Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLes manuscrits de la Bible sont-ils fiables ?

Les manuscrits de la Bible sont-ils fiables ?

un manuscritLa Transmission des manuscrits de la Bible constitue un véritable miracle. Nous possédons actuellement plus de 5 300 manuscrits complets du Nouveau Testament, auxquels il faut ajouter 24 633 portions, plus de 10 000 manuscrits de la version latine de la Vulgate, et 9 300 copies d’autres versions. Aucun autre document de l’antiquité n’approche un tel degré de reconnaissance et n’est aussi bien attesté que la Bible.

Parmi toutes les autres compositions littéraires, “l’Iliade et l’Odyssée” d’Homère est la seule qui puisse être comparée à la Bible avec seulement 643 manuscrits.

En ce qui concerne les autres manuscrits anciens :

  • on ne possède que 9 ou 10 bons manuscrits des “Guerres des Gaules” de Jules César (composé entre 58 et 50 av. J.C.) dont le plus ancien date de quelques 900 années plus tard.
  • Seulement 35 des 142 livres de “L’Histoire Romaine” de Tite-Live (59 av. J.C. à 17 apr. J.C.) ont survécu.
  • Seulement 4 livres et demi sur 14 des “Histoires” de Tacite (100 apr. J.C.) ont survécu et nous possédons seulement 10 livres entiers et 2 partiels sur 16 de ses “Annales”.

Le texte de ces deux grandes oeuvres historiques dépendent entièrement de deux manuscrits qui datent respectivement du 9e et 11e siècle !

Nous connaissons l’Histoire de Thucydides (460-400 av. J.C.) À partir de huit manuscrits, dont le plus ancien date du 9e siècle après J.C., ainsi que de quelques papyri du début du siècle. Il en est de même de l’Histoire d’Hérodote (488-428 av. J.C.).
Et pourtant, il ne viendrait à l’esprit d’aucun spécialiste de littérature classique grecque de remettre en question l’authenticité des oeuvres de Thucydides ou d’Hérodote parce que les manuscrits que nous possédons sont quelques 1300 années plus âgés que les originaux !

En ce qui concerne l’Iliade d’Homère, le premier manuscrit complet date du 13e siècle de notre ère, et les premiers fragments datent de 400 av. J.C. alors que l’on estime leur date de composition à 900 av. J.C. Cela fait tout de même un écart de quelques 500 ans dans le meilleur des cas entre la date de composition et les premières copies partielles, et de plus de 2000 ans pour les manuscrits complets.

Les Manuscrits de la Mer Morte, découverts en 1947, sont un millénaire plus récents que les manuscrits les plus anciens que l’on possédait de l’Ancien Testament (le Texte Masorétique date aux alentours de 900 apr. J.C.; 916 pour Ésaïe.). Le livre d’Ésaïe qu’ils contenaient a été daté vers 125 av. J.C., soit moins de cinq siècles après sa composition.

En ce qui concerne le Nouveau Testament, on estime que la composition de celui-ci était terminée à la fin du premier siècle de notre ère avec les écrits de l’évangéliste Jean. Or Les manuscrits de la bibliothèque de John Rylands (à Manchester en Angleterre) contiennent l’Évangile de Jean. Ces manuscrits sont datés de 130 après J.C. ce qui fait un écart d’à peine 20 à 25 ans entre l’écriture de l’Évangile et la première copie que l’on possède. Le Papyrus II de Bodner (150-200) contenant la plupart de Jean confirme la proximité avec l’original.

La LXX (La Septante, traduction grecque de l’Ancien Testament ordonnée par le Roi Ptolémée Philadelphe d’Égypte [285-246 av. J.C.]) est très proche du Texte hébreu Masorétique et celui des Manuscrits de la Mer Morte. Le manuscrit le plus récent que l’on possède de la LXX date de 916 après J.C.. Ceci tend à confirmer la fiabilité de 1 300 ans de transmission du texte biblique.

En ce qui concerne la fiabilité du texte biblique la comparaison avec l’Iliade d’Homère est éloquente.

  • Le Nouveau Testament (écrit en Grec) comporte à peu près 20 000 lignes, tandis l’Iliade en comporte à peu près 15 600.
  • Seulement 40 lignes (ou 400 mots) du Nouveau Testament sont remises en question pour 764 lignes pour l’Iliade.

Cela fait 5% de corruption textuelle comparées à la moitié d’1% de variantes similaires dans le Nouveau Testament.
Encore faut-il ajouter que seulement 400 sur 150 000 de ces émanations jettent le doute sur le sens du texte concerné, et que seulement 50 de ces variantes textuelles peuvent en affecter le sens d’une manière significative. Cela signifie que le texte du Nouveau Testament est fiable à 99,97 %.

Cela tient à la manière méticuleuse dont les scribes ont recopié le texte biblique en comptant systématiquement la valeur numérique des lettres pour vérifier l’exactitude de leurs copies. On peut en dire autant de l’Ancien Testament.

Une comparaison du Texte des Manuscrits de la Mer Morte (125 av.J.C.) avec le Texte Massorétique (900 apr. J.C.) fait ressortir 5% de variantes, consistant principalement dans des variations d’orthographe qui n’affectent pas grandement le sens dans la plupart des cas.
A titre d’exemple, sur les 166 mots du chapitre 53 du livre d’Ésaïe, seulement 17 lettres sont remises en question. 10 de ces lettres portent sur la manière d’épeler les mots qui ne change pas le sens, 4 autres sont des conjonctions (comme “et”), et les trois lettres restantes forme le mot “lumière” qui est ajouté au verset 11 sans en affecter beaucoup la signification. Ce n’est pas mal du tout pour des manuscrits distants de quelque mille ans!

Il ressort de l’étude des manuscrits et de leur transmission que la Bible est fiable presqu’à 100 %. Ceci est tout à fait unique et miraculeux en matière de critique textuelle.

Ce texte est un nouvelle publication d’un texte initialement paru dans la rubrique “ Foire aux questions ”. Vous pouvez retrouver ici l’ensemble des textes de cette rubrique, progressivement republiée.

Credit photo:
carowallis1

5 thoughts on “Les manuscrits de la Bible sont-ils fiables ?

  1. Excellente analyse, qui est tout à fait pertinente aux doutes qui montent en nous avec tant de « des scientifiques » ou de « théologiens respectés » qui remettent en cause la fiabilité et la véracité du contenu biblique. Si ils le font (souvent sous une forme d’interprétation possible, certes, mais qui n’est pas la lecture la plus simple et contextuellement cohérente du texte) c’est peut-être parce qu’ils ont choisis de croire autre chose, un choix que je respecte, mais qu’ils n’avouent pas forcément…peut-être pour protéger une vulnérabilité au sein d’eux même?

  2. Et que les questions (parfois légitimes) qu’on peut avoir sur la transmission du texte biblique ne seront jamais une excuse pour ne pas la lire! car elle EST la Parole de Dieu – et que trop de gens ont même donné leur vie pour qu’aujourd’hui nous puissions en bénéficier… jusque dans l’Eternité.

  3. no3…
    Imaginons qu’on trouve des manucrits sur l’art d e la menuiserie antique…..
    Qui pourrait juger de leur vraie valeur,du sens exact de la technique décrite,des portions de lumière apparaissant aujourd’hui?
    Qui pourrait se faire juge de leur vraie valeur et du poids tecnique qu’ils révèlent?
    Qui?
    Sinon le vrai menuisier,celui qui a eu un vécu en menuiserie depuis des ans,celui qui sait déjà comment travailler le bois….
    Quel est l’élève en quoique ce soit qui interpellerait l’enseignant pour lui dire ses doutes sur l’authenticité de ce qu’il enseigne?
    Qu’il expérimente d’abord,qu’il l’essaie,qu’il l’approfondisse avec force et persévérance et ses doutes se dissiperont…..
    Il en est ainsi de ce qui est écrit de par la volonté et la grâce de Dieu:Quel est le paralysé qui s’est vu guéri,en demeurant « assis »?
    Que cette parole raisonne dans les coeurs « douteux »…:Léve toi et marche.! »

  4. Il y a des gens qui ont passé leur vie à l’étude des différents témoins.

    A ma connaissance, c’est Kurt et Barbara Aland qui se sont énormément investis au 20 éme S dans les Témoins du N-T.

    Ils ont été les rares à classifier la dispersion des Témoins, telle qu’on la retrouve actuellement dans l’apparat critique de la 27 éme édition du N-T grec Nestle-Aland.

    Un travail énorme de classification des Codex, Lectionnaires, Citations des Pères,…

    Fraternellement.

  5. « Oui, vraiment, je vous l’assure : celui qui écoute ce que je dis et qui place sa confiance dans le Père qui m’a envoyé, possède, dès à présent, la vie éternelle et il ne sera pas condamné ; il est déjà passé de la mort à la vie. (Jean 5:24).

    Contrairement à certains qui étudient….un tas de choses « religieuses »,il y a ce verset d’une simplicité exemplaire:
    Christ donne l’assurance à quiconque que s’il écoute ce qu’il a dit(qui suit ce qu’il a entendu en son coeur)et qui place sa confiance dans le Père qui l’a envoyé ,possède déjà maintenant la vie éternelle…
    Non pas écouter ce que des hommes en disent,mais ce que Christ fait entendre en leur coeur.
    Non pas placer sa confiance en l’homme dit « religieux » ou en tout autre autorité,mais uniquement dans celle du Père.
    Il possèdera non pas plus tard la vie éternelle,mais déjà….MAINTENANT!
    Or, avoir la vie éternelle veut dire :être entré en esprit dans le royaume du Père…
    C’est la véritable nouvelle naissance.
    Qu’est ce que la théologie à côté de cette extraordinaire promesse de Christ?
    Faut il observer des témoins ou bien rencontrer l’unique donateur de cette vie?
    Faut il étudier sans fin ou venir vers le « donateur » ,l’unique source d’eau vive,
    comme le firent les voisins de la femmme au bord du puit de Jacob?

    Mes amis contrairement à certains détracteurs,celui qui écoute « l’homme » et qui met sa confiance en un autre que le Père tout puissant,se perd et perdra quantité d’autres….
    Voilà le mal causé par une religion qui n’a point respecté ce qu’a dit et fait entendre Christ…
    Celle qui met sa confiance en d’autres personnes que celle soulignée par le Maître….
    De petites comunautés persistent heureusement encore à suivre au moins….ce qui est écrit et compréhensible pour tous,et non ce qu’au fil du temps,le diable subtilement à décréter et dilué faussement!
    Large et spacieux est le faux chemin qui n’a conduit aucun d’eux dans le royaume….

    Mais en relisant ce verset d’entête,il est clair que Christ ne s’adresse pas à des érudits du langage,mais à des coeurs simples.
    Notre sort à nous »simple d’esprit »,c’est de subir l’opposition constante de ceux qui n’entendent ,ni de voient point….
    Ces derniers fatiguent inlassablement ceux qui persistent à tenir le cap….surtout chez eux!
    Reposons nous donc surtout sur Christ et déchargeons nous de ces fardeaux trop lourds……sur lui.
    On sent bien l’opposition « charnelle » toujours présente….c’est d’ailleurs son destin,celui qui est de s’opposer toujours aux choses de l’Esprit!
    Son salaire est annoncé….depuis la venue de Christ.
    amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents