Main menu
Un poisson dans le netRéflexionExamen des pratiques catholiques (21/21) : la première communion

Examen des pratiques catholiques (21/21) : la première communion

­Voici la vingt-et-unième et dernière partie de l’Examen historique et biblique du catholicisme (cf l’article introductif). Consultez le sommaire complet de l’étude  et rendez-vous sur le dossier catholicisme pour en savoir plus sur ce thème.

Article précédent : Le salut par les œuvres

Au fil du temps

  • À partir du IVème siècle, le prêtre confère l’eucharistie au bébé au moment de son aspersion. (Il leur donne une goutte de vin consacré).
  • Au XIIIème siècle, les habitudes changent : les nourrissons ne communient plus au moment de leur baptême. On préfère qu’ils reçoivent la communion à un âge plus avancé entre dix et quatorze ans.
  • Vers le milieu du XVIIème siècle, dans la mouvance de la contre-réforme et des missions paroissiales, une nouvelle cérémonie apparaît : "la première communion solennelle".
  • En 1910, le Pape Pie X souhaite que les enfants puissant communier dès l’âge de raison et rabaisse l’âge de la 1ère communion vers six-sept ans.

D’un point de vue biblique

Dans cette pratiques, plusieurs choses sont condamnables bibliquement parlant.

Selon la doctrine catholique, il est donné au prêtre le pouvoir d’incarner Jésus-Christ dans l’hostie. L’on apprend alors aux enfants que l’hostie EST le corps du Christ et non pas que le pain représente le corps du Christ. Ainsi, Jésus-Christ, le Fils de Dieu assis à la droite du Père dans la gloire céleste devrait devenir un morceau de pain manipulé par des mains impures. Au commandement du prêtre, le Roi des rois et Seigneur des Seigneurs doit tolérer que Lui-même soit mangé et digéré par quiconque vient au prêtre pour le recevoir. Dans le rituel catholique, romain, l’hostie est adorée en qualité de Dieu et placée dans le tabernacle installé sur l’autel. Le Christ serait alors présent d’une manière matérielle dans chaque église. Jésus avait pourtant averti : " Si quelqu’un vous dit alors : le Christ est ici, ou il est là, ne le croyez pas " (Matthieu 24.23).

Quand les enfants sont questionnés par le prêtre au sujet de l’hostie, il leur demande ou est Jésus-Christ. Il doivent réponde qu’il est dans le tabernacle, apprendre à s’agenouiller devant ce tabernacle, commettant ainsi malgré eux un acte d’idolâtrie. Au contraire, la Bible dit que " Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme (tel qu’un ostensoir, un tabernacle, etc…) mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu  "(Hébreux 9.24). Le rituel catholique cherche en fait à incarner Dieu dans un morceau de pain.

Dans les temps bibliques, le peuple de Dieu s’était repenti ainsi de son idolâtrie : nous ne dirons plus à l’œuvre de nos mains : " Toi, tu es notre Dieu. " (Osée 14.3)

5 thoughts on “Examen des pratiques catholiques (21/21) : la première communion

  1. Etant moi-même catholique, il me semble important de répondre à certains des reproches que ce site fait au catholicisme.

    Concernant la Présence Réelle, il est – au grand dam des protestants – bien connu que l’Eglise primitive (avant la fin du premier siècles) voyait dans le pain et le vin consacrés davantage que de simples symboles.

    J’aimerais citer plusieurs éléments, certains scripturaires, et d’autres issus de la Tradition des premiers chrétiens.

    Citons d’abord la Bible :
    «Je suis le pain vivant descendu du ciel. Qui mangera ce pain vivra à jamais, et le pain que je donnerai c’est ma chair pour la vie du monde.» Alors les Juifs discutèrent entre eux, disant: «comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger? En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme et ne buvez son sang, vous n’aurez pas la vie en vous. Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est VRAIMENT une nourriture et mon sang VRAIMENT une boisson. Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui.» (Jean 6:51-56)

    Je veux bien qu’il s’agisse là de simples images mais ce n’est pas ainsi que le comprenaient les premiers chrétiens (ni les juifs compte tenu de leur indignation) puisque Paul dit : «la coupe de bénédictions que nous bénissons n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons n’est-il pas communion au corps du Christ ? (1 Co 10;16)
    et plus loin : «ainsi donc quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement aura à répondre du corps et du sang du Seigneur…..car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation s’il ne discerne le Corps.» (1 Co 11; 27, 29)

    Ajoutons à cela le témoignage d’autres chrétiens :
    Ignace d’Antioche, qui était un disciple de l’apôtre Jean et qui a écrit une lettre aux Smyrnéens en 110 après JC, a dit, en faisant référence à «ceux qui tiennent des opinions hétérodoxes» qu’ils : «s’abstenaient de l’Eucharistie et de la prière parce qu’ils ne confessent pas que l’Eucharistie est le corps de notre Sauveur Jésus-Christ, chair qui a souffert pour nos péchés et que le Père, dans sa bonté, a ressuscité. (6;2, 7;1)

    Quarante ans plus tard, Justin Martyre, écrivait : «non pas comme un pain ordinaire ou une boisson ordinaire les recevons-nous, mais depuis que Jésus-Christ notre Sauveur s’est incarné par la parole de Dieu, ayant à la fois chair et sang, pour notre salut, ainsi aussi, comme on nous l’a enseigné, la nourriture qui a été rendue Eucharistie par la prière eucharistique instituée par Lui, et par l’échange de laquelle notre sang et notre chair sont nourris,….est à la fois chair et sang de ce Jésus incarné.» (Première Apologie 66:1-20)

    Il ne fait donc aucun doute que le pain et le vin consacrés étaient plus que de simples symboles pour l’Eglise primitive.

    Bref, je me pose logiquement la question de savoir sur quoi se base le refus de la réforme de la Présence Réelle. Pas sur la Bible, puisque les catholiques et les orthodoxes ne l’inteprètent pas comme les protestants, pas sur la tradition chrétienne puisque les premiers chrétiens croyaient.

    Il ne s’agit pas pour moi de choquer ou de polémiquer mais de faire comprendre à nos frères protestants que la tradition de l’Eglise sur l’Eucharistie ne repose pas sur des inventions tardives mais sur une longue tradition qui remonte aux débuts de l’Eglise. Libre à chacun d’y adhérer ou pas mais il me semble utile, dans un souci d’honnêteté intellectuelle, de la rappeler.

  2. no1….
    Cher xavier…
    je ne peux être d’accord avec l’interprétation »catho » que vous donnez….à ces images.
    Pour moi ,il est faut de croire que c’est le sens « profond et spirituel » qu’en a donné le Christ!
    De deux choses:Ou bien les catho l’utilisent comme telle…..et dès lors,des milliers d’entre eux devraient être « prématurément » tombés maldes ou en seraient tombés morts….par le vréritable attitude de vie!
    Ou bien les protestants qui sont des millions aussi,s’en privent depuis des décennies.
    L’image qu’en donne le Christ est du même sens qu’en donne le Christ quand il dit qu’il faille s’arracher un oeil …..en certaine circonstances.
    C’est spirituellement qu’il parle!
    Bon,mais je doute que nous nous acceptions sur ce sujet….puisque cela dure depuis des siècles.
    Personnellement,je ne souffre pas de mon interprétation et jamais l’Esprit m’a convaincu du contraire…ce qui m’importe à moi!
    Chez vous semble t il ,c’est ce qu’en disent et propagent vos pères ,qui vous guide avant tout.Cherchez plutôt ce qu’en dit l’auteur du livre…..la PAROLE VIVANTE .
    Amicalement.

  3. Cher maumau je prie notre seigneur jesus present dans le pain vivant qu’est l’hostie qu’il touche votre coeur et votre esprit pour vous reveler la verité car Christ a dit qu’au dernier temps, beaucoup viendront en son nom, ils feront de grand miracles mais ne les suivez pas, ce n’est que de la fausse doctrine. Et il a promis les vomir. Si l’affirmation du christ sur son corps et son sang était une allégorie, il allait le préciser en aparté comme il aime le faire avec ses apotres. A la suite du verset de Jean, on dit que beaucoup de ses disciples déçus et choqués sont partis à cause d’une telle affirmation. Et il disait à la suite au reste des disciples « Mais vous aussi ne voulez vous pas partir? ». Non ce que christ affirmait était sérieux et non un jeu de mot. Les témoignagnes autour de la presence du christ dans l’hostie en sont légions! pas plus tard la semaine surpassée sur une de nos paroisses, au passage du saint sacrement trois jeunes filles sont tombées en syncope. A leur reveil toutes ont affirmé avoir vu une main ensanglantée se présenter à elles. Après discernement elles ont avoué toutes avoir avorté il y a quelques temps! Oui pour ceux qui ne croient pas sachez que jesus crucifié est toujours présent avec son corps et son sang dans l’eucharistie pour sceller son alliance perpétuelle avec nous. Autre chose n’est que pure héresie et égarement de l’esprit. Que ceux qui disent « SOLA SCRIPTURA » ne manipulent pas la bible comme ils veulent!!!!!

    1. Bonjour, quelle histoire bizarre que ces syncopes et l’apparition de cette main ensanglantée… et qui prouve quoi ? Il me semble qu’on vous présente des arguments autrement plus sérieux : l’histoire du développement de la transsubstantiation à http://cms.unpoissondansle.net/?p=946 et la très intéressante étude d’EGBERT EGBERTS à http://home.euphonynet.be/croiretcomprendre/etudier/Catechisme.pdf à partir de la page 47. Je cite sa conclusion ci-après, mais je vous invite à lire attentivement tout le chapitre consacré à l’eucharistie : « Nos conclusions forment un tout. Il n’y a pas d’autel dans l’Eglise de Jésus-Christ, sinon la croix où Christ a souffert pour nous. Il n’y a pas non plus de prêtrise habilitée pour apporter le sacrifice du Christ sur cet autel non existent. Il n’y a pas de sacrifice d’expiation dans la cène. Il n’y a pas de présence du Christ concentrée dans les éléments de la cène. Il n’y a donc pas non plus de culte à entretenir à l’encontre du Saint Sacrement. Christ n’est pas présent sous les espèces eucharistiques. On ne peut donc l’y adorer. »
      Je suppose que cette réponse vous agacera, mais non, vraiment, nous ne manipulons pas la Bible comme vous le laissez supposer. Nous la laissons parler
      Amicalement

  4. Pingback: La juridiction de l’épiscope de Rome ne s’étend pas en dehors de Rome « Le Monarchomaque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents