Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLa Bible et l’esclavage (5/6)

La Bible et l’esclavage (5/6)

Le texte que nous vous proposons ci-dessous traite d’un sujet rarement abordé dans nos assemblées, peut-être parce que certains prédicateurs se sentent un peu ” gênés aux entournures ­” avec ce qu’en dit la Bible. C’est à l’honneur de l’auteur de ce long article de s’y atteler. Nous sommes heureux de vous le présenter, en plusieurs épisodes.

N’hésitez pas à commenter ses propos, sans oublier que vous n’aurez une vue globale de la pensée de l’auteur … qu’une fois l’article entièrement publié (oups, c’est la première lapalissade de l’année ;-) ). Après les parties 1, 2, 3 et 4 voici donc la cinquième partie de " La Bible et l’esclavage ".

Si, en considérant l’oeuvre de Dieu du point de vue de l’éternité, on comprend qu’il ne mette pas une grande priorité à éliminer l’esclavage immédiatement, on le comprendra encore plus clairement en voyant le but qu’il poursuit. Ceci est d’ailleurs très important, pour bien des raisons qui n’ont pas grand chose à voir avec la question de l’esclavage.

Nous mettons beaucoup d’importance aux circonstances que nous vivons. Nous voulons éliminer tout ce qui nous dérange. Si nous avons suffisamment de compassion pour d’autres, nous voudrions en faire autant pour tout le monde. Par conséquent, il a souvent été supposé que la philosophie chrétienne et l’amélioration de la société sont des idéaux sinon identiques, au moins compatibles. Une idée très répandue consiste à penser qu’une société “chrétienne“ est avant tout une société où toute injustice, toute souffrance, toute pauvreté, a été éliminée.

Il y a peut-être même du vrai dans cela. La seule société réellement “chrétienne“ sera celle composée uniquement de ceux qui sont devenus semblables à l’image de Christ (selon l’enseignement de Romains 8.29), vivant avec Dieu pour l’éternité. Et dans cette société, nous savons que la justice règnera (2 Pierre 3.14 le dit, entre autres).

Mais le but de Dieu est-il de travailler à l’établissement d’une telle société ? Autrement dit, ce but peut-il être atteint par incréments ? Peut-on améliorer la société peu à peu, en vue du jour où elle sera réellement régie par la loi de Dieu ?

Non. La condition sine qua non d’une telle société est qu’elle soit composée de personnes dont le coeur est réellement transformé. Des bonnes résolutions ne suffisent pas. Une éducation sur les valeurs de Dieu ne suffit pas. Même une véritable découverte de la relation personnelle avec Dieu ne suffit pas. Il n’y a, en ce moment, pas une seule personne sur la terre dont le coeur ressemble réellement à ce que Dieu désire. Si nous pensons facilement que telle ou telle personne est “bonne“, c’est parce que nous mesurons selon les normes humaines. Par rapport à d’autres, quelqu’un peut être plus juste, plus engagé à vivre selon le principe d’amour pour l’autre. Mais selon les normes parfaites et absolues de Dieu, personne n’est parfait, et par conséquent, personne n’est à la hauteur.

Il y a, bien sûr, une transformation qui commence à s’opérer quand une personne s’approche de Dieu. D’une façon générale, quelqu’un qui veut marcher avec Dieu va ressembler de plus en plus à ce que Dieu voudrait. (Sans pour autant que cela implique qu’il soit “mieux“ qu’un autre. D’abord, c’est par pure grâce qu’il est transformé ; il n’a donc aucun mérite dans cette transformation. Deuxièmement, par rapport à son comportement, il se peut qu’il “vienne de loin“, comme on dit, et qu’à un moment donné son “amélioration“ n’ait pas encore atteint le niveau de quelqu’un qui ne s’approche pas de Dieu mais qui a un caractère plus agréable de nature.) Mais cette transformation ne sera jamais complète tant que nous sommes dans cette vie. Mesurée par la norme absolue de Dieu, elle en sera même loin.

La Bible enseigne maintes et maintes fois que cette transformation sera parfaite le jour où nous paraîtrons devant la face de Dieu. Cela nous réjouis profondément. Mais en attendant, elle n’est que partielle. Chaque être humain, y compris le chrétien le plus pieux, a par conséquent une part d’injustice dans son coeur.

L’histoire confirme, d’ailleurs, que malgré la pénétration de la pensée chrétienne dans le monde, la société ne s’améliore pas de façon significative pour autant. Certains abus ont été éliminés, ou réduits, depuis un certain temps. Mais la pauvreté, la famine, les guerres (y compris des guerres au nom de la religion chrétienne, bien que ce soit un non-sens pur du point de vue de l’enseignement de Jésus), et l’injustice d’une façon générale ne semblent pas bien reculer. La société occidentale a produit, pour un temps, une prospérité et une sécurité relatives, mais déjà le déclin est amorcé. Et non seulement cette civilisation n’a pas apporté le bien-être au monde entier, il ne l’a même pas apporté à tous ces citoyens. Le coeur humain est aussi tordu aujourd’hui qu’à l’époque de Jésus.

Une société véritablement “chrétienne“ ne peut donc pas s’établir sur cette terre. La grande majorité des hommes refuseront toujours de marcher avec Dieu, et même ceux qui le font restent imparfaits. Le monde “où la justice régnera“ ne viendra pas petit à petit parce que les gens s’améliorent, mais par l’intervention catastrophique de Dieu. Il mettra fin à ce monde actuel, fera le tri parmi les hommes, transformera fondamentalement et définitivement les coeurs de ceux qui lui permettront de le faire, et renverra ceux qui ne veulent pas qu’il les transforme. Là seulement nous verrons une société où les principes de justice sont respectés.

Puisqu’une telle société ne peut pas s’établir par étapes, ce n’est pas ce que Dieu est en train de faire actuellement. Et c’est là une clé importante pour comprendre ce qu’il fait -et ce qu’il ne fait pas- au niveau de la justice sociale.

Que fait-il donc ? Tout simplement, il travaille les coeurs des hommes. D’un côté il appelle tout être humain au salut, et d’un autre côté il forme les coeurs de ceux qui se tournent vers lui, les aidant à comprendre de plus en plus qui il est, en quoi consiste sa sainteté, et ce qu’il veut faire de nous. Autrement dit, il n’est pas autant occupé à préparer le paradis pour nous qu’à nous préparer pour le paradis.

Ceci est très, très important. Quelque part, la race humaine a eu l’idée que la première action de Dieu -peut-être la seule action légitime- consisterait à améliorer le monde autour de nous, à transformer les circonstances dans lesquelles nous vivons, pour qu’elles soient de plus en plus agréables. S’il ne le fait pas, nous nous permettons de le juger, voire même de déclarer qu’il n’existe pas. (Ce qui ne change en rien le fait qu’il existe…)

Et si ces circonstances difficiles, avec tous les malheurs, toutes les atrocités, toutes les horreurs, devaient exister ? Impossible, pensez-vous. Ce n’est pas sûr.

La plus grande erreur de l’histoire a été le jour où la race humaine a décidée qu’elle pouvait se passer de Dieu, s’assumer, s’occuper de ses propres affaires, et “faire à sa tête“. L’homme est fait pour vivre avec Dieu, profiter de sa présence rassurante, s’appuyer sur sa sagesse infinie, et se soumettre à sa direction bienveillante. En se détournant de Dieu, il court à sa perte.

Mais il ne veut pas le savoir. Le problème est d’un enjeu trop long, les manifestations réelles au niveau le plus profond ne seront visibles que dans un avenir lointain. En attendant, donc, l’homme reste persuadé que les choses vont à peu près bien. Bien sûr, il y a des ajustements à faire ça et là, et rien n’est parfait, mais dans le fond on se passe bien de Dieu et de ses restrictions.

One thought on “La Bible et l’esclavage (5/6)

  1. Commentaires sur ce texte:
    « Il y a, bien sûr, une transformation qui commence à s’opérer quand une personne s’approche de Dieu. D’une façon générale, quelqu’un qui veut marcher avec Dieu va ressembler de plus en plus à ce que Dieu voudrait. (Sans pour autant que cela implique qu’il soit “mieux“ qu’un autre. D’abord, c’est par pure grâce qu’il est transformé ; il n’a donc aucun mérite dans cette transformation. Deuxièmement, par rapport à son comportement, il se peut qu’il “vienne de loin“, comme on dit, et qu’à un moment donné son “amélioration“ n’ait pas encore atteint le niveau de quelqu’un qui ne s’approche pas de Dieu mais qui a un caractère plus agréable de nature.) Mais cette transformation ne sera jamais complète tant que nous sommes dans cette vie. Mesurée par la norme absolue de Dieu, elle en sera même loin.

    La Bible enseigne maintes et maintes fois que cette transformation sera parfaite le jour où nous paraîtrons devant la face de Dieu. Cela nous réjouis profondément. Mais en attendant, elle n’est que partielle. Chaque être humain, y compris le chrétien le plus pieux, a par conséquent une part d’injustice dans son coeur. »

    Ce serait valable quand on confond s’approcher de Dieu avec « naître de nouveau »…..
    La loi est pour ceux qui s’approchant de Dieu et le craignant ,cherchaient à lui plaire de façons bien établies….
    La grâce apporte et conduit à la NOUVELLE NAISSANCE au -travers de Christ!
    Nette différence….
    La « chair » ne pouvant plaire à Dieu,elle ne peut montrer que « quelques différences  » avec ceux qui le rejettent.Mais c’est l’oeuvre de la chair….aussi c’est pour y remédier que Christ est paru et a vecu la croix…(la mort et la résurrection).

    La vraie foi chretienne conduit l’homme pécheur à se découvrir intérieurement ,au point de se hair et d’accepter « sa propre mort  » avec Christ et au -travers de lui ….Alors ,il « naît de nouveau »….
    Le centre ,le noyau même de sa vie et ce qui en fait le vrai germe est alors « nouveau et pur ».Le reste sera tansformé ultérieurement et parfaitement selon la promesse de Dieu.
    Au contraire de dire qu’il n’est pas mieux qu’un autre,je dirai qu’il est TOUT AUTRE, il est fils de Dieu, son homme spirituel est éternel, né de Dieu et membre du corps de Christ….Voilà donc une nette différence a souligner ,même si l’on doit totalement le considérer comme « pure grâce »!
    Cette vie nouvelle qui paraît alors au -travers de l’individu , est le fruit de l’ESprit…
    Partant du centre (l’esprit)régénéré et né de Dieu, la vérité, la sainteté qui en fait sa nouvelle nature s’étend,se propage et irradie le reste de l’homme tout entier.
    C’est le fruit de la sanctification effective, et au plus loin où il vivra soumis à sa « nouvelle nature »(divine)il paraîtra de plus en plus saint…..aux yeux de tous discernant cette vertu globale(Dieu,Christ ,les anges glorieux, les chrétiens…l’EGLISE.
    Ne confond pas l’enveloppe avec le contenu…ce qui importe pour Dieu , c’est que le contenu soit pur et saint(esprit nouveau)Le vase d’argile a de l’importance de par son contenu « glorieux »….et ce vase sera lui aussi « transformé » ultérieurement.(l’enlèvement).
    La vraie conversion est donc pour celui dont sa foi reçue par grâce, l’a conduit à une nouvelle naissance de son esprit(mort par le péché)….Cette transformation est totale :elle est ou n’est pas.
    Le reste est la sanctification voulue et recherchée par celui dont le coeur nouveau (son esprit régénéré) aimant Christ et Dieu de toute ses forces ,fait taire et mourir en ses mebres « charnels « ce qui s’opposent à Dieu…..Il devient alors le sel de la terre, la lumière de ce monde et une lettre VIVANTE DE CHRIST….exposée aux yeux d’autrui et de la société.
    La « chair » ne peut produire cela par elle-même…..
    Quand à l’injustice du coeur:
    Il n’y a d’abord plus de condamnation pour celui qui est ainsi « né de Dieu »….Le contenu étant parfait et saint aux yeux de Dieu.
    Quand à dire que celui qui « vient de loin » serait moins témoin qu’un autre « incroyant doué « de par sa nature…..Ce raisonnement démontre qu’il n’y a pas eu « nouvelle naissance » et donc, pas de véritable conversion!
    C’est justement en ceux qui viennent de loin et qui sont véritablement nés de nouveau , que l’on voit la plus évidente des conversions, digne des disciples….

    La « BOnne Nouvelle  » est justement dans ce miracle possible …..au -travers de la « nouvelle naissance » en Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents