Main menu
Un poisson dans le netRéflexionHuit raisons pour lesquelles les chrétiens doivent connaître et utiliser l'apologétique (2/2)

Huit raisons pour lesquelles les chrétiens doivent connaître et utiliser l'apologétique (2/2)

Voici un texte de réflexion qui nous a paru intéressant et propre à susciter des réactions pertinentes de nos lecteurs. Êtes-vous d’accord avec ces propos ? Quelle place a l’apologétique dans votre vie chrétienne, dans votre église locale ? Nous attendons vos réactions. En voici la deuxième partie (première partie publiée)

En tant que chrétien, nous avons besoin de l’apologétique !

  • Cinquièmement, l’apologétique est nécessaire parce qu’il y a une menace constante d’apostasie dans l’église chrétienne visible. Certaines dénominations américaines, comme l’Eglise de la Communauté Métropolitaine, qui défendent ouvertement l’homosexualité en violation de l’Écriture (Romains 1.18-32). D’autres exemples foisonnent. Ils démontrent le besoin impérieux que la vérité biblique soit défendue à l’intérieur de ces dénominations qui se proclament chrétiennes.
  • Sixièmement, l’apologétique est aussi nécessaire à cause des faux enseignements.
    Les Mormons enseignent que Dieu était un homme vivant sur un autre monde, qu’il a amené l’une de ses épouses divines avec lui ici bas, qu’ils ont engendré une descendance spirituelle d’hommes, et que vous avez le potentiel pour devenir un dieu dans votre propre monde.
    Les Témoins de Jéhovah enseignent que la Trinité n’existe pas, que Jésus est l’archange Michel, que l’enfer n’existe pas et que seulement 144 000 personnes iront au ciel.
    L’athéisme nie l’existence de Dieu, attaque ouvertement le christianisme et gagne du terrain dans la vie publique et les écoles.
    L’Islam enseigne que Jésus n’est pas Dieu incarné, que Jésus n’est pas ressuscité d’entre les morts et qu’Il n’a pas racheté nos péchés. Il enseigne que le salut est fondé en partie sur l’action humaine et en partie sur la grâce d’Allah. Il enseigne que le Saint Esprit est l’ange Gabriel (Sourate 2.97 ; 16.102), que les Djins sont des êtres invisibles, créés (51.56) à partir du feu (15.27 ; 55.15), et que Mohammed était plus grand que Jésus.
    Même au sein de l’église chrétienne, il se trouve de faux enseignements. Tant à l’intérieur de l’église chrétienne qu’à l’extérieur, les faux enseignements pleuvent sur les croyants et les non croyants.
  • Septièmement, l’augmentation de l’immoralité partout dans le monde autrefois qualifié de « chrétiens », et particulièrement en Amérique. C’est une menace non seulement pour le christianisme mais aussi pour la société, car une société immorale ne peut perdurer longtemps. Aux États-unis, des sondages montrent que 64% des adultes et 83% des adolescents disent que la morale dépend de la situation dans laquelle on se trouve. 19% de la population adulte croient que  » l’idée du péché est dépassée.  » 51% affirment que  » si une personne est bonne, ou fait assez de bien, elle aura gagné sa place au ciel. « 
    Quand la morale décline dans une société, la société décline. Il suffit de regarder dans l’histoire et de penser à la Rome et à la Grèce antiques.
    Je ne suis pas en train de promouvoir une loi théocratique sociopolitique créée par des chrétiens mais reflètent un déclin moral en occident, où le bien est considéré comme mal et le mal est considéré comme bien. Dieu nous dit dans Philippiens 4.8,  » Enfin, frères, nourrissez vos pensées de tout ce qui est vrai, noble, juste, pur, digne d’amour d’approbation, de tout ce qui mérite respect et louange . » L’ignorance de la parole de Dieu n’est pas sans conséquence.
  • La huitième raison pour laquelle nous avons besoin de l’apologétique vient du fait que les écoles n’ont pas une attitude favorable envers le christianisme. Ma propre expérience dans des écoles non chrétiennes a été une rude prise de conscience de l’hostilité involontaire qui existe à l’école, où les professeurs de philosophie, d’histoire et même d’art tirent à boulet rouge sur le christianisme. Voici un courriel que j’ai reçu, représentatif de l’hostilité dans les écoles laïques :

    Notre fille est athée depuis qu’elle a quitté la maison et qu’elle fait des études supérieures à l’université. Il semble que les livres universitaires engendrent l’athéisme, parce qu’ils sont remplis de philosophie contre Dieu. Elle étudie à l’université depuis quatre ans, et l’une des dernières fois que nous avons pu lui parler, elle nous a dit qu’elle ne pense plus au péché ou au ciel ou à l’enfer parce que selon elle, ils n’existent pas. Elle a dit que lorsque dans son enfance elle a demandé à Dieu de venir dans son cœur, elle ne savait pas ce qu’elle faisait parce que les enfants font ce qu’on leur dit de faire.

Il est certain que le christianisme subit des attaques dans le monde et que nous avons besoin de combattre le bon combat de la foi sans reculer. Nous avons besoin de l’apologétique pour donner des explications du christianisme rationnelles, intelligentes et pertinentes face aux critiques et aux préjugés qui cherchent à ébranler les enseignements de notre Seigneur Jésus.

S’il y a jamais eu une période où l’apologétique est nécessaire, c’est bien actuellement.

Traduction libre et contextualisée de Eight reasons why we need apologetics, de Matthew J. Slick, à http://www.carm.org/apologetics/need.htm

Credit photo:
elray

3 thoughts on “Huit raisons pour lesquelles les chrétiens doivent connaître et utiliser l'apologétique (2/2)

  1. J’ai lu attentivement votre texte sur l’apologétique, et je suis contraint de dire que je suis d’accord avec vous sur vos conclusions.Que de travail a faire pour les enseignants de la « saine doctrine ».Mais une autre constatation aussi… les chrétiens ne lisent plus la bible, et surtout ne l’étudie plus!! ils sont donc ballotés a tout vent de doctrine. C’est le dernier qui a parlé qui a raison. Quel dommage……. »mon peuple périt faute de connaissance »

  2. Il est vrai que nombreux sont ceux qui se pretendent  » chretien » n’ont jamais lu la bible. les raisons sont divereses et varriées. Mais une des causes c’est que parmi les catholiques, celle ci a éte cathegoriquement « interdite » de lecture, par le vatican et par de nombreuses decisions conciliaires, qui ontpensée que le peuple, etait trop infantil pour comprendre la parole et que celle ci ne pouvait s’expliquer sans la presence ni l’interpretation d’un ecclesiastique,d’un prelat  » ordonné ». ce qui est une ineptie, car la parole ne s’explique que par la parole et par l’aide et le soutien de l’esprit saint qui est ,depuis la pentecote, accordé a tous. A tous les pecheurs repentis et convertis qui ont ete regenerès par le sacrifice expiatoire du christ et qui ont recu le bapteme de l’esprit.a Tous ceux qui ont vraiment accepte jésus dans leur coeur et dans leur vie comme seul et unique seigneur, a savoir dieu fait homme. Parole de dieu incarnée, empreinte de la gloire et image du pere eternel.

  3. La Bible n’a été lue et étudiée que par les religieux, prélats, et les intellectuels dans le monde catholique, mais, jusqu’au Concile Vatican II, la grande masse des fidèles, comme mes grands- Parents, la connaissaient surtout à travers le lectionnaire dominical.
    Comme nombreux d’entre les catholiques étaient analphabètes, incultes, ignorants, incapables de comprendre la messe en latin, meme s’ils répondaient par automatisme, personnes n’avaient de bible chez eux, et ceux qui la possédaient, la considéraient comme un ornement ou un objet sacré qu’ils véneraient et qu’il ne fallait surtout pas ouvrir, par crainte de subir par supertition une catastrophe.
    Pour l’eglise de Rome, l’importance a souvent été accordée à l’Eucharistie plus-qu’à la lecture biblique quotidienne, pour combler a ce problème le magister a penssé, à rédiger des ” missels” incluant quelques textes choisis pour permettre aux riches et les puissants qui savaient lire de connaitre quelques versets biblique. Chez les protestants ,depuis Luther et Calvin qui a permis une large diffusion de la bible, tout le monde lis la bible, cela leur a valu au cours des siecles des tribulations, des percecussions,de deportations.
    La connaissance de la Bible depuis 1954 s’est accrue chez les catholqies par la diffusion de la traduction, menée par l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, appelée Bible de Jérusalem (première édition en 1961).
    Lorsque j’étais pensionnaire chez les jésuites, il nous était interdit , nous epigones, de lire certains passages de la bible en dehors de la présence d’une personne autorisé à savoir un prêtre.
    Les moines qui n’avaient pas reçu la prêtrise et les ordres majeurs ne pouvaient, eux non plus, lire la bible en dehors de la présence du pére abbé, car ils pouvaient, nous disait on, vu qu’ils n’avaient pas reçu l’onction, tordre involontairement le sens de celle ci.
    Depuis Vatican II, certains diocèses proposent aux séminaristes ou aux ” diacres” une formation aux langues de la Bible (grec de la koinè, hébreu biblique, occasionnellement araméen).
    Les lectures se font généralement en langue vernaculaire (français en France, etc.).
    Lors du concile Vatican II, la constitution conciliaire Dei Verbum (1964) a réaffirmé pour le Corp. ecclésiastique l’importance de la lecture de la Parole de Dieu.
    L’exérèse que Rome exécutée sur les textes bibliques ne permet pas au simple croyant de connaitre toute la parole biblique.
    Dans certaines cérémonies particulières, telle la liturgie de la messe tridentine, la lecture de l’évangile peut être en latin ; dans cette liturgie, est aussi lu un dernier évangile en fin d’office qui est un passage de Jean.
    Le pape Pie XII a affirmé que l’exégèse, l’histoire permettait souvent de dépasser les interprétations des pères de l’Eglise et permettait une meilleure lecture de la bible.
    Le pape Benoît XVI a réaffirmé le 2 mai 2007 l’attachement de l’Église catholique à la lecture des Saintes Ecritures, telle qu’elle est pratiquée dans la tradition depuis Origène (IIIe siècle), à savoir la « Lectio divina » cela signifie que le peuple ne participe pas à cette lecture qui est le seul privilège du collège épiscopale ou du corps clérical et ecclésiastique.
    La parole nous enseigne que le fait de ” connaitre” intellectuellement la bible ne nous assure pas de la comprendre.
    Les premiers disciples lisaient tous les jours la parole de dieu dans le temple et persévéraient dans l’enseignement des apôtres, ils n’avaient pas de prêtres mais ils la comprenaient avec l’aide de l’esprit saint et ils la vivaient dans leur quotidien.
    La bible n’a rien d’ardu pour celui qui se laisse guidé par l’esprit saint, il y en a qui n’ont jamais eu de « directeur de conscience » ni de « théologien » à proximité pour leur expliquer la parole et sont devenus, par le truchement du saint esprit, de grands serviteurs de la parole et l’on comprit et enseigné à leur tour.
    La prise de conscience des catholiques sur certaines dérives pratiquées par le passé est une bonne chose, mais ce qui compte ce n’est pas tant de ce repentir pour les autres et pour leurs actes d’atrocité, car la repentance est un acte personnel et individuel.
    La repentance engendre des fruits de repentance personnels, ou sont ces fruits? Et chez les papes défends et chez les catholiques qui sont affidé a Rome.
    Le probleme c’est que ce ne sont pas les catholiques dans leur ensemble qui ont demandé pardon ou se sont repenti mais leur chef religieux et a partir de sa position ils se sont joint à lui, s’il n’avait pas fait cet exercice, jamais ils ne l’auraient rejoint ni suivit.
    Car leur pape est infaïble.
    Ce qui signifie aussi que quelque soit les actes commis au non de l’eglise catholique, ils sont entériné par dieu qui aurait confié au pape cette infaïbilité, c’est à dire que ni le pape ni l’église ne peut se tromper.
    L’acte de jean Paul II est paradoxale et en plus contraire a leur doctrine et a leur dogme, voir a leurs encycliques
    Demander pardon pour leurs prédécesseurs laisserait entendre que tout les autres papes se seraient trompé est dans leur actes et dans leurs propos et qu’ils étaient dans l’erreur et l’hérésie. Alors qui est dans la vérité celui d’aujourd’hui ou ceux du passé?
    Lorsque Dieu demande aux hommes de se repentir, il demande a ce que celui qui que le fait, prenne conscience de sa propre situation vis a vis de dieu, de son propre peché, pas de celui des autres, car nous ne sommes juges de personnes et se repentir pour les autres, c’est ce placer en position de juge qui absout ou sanctionne par l’autorité qu’il détient. Ce n’est donc plus dieu qui pardonne mais le pape, ou ses subordonnés.
    Ce n’est plus dieu qui est le roi des cieux mais marie (reine du ciel) a qui s’adresse le pape quotidiennement
    Là encore on voit bien la prétention et l’autosuffisance de certains chefs religieux qui sous couvert d’humilité s’érigent en dieu. Alors qu’il est bien stipulé qu’il n’y a pas d’autre dieu que dieu.
    Il y a un autre problématique c’est les dogmes et les heresies qui sont encore en vigueur actuellement dans leur théologie, dogme qui ne sont pas en conformité avec la volonte de dieu décrite dans la bible.
    Bible qu’ils relèguent au second plan et dont ils disent qu’il ne faut pas la lire au sens étroit du terme car elle n’est qu’une métaphore ou allégorie transmise par des hommes pour des hommes que seuls les prêtres sont capables d’en comprendre les subtilités spirituelles et les expliquer et qu’elle ne confirme rien et ce qui est y rapporté ne vient pas nécessairement de dieu mais d’une interprétation. Un autre exemple de cette nouvelle lecture du livre sacré c’est que le monde ne n’aurait plus éte créé, que les sept jours bibliques ne sont pas réels mais fictifs. Et que l’homme n’est pas issu de la création mais d’une succession d’évolution.
    Ce genre de prise de position nie, par extension, l’affirmation du christ qui confirme qu’il est bien par la chair, le descendant d’Adam qui lui a peché et que cet Adam a été créé par jésus lui même. Qui a raison l’église catholique ou le christ? Ou est l’erreur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2016 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents