Main menu

Méditation sur Jean 13

Ce matin, en relisant Jean 13, j’ai vécu à nouveau l’épisode si touchant du lavement des pieds. En le lisant, j’ai remarqué un détail discret mais curieux. Dans ce chapitre (où il est beaucoup question de pieds) mon attention s’est portée sur le verset 18  :  » Ce n’est pas de vous tous que je le dis ; je connais ceux que j’ai choisis. Mais il faut que l’Écriture s’accomplisse  : Celui qui mange avec moi le pain, a levé son talon contre moi. » 

Ici il est fait mention du talon du pied. On passe souvent rapidement sur ce verset. On voit assez aisément qu’il décrit l’attitude de Judas qui va trahir Jésus. Mais quand on s’arrête pour réfléchir à la signification du geste (lever le talon), on s’aperçoit que l’image a une profonde signification.

Lever le talon contre quelqu’un ne signifie pas qu’on va lui décocher un coup de pied. (D’ailleurs le mot ‘coup de pied’ désigne la partie supérieure du pied, celle qu’on utilise pour frapper.) Non, quand on lève le talon, c’est dans le but d’écraser quelque chose. Le verset 18 est une citation du psaume 41. 10 – le mot ‘talon’ est le mot ‘aquèv, que l’on retrouve en Genèse 3. 15 ( » celle-ci t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon » ). On voit donc que la prophétie de Genèse 3. 15 trouve son accomplissement en Jean 13 et dans les chapitres qui suivent et qui culminent par la crucifixion.

Voyez-vous le caractère étrange du verset. C’est Jésus qui est censé lever son talon sur la tête du serpent, pas le contraire. Pour que Satan puisse lever le talon sur Jésus, il faudrait que ce dernier soit à terre. Or c’est bien ce qui s’est passé. Dans quelles circonstances  ? Matthieu 26 :39  » Puis il s’avança un peu, se jeta la face (contre terre) et pria ainsi  : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi  ! Toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux. » 

Oui, Jésus était à terre, non pas devant Satan comme un vaincu, mais devant le Père dont Il accepte la volonté, ce qui fait de Lui le vainqueur.

Dans ce chapitre on voit 2 sortes de pieds  :

  1. Le pied lavé par Jésus et qui écrase la tête du serpent
  2. Ou bien le pied levé contre Jésus.
Contrat Creative Commons Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2005 Daniel Dutruc-Rosset.

7 thoughts on “Méditation sur Jean 13

  1. Merci pour cet intéressant commentaire. Attention tout de même à ne pas confondre coup de pied et cou-de-pied. QDVB

  2. Édifiant votre commentaire. Ce passage est profond dans le sens de la socialisation: nous avons besoin des uns des autres, personne ne se suffit par soi-meme si ce n’est que Dieu Lui-meme. Quelque soit la position atteinte, les accomplissements et victoires dans cette vie, nous devons nous humilier car l’humilité précède la gloire. Alors je vous pose la question, devrons-nous le faire dans le culte à l’Église? (lavement des pieds)

  3. no3…
    bonjour Olga…
    je ne crois pas qu’il faille faire cela au culte!
    A mon avis c’est « spirituellement » qu’il faille le faire:c’est à dire dans la prière humble et sans aucun jugement!
    Si c’est un signe d’humilité que de s’abaisser et de laver les pieds d’autrui…..on pourrait aussi le faire avec « orgueil » et ostentation.
    Il y en a d’ailleurs qui le font….
    Mais parmi ceux-là combien peut -être » haissent » en secret?

    Du temps de jésus et en ces pays,il était courant que les esclaves ou les servantes agissent de même à l’égard de ceux de leur maître.
    C’est la remarque qu’a fait Jésus ,en présence de Marie Madeleine…..

    Non,je pense que si on le fait ce devrait être « spirituellement  » et en secret ,dans l’assemblée ou chez soi.
    En fait pour nous qui sommes « purs » en la foi,nous n’avons plus qu’à nous lavés les pieds des souillures du jour….et comme parfois on est pas toujours conscient de ce qui s’attache encore à nous,l’Esprit peut le montrer ou le dévoiler à certains:Certains, qui prieront alors dans le secret de leur coeur pour l’autre.

    Il est aussi important de se souvenir que Christ s’est dévêtu et que pour ne pas rester nu,il se ceignit d’un grand linge à même le corps…..Ainsi les impuretés de tous,étaient directement en contact avec sa propre chair…..Chair qui contenant le « PECHE » du monde,allait être crucifiée pour chacun de nous.
    Aujourd’hui pourrions nous nous charger d’un seul péché d’autrui et le porter à la croix?Non!
    Car en effet ,tout

  4. No4 …suite.
    Car en effet,c’est Jésus seul qui pouvait le faire, en tant que Fils de Dieu.
    Mais aujourd’hui en lui et avec lui,nous pouvons présenter avec les nôtres ,toutes les misères d’autrui….au Père d’amour et ce au nom de son Fils Jésus.
    C’est donc bien « spirituellement » qu’il faille le faire.

    C’est mon avis…

  5. J’apprécie bien votre réponse, et ceci vient juste au bon moment car ca fait quelques jours que je médite là dessus, et je le trouve plus profond qu’on l’imagine: cette eau pouvait bien représenter le saint sang de l’agneau de Dieu qui allait couler pour le salut de l’humanité. En fait, sans l’effusion de sang, il n’y a pas de pardon du péché. C’est pour cette raison que Pierre demandait à Jésus de laver sa tete, ses mains, sa personne en tout pour tout, mais Jésus qui est capable de tout faire ne pouvait pas ce qui est volonté de l’homme. Que ce soit la réussite, la victoire, le progrès et accomplissement, tout débute avec humilité. Soyez béni

  6. no6…
    Chère Olga….c’est là une interprétation personnelle….
    En effet ,le sang de jésus nous lave de nos péchés:c’est à dire des fruits mauvais de l’arbre de notre propre vie,héritée d’Adam.
    Mais qu’advient il de cet l’arbre ?
    Car « laver et pardonner  » est une chose,mais transformer ou faire « naître  » de nouveau est plus grand encore…
    C’est donc içi que l’on peut interpréter que Christ se soit mis à nu et se soit revêtu d’un simple linge à même la peau,prenant ainsi sur lui le « PECHE » du monde….
    C’est une image de ce qu’il allait boire un peu plus tard dans le jardin (la coupe )et qui lui fît suer des grumeaux de sang….

    La foi pour beaucoup aujourd’hui s’arrête hélas au simple pardon des péchés commis,justifiant ainsi une relative « justice »,mais la vraie justice,la vraie sainteté et pureté aux yeux de Dieu résulte en notre nouvelle naissance en Christ.(un état).
    Car cette nouvelle naissance nous ouvre les portes du Royaume de Dieu,où nul impur ne peut entrer:or,qu’est ce que l’homme sans la nouvelle naissance en Dieu?
    C’est un fils et un héritier d’Adam qui a chuté…..et qui étant né de la chair,ne peut rentrer dans le royaume .
    Le pardon supprime la peine,la punition…..mais la nouvelle naissance donne la vraie vie et l’entrée dans le royaume du Père.
    On ne peut « prendre » l’un et « oublier » l’autre car finalement la vraie repentance est la haine de ce qu’on est vraiment en sa propre nature profonde et que par la foi,on veut entièrement quitter en la mort du Christ, pour renaître en Lui , en nouveauté de vie!
    Voilà pourquoi la porte du Royaume est étroite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents