qui sont « trinitaires. »….d’autant plus que je sais qui est en moi!
    Je suis comme Paul et les autres apôtres qui avaient compris….
    Et tout comme Paul savait qui l’a arrêté sur le chemin de Damas,moi je sais qui m’a arraché aux ténèbres!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents