Main menu
Un poisson dans le netRéflexionExamen des pratiques catholiques (14/21) : le célibat des prêtres

Examen des pratiques catholiques (14/21) : le célibat des prêtres

­Voici la quatorzième partie de l’Examen historique et biblique du catholicisme (cf l’article introductif). Consultez le sommaire complet de l’étude pour suivre l’avancement de cette nouvelle publication et rendez-vous sur le dossier catholicisme pour en savoir plus sur ce thème.

­Article précédent : le culte des images

Au fil du temps

  • À la fin du IIème siècle on considère que le célibat est plus agréable à Dieu pour la fonction pastorale.
  • En 305, le concile d’Elvire se prononce en faveur du célibat des prêtres, évèques et diacres.
  • En 314, le concile d’Ancyre interdit le mariage après ordination.
  • En 325, le concile de Nicée déclare qu’aucun homme ne peut se marier après avoir été ordonné prêtre.
  • En 385, le pape Siricius décrète que les époux qui se sont mariés avant d’avoir été ordonnés prêtres n’ont plus le droit de coucher avec leur femme après leur ordination.
  • En 500 le célibat obligatoire est mentionné.
  • En 1023, Benoit VII prêche massivement contre les prêtres mariés.
  • En 1074, Grégoire VII tente de justifier le célibat d’un point de vue théologioque et historique, et il exige de tous les candidats au sacerdoce qu’ils se plient à l’obligation de célibat. Le célibat des prêtres devient obligatoire.
  • En 1124, au concile de Latran I, le pape Callixte II déclare que tous les mariages des clercs doivent être invalidés. Les hommes accomplissant un ministère écclésiastique doivent renvoyer femme et enfants.
  • En 1130, au concile de Latran II Alexandre II déclare : les prêtres, diacres et sous diacres qui sont déjà mariés n’ont pas le droit d’accéder à une plus haute fonction sauf en renvoyant femme et enfants.

D’un point de vue biblique

Loin d’interdire le célibat des dirigeants d’églises, la Bible les encourage même à se marier ! " Pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme " (1Corinthiens 7.2). Elle ne considère pas le mariage comme une faute : " Si tu t ‘es marié, tu n’as point péché " (1Corinthiens 7.28).

1Timothée 3.2 mentionne que les dirigeants de l’Eglise primitive étaient mariés : " Il faut…que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme… " et qu’ils avaient même des enfants : " Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu ? "(1Timothée 3.4-5).

La Parole de Dieu nous apprend même que plusieurs apôtres étaient mariés (Matthieu 8.14, 1Corinthiens 9.5)

Article suivant : la violence

43 thoughts on “Examen des pratiques catholiques (14/21) : le célibat des prêtres

  1. Je ne comprend spas pourquoi certains soi disant chrétiens essaient de détourner la Parole de Dieu et refusent d’admettre qu’ils sont en erreur. En plus ceux qui les suivent refusent d’admettre la vérité et se détourner de ces pratiques anti-bibliques

  2. Loin d’epouser le celibat selon la demarche catholique il n’en demeure pas moins que le mariage est un acte d’une extrème delicatesse.Et à un moment donné la Bible mème conseille le celibat.Mat19:10-11

  3. Si le célibat des prêtres a fort malheureusement été institué alors qu’auparavent cela n’était pas le cas, c’est:

    1- en raison de l’iniquité des hommes d’Eglise qui vivaient dans la débauche.

    2- pour un question d’héritage: la veuve héritant, les « biens écclésiastique » lui revenaient: d’où un appauvrissement.

    Pour mettre fin à cela, il a effectivement été décreté que le « clergé » serait célibataire.

    A noter que les catholiques de rite autre que romains sontmariés.

  4. Vous auriez pu entre autres citer le verset très clair de 1 Timothée 4:3 « Ils interdisent de se marier »
    Mais peut-être avez vous jugé cette affirmation et mise en garde de la Parole de DIEU trop directe et dure ?

    1Timothée 4
    1 ¶ Pourtant l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques–uns s’éloigneront de la foi pour s’attacher à des esprits d’égarement et à des enseignements de démons,
    2 par l’hypocrisie de discoureurs de mensonge marqués au fer rouge dans leur propre conscience.
    3 Ils interdisent de se marier et prescrivent de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont croyants et qui connaissent la vérité.

  5. Je doute de plus en plus que vous ne connaissiez vraiment les évangiles… N’avez-vous donc pas lu ce passage de Mathieu au chapitre 19 :
    « Ses disciples lui dirent : Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas avantageux de se marier. Il leur répondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. »
    Les prêtres sont ces eunuques pour le Royaume qui veulent s’identifier totalement à Jésus-Christ, qui n’a eu ni femme ni enfant. Bien entendu, les églises orthodoxes ou coptes consacrent prêtres des hommes qui peuvent être mariés. Mais ensuite, ils ne peuvent se remarier en cas de décès de l’épouse. Et ils choisissent leurs évêques toujours parmi les prêtres célibataires.

  6. je défie quiconque de se présenter candidat à la prêtrise et d’être reçu ,s’il veut fonder foyer.
    Ce n’est pas un choix qu’on laisse au jeune candidat:s’il veut être prêtre,il doit choisir le célibat….ou bien ,il ne le sera pas!
    De plus,être « prêtre » n’est pas un ministère dicte et donné par Dieu.
    Le voile ayant été déchiré,quiconque s’approche du Seigneur….est reçu par lui-même.
    Tout cela amène à une dépendance alors qu’on est « libre ».

  7. L’étude de la parole de Dieu permet au Saint-Esprit de nous rappeler ce que Jésus a dit. La parole permet au Saint-Esprit de juger nos sentiments, de renouveler nos pensées.
    Jésus a dit : “Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera”Explique moi donc le sens de cette phrase! si donc jésus etait comme tu l’avance,l’esprit saint, comment peut il le presenter comme une autre personne ,qui viendra se subtituer a lui et continuer l’oeouvre de transformation spirituel dans le pecheur repentis et convertis.
    Jean 16.14
    Sanctifier sa vie, avoir une bonne conduite, c’est bien, mais la sanctification à ce stade est incomplète. Dieu veut nous sanctifier aussi par le moyen de sa parole, l’épée de l’Esprit.
    La mission du Saint-Esprit consiste à rendre gloire à Jésus. Pour cela, sa meilleure façon est de nous transformer pour que nous lui ressemblions. Il travaille en nous pour nous transformer à l’image du Seigneur.
    Nous sommes devenus par la foi en Jésus-Christ le temple du Saint-Esprit, une habitation de Dieu en esprit.
    Le meilleur chemin pour rendre gloire à Jésus est celui du service accompli avec l’aide et l’appui du Saint-Esprit. Dieu cherche de vrais adorateurs, des disciples authentiques, des serviteurs fidèles.
    Être rempli de l’Esprit implique un service accompli avec l’assistance de l’Esprit Saint.
    Nous sommes remplis de l’Esprit pour bien remplir notre service ou notre ministère.
    Jésus fut poussé par l’Esprit dans le désert où il passa 40 jours.
    L’évangéliste Philippe fut déplacé par le Saint-Esprit ! Après avoir baptisé un Éthiopien, l’Esprit Saint l’enleva.
    Paul, quant à lui, fut empêché par le Saint-Esprit de se rendre dans un endroit où il comptait bien apporter l’Evangile.
    L’Esprit de Dieu veut vous saisir pour accomplir dans votre vie les œuvres de Dieu ! Marchez d’un même pas en sa compagnie et c’est ainsi que vous vivrez une vie spirituelle harmonieuse.
    Une question pour aujourd’hui
    Quelle est l’action de l’Esprit de Dieu dans ta vie ? Quelle place lui accorde-tu ?
    Est -ce vraiment l’esprit saint qui t’anime ou un esprit chagrin empreint de dogmatisme sectaire, de fanatisme extrémiste, a l’instar aujourd’hui de certains qui interdisent que l’on écoute de la musique, qui mettent des voiles aux femmes, qui détruisent les œuvres d’art, qui fustigent et lapident ceux qui n’ont pas la meme lecture qu’eux des textes ” révélés”
    Tu prétends a l’instar de certains fanatique, avoir discerné chez moi un manque d’onction spirituel, les sopherim , eux aussi avaient discerné chez jésus , une doctrine du diable, car il avait osé se pretendre ” fils de Dieu” se faisant ainsi dieu!
    Cela méritait pour les “fils de la Tora ”que l’on condamne jésus la lapidation et le pilori pour blasphème!
    Il en va de meme pour toi, tu as des positions très dogmatiques qui ne me paraissent être en porte a faux et ne pas correspondre a la doctrine que tu pretend suivre et precher.
    Tout ce qui ne cadre pas avec tes idées te courroucent et te porte vers une sur-exhalation du moi qui ne cadre pas avec l’attitude d’humilités , de compassion, d’amour, d’écoute, de pardon que nous enseigne le christ, dont tu te veux être le porte parole mais qui en définitif , tu ne pratique pas, tu en es vraiment très loin!
    La surdimensionné de ton ego est sans pareille! Ce que tu reproches aux autres tu en es l’exacte reflet .
    Tu es plein de paradoxe, alors mon ami, je t’encourage à avoir un peu plus de , d’humilité dans tes propos, de modérations, de ponderations,et moins d’imprécations jubilatoire et incantatoire vis a vis de tes frères dans la foi. Cordialement en christ.
    Mon ami maumau, tu défies beaucoup de monde, la parole nous dit : ni par force ni par puissance mais par mon esprit!
    Comment peux-tu prêcher un principe biblique que tu ne mets pas toi même en pratique ou en exergue? Tu reproche aux autres d’avoir un zèle amer, mais toi par tes prises de positions arbitraire et dogmatique, que reflètes-tu?
    Il est vrai que dans l’évangile selon Matthieu on nous rapporte qu’ « il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux ».
    Ce verset qui comme tous s’accordent a le penser était une allégorie sur la circoncision et non pas sur la castration, a débouché sur de nombreuses polémiques, d’extrapolations et de doctrines diverses.
    Les cathares aussi prêchaient ce genre de doctrine, d’autres doctrines de ce genre étaient elles aussi prêchées du temps de jésus, c’est pourquoi, il nous a mis en garde contre de telles assertions, du reste Paul aussi a réitéré les paroles du christ. Je vous encourage à relire la bible et ne pas tronquer celle ci pour qu’elle puisse corroborer vos doctrines fantaisistes.

    Le problème avec la traduction, c’est que pour différentes raisons, le terme, original, en fonction de l’époque, de la culture, de la dialectique employée et usitée sur un plan véhiculaire ou vernaculaire, peut être traduit d’une manière qui ne l’aurait pas été aujourd’hui et qui n’est plus en phase avec notre vocabulaire.. Ce qui lui donne un sens qui risque d’être aujourd’hui considéré comme ambigüe ou déplacé. Jésus ne l’oublions pas fut a l’origine de la propagation de la parole, il a souvent, face aux rabbins de son temps , eu recours au syllogisme.On le voit aussi dans l’episode de la Samaritaine, ou de la syrophenicienne.
    Dans le cas de Jésus et de la femme cananéenne, le syllogisme s’articule ainsi :
    « Le pain est pour les maîtres, les miettes pour les chiens »
    (Majeure annoncée par Jésus. La femme y acquiesce) « Tu es le maître, je suis le chien, j’ai donc droit aux miettes : que tu soignes ma fille »

    De là sont parti aussi la doctrine cathare, ou les prémices du cénobisme, du concept monacal et l’Hermitage. On appelle eunuque un homme castré.
    La castration se limite généralement à l’ablation des testicules mais il arrive qu’elle concerne également le pénis, connue alors sous le nom de pénectomie (souvent avec un tube inséré pour garder l’urètre ouvert).
    Dès le commencement de l’histoire, il y a des références aux eunuques.
    Le mot vient du grec ancien : εὐνή eunê (« lit ») et ἔχω ekhô (« garder »), soit « gardien du lit » (en latin cubicularius) — ce qui atteste le rôle traditionnel de l’eunuque comme gardien du harem.
    La pratique de la castration était également installée en Europe dès l’antiquité chez les Grecs et les Romains.
    Aux périodes les plus anciennes, elle a surtout concerné le domaine religieux.
    Ceux qui vénéraient la déesse Cybèle par exemple pratiquaient des rituels d’auto castration, sanguinaria. On pourrait debattre sur le sujet et par des ellements theologiques, sociale ,exegetique que l’on pourrait developper mais le caracter du debat iiriterait le lecteur
    Il y a beaucoup d’éléments de preuves qui indiquent que les cultures anciennes et médiévales employaient le mot « eunuque » d’une manière très différente de celle que l’on connaît de nos jours cela ne les gennaient pas et ils ne portaient pas le meme regard sur ce terme..Est -ce vraiment l’esprit saint qui t’anime ou un esprit chagrin empreint de dogmatisme sectaire, de fanatisme extrémiste, a l’instar aujourd’hui de certains qui interdisent que l’on écoute de la musique, qui mettent des voiles aux femmes, qui détruisent les œuvres d’art, qui fustigent et lapident ceux qui n’ont pas la meme lecture qu’eux des textes ” révélés” Au temps de jésus ils s’appelaient les ” talmudim” qui ont poursuivit jésus devant le sanhédrin, ensuite, il y a eu des empereurs comme Caligula, Néron, Commode, Caracalla, Dioclétien etc. ensuite avec le moyen age, L’inquisition, avec Dominique ou Simon de Montfort, maintenant il y a les talibans.
    Je ne te fais pas passer pour ce que tu n’es pas, tu démontre toi même ,par tes propos, tes assertions, tes doctrines arrêtés ce que tu es vraiment.
    Tu prétends a l’instar de certains fanatiques, avoir discerné chez moi un manque d’onction spirituel, les sopherim, eux aussi avaient discerné chez jésus, une doctrine du diable, car il avait osé se pretendre ” fils de Dieu” se faisant ainsi dieu! Cela méritait pour les “fils de la Tora ”que l’on condamne jésus la lapidation et le pilori pour blasphème!
    Il en va de meme pour toi, tu as des positions très dogmatiques qui ne me paraissent être en porte a faux et ne pas correspondre a la doctrine que tu pretend suivre et prêcher. Tout ce qui ne cadre pas avec tes idées te courroucent et te porte vers une sur-exhalation du moi qui ne cadre pas avec l’attitude d’humilité, de compassion, d’amour, d’écoute, de pardon que nous enseigne le christ, dont tu te veux être le porte parole mais qui en définitif, tu ne pratique pas, tu en es vraiment très loin!
    La surdimenssion de ton ego est sans pareille! Ce que tu reproches aux autres tu en es l’exact reflet.
    Tu es plein de paradoxe, de rage, alors mon ami, je t’encourage à avoir un peu plus de, d’humilité dans tes propos, de modérations, de pondérations, et moins d’imprécations jubilatoire et incantatoire vis a vis de tes frères dans la foi. Mon cher maumau, l’esprit saint, si je m’en réfère a ta propre perception et comprehention, devrait avoir la possibilité de convaincre tout les pécheurs dans l’erreur alors pourquoi t’étaler, faire un cours magistral “d’apologétique” pour interpeler ton interlocuteur, alors qu’il suffit ,comme tu le dis, a l’esprit saint de se révéler a lui et lui faire changer son point de vue.
    Tu pretend ne pas être un expert en herméneutique ou en maïeutique, alors que tu ne cesse de plaidoyer en faveur de ta doctrine personnel en arguant avec force exemples le bien fait de tes concepts que tu aurais reçu directement de Jésus par son esprit .Tu ne cesse d’avancer que tu es pratiquement le seul a vraiment comprendre le sens de la parole Divine que tu te dois de nous inculquer, cet anachronisme n’est il pas un peu bizarre et ne reflète t-il pas chez toi dispositions arbitraire et des comportements non conforme avec ce que nous demande d’avoir le seigneur par rapport avec nos vis a vis ?.
    Tu demande ou tu mets en doute ma probité et on baptême de l’esprit? Partout dans tes réponses!
    A te lire toi seul a reçu le vrai baptême! la véritable onction, la seule révélation, les autres qui ne pensent pas comme toi ou n’ont pas la meme révélation ou interprétation sont dans l’erreur et sont des suppôts de Satan!
    L’étude de la parole de Dieu permet au Saint-Esprit de nous rappeler ce que Jésus a dit.

    je te rappel pour memeoire , encore une fois, que Jésus a dit : “Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera ”

  8. Mon cher Maumau, permet moi, de te donner un point de vue different du tiens sur :LE SAINT ESPRIT DANS LA VIE DU CROYANT
    je suis d’accord avec toi,Personne ne peut être amené au salut sans l’Esprit Saint.Hébreu : rûah
    Grec : pneuma (cf. pneumonie)
    Latin : spiritus (cf. spirituel)

    Le problème c’est que pour moi, l’esprit saint est independant de l’esprit de jésus ou celui du père.
    Petit rappel sur ce qu’est l’esprit saint a mon sens et si je m’en reffère a l’ecriture:Que ce soit en grec ou en hébreu, le mot désigne à l’origine l’air, l’atmosphère, le vent.
    C’est un élément essentiel à la vie sur terre. Comme Jésus disait à Nicodème, c’est une réalité invisible et impalpable dont on ne peut percevoir que les effets: le soulèvement de la poussière du sol, le bruissement des branches d’un arbre, les vagues sur l’eau, la violence de la tempête, etc.
    Selon des images anciennes, on décrit le vent comme le souffle qui sort des narines de Yahweh, qui plane sur les eaux avant la création, qui assèche la mer pour que les Hébreux échappent aux Égyptiens, qui se fait brise légère pour Élie.
    Le mot hebru « ruah » désigne également la respiration de l’être vivant, son souffle vital qui fait de lui un être animé.
    Pour les Hébreux, la ruah est principe de vie, tant pour l’homme que pour les animaux.
    On la retrouve souvent en parallèle avec l’haleine.
    Rappelons-nous le récit de création d’Adam: Dieu insuffle une haleine de vie dans le tas de poussière qu’il avait modelé et Adam devient un être vivant (Genèse 2, 7).
    L’être humain vit tant que le souffle de vie est dans ses narines.
    À la mort, la chair retourne à la poussière tandis que le souffle de vie retourne à Dieu.
    Puisque les émotions, telles la peur, la colère, la joie, ou la fierté, ont une influence sur le rythme de la respiration, on considère que l’esprit est le siège des sentiments et des pensées, tout comme le coeur et l’âme.
    On dira par exemple que le mélancolique a la ruah pesante. On peut alors affirmer que la ruah est l’expression de la conscience humaine.
    La formule « remettre son esprit entre les mains de Dieu » signifie non seulement rendre son dernier souffle mais aussi remettre à Dieu son unique richesse, son être même.Son Sois!N’est pas etrange cette similitude avec ‘l’essence divine » ce qu’a voulu Dieu que Moise retranscrive , lorsqu’il lui demande son nom. Je suis! Le Vivant! l’eternel present!
    Dans le Nouveau Testament, on retrouve le sens de l’esprit comme souffle vital.
    Mais on y voit une tendance, probablement sous l’influence de la pensée grecque, à lui accorder un sens plus philosophique.
    L’esprit s’oppose à la chair, il subsiste après la mort.
    L’esprit devient une façon de désigner l’être même de la personne humaine.
    Paul, en parlant de l’Écriture, oppose l’esprit et la lettre.
    De prime abord, on pense à une opposition entre une lecture littérale des Écritures et une compréhension en profondeur. Mais il faut aller plus loin.
    Paul songe plutôt à la Loi écrite qui n’est qu’un guide de vie, incapable de sauver en vérité, contrairement à la puissance vivifiante du Christ qui libère et sauve pleinement.
    Enfin quand Jean affirme que Dieu est esprit, il désigne moins le caractère immatériel de Dieu que la Vie qui l’habite en plénitude. C’est reconnaître en somme que Dieu n’est pas une créature mais qu’il est le seul Vivant qui n’a pas reçu la vie parce qu’il la possède en lui-même et la partage avec les êtres humains qu’il appelle à devenir ses fils et ses filles.
    Que nous dit la Bible sur l’esprit…
    le vent qui sort des narines de Yahweh: Exode 15,8; Psaume 18,16; Jean 3,8;
    le souffle vital: Genèse 6,17; Ezéchiel 37,10-14; Psaume 104,29-30; Qohélet 12,7; Psaume 104,29-30; 2 Thessaloniciens 2,8;
    la remise de l’esprit: Psaume 31,6; Luc 23,46;
    l’esprit et la chair: 1 Corinthiens 5,3; Colossiens 2,5;
    désignant l’être humain tout entier: Galates 6,18;
    la subsistance de l’esprit après la mort: Luc 8,55; Actes 7,59; Hébreux 12,23;
    Dieu est esprit: Jean 4,23.
    L’esprit et les sentiments « avoir la ruah pesante » = être mélancolique (1 Samuel 1,15);
    « ne plus avoir de ruah » = être découragé (Josué 2,11);« avoir la ruah amère » = être aigri (Genèse 26,35); « avoir le souffle court, ou le nez court » = être en colère (Exode 6,9);« avoir le souffle haut, ou le nez long » = être patient (Proverbes 14,28);
    « avoir la ruah haute » = être orgueilleux (Proverbes 16,18);
    « avoir la ruah petite » = être humble (Proverbes 29,23);
    « avoir la ruah abattue » = être triste (Proverbes 17,22).
    Mais personne ne peut vivre la vie chrétienne sans son aide, sinon c’est le péché qui nous vaincra Rom 7 24 Rom 8:2 et sans lui, nous vivrons une vie de défaites.
    C’EST L’ESPRIT SAINT QUI DONNE L’ASSURANCE QUE NOUS SOMMES ENFANTS DE DIEU Rom 8:15, 16
    Etre enfant de Dieu signifie que Dieu nous a donné la vie.
    Cela veut dire que nous sommes nés de nouveau, nés par l’action de l’Esprit dans notre vie. .
    Non par un effort personnel, mais par une acceptation de Christ dans notre vie Jean 1:12,13 Gal 4:6
    Trop d’enfants de Dieu se fient à leurs sentiments, au lieu de laisser parler le Saint Esprit.
    Trop de chrétiens sont froids parce qu’ils ne réalisent pas pleinement qu’ils sont enfants de Dieu à part entière.
    L’ESPRIT SAINT ENSEIGNE LE CROYANT
    Tout enfant a besoin d’être enseigné Jean 14:26 et l’Esprit le fera dans tous les domaines de notre vie.
    Encore faut-il reconnaître ce besoin Luc 2:52 un enfant qui ne grandit pas est un enfant malade.
    La principale chose que Jésus a apprise est l’obéissance par les expériences de la vie Héb 5:7,9 Le Saint Esprit se servira de nos souffrances pour nous apprendre.

    Le Saint Esprit nous apprendra aussi par la Parole du Seigneur Jean 16:12,14 comme c’est Lui qui a inspiré la Parole, son enseignement sera toujours conforme aux Ecritures et Il saura rendra claire cette Parole à notre entendement.

    Le Saint Esprit peut nous enseigner aussi par la tentation comme Jésus Luc 4:1 à 12 Jésus a pu découvrir les ruses et les intentions du Diable et il fut un homme averti.

    Il faut savoir être ferme dans ce que nous avons appris et ne pas nous laisser emporter à tous vents de doctrine, doctrines propagées par des hommes qui nous égarent 1 Jean 2:26,27
    Nous devons permettre à Dieu de faire de nous ses serviteurs Gal 2:20 afin d’être l’image de Christ dans notre génération

    IL DIRIGE LA VIE DES CROYANTS
    Nous vivons dans un monde de ténèbres, où les gens ne savent distinguer la droite de la gauche, nous avons besoin d’être conduits sûrement. Rom 8:14
    Etre conduit par l’Esprit, cela veut dire renoncer à nos pensées et nos projets et faire confiance à Dieu Ps 23:2,3 et cela nous amène à vivre dans la droiture et la paix.

    Il nous oriente pour un travail plus efficace comme Philippe Actes 8:29Le refus de se laisser diriger par l’Esprit est dû à l’orgueil humain.

    IL NOUS AIDE DANS NOTRE FAIBLESSE

    Plus nous comprendrons que nous sommes faibles et limités, plus nous aurons recours à l’Esprit Saint Rom 8:26
    Sans Dieu, nous allons accomplir les volontés de la chair et de nos pensées corrompues Eph 2:3 et sans l’Esprit, nous allons retomber dans nos anciens péchés. Rom 6:11
    La vraie sainteté n’est pas faite de préceptes « Ne touche pas, ne goûte pas ! » Col 2:20,23 mais la sainteté, c’est la vie du Saint Esprit en nous dominant sur les désirs de notre chair Math 26:41
    Il ne suffit pas de croire seulement dans la présence de l’Esprit, mais il faut le laisser agir afin que nous soyons de nouvelles créatures, éloignées du péché 2 Cor 5:17
    Dieu permet que nous découvrions notre faiblesse afin de mettre notre confiance dans l’action du Saint Esprit 2 Cor 12:10
    IL NOUS CONSOLE

    Jean 14:18 Combien aurait du être dure le départ de Jésus pour la Gloire et pourtant les disciples furent pleins de joie et de courage : à cause de l’Esprit Consolateur. Jean 14:16
    Etienne le premier martyr, Paul et Silas en prison avaient le coeur débordant de consolation et quel témoignage sublime ont ils laissé.

    2 Cor 1: 3 à 5 La consolation de Dieu par le Saint Esprit nous permet de surmonter les pires épreuves et de consoler ceux qui sont affligés 2 Cor 1:8 à 9

    En conclusion, mon cher maumau,nous sommes nés par l’Esprit, baptisés de l’Esprit mais Son Esprit est éternellement avec nous pour nous assister dans notre vie ici bas et nous aider à vivre une vie conforme à l’enseignement de Jésus.

  9. Suite à ton intervention, et a ta digression sur mon compte, permet moi, mon cher maumau de repondre a ton ettonnement et ton erreur d’interpretation de la parole.
    Les dons spirituels : l’interprétation des langues. « Xenoglossie » et non pas la « glossolalie ».
    1 Corinthiens 12 : 7 « Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité (commune). 8 En effet, à l’un est donné par l’Esprit une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ; 9 à un autre, la foi ; par le même Esprit ; à un autre, des charismes [dons] de guérisons, par l’unique Esprit, 10 à un autre, (le charisme) d’opérer des miracles ; à un autre, la prophétie ; à un autre, les discernements des esprits, à un autre, des sortes de langues ; à un autre, l’interprétation des langues. 11 Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ».

    L’interprétation des langues, ermhneia , Est tout simplement la faculté spirituelle de traduire dans une langue connue ce qui a été dit dans une langue inconnue. Le parler en langues est le seul charisme qui ait reçu un autre don pour l’assister et ce charisme est l’interprétation des langues.

    Définition.: Interpréter, c’est expliquer, rendre clair, commenter. On appel cela aussi faire de l’hermeutique!
    Quant au mot explication, il veut dire : « donner la signification d’une chose ». Autrement dit, l’interprétation des langues n’est pas toujours une traduction stricte, littérale ; car dans une traduction littérale, il est dit exactement la même chose dans une autre langue.

    Toutefois, le charisme d’interprétation des langues peut être une traduction littérale, comme nous l’avons vu au travers des quelques témoignages concernant le parler en langues, où des étrangers ont été surpris d’entendre une personne exercer le don des langues dans leur propre langue et ensuite d’entendre ces paroles parfaitement traduites ; mais en règle générale, il s’agit d’une interprétation en relation avec l’esprit du message en langue.

    N’oublions pas que la capacité de l’interprétation des langues vient de l’Esprit Saint. Celui qui exerce ce charisme ne comprend jamais la langue qu’il interprète, et il n’est pas de son ressort de fournir, dans sa propre langue, des termes équivalents aux paroles prononcées. Le parler en langues tout comme l’interprétation des langues sont des expressions émanant directement de l’Esprit Saint.

    Explication et illustration.
    Le parler en langues lors d’un culte ne convient que lorsque ce qui a été dit peut être interprété :1 Corinthiens 14 : 27 « Si l’on parle en langues, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu’un interprète ; 28 s’il n’y a pas d’interprète, qu’on se taise dans l’Assemblée, qu’on parle à soi-même et à Dieu ».

    D’autre part, il est rappelé aussi : 1 Corinthiens 14 : 12 « De même vous, puisque vous aspirez aux (charismes) spirituels, que ce soit pour l’édification de l’Assemblée que vous cherchiez à les avoir en abondance. 13 C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie afin de pouvoir interpréter. »

    Que faire si, au cours d’un rassemblement, on se sent poussé par l’Esprit Saint à s’exprimer dans une langue inconnue et qu’ensuite personne ne donne l’interprétation de ce que vous avez dit ?
    Cela signifie-t-il que tu n’aurais pas dû parler en langues ? Pas forcément.
    Car, il est possible qu’un croyant pourtant choisi par l’Esprit Saint pour donner l’interprétation, n’a pas eu une foi suffisante pour le faire.

    L’interprétation des langues est une nécessité dans la vie officielle de l’Assemblée de Dieu. Lorsque le parler en langues se manifeste en public, il devrait y avoir quelqu’un pour l’interpréter ; car l’Esprit Saint connaît avec précision la disponibilité des ressources humaines au moment précis de l’exercice des charismes au sein du Corps de Christ…

    N’oublions pas qu’il est aussi écrit : 1 Corinthiens 14 : 13 « C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie afin de pouvoir interpréter. »
    Questions relatives à l’interprétation des langues.
    Comment puis-je savoir que l’Esprit Saint désire se servir de moi pour manifester le charisme d’interprétation ?

    La réponse est semblable à celle que nous avons déjà exprimée en parlant des autres charismes spirituels. A toi, mon ami, comme a ceux qui nous lisent ,je leur repondrai:
    Vous sentirez une impulsion en votre esprit ; quelque chose de profond se mettra en mouvement dans votre être intérieur alors que vous aurez entendu un autre croyant parler en langue etrangere ou inconnue , à ce moment-là, exprimer clairement ce que l’Esprit Saint vous inspirera. Dieu peut utiliser une langue etrangere connu pour interpeler une personnes presente dans l’assemblée et lui reveler sa puissance ou une injonction, voir une reponse a des questions qu’il aura pu se poser ou lui donner une indication qu’il devra suivre. Le fait que nous, nous ne connaissions pas cette langue que dieu utilisera par notrre bouche, ne signifie pas qu’elle soit inconnue ou incomprise par d’autres. Les disciples ne maitrisaient pas toutes les langues vehiculées par leur coreligionnaire de la diaspora et pourtant ils comprenaient leur compatriotes et eux se faisaient comprendre sans n’avoir jamais appris ces langues etrangeres.
    Peut-être recevrez-vous toute la pensée générale de ce don ; peut-être ne recevrez-vous que les premiers mots ; si vous ouvrez la bouche, dans un acte de foi, d’autres mots vous seront donnés par l’Esprit.
    Vous aurez bientôt interprété le message complet.
    Par la suite, il vous faudra de la sagesse pour vous arrêter lorsque l’Esprit Saint s’arrête…

    Comment expliquer la différence de longueur entre un parler en langue et son interprétation ?

    Il arrive souvent que l’interprétation soit plus longue que le parler en langue ; ce n’est pas un problème en soi tant qu’il y a un équilibre évident en relation avec le message en langue ; mais trop long n’aurait certainement plus rien à voir avec l’esprit du message ; il ne faut pas qu’il y ait une différence exagérée…
    Quelle explication donnez-vous à un même parler en langue qui recevrait des interprétations différentes ?

    Il est impossible qu’un parler en langue exprimant toujours les mêmes mots, réunion après réunion, reçoive à chaque fois une interprétation différente !

    Il vaut mieux avoir moins de manifestations spirituelles et privilégier leur authenticité et leur spiritualité.
    Il faut aussi savoir se renouveler dans l’Esprit, tant dans l’exercice du don des langues pour son édification personnelle, que par une communion de qualité avec Jésus, la tête de l’Assemblée : Ephésiens 5 : 18 « … Ne cherchez pas l’ivresse que produit le vin – cela mène à une vie déréglée, au libertinage et à la perdition – mais buvez à longs traits à la coupe de l’Esprit, laissez-vous constamment à nouveau remplir par le Saint-Esprit et cherchez en lui votre plénitude. »…

    Le parler en langues, langues étant au féminin pluriel, signifie que celle ou celui qui exerce ce charisme, peut parler différentes langues durant sa vie terrestre au sein du Corps de Christ…
    Comment s’exerce le charisme d’interprétation des langues ?
    Rappelons tout d’abord cette recommandation de l’apôtre Paul : 1 Corinthiens 14 : 13 « C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie afin de pouvoir interpréter. »

    Il est donc possible qu’une personne ayant exercé le parler en langues puisse aussi en donner l’interprétation.
    Toutefois, ceci n’est pas une règle générale, car il est aussi écrit : 1 Corinthiens 14 : 27 « Si l’on parle en langues, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu’un interprète ».

    Ceux qui parlent en langues sont plusieurs, et parlent chacun à leur tour, tandis que celui qui interprète est un seul, et il donne l’interprétation à la fin des parler en langues.

    Mais aussi : 1 Corinthiens 14 : 26 « Que faire donc, frère ?
    Lorsque vous vous assemblez, chacun a-t-il un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification ».

    Une interprétation peut succéder à une langue et ainsi de suite sans aller au-delà de trois parler en langues ! De toute évidence l’expression « que quelqu’un interprète » signifie qu’un simple message donné en langue ne peut être interprété par plusieurs personnes ! Car ce serait de la confusion, si un même parler en langues recevait plusieurs interprétations ! De même, il ne doit y avoir qu’un seul et même interprète dans le cas d’une succession de parler en langues…

    Même si un autre interprète présent sent qu’il pourrait donner une meilleure interprétation, il ne doit pas le faire, mais il doit se soumettre à la règle de l’Esprit : « que quelqu’un interprète ».
    Ceci exclus toute rivalité entre interprètes, tout état de monopole aussi, pas toujours le ou la même qui interprète, et toute attitude égoïste.

    Cela signifie avant tout que là où se manifeste le parler en langues, il faut un interprète.

    But de ce don.

    1 Corinthiens 14 : 5 « Je veux que vous parliez tous en langues mais je veux encore plus, que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n’interprète, pour que l’Assemblée en reçoive édification ».

    Le but du charisme de l’interprétation des langues est l’édification du Corps de Christ.
    Les membres du Corps de Christ sont édifiés dès l’instant où ils sont rendus capables de comprendre ce qui a été exprimé dans une autre langue.
    A ce moment précis, ils sont édifiés, exhortés, consolés, fortifiés, encouragés, éclairés, transportés dans l’adoration, la louange et les actions de grâces. Le charisme d’interprétation des langues met ainsi le parler en langues au même niveau que le charisme de prophétie.
    S’il n’y a aucune onction sur l’interprétation, ce peu-il que ce soient les pensées de la personne elle-même et non l’exercice du don de l’Esprit Saint ?

    Certainement. Une parole inspirée ne peut manquer d’inspiration. Maintenant, cette constatation ne peut être l’objet d’une seule personne ; c’est le Corps de Christ entier qui doit émettre un avis final ; car il est possible qu’une personne ne soit pas non plus disposée spirituellement à écouter ce que l’Esprit Saint a à lui dire.

    Un évangéliste ou un pasteur peut-il se permettre de parler en langue pendant la prédication ?

    Il plaît toujours à Dieu de sauver les hommes par la folie de la prédication de la croix et non par les charismes spirituels ; Jésus, pas plus que ses disciples, n’ont exercé le charisme des langues pour amener les hommes au salut ;
    le jour de la Pentecôte à Jérusalem personne ne s’est convertie pendant l’exercice du parler en langues; ce n’est qu’après la prédication de l’apôtre Pierre que les auditeurs « eurent le cœur vivement touché » Actes 2 : 37, et qu’environ « trois mille âmes furent ajoutées » Actes 2 : 41 à l’Assemblée d’Elohîm de Jérusalem. Le charisme des langues a servi à interpeller et à rassembler « des Juifs pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel » Actes 2 : 5, qui séjournaient à Jérusalem pour la fête de la Pentecôte.
    Les langues furent un signe que Dieu accomplissait aujourd’hui ce qu’il avait promis par le prophète Joël, et la prédication du Christ crucifié et ressuscité devait amener ces âmes à la vie nouvelle, par la foi et la repentance, grâce à la nouvelle Alliance scellée par le sang du Fils de Dieu.

    Une interprétation peut-elle venir sous forme de vision ? Oui. L’interprétation peut être donnée sous forme d’images, de symboles…Rappelons-nous que notre vie ne doit pas être dirigée par les dons l’Esprit, qui sont plutôt destinés à confirmer ce que Dieu nous a dit déjà dans notre esprit et par Sa Parole, la Bible.1 Corinthiens 12 : 31 « Aspirez aux charismes les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence ».
    La croix de Jésus a joué, joue et jouera encore un rôle stabilisateur dans notre existence ; elle nous ramènera à l’équilibre face à tout ce qui pourrait nous emporter loin de Dieu dans notre quotidien.
    Chers amis, lecteurs ,votre adversité présente sera fortement relativisée à la croix ; vos craintes et vos frayeurs légitimes se verront remises à leur juste place après un passage à la croix.
    Vos amours déraisonnées, vos passions destructrices et vos complexes innés se verront mis en marge de votre vie, seulement si vous prenez du temps pour revenir à la croix, et si vous la laissez au centre de votre vie !La croix au milieu de vos joies et de vos épreuves, de vos déceptions comme de vos satisfactions ; la croix au milieu de vos réussites et de vos apparents échecs ; la croix au centre de vos pensées, de vos soucis, de vos projets, de vos affections fera toujours toute la différence.
    En réalité, c’est là que se situe le départ entre un pseudo-christianisme facile, populaire et bon enfant, et le véritable Évangile, vécu au quotidien ! Êtes-vous venu à la croix aujourd’hui ?

    D’ailleurs, même votre service chrétien, votre talent remarquable, vos capacités reconnues de tous, vos fonctions importantes ou vos titres de gloire, n’ont de sens, de valeur, que si vous savez venir régulièrement à la croix ; sinon tout ce que je viens de citer, aussi bon soit-il, finira par vous emporter loin du but recherché.
    Ce qui donne un sens à votre service chrétien, à votre talent, etc., c’est que la croix soit le centre de votre foi, de votre piété.

  10. Les dons spirituels : le discernement des esprits

    1 Corinthiens 12 : 8 – 11
    1 Corinthiens 12 : 7 « Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité (commune). » 1 Corinthiens 12 : 10c « …à un autre, le discernement des esprits ; »

    le verbe grec diakriseiV de diakrisiV traduit littéralement « les discernements des esprits » signifie : « juger à travers les choses », « distinguer », « discerner.

    Discerner, c’est regarder au-delà de ce qui est visible à l’œil nu, ou visible à l’analyse humaine, c’est voir au travers des apparences. Le verbe discerner comporte aussi une idée de jugement sur la base de ce que l’on connaît…

    Différentes sortes d’esprits :

    Bien qu’il n’y ait qu’une source originelle quant à l’esprit :

    Dieu lui-même :

    Jean 4 : 24 « Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité ». Hébreux 1 : 14 « Ne sont-ils pas tous (les anges) des esprits au service (de Dieu), envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? » Genèse 2 : 7 « l’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière du sol ; il insuffla dans ses narines un souffle vital, et l’homme devint un être vivant ». Job 33 : 4 « L’Esprit de Dieu m’a fait, et le souffle du Tout-puissant me fait vivre »

    A travers ces textes bibliques, nous voyons qu’il y a trois sortent d’esprits :

    1. L’Esprit de Dieu, Jean 4 : 24a « Dieu est esprit ».

    2. Les esprits célestes qui se divisent en deux catégories : les esprits angéliques restaient fidèles à Dieu,

    Hébreux 1 : 14 « Ne sont-ils pas tous (les anges) des esprits au service (de Dieu)… » ; et l’esprit satanique et les esprits démoniaques, entrés en rébellion contre Elohîm : Ephésiens 6 : 12 « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les pouvoirs, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les esprits du mal dans les lieux célestes ».L’esprit humain, contaminé par le péché, Genèse 6 : 3 « Alors, l’Eternel dit : Mon Esprit ne restera pas toujours dans l’homme, car celui-ci n’est que chair, et ses jours seront de 120 ans ».

    Le mot grec pneumatwn traduit par « des esprits » signifie : « souffle ». Pour la Bible, « l’esprit » est davantage qu’un « souffle » ; il est en réalité le fondement de l’être… Les esprits dont il est question sont : soit celui de Dieu, soit celui des anges ou des démons, soit celui des hommes.

    L’esprit est la partie la plus importante de l’homme ; c’est par lui que nous pouvons connaître l’Eternel Dieu et être en communion avec Lui parce qu’Il est esprit :

    Matthieu 16 : 17 « Jésus reprit la parole et lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux ».

    L’Esprit de Dieu, c’est l’Esprit Saint. Quand aux esprits méchants, ce sont des esprits qui règnent dans notre monde mauvais ; ils sont au service de Satan : l’esprit entré en rébellion contre l’Eternel.

    Les mots « esprit » et « esprits » figurent 540 fois dans les Ecritures. 294 références aux « anges » et 20 000 versets qui se réfèrent à Dieu « Être Esprit ». Nous découvrons l’ampleur du monde spirituel invisible…

    Le discernement des esprits est par conséquent la capacité accordée par l’Esprit Saint au croyant, qui lui permet de regarder, de discerner au-delà de ce que voit l’homme ordinaire lorsqu’un esprit se manifeste. C’est la possibilité de savoir par quel esprit un homme est poussé à parler ou à agir :

    Luc 9 : 54 « A cette vue, les disciples Jacques et Jean dirent : Seigneur, veux-tu que nous disions au feu de descendre du ciel et de les consumer ? 55 Il se tourna vers eux et les reprit sévèrement, [en disant : Vous ne savez de quel esprit vous êtes (animés). 56 Car le Fils de l’homme est venu non pour perdre les âmes des hommes mais pour les sauver]. Et ils allèrent dans un autre village ».

    C’est la capacité surnaturelle de discerner entre les vrais et les faux prophètes, les vrais et les faux ouvriers du Christ, la capacité de discerner entre ce qui vient d’Elohîm et ce qui vient de Satan :

    2 Corinthiens 11 : 13 « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. 14 Et ce n’est pas étonnant, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. 15 Il n’est donc pas étrange que ses serviteurs aussi se déguisent en serviteurs de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres ».

    Explication et illustration :
    Le don de discernement des esprits exprime la faculté surnaturelle de recevoir de notre Père céleste ou de notre Seigneur Jésus-Christ, par l’Esprit Saint, des renseignements sur un sujet qu’il nous serait humainement impossible de connaître. Ces renseignements nous sont révélés dans le but de nous protéger, de nous permettre de prier plus efficacement ou d’aider quelqu’un dans un besoin spirituel, moral, psychique…

    Il n’y a que deux moyens pour l’esprit humain de recevoir des renseignements hors des sens physiques que sont : la vue, l’ouïe, l’odorat, le goûter et le toucher. L’un est d’ouvrir son esprit au monde « métapsychique », et de se voir communiquer directement des informations par les esprits démoniaques, comme cela se passe dans la perception extra-sensorielle, le spiritisme, la voyance, la magie, la sorcellerie, l’hypnose, etc. Mais tous ces moyens de divination sont absolument interdits par Dieu :

    Lévitique 20 : 6 « Si une personne se tourne vers ceux qui évoquent les morts ou vers ceux qui prédisent l’avenir, pour se prostituer avec eux, je tournerai ma face contre cette personne et la retrancherai du milieu de son peuple. 7 Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car je suis l’Eternel, votre Dieu. 8 Vous observerez mes règles, et vous les mettrez en pratique. Je suis l’Eternel, qui vous sanctifie ».

    Deutéronome 18 : 9-14
    V10 « Qu’on ne trouve chez toi personne … qui se livre à la divination, qui tire des présages, qui ait recours à des techniques occultes, ou à la sorcellerie, 11 qui jette des sorts [qui lie des liens], personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou prédisent l’avenir, personne qui interroge les morts. 12 En effet, quiconque se livre à ces pratiques est en horreur à l’Eternel ; et c’est à cause de ces horreurs que l’Eternel, ton Dieu, va déposséder ces nations devant toi. 13 Tu seras entièrement (consacré) à l’Eternel, ton Dieu. 14 Car ces nations que tu dépossèderas écoutent les tireurs de présages et les devins ; mais à toi, l’Eternel, ton Dieu, ne le permet pas ».

    L’autre moyen, est de recevoir un renseignement qui appartient, qu’au Seigneur Jésus, dans un esprit régénéré, renouvelé, inspiré et informé par l’Esprit Saint. C’est une révélation surnaturelle agréée de notre Père céleste, car elle vient directement de lui, et elle est donc sans danger pour nous.

    L’Esprit Saint nous communique uniquement ce qu’il sait nous être utile, sans danger à notre esprit et peut nous aider, nous et notre prochain. Nous recevons cette connaissance, non pas en essayant de développer quelque mystérieuse capacité occulte, mais en vivant en communion avec notre Père céleste et notre Seigneur Jésus-Christ, et en laissant l’Esprit Saint travailler à travers nos vies consacrées.

    Le discernement des esprits, tout comme les autres dons spirituels, ne s’acquiert pas par la pratique, mais il est donné au moment voulu. Ce charisme se manifeste par tous les chrétiens nés de nouveau baptisés dans l’Esprit Saint, et qui ont reçu ce don : 1 Corinthiens 12 : 11 « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ».

    Nous distinguons ce don de la perspicacité naturelle de la nature humaine, et par-dessus tout, de l’esprit critique… nous distinguons ce dons de l’héritage ancestral et culturel… nous distinguons ce don de la psychologie de la personne humaine… nous distinguons ce don du discernement intellectuel et des connaissances acquises par l’étude et l’expérience de la personne humaine…

    Par le don de discernement des esprits, le croyant est capable de connaître immédiatement ce qui motive une personne ou ce cache derrière un événement.

    Un chrétien né de nouveau et spirituel agit sous l’inspiration de l’Esprit Saint : 1 Corinthiens 2 : 12 « Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin de savoir ce que Dieu nous a donné par grâce. 13 Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, en expliquant les réalités spirituelles à des hommes spirituels. »

    Un chrétien charnel (animal, psychique) exprime ses propres pensées, sentiments ou désirs issus de son âme : 1 Corinthiens 2 : 14 « Mais l’homme naturel [psychique, animal (Darby) ], ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. 15 L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne ».

    Un chrétien ayant abandonné la communion avec le Seigneur Jésus, peut laisser un esprit méchant ou impur l’opprimer, sans toutefois être démonisé, il exprimera alors des pensées provenant de ce mauvais esprit. De même, pour un chrétien de nom, qui n’est pas né de nouveau :

    Matthieu 16 : 21 « Jésus commença dès lors à montrer à ses disciples qu’il lui fallait aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, être mis à mort et ressusciter le troisième jour. 22 Pierre, le prit à part et se mit à lui faire des reproches en disant : A Elohîm ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas. 23 Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! Tu es pour moi un scandale, car tes pensées ne sont pas celles d’Elohîm, mais celles des hommes. 24 Alors Jésus dit à Ses disciples : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. 25 Quiconque en effet voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi la trouvera. 26 Et que servira-t-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Ou que donnera un homme en échange de son âme ? 27 Car le Fils de l’homme va venir dans la gloire de son Père avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon sa manière d’agir ».

    Un non-croyant animé seulement par son âme créée, sans l’enseignement et la puissance de l’Esprit Saint, exprimera des pensées toutes humaines ; s’il est sous la domination de démons, ses pensées seront démoniaques !

    Dans tous ces cas, le don discernement des esprits révèlera aussitôt ce qu’il en est exactement. Car ce don de discernement des esprits permet dans un moment donné de connaître, d’identifier, de comprendre, d’analyser l’esprit spécifique habitant, influençant, agissant, tourmentant ou liant une personne, une famille ou même une nation. En aucun cas, un disciple de Christ né de nouveau ne peut être habité par un démon :

    Matthieu 12 : 24 « Les Pharisiens l’ayant appris, dirent : cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons. 25 Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. 26 Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même, comment donc son royaume subsistera-t-il ? 27 Et moi, si je chasse les démons par Béelzébul, vos fils par qui les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. 28 Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu, que moi, je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc parvenu jusqu’à vous… 31 c’est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. 32 Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné, mais quiconque parlera conte le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir. 33 Dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais, car on connaît l’arbre à ses fruits… 36 Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine, qu’ils auront proférée. 37 Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné ». Jean 14 : 30 « Je ne parlerai plus guère avec vous, car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi ». 2 Corinthiens 6 : 14 « Ne formez pas avec les incroyants un attelage disparate. Car quelle association y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres ? »

    Satan est maître dans l’art de la contrefaçon. Il cherchera toujours à imiter ce que fait l’Esprit Saint. En outre, lorsqu’il se manifeste, il cherche à pousser les personnes à croire qu’il s’agit de l’Esprit Saint. Ceci peut causer du trouble, des confusions de toutes sortes, certains croyants se laissant parfois séduire et tromper :

    Matthieu 24 : 11 « Plusieurs faux prophètes s’élèveront et séduiront beaucoup de gens… 24 car il s’élèvera de faux Christ et de faux prophètes, ils opèreront de grands signes et des prodiges au point de séduire si possible même les élus. 25 Je vous l’ai prédit ».

    Certaines personnes peuvent exprimer leurs pensées charnelles, donnant l’impression que cela vient de la sagesse d’en haut et amener trouble et confusion parmi les membres du Corps de Christ ! Jésus-Christ, le Sauveur, le Seigneur, la Tête de son Corps, a prévu tout ce qui était nécessaire aux besoins de Son Corps.

    Il a même prévu une protection contre les esprits méchants, une protection contre ceux qui permettent à leur propre esprit de faire du tort aux disciples du Christ. Cette protection, c’est le discernement des esprits : 1 Jean 4 : 4 « Vous, petits enfants, vous êtes d’Elohîm, et vous avez vaincu les faux prophètes, car celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde ».

    Le don discernement des esprits à travers le ministère de notre Seigneur Jésus-Christ :

    Jésus fut rempli de l’Esprit Saint avant de commencer son ministère :

    Luc 3 : 21 « Tandis que tout le peuple se faisait baptiser, Jésus fut aussi baptisé ; et, pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit, 22 et l’Esprit Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et il vint une voix du ciel : Tu es mon Fils bien-aimé, objet de mon affection ». Luc 4 : 1 « Jésus, rempli d’Esprit Saint, revint du Jourdain et fut conduit par l’Esprit dans le désert, 2 où il fut tenté par le diable pendant quarante jours… » Luc 4 : 14 « Jésus retourna en Galilée, avec la puissance de l’Esprit, et sa renommée se répandit dans toute la région ». Jean 3 : 34 « Car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu donne l’Esprit sans mesure ». Isaïe 61 : 1 « L’Esprit de l’Eternel, Dieu, est sur moi, car l’Eternel m’a donné l’onction ».

    Jésus ayant exercé son ministère dans la plénitude de l’Esprit Saint, était donc capable de discerner ce qui venait de son Père, ce qui venait de l’Esprit Saint, ce qui venait de l’homme, ce qui venait des démons…

    1. Jésus discerna le bon esprit qui se trouvait en Nathanaël : Avant de s’adresser à Nathanaël, Jésus savait de quel genre d’esprit cet homme était animé. Lorsque Philippe se présenta devant Jésus, en lui amenant Nathanaël, Jésus déclara au sujet de ce dernier : « Voici vraiment un Israélite dans lequel il n’y a pas de fraude ». Jean 1 : 47

    2. Jésus discerna l’esprit qui animait Pierre, lorsque celui-ci s’opposa à la croix :

    Matthieu 16 : 21-27
    « 23 Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! Tu es pour moi un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes ».

    3. Jésus discerna la pensée de quelques gens religieux suit au pardon des péchés d’un paralytique : Marc 2 : 5-11

    8 « Jésus connut aussitôt par son esprit leurs raisonnements intérieurs et leur dit : Pourquoi faites-vous de tels raisonnements dans vos cœurs ? 9 Qu’est-ce qui est le plus facile, de dire au paralytique : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, prends ton lit et marche ? 10 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : 11 je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison. 12 Et à l’instant, il se leva, prit son lit et sortit en présence de tous… »

    4. Jésus discerna le genre d’esprit mauvais qui animait Jacques et Jean :Luc 9 : 54 « A cette vue, les disciples Jacques et Jean dirent : Seigneur, veux-tu que nous disions au feu de descendre du ciel et de les consumer ? 55 Il se tourna vers eux et les reprit sévèrement, [en disant : Vous ne savez de quel esprit vous êtes (animés). 56 Car le Fils de l’homme est venu non pour perdre les âmes des hommes mais pour les sauver]. Et ils allèrent dans un autre village ».

    5. Jésus discernait l’attitude de tout homme en général :Jean 2 : 23 « Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de la Pâque, plusieurs crurent en son nom, à la vue des miracles qu’il faisait, 24 mais Jésus ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous, 25 et parce qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rende témoignage de quelqu’un ; il savait de lui-même ce qui était dans l’homme ».

    6. Jésus discerna les mauvais esprits qui essayaient de se cacher dans l’homme :Un jour rencontrant une femme qui était infirme depuis 18 ans, Jésus reconnut immédiatement que son problème était lié à un esprit méchant. Celui-ci se gardait bien de parler afin de tenir cette malheureuse courbée en deux.

    S’adressant à la femme, Jésus lui dit : « Femme, tu es délivrée de ton infirmité. 13 Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa et glorifia Elohîm ». Luc 13 : 12-13

    Ce qui nous permet de réaliser que le don du discernement des esprits peut être d’une grande utilité lorsqu’il s’agit de venir en aide à des personnes malades ou infirmes.

    Le discernement des esprits dans l’Assemblée de Dieu du commencement :

    1. L’apôtre Pierre, grâce à l’Esprit Saint, discerna immédiatement de quel esprit étaient animés Ananias et Saphira. Il sut que ces gens-là mentaient à l’Esprit de Dieu :Actes 5 : 3 « Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point de mentir à l’Esprit Saint et de retenir une partie du prix du champ ? »

    Si Satan ne peut tenir les hommes sous la domination d’un méchant, il leur envoie un esprit d’égarement.

    2. Toujours poussé par l’Esprit Saint, l’apôtre Pierre discerna ensuite de quel esprit était animé Simon, l’ex-magicien, Actes 8 : 22 « Repens-toi donc de ta pensée mauvaise, et prie le Seigneur pour que l’intention de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible ; 23 car je vois que tu es en proie à l’amertume du fiel et aux liens de l’injustice ». Puis, il prononça une parole de connaissance. Souvent les dons spirituels œuvrent ensemble.

    3. L’apôtre Paul, grâce au don de discernement des esprit révéla qu’un esprit de divination animait une jeune esclave. Un croyant ordinaire, grâce à son savoir naturel, aurait pensé que la jeune fille servait Dieu. Ne disait-elle pas : « … Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-haut, et ils vous annoncent la voie du salut ». Actes 16 : 17

    Ce qu’elle disait était bien vrai, mais elle parlait sous l’influence de l’ennemi. Ceci pouvait paraître une bonne publicité gratuite et efficace, mais l’apôtre Paul, rempli de l’Esprit Saint, sut qu’un esprit de divination parlait par la bouche de la servante. L’Esprit de Dieu s’étant adressé à l’esprit de Python, Il lui dit : « … Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle. Et il sortit à l’heure même ». Actes 16 : 18

    Remarquons qu’ici, l’apôtre Paul ne se contenta pas de discerner l’esprit de Python, il le chassa. La puissance surnaturelle qui est attribuée au croyant par l’Esprit de Dieu lui permet de chasser les mauvais esprits de la même manière.

    Les incrédules ne possèdent pas ce pouvoir :

    Actes 19 : 13 « Quelques exorcistes juifs ambulants entreprirent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits mauvais le nom du Seigneur Jésus, en disant : je vous adjure par Jésus, celui que Paul prêche ! 14 Ceux qui agissaient ainsi étaient sept fils d’un certain Scéva, un des principaux sacrificateurs juifs. 15 L’esprit mauvais leur répondit : Je connais Jésus et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ? 16 Et l’homme dans lequel était l’esprit mauvais s’élança sur eux, les maîtrisa les uns et les autres, avec une telle force qu’ils s’enfuirent de cette maison, nus et blessés. 17 Cela fut connu de tous, Juifs et Grecs, qui habitaient Ephèse ; la crainte s’empara d’eux tous, et le nom du Seigneur Jésus fut exalté ».

    L’un des efforts des esprits méchants consiste à pousser les disciples de Christ à accepter de faux enseignements. Le don discernement des esprits rend le chrétien capable de reconnaître ce qu’est l’enseignement et la révélation de l’Esprit Saint et ce qu’est l’enseignement et la révélation de l’esprit de ténèbre :

    1 Jean 2 : 26 « Je vous ai écrit ceci au sujet de ceux qui vous séduisent. 27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, qu’elle est véritable et qu’elle n’est pas un mensonge, demeurez en lui comme elle vous l’a enseigné ».

    Apprenons à écouter avec soin la voix de l’Esprit de Dieu qui s’exprime déjà à travers l’Ecriture Sainte, mais aussi à travers la personne, la nature, les vertus et les attributs de Jésus-Christ.L’Esprit Saint nous permettra de discerner ceux qui s’efforcent de nous enseigner des erreurs. Dès le premier siècle des esprits séducteurs introduisaient dans les Assemblées un faux évangile et un faux Christ.

    A partir du IIIe siècle, la théologie chrétienne commença à être fortement influencée par la philosophie grecque. Puis, au IVe siècle, l’Assemblée d’Elohîm se laissa envahir par le paganisme, les superstitions et l’idolâtrie. La séduction des philosophies humanistes, existentialiste, marxiste et le nouvel empirisme mettent l’autorité de l’expérience personnelle au-dessus de l’autorité de la Bible. Matthieu 7 : 15-23

    But de ce don. Le but du discernement des esprits est principalement la protection du Corps de Christ. Il le protège lorsque des esprits d’égarement cherchent à lui faire du tort ou à créer la division en son sein.

    La foi dépasse, certes, la raison, mais elle ne l’outrage pas, elle l’éclaire. Ce don permet d’éviter l’erreur dommageable de voir des démons partout, ou de ne pas les voir là où ils sont réellement ! Ce don rend celui qui l’a, capable de voir au travers des apparences extérieures, et de connaître la vraie nature de l’inspiration.

    Ce don ne consiste pas à : discerner entre le bien et le mal. Tout chrétien tendant vers la maturité de Christ en a la possibilité : Hébreux 5 : 14 « Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux qui, par l’usage, ont le sens exercé au discernement du bien et du mal ».Discerner entre la vérité et l’erreur. Cette capacité appartient à tout homme spirituel :

    1 Corinthiens 2 : 15 « L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne ». 1 Jean 4 : 6 « Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : c’est par là que nous reconnaissons l’Esprit de vérité et l’esprit de l’erreur ».

    Discerner entre ce qui est de la chair et ce qui est de l’esprit. Celui qui est rempli de l’Esprit Saint discerne aisément la différence entre une manifestation spirituelle et une manifestation charnelle ou psychique. En outre, il importe de discerner si ce qui est dit est conforme ou non à l’enseignement biblique :

    1 Corinthiens 3 : 1 « Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à de petits enfants en Christ… 3 En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et de la discorde, n’êtes-vous pas charnels et ne marchez-vous pas d’une manière tout humaine ? »

    Dévoiler les secrets des cœurs. La révélation des pensées de l’homme se fait par voie prophétique :

    1 Corinthiens 14 : 24 « Mais si tous prophétisent, et qu’il survienne quelque non-croyant ou un simple auditeur, il est convaincu par tous, il est jugé par tous ; 25 les secrets de son cœur sont dévoilés. Alors, tombant sur la face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous ».

    Il ne s’agit donc pas d’investigation psychologique, d’une mise à nu des fautes ou des défauts. Il s’agit bien du don de « discernement des esprits ». Ce n’est pas le discernement des caractères, ni des pensées ou des cœurs, mais des esprits. L’Esprit Saint respecte notre vie privée. Toutefois, après un temps de patience, il peut par le don de la « parole de connaissance » révéler s’il le juge bon et nécessaire une mauvaise attitude de cœur ou un péché caché ou un mauvais comportement…

    Au-delà de toutes ces considérations, le don de discernement des esprits met le Corps de Christ à l’abri des faux enseignements. Une telle protection rend l’édification du Corps de Christ possible. Smith Wigglesworth a dit : « Si tu as assez d’onction pour discerner le mauvais esprit, tu as aussi assez de puissance pour le chasser ».

    Quelques questions relatives sur le discernement des esprits. Ce don est-il fiable à 100% ?

    Les dons de l’Esprit Saint sont purs, efficaces et fiables à 100%, mais les canaux par lesquels ils passent sont à divers degrés de soumission, de sanctification et de consécration.Pouvons-nous prier spécialement pour avoir le don de discernement des esprits ?

    Nous sommes exhortés à rechercher ardemment les dons les meilleurs et nous pouvons être assurés que l’Esprit Saint qui « opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ». 1 Corinthiens 12 : 11, accordera ceux qui se montreront les plus utiles dans Son service. Le don discernement des esprits est, cependant, un don remarquable puisqu’il donne une révélation sur le domaine spirituel qui nous entoure, ouvrant notre entendement à la compréhension des manifestations spirituelles sur lesquelles, naturellement, nous ne pouvons avoir une juste compréhension.

    Le télescope révèle les galaxies de l’espace et le microscope les mystères de l’imperceptible à l’œil nu ; le discernement des esprits seul peut nous introduire dans le monde spirituel :

    Luc 10 : 17 « Les soixante-dix revinrent avec joie et dirent : Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. 18 Il leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. 19 Voici : je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire. 20 Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscris dans les cieux ».

    1 Jean 4 : 1 « Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, (pour savoir) s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. 2 Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus, n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antichrist, dont vous avez appris qu’il vient, et qui maintenant est déjà dans le monde.4 Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous avez vaincu les faux prophètes, car celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde ».

  11. Il y a le Père et le Fils….Dieu n’a pas eu besoin d’une déesse pour engendrer son Fils …unique.
    Quand Dieu dit « faisons l’homme à notre image »:ils sont deux…le Père et le Fils.
    Car pour toutes ses creations,il est écrit:Dieu dit » »Que la terre produise…. » ou encor Dieu dit: »qu’il y ait une étendue » et puis Dieu fît l’étendue!
    Pour l’homme subitement, il dit »FAISONS l’homme à mon image? »
    Non,il a dit « faisons l’homme à …NOTRE image. »
    Ils sont donc deux….
    Or Dieu est Esprit :Quand c’est Dieu qui fait ou quand c’est le « NOus »(faisons…) qui agît ?Une fois c’est l’un et une autre fois c’est …les deux,ayant un même esprit:L’esprit Saint…
    Car c’est par la puissance de son Esprit que tout a été fait….Le Père et le Fils sont d’un même Esprit!Voilà pourquoi jean dit que Christ est Dieu.
    Voilà pour quoi Paul bénit dans ses lettres au nom des deux: »Ephesiens 1:2: »Que Dieu notre Père et le Seigneur Jésus -Christ vous accordent la grâce et la paix! »
    Comment ?Par la puissance de leur Esprit….commun,l’Esprit Saint.
    Il lui aurait été facile de citer les trois,non?
    ———-
    Dans l’homme,il y a trois parties…
    1.l’esprit(coeur profond)mort par le PECHE hérité de par la faute d’Adam.
    2.Il a une âme(beaucoup mettent l’esprit et l’âme ensemble, quoique Dieu est seul capable de les séparer par l’Epée de l’Esprit)(voir en Galates):Si l’esprit est proche de l’âme,Dieu la sépare….comme on sépare la moëlle des os.)
    Cette âme est principalement (intelligence-volonté et émotion).
    3.Puis vient le corps,l’enveloppe….
    Comme dans un oeuf :il y a le jaune,le blanc de l’oeuf et la coquille….Où se trouve le germe de vie lorsque cet oeuf a été fécondé?
    Dans la coquille?Dans le blanc?Non,dans le jaune….c’est l’esprit.
    De même ,Il y a « vie nouvelle  » parce que l’esprit mort au PECHE est régénéré…vivant,il est devenu un esprit nouveau(nouvelle naissance)!Un esprit vivant comme l’avait reçu Adam.
    Car quand Dieu dit « faisons l’homme à notre image »,ce n’est pas pour autant que Dieu est comme l’homme ,ni que les deux,sont comme l’homme…
    L’homme a été fait à l’image des deux,en recevant …un esprit!
    Chose que le reste de la création entière n’a pas reçu.
    Effectivement un animal a un corps,mais aussi une âmequi est (simplifiée):en effet ,un chien a de la volonté,une certaine intelligence et aussi des émotions.Mais il n’a pas d’esprit comme l’homme…
    C’est par cet esprit qui était vivant qu’Adam communiquait avec Dieu….Plus tard,le PECHE étant entré en lui(en son esprit d’abord)il fût « séparé » de Dieu etrejeté hors d’Eden.

    La bonne nouvelle consiste donc à nous indiquer comment et par qui ,retrouver cet état du premier jour…Jesus-Christ.
    Une fois purifié et régénéré,Dieu dans sa sagesse a permis que nous soyons habités par son Esprit.
    Chose que n’a jamais connue Adam…
    Mais comme nous sommes dans le monde des ténèbres,Dieu nous a fait part de son ESprit(le sceau de Dieu).
    L’arrivée de cet ESprit(le consolateur)est toujours connue de celui qui le reçoit;soit auditivement,visuellement etc…de toute façon ,d’une manière « surnaturelle « ….Le N.T regorge de ces détails particuliers et différents,sortant du commun!

    ————-
    Les dons et le fruit de l’Esprit…
    Un don est une grâce à la fois pour soi,mais plus souvent pour l’Eglise…
    Tous proviennent uniquement de l’ESprit qui habite en nous.
    C’est en agissant par notre esprit régénéré qu’il nous instruit ,dirige ou nous commande…et nous fait ses grâces…..parfois même pour mettre plus d’honneur à celui qui en manque parmi le corps de Christ!
    Dans les dons spirituels ,Paul dit que nul ne peut dire: » Jésus est le Seigneur,si ce n’est par le Saint Esprit. »
    Ce qui explique les nombreuses fausses prophéties ou toutes autres actions ….vaines et stériles de la chair »,soi-disant au nom du Seigneur!Car n’importe quel humain est capable de dire: »jésus est le seigneur! »Inconverti compris…
    Le fruit de l’Esprit c’est le résultat progressif de la vie de l’Esprit en notre esprit régénéré:puisqu’il s’agit de .. ».vie »,d’un état vivant de celui qui est en nous-mêmes!
    Il est dons impossible de démonter une grande douceur » spirituelle » et de ne pas démontrer la même quantité de sagesse,de paix profonde ou de maîtrise de soi… Il sagit d’une vie entière ….en progression.
    certes,ce fruit grandit au vu de notre communion avec Christ et chacun en démontre sur son propre chemin ,un degré différent….un degré d e l’ensemble!Ce n’est pas sans raison que Paul dit: »LE fruit de l’Esprit …au singulier.

    Cordialement.

  12. La parole nous parle du « consolateur » ou du paraclet ce qui est la même chose, de l’onction et des differents symboles le reprensentant, voici donc ce que je lis dans la bible!.

    LE CONSOLATEUR
    Jean 15:26 consolateur en grec paraclet veut dire « appelé à côté de » c’est à dire un aide, un défenseur, un soutien, un avocat (note de La Colombe)
    Jean 14:16 « un autre consolateur » il est évident que Jésus est le Paraclet par excellence. 1 Jean 2:1 Jésus est présenté lui aussi comme le paraclet pour nous défendre auprès du Père lorsque nous avons péché

    L’HUILE

    Exode 30:30 Par l’huile d’onction, représentant le Saint Esprit, toute personne était ainsi consacrée au service de Dieu, et même tous les objets. Sans cette onction, on ne pouvait pas servir Dieu.

    1 Sam 16:13 L’onction avait fait du berger David un roi pour IsraëlL’onction était appliquée aux rois, aux sacrificateurs et aux prophètes.

    1 Jean 2:27 L’onction reçue fait de nous une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple racheté afin d’annoncer les vertus de Jésus 1 Pie 2:9

    La seule lumière dans le tabernacle venait du chandelier à 7 branches alimenté uniquement par l’huile la seule lumière qui peut nous éclairer sur le royaume de Dieu est le Saint EspritDans la parabole des vierges, l’huile est non seulement indispensable, mais aussi irremplaçable pour la préparation à l’avènement du Seigneur.

    L’huile est un lubrifiant qui permet un bon fonctionnement et évite l’usure. Sans l’huile de l’Esprit, le chrétien se fatigue et il a du mal à travailler dans la communion des frères et dans la paix.

    L’EAU

    Jean 7:37,38 sans eau notre corps perd ses forces et meurt.
    L’eau, c’est la vie! Notre corps est formé d’eau à plus de 60% c’est le seul corps liquide indispensable à la vie 1 Cor 12: 13

    L’eau sert aussi à nous rendre propres Tite 3:5 Un rôle important du Saint Esprit est de nous rendre pur devant Dieu et Il travaille à nous convaincre de nos impuretés pour nous amener à une repentance purificatrice

    LA PLUIE

    Ps 72:6-7 Osée 6: 3 Sans la pluie, la terre ne peut être cultivée et sans elle, aucun fruit, aucune récolte, c’est la famine et la mort (la famine et la prière d’Elie pour la pluie)

    Joël 2:23-24 En Israël, la 1ère pluie à l’automne pour labourer, la 2ème de pluie au printemps pour préparer la récolte. Prophétie reprise par Pierre à la Pentecôte.

    Notre génération vit l’effusion de la Pentecôte avant la moisson de Son Retour Jacq 5:7 la pluie est liée à l’avènement du Seigneur. Le réveil de la Pentecôte continue de s’étendre.

    LE VENT

    Jean 3:8 Le vent, c’est de l’air en mouvement : l’Esprit, c’est Dieu en action

    Le vent souffle des hautes pressions vers les basses pressions : l’Esprit souffle vers les basses pressions du péché, de la maladie, du désespoir

    Personne ne peut contrôler le vent : personne ne peut maîtriser l’action de l’Esprit

    Le vent a une force colossale pour pousser les navires… l’Evangile avance grâce au vent de l’Esprit.

    LE FEU

    Actes 2:3 Math 3:11

    Le feu signale la présence de Dieu : le buisson ardent, le feu sur l’autel d’Elie

    Le feu est purificateur Héb 12:29 le Saint Esprit consume le péché en nous
    Le feu réchauffe et communique un zèle surnaturel. Le manque du Saint Esprit nous rend tiède Apoc 3:15,18 ceux qui sont bouillants ont le feu de l’Esprit.

    Toute énergie est basée sur le feu, la chaleur (voitures, avions, moteurs…) le Saint Esprit est une énergie pour faire avancer le peuple de Dieu

    LE VIN
    Ephés 5:18 à 21 Actes 2: 13

    Le vin prend progressivement le contrôle de la personne ainsi veut le faire le Saint Esprit. Le vin rend joyeux et fait oublier les soucis …pour un temps puis amène-les troubles. L’Esprit communique la joie et enlève nos soucis. Le vin donne de l’audace, ainsi l’Esprit nous pousse à parler du Seigneur.

    LA COLOMBE

    Jean 1:32 La colombe est le symbole de la paix et de l’espoir depuis Gen 8:10 à 12 Noé savait par la colombe que le jugement de Dieu était terminé et qu’une nouvelle alliance commençait. L’Esprit ne peut venir habiter dans un coeur sous le jugement de Dieu

    La colombe comme l’Esprit est douce et pure, ne faisant de mal à personne.
    Le but de la venue de l’Esprit : Luc 4:18,19
    La colombe est vite effarouchée :
    la prière de David Ps 51:13 l’Esprit se retire à cause de nos impuretés…
    LE SCEAU et LES ARRHES
    Eph 1:13 et 2 Cor 1:21-22 sa présence en nous : la garantie d’être à Jésus Christ. Toutes des descriptions ne font de l’esprit saint une force ou toutes autres interpretations chere a certains internautes.

  13. No9 et 10:réponse:
    Si vous ne vous eussiez point appelé »Magalousteph »,vous auriez porter allègrement et à juste titre le nom de « LONGUEUR »…..
    Décidément quoique vous vous en défendiez,la « chair » vous dirige…
    Je ne répondrai donc pas au no9 et 10,hors de cette rubrique ,en plus!

  14. Cher magalousteph….
    Lorsque vous publiez votre littérature biblique et que vous nous faites part d’une grande connaissance:vous seriez obligeant d’en préciser vos sources …..(.Tels écrits ou livres de tels pasteurs Pentecôtiste…par exemple!)
    Cela éviterait de croire que vous en êtes la source « illuminée ».
    Il y a cependant une chose qui me dérange:d’abord ,tous ne parlent pas en langues….même à la Pentecôte!
    L’interprétation n’est pas l’égale de la prophétie….
    Le discernement n’est pas l’explication d’un comportement…
    Il serait bon que l’auteur dont vous n’avez pas cité le nom,aille visiter les instituts de démence,les asiles ou encore qu’il s’approche de gens à qui on attribue « médicalement » des noms sophistiqués …(comme à ceux qui se déchirent les chairs ,se meurtrissent etc…)!
    On verrait alors l’usage du discernement des esprits,pour autant que Dieu se manifeste….en eux!
    Dans les églises,beaucoup soi-disant pratiquent un charisme,mais c’est souvent par leur propre » chair ».Non point que ce soit prémédité,mais plus souvent par émotion.
    Comme vous dites Magalousteph: »La réponse est semblable à celle que nous avons déjà exprimée en parlant des autres charismes spirituels. A toi, mon ami, comme a ceux qui nous lisent ,je leur repondrai:
    Vous sentirez une impulsion en votre esprit ; quelque chose de profond se mettra en mouvement dans votre être intérieur alors que vous aurez entendu un autre croyant parler en langue etrangere ou inconnue , à ce moment-là, exprimer clairement ce que l’Esprit Saint vous inspirera. »

    Je dirai plus simplement qu’en ce concerne l’influence du Saint Esprit :D’abord il faut être remplis du Saint Esprit et donc être en communion avec Lui(notre esprit est toute « ouie » avec le SIEN).
    Il vient alors du plus profond de nous ,des vibrations ,des ondes qui passent parle canl de la moëlle épinière et qui montent jusqu’au bulbe(derrière la tête).C’est là que ce fait la transmission surnaturelle à notre intellect…
    Je résumerais cela en disant plus simplement que :C’est comme « une bulle » d’amour ,de connaissance, de révélation de Dieu qui surgît des profondeur de l’étang de notre coeur reposé et éclate à sa surface.
    L’importance est dans le mot « reposé »,car celui qui s’attend ou qui cherche….n’aura de réponse qu’en sa « chair »,d’o^ù les fausses interprétations,prophéties et toutes actions que l’on justifie à tort comme étant de l’Esprit.
    Ce n’est pas sans raison que l’apôtre Paul débute son chapitre sur les dons spirituels par ceci:
    1Corinth12:1à3: »12.1
    Pour ce qui concerne les dons spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance.
    12.2
    Vous savez que, lorsque vous étiez païens, vous vous laissiez entraîner vers les idoles muettes, selon que vous étiez conduits.
    12.3
    C’est pourquoi je vous déclare que nul, s’il parle par l’Esprit de Dieu, ne dit: Jésus est anathème! et que nul ne peut dire: Jésus est le Seigneur! si ce n’est par le Saint Esprit. « !
    C’est très clair…..
    Il y a ceux qui connaissent en partie ce qu’ils ont entendu ou lu d’autrui et qui font par t de leur »grande connaissance » et puis il y a ceux qui pratiquent ou ont pratiqué ….en toute simplicité ,ce qui ne s’explique guère mais qui se recoit « intuitivement ».
    Car pourquoi Paul,un mec bien différent de nous,n’explique pas ou n’explicite pas avec montagne de phrases et de mots son chapitre sur les dons spirituels?
    Pourquoi à votre avis….?

  15. Serais tu un adepte de Branham qui a éte jusqu’à enseigner:

     » Vous pouvez être justifié sans être sanctifié. Vous pouvez être sanctifié sans avoir reçu le Saint-Esprit. »
    W. M. Branham, La Parole parlée, S1, #4, Le messager du temps de la fin, p.6
    Et si je suis ton raisonnement lorsque tu me parle du saint esprit precise si c’est celui du pere ou celui du fils! puisque our toi il n’y a pas trois personnes divinde mais deux. Tu vois les TJ eu pretendent qu’il n’y a qu’un seul dieu « Tout puissant », jésus , lui ne serait que  » puissant » c’est ce qu’on appel le paradoxe , longuement debattu, sur l’omnipotence de Dieu, est il cappable par sa toute puissance de reduire ses capacites d’action et d’intervention.

  16. Blaise Pascal écrivait : « Personne n’est fort s’il n’a, dans le caractère, des antithèses solidement implantées. »
    En d’autres termes, la force de cette personne résultera d’un équilibre entre tendances, qualités et contrôle de soi.

    La détermination est un bien. Chez certains, elle peut devenir de l’obstination, de l’entêtement, et cela, c’est mal.

    L’enthousiasme, qui est parfait, pourra devenir fanatisme.
    Le zèle peut devenir hystérie, l’intégrité se faire impitoyable… La vigilance, rigidité. L’art de vivre consiste à trouver l’équilibre… et à le garder !

    John Stoot a dit : « Il semble que le diable n’affectionne pas un meilleur passe-temps que de faire perdre aux chrétiens leur équilibre. »
    Martin Luther King a même poussé jusqu’à dire : « Il y a des chrétiens qui sont comme un ivrogne montant sur un cheval : il prend son élan d’un côté et atterrit de l’autre. »

    Notre équilibre commence par le rythme que nous donnons à notre âme. S’il y a perturbation parce que nous exagérons sur de bonnes choses et en laissons d’autres dans l’ombre, la croissance spirituelle sera bancale.
    Nous devons avoir un seul critère : Jésus.
    Il sut être tour à tour militant et passif, tendre et terrible ; il a aimé le monde et y a renoncé ; il fut un homme de prière et un homme d’action ; il a pu lui-même affirmer : « Je suis » et renoncer à lui-même…

    Soyons équilibrés, tant dans notre vie spirituelle que dans notre existence « charnelle » !
    Demandons à notre Père les qualités nécessaires pour que nous soyons « remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle (Colossiens 1/9) ».
    D’ailleurs, pour nous éviter toute chute résultant d’un quelconque déséquilibre, Dieu nous a donné une indication : « Entrez par la porte étroite […] resserré est le chemin qui mène à la vie. (Matthieu 7/13-14) ».

    J. H.

  17. no18 reponse…
    L’équilibre est donné par l’Esprit .
    C’est le fruit de sa vie en nous:non de l’âme….C’es l’esprit régénéré qui par sa communion avec le saint Esprit qui l’habite qui influe sur la « chair »(âme et corps),qui la bride et doit la conduire….comme le mors chez le cheval!Comme le gouverail du bateau…
    Dieu est équilibre et harmonie;mais il n’empêche qu’à certains moments Dieu manifeste « colère » et »sévérité ».
    Jésus dans le temple chasse les vendeurs et Etienne sur la fin de son discours aux pharisiens qui l’interrogent ,prend un tout autre ton et dira:Actes: »7.51
    Hommes au cou raide, incirconcis de coeur et d’oreilles! vous vous opposez toujours au Saint Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi.
    7.52
    Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils pas persécuté? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers,
    7.53
    vous qui avez reçu la loi d’après des commandements d’anges, et qui ne l’avez point gardée!… »
    Et c’est alors et pour ces dernières phrases, qu’ils grincèrent des dents et le lapidèrent!

    L’équilibre et la vraie sagesse ne provient pas de l’âme mais du centre »vivant » de l’homme,son esprit régénéré uni au Seigneur. »L’ESprit étant le Seigneur »,dit Paul….

  18. Pour répondre aussi a notre ami Maumau, ma seule illumination, c’est le seigneur. Il est vrai que je ne suis qu’un humble croyant, qui a encore beaucoup à apprendre. Mes connaissances, je les ai acquises en me référant a mes illustres devanciers que se soit sur le plan exégétique, patristiques, apologétique, philologique, philosophique etc.
    La sommes de mes recherches étant assez éclectiques, mes notes trop nombreuses, je ne puis toujours me souvenir de tous les auteurs qui m’ont servit de référence, c’est pourquoi, je ne les cite pas dans la plus part des cas, non pas que je suis présomptueux mais c’est aussi parce que par ce que la liste exhaustive étant trop longue. Mais des que cela serra possible, je n’hésiterais pas a le faire.
    En outre, en ce qui concerne, les hôpitaux psychiatriques, pour des raisons personnels, et de dépressions, j’ai le, être moi même, hospitalisé, je connais donc le milieu particulier de ce genre d’établissement ainsi que les gens qui y sont soigné.
    Tu parles aussi souvent de la chair des autres, mais, il me semble sans vouloir être infatué, que de ce coté là, tu n’as rien envié à ceux dont tu fais le reproche d’agir selon la chair et non selon l’esprit.
    En parlant d’esprit, j’aimerais savoir, puisque tu as une perception bien particulière de comprendre la parole concernant ce sujet, auquel, selon toi, fais-tu référence : A celui du fils ou du père ? Lequel des deux agit en toi ? Il est possible que les deux agissent simultanément, ce qui risque de créer un trouble chez toi et c’est pour cela, qu’il me semble constater, ou percevoir une certaine désorientation. Cesse de faire le polémiste, ou le casuiste avec cet esprit belliqueux et belliciste, que souhaites-tu prouver ? Comme diraient les jeunes, qu’est ce qui te fait « kiffer » ?
    Le plaisir de la contradiction, ou la recherche de la propagation de l’évangile de la grâce et du salut ? Tu critique sans cesse les autres mais toi, la chair ne t’étouffe pas !
    Soit un peu plus humble et vit ce que tu prêche, ais donc un peu plus de compassion au lieu de toujours récriminer et asséner des admonestations tel ces moines fanatiques du moyen age ou ces talmudim légalistes qui s’insurgeaient et se courrouçaient chaque fois que jésus leur démontrait leur erreurs dogmatique ou leur fatuité et leur despotisme..Par ailleurs si tu t’étais trouvé dans la meme situation que moi, durant mon enfance, de toujours prouver que nous étions égaux et identiques aux autres qui nous reprochaient nos origines et de venir « voler le pain des français » tu aurais, toi aussi, été contraint de devoir t’élever et de t’instruire pour ne pas sombrer et être rejeté de la société tel qu’elle était a cette époque et qui refusait de t’accorder le moindre credit intellectuel, social ou professionnel..

  19. « Blaise Pascal écrivait : « Personne n’est fort s’il n’a, dans le caractère, des antithèses solidement implantées. »
    En d’autres termes, la force de cette personne résultera d’un équilibre entre tendances, qualités et contrôle de soi. »
    ————
    Plaise à Pascal de dire: »Que les antithèses solidement implantées rendent ….fort. »
    Plaisa à vous de dire: »De même que la force vient de l’équilibre de ses tendances,de ses qualités et d’un contrôle de soi. »….
    Il est écrit que la force ou la puissance ne peut pas provenir de la chair,mais uniquement de par l’Esprit de Dieu!

    Ce n’est pas pour rien que le fruit de l’Esprit démontre « la maîtrise de soi »…..
    Lorsque le zèle est puissant,certains
    l’appelle « hystérie »….cependant,on peut lire en Jean2:13à17 des choses étonnantes…..
    Personne n’aime en sa chair d’être repris….et alors,on appelle hystérie pour zèle ou encore obstination et entêtement pour détermination ou devoir!
    Ou encore « fanatisme » pour enthousiasme ou amour de Christ,la vérité!

  20. « On refusa de l’accueillir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem »

    Evangile de Luc 9,51-56.

    Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue.
    Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? »
    Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.

    Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone (Afrique du Nord) a ecrit dans son Sermon sur le psaume 64 (trad. cf En Calcat): Il y a deux cités ; l’une s’appelle Babylone, l’autre Jérusalem.
    Le nom de Babylone signifie « confusion » ; Jérusalem signifie « vision de paix ».
    Regardez bien la cité de confusion pour mieux connaître la vision de paix ; supportez la première, aspirez à la seconde.

    Qu’est-ce qui permet de distinguer ces deux cités ?
    Pouvons-nous dès a présent les séparer l’une de l’autre ?
    Elles sont emmêlées l’une dans l’autre et, depuis l’aube du genre humain, s’acheminent ainsi vers la fin des temps.
    Jérusalem est née avec Abel, Babylone avec Caïn… Les deux villes matérielles ont été construites plus tard, mais elles représentent symboliquement les deux cités immatérielles dont les origines remontent au commencement des temps et qui doivent durer ici-bas jusqu’à la fin des siècles.
    Le Seigneur alors les séparera, lorsqu’il mettra les uns à sa droite et les autres à sa gauche (Mt 25,33)…
    Mais il y a quelque chose qui distingue, même maintenant, les citoyens de Jérusalem des citoyens de Babylone : ce sont deux amours. L’amour de Dieu fait Jérusalem ; l’amour du monde fait Babylone.
    Demandez-vous qui vous aimez et vous saurez d’où vous êtes.
    Si vous vous trouvez citoyen de Babylone, arrachez de votre vie la convoitise, plantez en vous la charité ; si vous vous trouvez citoyen de Jérusalem, supportez patiemment la captivité, ayez espoir en votre libération .
    En effet, beaucoup de citoyens de notre sainte mère Jérusalem (Ga 4,26) étaient d’abord captifs de Babylone…
    Comment peut s’éveiller en nous l’amour de Jérusalem notre patrie, dont les longueurs de l’exil nous ont fait perdre le souvenir ? C’est le Père lui-même qui, de là-bas, nous écrit et rallume en nous par ses lettres, qui sont les Saintes Ecritures, la nostalgie du retour.
    Mon cher Maumau, je t’encourage a suivre ses enseignements qui sont plein de sagesse et si tu en manque demande au seigneur qui plein de compassion pour toi n’hesitera pas a acceder a ta requête..
    amicalement louis

  21. Mon ammi mau mau, cesse de t’elever avec vehemence contre tous ceux qui n’ont pas ton interpretation de la parole et de monter en epigle tout ce que j’ecrits et de transformer mes propos en tordant leur sens
    rûah
    Grec : pneuma (cf. pneumonie)
    Latin : spiritus (cf. spirituel)
    Le problème c’est que pour moi, l’esprit saint est indépendant de l’esprit de jésus ou celui du père.
    Petit rappel sur ce qu’est l’esprit saint a mon sens et si je m’en réfère a l’ecriture:Que ce soit en grec ou en hébreu, le mot désigne à l’origine l’air, l’atmosphère, le vent.
    C’est un élément essentiel à la vie sur terre. Comme Jésus disait à Nicodème, c’est une réalité invisible et impalpable dont on ne peut percevoir que les effets: le soulèvement de la poussière du sol, le bruissement des branches d’un arbre, les vagues sur l’eau, la violence de la tempête, etc.
    Selon des images anciennes, on décrit le vent comme le souffle qui sort des narines de Yahweh, qui plane sur les eaux avant la création, qui assèche la mer pour que les Hébreux échappent aux Égyptiens, qui se fait brise légère pour Élie.
    Le mot hebru “ruah” désigne également la respiration de l’être vivant, son souffle vital qui fait de lui un être animé.
    Pour les Hébreux, la ruah est principe de vie, tant pour l’homme que pour les animaux.
    On la retrouve souvent en parallèle avec l’haleine.
    Rappelons-nous le récit de création d’Adam: Dieu insuffle une haleine de vie dans le tas de poussière qu’il avait modelé et Adam devient un être vivant (Genèse 2, 7).
    L’être humain vit tant que le souffle de vie est dans ses narines.
    À la mort, la chair retourne à la poussière tandis que le souffle de vie retourne à Dieu.
    Puisque les émotions, telles la peur, la colère, la joie, ou la fierté, ont une influence sur le rythme de la respiration, on considère que l’esprit est le siège des sentiments et des pensées, tout comme le coeur et l’âme.
    On dira par exemple que le mélancolique a la ruah pesante. On peut alors affirmer que la ruah est l’expression de la conscience humaine.
    La formule « remettre son esprit entre les mains de Dieu » signifie non seulement rendre son dernier souffle mais aussi remettre à Dieu son unique richesse, son être même. Son Sois! N’est pas étrange cette similitude avec ‘l’essence divine” ce qu’a voulu Dieu que Moise retranscrive, lorsqu’il lui demande son nom. Je suis! Le Vivant! L’eternel présent!
    Dans le Nouveau Testament, on retrouve le sens de l’esprit comme souffle vital.
    Mais on y voit une tendance, probablement sous l’influence de la pensée grecque, à lui accorder un sens plus philosophique.
    L’esprit s’oppose à la chair, il subsiste après la mort.
    L’esprit devient une façon de désigner l’être même de la personne humaine.
    Paul, en parlant de l’Écriture, oppose l’esprit et la lettre.
    De prime abord, on pense à une opposition entre une lecture littérale des Écritures et une compréhension en profondeur. Mais il faut aller plus loin.
    Paul songe plutôt à la Loi écrite qui n’est qu’un guide de vie, incapable de sauver en vérité, contrairement à la puissance vivifiante du Christ qui libère et sauve pleinement.
    Enfin quand Jean affirme que Dieu est esprit, il désigne moins le caractère immatériel de Dieu que la Vie qui l’habite en plénitude. C’est reconnaître en somme que Dieu n’est pas une créature mais qu’il est le seul Vivant qui n’a pas reçu la vie parce qu’il la possède en lui-même et la partage avec les êtres humains qu’il appelle à devenir ses fils et ses filles.
    Que nous dit la Bible sur l’esprit…
    le vent qui sort des narines de Yahweh: Exode 15,8; Psaume 18,16; Jean 3,8;
    le souffle vital: Genèse 6,17; Ezéchiel 37,10-14; Psaume 104,29-30; Qohélet 12,7; Psaume 104,29-30; 2 Thessaloniciens 2,8;
    la remise de l’esprit: Psaume 31,6; Luc 23,46;
    l’esprit et la chair: 1 Corinthiens 5,3; Colossiens 2,5;
    désignant l’être humain tout entier: Galates 6,18;
    la subsistance de l’esprit après la mort: Luc 8,55; Actes 7,59; Hébreux 12,23;
    Dieu est esprit: Jean 4,23.
    L’esprit et les sentiments « avoir la ruah pesante » = être mélancolique (1 Samuel 1,15);
    « ne plus avoir de ruah » = être découragé (Josué 2,11);« avoir la ruah amère » = être aigri (Genèse 26,35); « avoir le souffle court, ou le nez court » = être en colère (Exode 6,9);« avoir le souffle haut, ou le nez long » = être patient (Proverbes 14,28);
    « avoir la ruah haute » = être orgueilleux (Proverbes 16,18);
    « avoir la ruah petite » = être humble (Proverbes 29,23);
    « avoir la ruah abattue » = être triste (Proverbes 17,22).
    Mais personne ne peut vivre la vie chrétienne sans son aide, sinon c’est le péché qui nous vaincra Rom 7 24 Rom 8:2 et sans lui, nous vivrons une vie de défaites.
    C’EST L’ESPRIT SAINT QUI DONNE L’ASSURANCE QUE NOUS SOMMES ENFANTS DE DIEU Rom 8:15, 16
    Etre enfant de Dieu signifie que Dieu nous a donné la vie.
    Cela veut dire que nous sommes nés de nouveau, nés par l’action de l’Esprit dans notre vie. .
    Non par un effort personnel, mais par une acceptation de Christ dans notre vie Jean 1:12,13 Gal 4:6
    Trop d’enfants de Dieu se fient à leurs sentiments, au lieu de laisser parler le Saint Esprit.
    Trop de chrétiens sont froids parce qu’ils ne réalisent pas pleinement qu’ils sont enfants de Dieu à part entière.

  22. Le don discernement des esprits à travers le ministère de notre Seigneur Jésus-Christ :
    Jésus fut rempli de l’Esprit Saint avant de commencer son ministère :
    Luc 3 : 21 « Tandis que tout le peuple se faisait baptiser, Jésus fut aussi baptisé ; et, pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit, 22 et l’Esprit Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et il vint une voix du ciel : Tu es mon Fils bien-aimé, objet de mon affection ». Luc 4 : 1 « Jésus, rempli d’Esprit Saint, revint du Jourdain et fut conduit par l’Esprit dans le désert, 2 où il fut tenté par le diable pendant quarante jours… » Luc 4 : 14 « Jésus retourna en Galilée, avec la puissance de l’Esprit, et sa renommée se répandit dans toute la région ». Jean 3 : 34 « Car celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu donne l’Esprit sans mesure ». Isaïe 61 : 1 « L’Esprit de l’Eternel, Dieu, est sur moi, car l’Eternel m’a donné l’onction ».
    Jésus ayant exercé son ministère dans la plénitude de l’Esprit Saint, était donc capable de discerner ce qui venait de son Père, ce qui venait de l’Esprit Saint, ce qui venait de l’homme, ce qui venait des démons…
    1. Jésus discerna le bon esprit qui se trouvait en Nathanaël : Avant de s’adresser à Nathanaël, Jésus savait de quel genre d’esprit cet homme était animé. Lorsque Philippe se présenta devant Jésus, en lui amenant Nathanaël, Jésus déclara au sujet de ce dernier : « Voici vraiment un Israélite dans lequel il n’y a pas de fraude ». Jean 1 : 47
    2. Jésus discerna l’esprit qui animait Pierre, lorsque celui-ci s’opposa à la croix :
    Matthieu 16 : 21-27
    « 23 Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! Tu es pour moi un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes ».
    3. Jésus discerna la pensée de quelques gens religieux suit au pardon des péchés d’un paralytique : Marc 2 : 5-11
    8 « Jésus connut aussitôt par son esprit leurs raisonnements intérieurs et leur dit : Pourquoi faites-vous de tels raisonnements dans vos cœurs ? 9 Qu’est-ce qui est le plus facile, de dire au paralytique : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, prends ton lit et marche ? 10 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : 11 je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison. 12 Et à l’instant, il se leva, prit son lit et sortit en présence de tous… »
    4. Jésus discerna le genre d’esprit mauvais qui animait Jacques et Jean :Luc 9 : 54 « A cette vue, les disciples Jacques et Jean dirent : Seigneur, veux-tu que nous disions au feu de descendre du ciel et de les consumer ? 55 Il se tourna vers eux et les reprit sévèrement, [en disant : Vous ne savez de quel esprit vous êtes (animés). 56 Car le Fils de l’homme est venu non pour perdre les âmes des hommes mais pour les sauver]. Et ils allèrent dans un autre village ».
    5. Jésus discernait l’attitude de tout homme en général :Jean 2 : 23 « Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de la Pâque, plusieurs crurent en son nom, à la vue des miracles qu’il faisait, 24 mais Jésus ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous, 25 et parce qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rende témoignage de quelqu’un ; il savait de lui-même ce qui était dans l’homme ».
    6. Jésus discerna les mauvais esprits qui essayaient de se cacher dans l’homme :Un jour rencontrant une femme qui était infirme depuis 18 ans, Jésus reconnut immédiatement que son problème était lié à un esprit méchant. Celui-ci se gardait bien de parler afin de tenir cette malheureuse courbée en deux.
    S’adressant à la femme, Jésus lui dit : « Femme, tu es délivrée de ton infirmité. 13 Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa et glorifia Elohîm ». Luc 13 : 12-13
    Ce qui nous permet de réaliser que le don du discernement des esprits peut être d’une grande utilité lorsqu’il s’agit de venir en aide à des personnes malades ou infirmes.
    Le discernement des esprits dans l’Assemblée de Dieu du commencement :
    1. L’apôtre Pierre, grâce à l’Esprit Saint, discerna immédiatement de quel esprit étaient animés Ananias et Saphira. Il sut que ces gens-là mentaient à l’Esprit de Dieu :Actes 5 : 3 « Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point de mentir à l’Esprit Saint et de retenir une partie du prix du champ ? »
    Si Satan ne peut tenir les hommes sous la domination d’un méchant, il leur envoie un esprit d’égarement.
    2. Toujours poussé par l’Esprit Saint, l’apôtre Pierre discerna ensuite de quel esprit était animé Simon, l’ex-magicien, Actes 8 : 22 « Repens-toi donc de ta pensée mauvaise, et prie le Seigneur pour que l’intention de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible ; 23 car je vois que tu es en proie à l’amertume du fiel et aux liens de l’injustice ». Puis, il prononça une parole de connaissance. Souvent les dons spirituels œuvrent ensemble.
    3. L’apôtre Paul, grâce au don de discernement des esprit révéla qu’un esprit de divination animait une jeune esclave. Un croyant ordinaire, grâce à son savoir naturel, aurait pensé que la jeune fille servait Dieu. Ne disait-elle pas : « … Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-haut, et ils vous annoncent la voie du salut ». Actes 16 : 17
    Ce qu’elle disait était bien vrai, mais elle parlait sous l’influence de l’ennemi. Ceci pouvait paraître une bonne publicité gratuite et efficace, mais l’apôtre Paul, rempli de l’Esprit Saint, sut qu’un esprit de divination parlait par la bouche de la servante. L’Esprit de Dieu s’étant adressé à l’esprit de Python, Il lui dit : « … Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle. Et il sortit à l’heure même ». Actes 16 : 18
    Remarquons qu’ici, l’apôtre Paul ne se contenta pas de discerner l’esprit de Python, il le chassa. La puissance surnaturelle qui est attribuée au croyant par l’Esprit de Dieu lui permet de chasser les mauvais esprits de la même manière.

  23. Les incrédules ne possèdent pas ce pouvoir :
    Actes 19 : 13 « Quelques exorcistes juifs ambulants entreprirent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits mauvais le nom du Seigneur Jésus, en disant : je vous adjure par Jésus, celui que Paul prêche ! 14 Ceux qui agissaient ainsi étaient sept fils d’un certain Scéva, un des principaux sacrificateurs juifs. 15 L’esprit mauvais leur répondit : Je connais Jésus et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ? 16 Et l’homme dans lequel était l’esprit mauvais s’élança sur eux, les maîtrisa les uns et les autres, avec une telle force qu’ils s’enfuirent de cette maison, nus et blessés. 17 Cela fut connu de tous, Juifs et Grecs, qui habitaient Ephèse ; la crainte s’empara d’eux tous, et le nom du Seigneur Jésus fut exalté ».
    L’un des efforts des esprits méchants consiste à pousser les disciples de Christ à accepter de faux enseignements. Le don discernement des esprits rend le chrétien capable de reconnaître ce qu’est l’enseignement et la révélation de l’Esprit Saint et ce qu’est l’enseignement et la révélation de l’esprit de ténèbre :
    1 Jean 2 : 26 « Je vous ai écrit ceci au sujet de ceux qui vous séduisent. 27 Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, qu’elle est véritable et qu’elle n’est pas un mensonge, demeurez en lui comme elle vous l’a enseigné ».
    Apprenons à écouter avec soin la voix de l’Esprit de Dieu qui s’exprime déjà à travers l’Ecriture Sainte, mais aussi à travers la personne, la nature, les vertus et les attributs de Jésus-Christ.L’Esprit Saint nous permettra de discerner ceux qui s’efforcent de nous enseigner des erreurs. Dès le premier siècle des esprits séducteurs introduisaient dans les Assemblées un faux évangile et un faux Christ.
    A partir du IIIe siècle, la théologie chrétienne commença à être fortement influencée par la philosophie grecque. Puis, au IVe siècle, l’Assemblée d’Elohîm se laissa envahir par le paganisme, les superstitions et l’idolâtrie. La séduction des philosophies humanistes, existentialiste, marxiste et le nouvel empirisme mettent l’autorité de l’expérience personnelle au-dessus de l’autorité de la Bible. Matthieu 7 : 15-23
    But de ce don. Le but du discernement des esprits est principalement la protection du Corps de Christ. Il le protège lorsque des esprits d’égarement cherchent à lui faire du tort ou à créer la division en son sein.
    La foi dépasse, certes, la raison, mais elle ne l’outrage pas, elle l’éclaire. Ce don permet d’éviter l’erreur dommageable de voir des démons partout, ou de ne pas les voir là où ils sont réellement ! Ce don rend celui qui l’a, capable de voir au travers des apparences extérieures, et de connaître la vraie nature de l’inspiration.
    Ce don ne consiste pas à : discerner entre le bien et le mal. Tout chrétien tendant vers la maturité de Christ en a la possibilité : Hébreux 5 : 14 « Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux qui, par l’usage, ont le sens exercé au discernement du bien et du mal ».Discerner entre la vérité et l’erreur. Cette capacité appartient à tout homme spirituel :
    1 Corinthiens 2 : 15 « L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne ». 1 Jean 4 : 6 « Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : c’est par là que nous reconnaissons l’Esprit de vérité et l’esprit de l’erreur ».
    Discerner entre ce qui est de la chair et ce qui est de l’esprit. Celui qui est rempli de l’Esprit Saint discerne aisément la différence entre une manifestation spirituelle et une manifestation charnelle ou psychique. En outre, il importe de discerner si ce qui est dit est conforme ou non à l’enseignement biblique :
    1 Corinthiens 3 : 1 « Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à de petits enfants en Christ… 3 En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et de la discorde, n’êtes-vous pas charnels et ne marchez-vous pas d’une manière tout humaine ? »
    Dévoiler les secrets des cœurs. La révélation des pensées de l’homme se fait par voie prophétique :
    1 Corinthiens 14 : 24 « Mais si tous prophétisent, et qu’il survienne quelque non-croyant ou un simple auditeur, il est convaincu par tous, il est jugé par tous ; 25 les secrets de son cœur sont dévoilés. Alors, tombant sur la face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous ».
    Il ne s’agit donc pas d’investigation psychologique, d’une mise à nu des fautes ou des défauts. Il s’agit bien du don de « discernement des esprits ». Ce n’est pas le discernement des caractères, ni des pensées ou des cœurs, mais des esprits. L’Esprit Saint respecte notre vie privée. Toutefois, après un temps de patience, il peut par le don de la « parole de connaissance » révéler s’il le juge bon et nécessaire une mauvaise attitude de cœur ou un péché caché ou un mauvais comportement…
    Au-delà de toutes ces considérations, le don de discernement des esprits met le Corps de Christ à l’abri des faux enseignements. Une telle protection rend l’édification du Corps de Christ possible. Smith Wigglesworth a dit : « Si tu as assez d’onction pour discerner le mauvais esprit, tu as aussi assez de puissance pour le chasser ».
    Quelques questions relatives sur le discernement des esprits. Ce don est-il fiable à 100% ?
    Les dons de l’Esprit Saint sont purs, efficaces et fiables à 100%, mais les canaux par lesquels ils passent sont à divers degrés de soumission, de sanctification et de consécration.Pouvons-nous prier spécialement pour avoir le don de discernement des esprits ?
    Nous sommes exhortés à rechercher ardemment les dons les meilleurs et nous pouvons être assurés que l’Esprit Saint qui « opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut ». 1 Corinthiens 12 : 11, accordera ceux qui se montreront les plus utiles dans Son service. Le don discernement des esprits est, cependant, un don remarquable puisqu’il donne une révélation sur le domaine spirituel qui nous entoure, ouvrant notre entendement à la compréhension des manifestations spirituelles sur lesquelles, naturellement, nous ne pouvons avoir une juste compréhension.
    Le télescope révèle les galaxies de l’espace et le microscope les mystères de l’imperceptible à l’œil nu ; le discernement des esprits seul peut nous introduire dans le monde spirituel :
    Luc 10 : 17 « Les soixante-dix revinrent avec joie et dirent : Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. 18 Il leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. 19 Voici : je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire. 20 Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscris dans les cieux ».
    1 Jean 4 : 1 « Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, (pour savoir) s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. 2 Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus, n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antichrist, dont vous avez appris qu’il vient, et qui maintenant est déjà dans le monde.4 Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous avez vaincu les faux prophètes, car celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde ».

  24. Mon cher Maumau, tu t’arranges toujours comme tu veux et quelque soit les réponses logiques, bibliques, et spirituelles que l’on peut t’apporter, tu es comme ces chats qui retombent sur leur pattes!
    Il n’y a que tes réponses et tes analyses qui conviennent et qui sont valables.
    Tu es, à L’instar de notre autre ami C .Girard, qui a obstinément décidé comme toi, d’occulter certaines réalités en pretextant que rien ne vient confirmer ses assertions. Jésus lorsqu’il a affirmé qu’il était le ” fils de Dieu” Bn’e Eloah s’est vu poursuivit pour blasphème, et il a du s’enfuir pour ne pas être lapidé.
    Pourtant il ne faisait que rappeler qu’il ètait l’expression physique, spirituel, de ce qui fut annoncée par les prophètes au peuple d’Israel!
    Toi, tu réfute obstinement que l’esprit saint soit une personne distinct de jésus et du père, notre ami Christian, lui , refuse de croire que l’esprit saint soit autre chose que la manifestation d’une force .
    Qui de vous a raison car tout les deux, vous prétendez avec certitude que vous vous appuyez sur les écritures, mais vous le faites sans le concours de l’esprit saint.
    Pourtant l’écriture est très claire et ne souffre d’aucune confusion possible
    Le chapitre 16 de l’Evangile selon Jean est significatif à cet égard.
    Je lis au verset 12 :
    12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
    13
    Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
    Ainsi le Christ annonce aux disciples la venue d’un autre Consolateur, l’Esprit de Vérité, qui les conduira dans toute la vérité.
    Il ne stipule pas a ses disciple qu’il reviendra sous une autre forme, mais qu’il enverra celui qui avait éte annoncé, promis , afin justement qu’il puisse se substituer a jésus durant son absence temporaire, temps qui est mis a disposition pour voir si vraiment les hommes sans la présence de jésus sont capables ,et être a meme de comprendre le sens et la portée de l’oeuvre expiatoire du christ, de l’accepter comme seul et unique sauveur et seigneur de leur vie et de se convertir véritablement non par intérêt mais par conviction.
    Note que jésus en parle comme d’une personne, et non pas simplement comme s’il s’agissait d’une puissance extérieur a lui même, d’une énergie divine impersonnelle.
    Il dit : « Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité ».
    Il est vrai que compte tenu du contexte religieux , culturel et talmudique ou se trouvait jésus et auquel il etait confronté, compte tenu aussi de la résistance de la sphère intello-religieuse de l’inculture du peuple ,il n’etait pas facile pour lui de se faire comprendre par ses contemporains sans s’attirer les foudres du cénacle politico religieux qui dirigeait le peuple dans les moindres détails de leur vie quotidienne , pour ce faire, il a du utiliser une forme d’acculture..La première chose que l’Ecriture nous révèle au sujet de la Trinité, au sujet de Dieu, c’est que Dieu est unique, qu’il n’y a qu’un seul Dieu.
    C’est d’ailleurs là le sens premier du mot  » Eloim en hebreu et « trinité » qui signifie l’unité de trois.
    Il n’y a qu’un seul Dieu, qu’un seul vrai Dieu, qu’une seule et simple essence divine : telle est la première grande affirmation de la Bible.
    Les talmudim, l’avaient eux bien compris et c’est pourquoi, lorsque jésus s’est identifié au père, ce qui signifiait pour eux qu’il etait l’incarnation de Dieu, ils se sont senti dépossédé de leur autorité et pouvoir de suggestion et d’autorité religieuse comme sociopolitique sur le peuple.
    Ailleurs dans l’Ecriture, d’autres traits distinctifs d’une personne, intelligence, volonté, sentiment sont aussi attribués au Saint Esprit.
    En Ephésien 4.30 il est même dit que le Saint-Esprit peut être attristé !
    Les peuples voisins d’Israël croyaient en de multiples divinités, qui étaient de ce fait limitées, et qui partageaient avec les hommes les faiblesses et l’imperfection.
    En contraste avec ceux-ci, c’est en tant que Dieu unique que le Dieu d’Israël s’est révélé à Abraham et à ses descendants, Lui, le seul vrai Dieu, auquel seul sont dues la gloire et l’adoration.
    Cette affirmation de l’unicité de Dieu se retrouve dans la confession de foi par excellence de tout juif pieux, le Shema Israël : « Ecoute, Israël ! L’Eternel, notre Dieu, l’Eternel est un. Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » (Dt 6.4s)
    Ainsi donc, il faut dire que la doctrine de la Trinité n’entend absolument pas remettre en question cette vérité centrale de la foi d’Israël, mais bien au contraire, elle l’atteste, tout en mettant en évidence le fait que ce Dieu unique s’est révélé, s’est fait connaître à nous dans sa révélation comme étant trois Personnes distinctes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, tout en étant un seul Dieu.
    Trois Personnes distinctes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit
    Le chapitre 16 de l’Evangile selon Jean est significatif à cet égard.
    Je lis au verset 12 :
    12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
    13 Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
    Ainsi le Christ annonce aux disciples la venue d’un autre Consolateur, l’Esprit de Vérité, qui les conduira dans toute la vérité.
    Note encore une fois qu’il en parle comme d’une personne, et non pas simplement tel que l’avancent les TJ , comme s’il s’agissait d’une puissance, d’une énergie divine impersonnelle.
    Il dit : « Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité ».
    Ailleurs dans l’Ecriture, d’autres traits distinctifs d’une personne, intelligence, volonté, sentiment sont aussi attribués au Saint Esprit.
    En Ephésien 4.30 il est même dit que le Saint-Esprit peut être attristé !
    « N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de votre rédemption. »
    Il faut noter de même que le mot esprit, en grec, est du neutre, mais que souvent le pronom correspondant est au masculin, tant l’auteur est convaincu que l’Esprit-Saint est une personne (Jn 14.26 ; 15.26 ; 16.13s ; 1 Jn 5.7).
    Dans le texte, le fait qu’il soit nommé le « Consolateur » implique une activité personnelle.
    Au verset 16 Jésus l’appelle « un autre Consolateur », ce qui implique que le Saint-Esprit est un être semblable à Jésus-Christ, dont la personnalité ne peut être niée.
    Qui plus est ce Consolateur, cet Esprit de Vérité est distinct du Père, puisque celui-ci est mentionné au verset suivant que je vous lis :
    15 Tout ce que le Père a est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.
    Notre texte mentionne donc conjointement la présence et l’œuvre du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
    Du Fils il est dit : « Tout ce que le Père a est à moi » : Jésus atteste ainsi son égalité avec le Père.
    L’Evangile selon Jean témoigne avec force et évidence de la divinité du Christ, et ce, dès le chapitre un qui commence ainsi :
    1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
    2 Elle était au commencement avec Dieu.
    3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.
    4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
    Et au verset 14 il est dit, au sujet de cette Parole par qui tout a été créé et qui était au commencement avec Dieu, et qui était Dieu :
    14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
    Au verset 18 nous lisons de même :
    18 Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître
    Un autre texte significatif de l’Evangile selon Jean, c’est :
    Jean 8:58 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis.
    Remarque bien que Jésus ne dit pas : « Avant qu’Abraham fut, j’étais », mais bien « Je suis » !
    Jésus reprend à son compte le nom de Dieu, le tétragramme divin révélé à Moïse au moment de l’Exode, sur la montagne du Sinaï.
    Il affirme ainsi son éternité, sa préexistence, et son égalité avec le Père, avec Dieu.
    Pour ne mentionner qu’un dernier exemple, mais il y en a beaucoup d’autres, il faut ici mesurer le poids, la portée de la confession de foi de l’apôtre Thomas, à qui le Ressuscité est apparu ainsi qu’aux autres disciples, et qui, après avoir douté un moment, s’est écrié en s’adressant au Christ ressuscité :
    Jean 20:28 Mon Seigneur et mon Dieu !
    Thomas reconnaît ici explicitement, et sans retenue aucune, la pleine divinité de son Seigneur, attestée par sa résurrection d’entre les morts.
    « Mon Seigneur et mon Dieu » !
    Et remarquez que Jésus ne lui fait aucun reproche. les TJ ont longuement debattu sur cette phrase qu’ils ont tronqué en alterant par des sophismes le sens gammaticale grec de celle ci.
    Jésus accepte son adoration, parce qu’il est Dieu, et parce qu’il sait bien que Dieu seul peut être l’objet de notre adoration.
    Ainsi donc, nous voyons que l’Evangile de Jean atteste sans aucune ambiguïté, la coexistence éternelle du Père, du Fils et du Saint-Esprit, un seul Dieu en trois Personnes distinctes.
    D’autres textes du Nouveau Testament nous parlent de la relation étroite qui existe entre les trois Personnes de la Trinité.
    En 2 Co 13, v. 4, nous lisons sous la plume de l’apôtre Paul : « Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous » !
    De même, lors du baptême de Jésus, nous lisons que le Saint-Esprit descendit sur lui sous la forme d’une colombe, et qu’une voix fit entendre du ciel ses paroles : « celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » (Mt 3.13ss)
    Dans les toutes dernières paroles de Jésus à ses disciples, juste avant son Ascension, nous voyons que Jésus envoie ses disciples en mission en leur disant : « Aller, faites de toutes les nations des disciples, et baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » (Mt 28.19)
    Le nom unique de Dieu est ainsi partagé également par le Père, le Fils et le Saint-Esprit, parce que les trois sont un, en réalité, un seul et même Dieu, une seule et même essence, tout en étant trois Personnes distinctes.
    Un mot maintenant concernant la Trinité dans l’Ancien Testament.
    Les théologiens ont vu plusieurs allusions trinitaires dans l’Ancien Testament, et notamment aux premiers versets de la Genèse où il est dit : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux » (Gn 1.1-3).
    Le mot utilisé ici pour dire « Dieu » est Elohim, qui est un pluriel, tandis que le verbe qui suit est, lui, au singulier.
    C’est comme si en français nous avions : « Au commencement les dieux créa les cieux et la terre » !
    Dès la première apparition du mot Dieu nous avons un pluriel singulier ou un singulier pluriel Eloim !
    Au verset 3, il est question de même de l’Esprit « Ruah » et non pas de  » nephesh » qui plane au-dessus des eaux, et nous voyons dans les versets qui suivent que Dieu crée par la Parole : « Dieu dit : que la lumière soit ! et la lumière fut » (v. 4) !
    Nous ne pouvons certes pas tirer de cela une doctrine de la Trinité, mais nous constatons que l’idée d’un Dieu qui s’exprime dans une pluralité, dans laquelle sont inclus l’Esprit et la Parole, n’est pas étrangère à l’Ancien Testament.

  25. Les controverses steriles au sujet de la doctrine de la Trinité
    La doctrine chrétienne de la Trinité a été, dans l’histoire de l’Eglise, contestée de deux façons différentes : d’une part par ceux qui ont nié l’existence des trois Personnes (Monarchiens, Unitariens ou Antitrinitaires) ; d’autres part par ceux qui se sont opposés à l’affirmation d’une essence unique (Trithéistes).
    Les uns contestent la distinction des Personnes : l’idée même qu’il y ait trois Personnes distinctes en Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
    Les autres contestent l’unité des trois Personnes de la Trinité : l’idée que le Père, le Fils et le Saint-Esprit aient en commun la même essence divine, sans division ni séparation.
    Pour les premiers -qui nient l’existence des trois Personnes- ce que la Bible désigne par « Père », « Fils » et « Saint-Esprit » ne sont en réalité que les trois modes ou énergies d’une même Personne, d’un seul et même Dieu : le Fils et le Saint-Esprit ne sont que des manifestations différentes du Père.
    Ce courant porte, historiquement, le nom de « modalisme » : les trois Personnes sont conçues comme des « modes », trois manières différentes d’être ou de se révéler de Dieu dans l’histoire.
    Le Père, le Fils et le Saint-Esprit désignent donc, en réalité, dans cette perspective, une seule et même Personne.
    Il n’y a pas trois Personnes en Dieu, mais une seule Personne, qui tantôt se manifeste comme le Père –ce qui est plus particulièrement le cas dans l’AT-, tantôt comme le Fils –dans les Evangiles-, et tantôt comme le Saint-Esprit –en particulier depuis la première Pentecôte chrétienne.
    De-même pour Adoptionistes, auxquels il faut rattacher notamment l’Arianisme combattu au 4ème siècle par Athanase et les Conciles de Nicée (325) et de Constantinople (381), le Fils n’est qu’un simple homme que Dieu a « adopté » au moment de son baptême, et le Saint-Esprit la divine énergie du Père à l’œuvre dans le monde.
    Dans un cas comme dans l’autre, qu’ils soient modalistes ou adoptionistes, les monarchiens ou antitrinitaires nient l’existence de trois Personnes distinctes en Dieu.
    Il s’agit, en fait, toujours de la même Personne.
    Au fond nous n’avons plus ici l’équation 1+1+1=1, comme dans la doctrine chrétienne classique de la Trinité, mais bien 1=1.
    Une Personne, un Dieu.
    Une essence divine, une Personne.
    Et non plus : trois Personnes, un Dieu, une seule et même essence divine.
    Voilà donc pour les antitrinitaires ou unitariens, auxquels se rattachent aujourd’hui l’Islam ou le judaïsme, ou encore les Témoins de Jéhova par exemple, ainsi que, il est vrai, une bonne partie du protestantisme libéral, qui nie la pleine divinité de Jésus-Christ, comme aussi les déistes, tels que Voltaire ou Victor Hugo par exemple.
    Un autre courant contestataire concernant la doctrine classique de la Trinité, c’est donc celui que j’ai intitulé tout à l’heure le « trithéisme » -moins répandu il est vrai dans l’histoire de l’Eglise- qui conteste non plus la diversité des Personnes, mais leur unité, en enseignant l’existence de trois essences divines distinctes.
    L’équation ici se réduit à 1+1+1=3, puisqu’il n’y a plus unité de l’essence, mais bien trois essences séparées, trois dieux.
    Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont en réalité trois Personnes divines distinctes, trois divinités, trois dieux.
    Sont à ranger dans cette catégorie les subordinationistes, qui enseignent que le Fils et le Saint-Esprit sont « Dieu à un degré moindre » que le Père.
    Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont bien trois dieux, trois essences divines distinctes, mais seul le Père est pleinement Dieu, tandis que le Fils et le Saint-Esprit ne le sont qu’à un degré moindre et sont, de ce fait, « subordonnés » au Père.
    Certaines sectes aujourd’hui se réclament plus ou moins directement du trithéisme, comme par exemple les Mormons.
    Alors que penser maintenant de tout cela, et quelles raisons pouvons-nous avoir de maintenir et de confesser la doctrine traditionnelle de l’Eglise concernant la Trinité ?
    Rappelons que contre l’unitarisme d’un côté, qui nie la distinction des Personnes, et contre le trithéisme de l’autre, qui nie leur unité essentielle, la théologie chrétienne classique, celle de l’Eglise des premiers siècles, des Conciles et des divers symboles œcuméniques, enseigne, nous l’avons vu, qu’il y a trois Personnes en une seule essence.
    Contre Arius qui enseignait que Jésus-Christ n’était qu’un simple homme, le Symbole de Nicée affirme que le Fils est « de même substance » que le Père (omoousios = consubstantiel ; et non pas omoiousios = d’une essence semblable au Père, comme le prétendait Arius).
    La seule et même essence est à la fois celle du Père et celle du Fils, et celle du Saint-Esprit, de sorte que le Fils est « Dieu de Dieu » et « vrai Dieu de vrai Dieu ».
    Pour reprendre les propres mots du Réformateur Martin Luther : « Chacune de ces trois Personnes est le Dieu tout entier, hors duquel il n’y a pas d’autres Dieu ».
    Notez bien l’expression : Chacune des Personnes de la Trinité est « Dieu tout entier » (totu Deus).
    Chaque Personne possède toute l’essence divine sans division ni séparation.
    La seule et même essence divine, avec tous ses attributs, appartient également au Père, au Fils et au Saint-Esprit.
    Et c’est pourquoi la formule traditionnelle concernant les relations entra-trinitaires est : « Il faut unir sans confondre et distinguer sans séparer » !
    Sur la base de l’enseignement de la Bible, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont Un sans pour autant être confondus –unir sans confondre- ; de-même ils sont Trois, ils sont donc distincts, sans pour autant être séparés –distinguer sans séparer.
    Comme le disait un Père de l’Eglise : « Je ne puis en concevoir un que trois ne reluisent alentours ! Et je n’en puis discerner trois qu’aussitôt je ne sois réduit à un seul ! » (Grégoire de Naziance)
    « Unir sans confondre, distinguer sans séparer » !
    Quatre remarques maintenant au sujet de cette définition de la Trinité par l’Eglise ancienne.
    1. La première, c’est que contrairement à ce que l’on pourrait penser, les théologiens de l’Eglise ancienne n’ont pas cherché à accommoder leur définition de la Trinité à la pensée grecque de l’époque. En réalité, c’est l’inverse qui s’est produit. En effet, le point de vue d’Arius, avec sa notion hellénistique de l’unité et de la transcendance divine, était beaucoup plus conforme à la pensée des philosophes que celui des Pères.
    Les Grecs, en effet, trouvaient inconcevable l’idée de l’Incarnation et de la passion du Fils de Dieu. Que Dieu devienne homme pour subir la condamnation de la Croix était à leur yeux une folie. En niant la pleine divinité du Christ, Arius abondait dans leur sens, tandis que les décisions doctrinales des conciles allaient précisément à rebours de la pensée grecque.
    2. Ma deuxième remarque c’est que si la formulation des Pères de l’Eglise concernant la doctrine de la Trinité ne saurait en aucun cas s’expliquer par la rencontre du christianisme avec la pensée grecque, comme l’ont prétendus les protestants libéraux, il s’ensuit que c’est pour une tout autre raison, à savoir : l’enseignement de la Bible elle-même. La formulation de la doctrine de la Trinité entend simplement rendre compte d’une réalité qui se trouve bel et bien dans l’Ecriture, réalité qui s’impose sinon à notre raison, à notre compréhension, du moins à notre foi.
    Aucune autre explication n’a jamais mieux rendu compte de l’ensemble des données de l’Ecriture concernant Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, que la doctrine traditionnelle de la Trinité. Le grand Augustin ne disait pas les choses autrement en affirmant : « La nécessité a comme par force arrachée ce mot pour la pauvreté du langage humain en chose si haute : non pas pour exprimer tout ce qui est en Dieu, mais pour ne point taire comment le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont trois. »
    3. Ma troisième remarque, c’est que si la formulation classique de la Trinité ne nous permet effectivement pas de dire logiquement, rationnellement la nature de Dieu, et constitue une entorse à notre raison, elle ne s’inscrit pas moins pour autant dans la logique de la Foi, la logique de l’Ecriture Sainte, qui nous parle d’un Dieu qui est de toutes façons au-dessus de notre portée, un Dieu incompréhensible, mais non pas inconnaissable.
    Le Dieu de la Bible est un Dieu transcendant. Il est le « Tout-Autre », comme le disait Karl Barth, celui qui nous transcende infiniment, qui est au-dessus de notre portée, de notre logique, de notre compréhension. De même Athanase a dit : « Un Dieu compréhensible ne serait pas un Dieu » ! Il ne serait pas, en tout cas, le Dieu de la Bible, qui est incompréhensible.
    A ce titre, la doctrine de la Trinité n’a pas pour but de nous dire tout ce que Dieu est, mais bien plutôt, elle affirme ce que Dieu n’est pas : Dieu n’est pas solitaire, il n’est pas un Dieu impersonnel, ni un Dieu qui aurait besoin de ses créatures pour aimer. Dieu est un être de relation, qui existe en trois Personnes, et qui nous aime parce qu’il est amour de toute éternité, dans sa vie même de Dieu. Dieu se suffit à lui-même, puisqu’il est trine. Il est amour, parce qu’il est relation, parce qu’il est le Dieu trinitaire.
    J’insiste sur ce point : Le Dieu de la Bible n’est pas le Dieu solitaire de l’Islam, mais il est un Dieu de communion, un Dieu de relation, un Dieu qui, parce qu’il est trinitaire, est éternellement amour, car éternellement le Père aime le Fils et le Fils aime le Père, dans la communion du Saint-Esprit. Dieu n’est pas amour parce qu’il nous aime, mais il nous aime parce qu’il est amour, parce qu’il est éternellement amour, en lui-même, parce qu’il est le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et non pas un Dieu solitaire, un Dieu limité qui aurait besoin de ses créatures pour aimer.
    Dans le prolongement de cette troisième remarque, ma quatrième remarque c’est que la doctrine de la Trinité, pour ne pas être pleinement accessible à notre raison, à notre intelligence, à notre compréhension n’en est pas pour autant irrationnelle
    En fait, les théologiens et philosophes chrétiens ont montré que le problème philosophique fondamental de l’un et du multiple trouve son explication ultime et rationnelle dans la réalité du Dieu Trinitaire, qui est éternellement le Dieu UN et TRINE, le Un et le multiple, d’où la réalité tout entière tire son origine et sa signification En fait, les théologiens et philosophes chrétiens ont montré que le problème philosophique fondamental de l’un et du multiple trouve son explication ultime et rationnelle dans la réalité du Dieu Trinitaire, qui est éternellement le Dieu UN et TRINE, le Un et le multiple, d’où la réalité tout entière tire son origine et sa signification

  26. L’existence du Dieu trinitaire révélée dans la Bible apporte le fondement épistémologique nécessaire à toute la pensée philosophique, en dehors duquel aucune cohérence ultime de la réalité ne peut être trouvée.
    je relèverai quatre raisons pour maintenir et confesser aujourd’hui la doctrine chrétienne de la Trinité.
    1. La première raison, c’est que la Trinité implique une certaine façon de comprendre la personne de Jésus-Christ sans laquelle celui-ci ne saurait tarder à être ramené à un simple fondateur de religion, à un homme sage, certes, mais pas plus.
    Tandis que l’Ecriture Sainte, la Bible, et notamment l’Evangile selon Jean, atteste clairement la pleine divinité de Jésus-Christ. Jésus-Christ est vrai Dieu et vrai homme.
    Il est Dieu manifesté en chair.
    Il n’est pas un simple sauveteur, un prophète, comme le prétend le Coran, un homme extrêmement religieux, mais il est Dieu Lui-même, manifesté en chair, Emmanuel, Dieu avec nous.
    Et c’est parce qu’il est Dieu qu’il nous sauve ! Tout au long de la Bible il est dit : il n’y a pas d’autre Sauveur que Dieu ! Dieu seul est Sauveur ! Jésus-Christ est le Dieu qui nous sauve, comme il est celui qui nous révèle le Père. « Nul n’a jamais vu Dieu –nous dit l’Evangile selon Jean-, Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître » (Jn 1.18)
    La deuxième remarques c’est qu’il est essentiel de croire et de confesser la Trinité, notamment face aux religions non-chrétiennes. Le sous-titre de l’affiche le dit bien lorsque parlant de la Trinité elle dit « une doctrine spécifique au christianisme ». Et il est un fait que la Trinité est bel et bien spécifique au christianisme, et même, on peut le dire, elle est au centre, au cœur même de la religion chrétienne.
    Ainsi le Symbole des Apôtres, qui entend dire la Foi universelle des chrétiens, possède une structure trinitaire, dans laquelle il est question tout d’abord du Père : « Je crois en Dieu, le Père tout Puissant, Créateur du ciel et de la terre », et puis du Fils : « Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur », et du Saint-Esprit : « Je crois en l’Esprit Saint ».
    C’est de-même le baptême au nom du Dieu Trinitaire qui marque l’entrée des fidèles dans l’Eglise, comme membre du peuple de l’Alliance.
    La doctrine de la Trinité fait l’unité de toutes les Eglises chrétiennes, alors même qu’elles sont divisées sur beaucoup d’autres points ; elle caractérise la définition proprement chrétienne de Dieu, et permet ainsi de différencier le christianisme de toutes les autres religions.
    La doctrine de la Trinité nous permet ainsi de comprendre en quoi il est erroné de considérer que toutes les religions se valent, ou que toutes adorent et prient le même Dieu. Il ne suffit pas d’être monothéiste pour être disciple du Christ !
    Il convient de croire en la divinité du Christ, et donc au Dieu Trinitaire, en dehors duquel il ne peut s’agir que de tout autre chose que du véritable christianisme, qui est fondamentalement et essentiellement trinitaire !
    Comme l’a dit un théologien récent : « Historiquement et réflexivement, la doctrine trinitaire est le centre de perspective à partir duquel le théologien édifie la dogmatique et vers lequel il revient constamment au cours de ses diverses démarches. Le dogme trinitaire apparaît à la fois comme la pierre angulaire et la clef de voûte de l’édifice théologique, à l’intérieur duquel le théologien poursuit ses investigations relatives à la création, à la réconciliation et à la rédemption. Il est au départ et à l’arrivée au niveau de la réflexion théologique comme il l’est au niveau de l’existence chrétienne vécue. » (Gabriel-Ph. Widmer, « Gloire au Père, au Fils, au Saint-Esprit, Essai sur le dogme trinitaire », Cahier Théologique N° 50, Delachaux et Niestlé, 1963, 74).
    Troisième remarque : la spiritualité dans la Bible, la piété du chrétien est décrite comme devant être une spiritualité trinitaire, c’est-à-dire en relation avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
    Lorsque nous prions, nous nous adressons, selon le modèle du « Notre Père », au Père par l’Esprit, et ce, à cause du Fils, et au nom du Fils, de Jésus-Christ, qui est le seul médiateur entre Dieu et les hommes.
    La Trinité exprime aussi que Dieu est un être de relation, un Dieu de dialogue et de communication, qui nous invite à entrer en relation avec lui, par la prière, de par sa nature trinitaire.
    Quatrième et dernière remarques, le modèle trinitaire nous invite de même à vivre des relations justes et appropriées entre les hommes où la dépendance et l’égalité s’équilibrent.
    C’est ainsi, par exemple, que l’homme est la femme, tout comme les trois Personnes de la Trinité, sont parfaitement égaux au niveau de leur essence, tout en étant différents, distincts, au niveau du rôle qu’ils sont l’un et l’autre appelés à assumer dans le couple, la famille, l’Eglise ou la société en général. Il y a entre l’homme et la femme à la fois égalité et inter-dépendance, unité et diversité, ce qui fait toute la richesse et a beauté de la diversité sexuelle.
    En conclusion, il nous semble que la doctrine chrétienne classique de la Trinité n’a absolument rien perdu de sa fraîcheur et de son actualité, et que rien ne saurait avantageusement la remplacer pour rendre compte du Dieu de la Bible.
    Pour reprendre les propos d’un théologien contemporain : « Au point où nous en sommes de notre réflexion, nous garderons donc la formulation trinitaire aussi longtemps qu’il ne s’en trouvera pas une autre qui rende mieux compte de ce que nous avons compris du Dieu de l’Ecriture. » (Antoine Nouis, Un Catéchisme Protestant, Lyon : Réveil Publications, 1997, p. 185).

  27. no23….
    Magalousteph voulez vous cesser de faire ce genre de remarque: »Mon ammi mau mau, cesse de t’elever avec vehemence contre tous ceux qui n’ont pas ton interpretation de la parole et de monter en epigle tout ce que j’ecrits et de transformer mes propos en tordant leur sens »

    Ce qu’on vous demande c’est de « commenter » l’interprétation d’autrui basés sur des versets bibliques bibliques et non ,de rejeter le tout prétextant « véhémence » de l’autre!
    Examinez vous donc…

  28. no24….
    Magalousteph vous dites:Le discernement des esprits dans l’Assemblée de Dieu du commencement :
    1. L’apôtre Pierre, grâce à l’Esprit Saint, discerna immédiatement de quel esprit étaient animés Ananias et Saphira. Il sut que ces gens-là mentaient à l’Esprit de Dieu :Actes 5 : 3 « Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point de mentir à l’Esprit Saint et de retenir une partie du prix du champ ? »

    Votre connaissance en ce domaine n’est que « charnel »….
    Cet exemple entre autre n’est pas le discernement des esprits,mais celui du don de « parole de connaissance ».
    Non Magalousteph!Vous mélangez tout…et confondez tout.
    Vous êtes dans l’erreur sur ce sujet que vous ne maîtrisez pas plus qu’un autre….la nouvelle naissance profonde auraitdu « balayer » vos racines naturelles,jésuites puis pentecôtistes….
    Témoigner c’est rendre connu ce que l’on a vécu personnellement et non ce qu’on a lu ou entendu….comme étant vrai!

  29. no27….
    encore là-dessus?
    Cela tourne à la propagante….que vaut ce verbiage ?
    « Ainsi le Symbole des Apôtres, qui entend dire la Foi universelle des chrétiens, possède une structure trinitaire, dans laquelle il est question tout d’abord du Père : « Je crois en Dieu, le Père tout Puissant, Créateur du ciel et de la terre », et puis du Fils : « Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur », et du Saint-Esprit : « Je crois en l’Esprit Saint ».
    C’est de-même le baptême au nom du Dieu Trinitaire qui marque l’entrée des fidèles dans l’Eglise, comme membre du peuple de l’Alliance.
    ————–
    Où est ce écrit que les apôtres utilisaient ce symbôle?Un symbôle catho..,oui .
    Le baptême au nom du Dieu trinitaire qui marque l’entrée des fidèles dans une religion ,vous voulez dire!
    Non pas dans l’Eglise ,le corps véritable de Christ….
    Comment osez vous continuer à répéter inlassablement la même chose,alors que quand on vous fait remarquer que la première chose que faisaient les vrais disciples et les apôtres ….étaient de baptiser au nom de Jésus !
    Fou?Irrasciblement têtu?De mauvaise foi?Que faudrait il employer?
    Donner moi une explication sur ce qui a déjà été dit en contreverse à votre « verbiage millénaire »,dont on peut voir aujourd’hui les grands fruits récoltés par ses auteurs!
    Des millions de membres,oui !Mais combien de disciples?
    Or ce que dit mathieu c’est « comment » faire des disciples et non comment les baptiser au nom d’un symbole….que les apôtres s’empressent de ne pas suivre sous cette forme,mais par étapes vécues!
    Il y a peu de vrai « docteur »,comme il y a peu de vrai « evangéliste  » et même peu de vrais »pasteurs » à certains endroits.
    A lire vos sources dont vous vous imprégniez semble t-il ,vous devriez faire appel au Saint Esprit pour vous enseignez ce qui est ….

    Le seul progrès face à une vérité constatée et reprise dans le N.T consite à demande le pourquoi à son véritable auteur,en faisant fi,de toutes nos racines ….Là est l’humilité et l’amour de la VERITE.

    Vous remarquerez qu’en ce qui me concerne,je ne vous apporte pas un seul extrait de livres,mais des verstes existants et relatant comment se comportaient les apôtres choisis!
    De même ,aucune réaction sur le fait du comment Paul rédigeait ses bénédictions en toutes ses lettres: »Que Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ vous accordent la grâce et la paix »(ex:Romains17).

    « Celui qui n’utilise pas pleinement les promesses de son hôte entre par une « porte dérobée »,et ne doit pas s’attendre à ce qu’on lui montre tous les trésors de la maison. »

  30. Mon ami, avec tout le respect du a ton age et a la foi commune que nous avons en jésus et pour son salut qu’il accorde au plus grand nombre, je reitere ma requette cesse de dire des inepties qui ne relevent que de tes delires et de ton interpretation  » lumineuse » de nombreux pasteurs docteurs de la parole,fin grammairiens, dialecticiens de grand talents, de freres responsables qui ont fait leur preuves comme berger d’assemblées ou comme theologiens sont d’accord avec moi ou ce que j’ai redigé.
    Ne tombe pas dans le piege du dogmatisme fanatique à l’instar des TJ, ou des Islamistes integristes qui alterent la parole afin qu’elle puisse concorder avec leur propre doctrine ou extrapolations de l’ecriture. Ce sont tes reactions belicistes et agressives qui sont charnelles et celles ci ne plaident pas en ta faveur ni ne viennent confirmer tes admonstations que tu prônne comme une veritable interpretation de la parole ni tes incessantes philipiques .
    C’est ta vision des choses que tu defend pas l’expression de la parole biblique.
    Cordialement en Christ Louis

  31. Pourtant l’écriture est très claire et ne souffre d’aucune confusion possible
    Le chapitre 16 de l’Evangile selon Jean :
    Je lis au verset 12 :
    12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.
    ————
    jésus avait dit beaucoup de choses,mais il avait encore à dire plus encore….qu’ils ne pouvaient « accomplir » ou « porter » présentement ….puisqu’ils n’étaient pas né de nouveau ,ni baptisé du Saint Esprit…..
    ____________________________
    13Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.
    ———–
    Qu’est ce qu’un consolateur ,sinon celui qui remplace le premier qui est venu en chair et qu’il ne verront plus journellement avec eux;celui donc qui va le remplacer…le premier étant le Fils de Dieu venu en chair et le second,en Esprit.Le second étant « le Ressuscité »…
    ____________________

    Ainsi le Christ annonce aux disciples la venue d’un autre Consolateur, l’Esprit de Vérité, qui les conduira dans toute la vérité.
    ————-
    Non pas un autre consolateur,mais le (l’unique)consolateur:jésus n’éatit pas cité comme un consolateur…
    _______________
    Il ne stipule pas a ses disciple qu’il reviendra sous une autre forme, mais qu’il enverra celui qui avait éte annoncé, promis , afin justement qu’il puisse se substituer a jésus durant son absence temporaire, temps qui est mis a disposition pour voir si vraiment les hommes sans la présence de jésus sont capables ,et être a meme de comprendre le sens et la portée de l’oeuvre expiatoire du christ, de l’accepter comme seul et unique sauveur et seigneur de leur vie et de se convertir véritablement non par intérêt mais par conviction.
    Note que jésus en parle comme d’une personne, et non pas simplement comme s’il s’agissait d’une puissance extérieur a lui même, d’une énergie divine impersonnelle.
    ————–
    Depuis le temps que j’insiste sur le « nous viendrons » démontre bien qu’il s’agit de Dieu et non d’une chose impersonnelle ou force particulière..
    Mais ce « nous viendrons » résume tout!
    C’est l’ESprit commun au Père et au Seigneur:l’Esprit Saint.
    Rien n’est plus clair que cela…
    ________________

    Le Consolateur est le Christ « ressuscité »….Paul l’atteste!
    Quand jésus s’exprime de la sorte,il s’adresse à des gens qui vont même le renier,fuir en dessaroi…
    Des gens qui ont peu compris même sur l’ensemble qu’ils avaient déjà entendu….
    Qui douteront même de sa résurrection quand elle fût réelle,que donc penser de la valeur de leur compréhension quand jésus leur parle du « consolateur »….en résumé ,ils ne savent pratiquement rien de ce qui va arriver et venir….
    Mais Jésus sait qu’il doit revenir mais en tant que « glorifié » et non plus être avec eux en chair,mais en eux par son Esprit(qui est l’Esprit du Père )
    C’est la raison que si on pouvait à la rigueur mentir à Jésus en chair;il était dramatique de le faire au « ressuscité » et au « glorifié ».Ce que firent Ananias et Saphira.
    ________________
    En parlant d’esprit, j’aimerais savoir, puisque tu as une perception bien particulière de comprendre la parole concernant ce sujet, auquel, selon toi, fais-tu référence : A celui du fils ou du père ? Lequel des deux agit en toi ? Il est possible que les deux agissent simultanément?  »
    D’abord ,ilm’étonne que tu mettes presque tout le temps une minuscule à esprit saint,alors que tu prétends que ce serait une troisième personne divine!
    Moi ,sans discontinuer ,je mets une majuscule car je sais qui est en moi:Dieu!
    Tu ris et tu parles « des deux « (Père et Fisl)en moi?
    Mets toi à genoux mon frère et médites sur le verset auquel tu n’oses rien commenter et qui est jean 14:23: »Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.  »
    Qu’estce que ce « Nous viendrons »? et « nous ferons  » NOTRE DEMEURE en lui?
    Ce « NOUS » est le Père et le Fils,c’est le Saint Esprit….
    Si tu l’eusses reçu comme ceux qui l’ont reçu dans le nouveau testament ,tu saurais qui devrait être en toi…..et tu cesserais tes lithanies infinies sur ce qui est faux et propagé depuis deux milles ans !Sincère ?Oui….mais pas pour autant dans la « révélation » de Dieu.
    Quel malheur….

  32. Commentaire n°29 Mon cher maumau, tu ne cesse de vociférer pour un oui, ou pour un non! Quelque soit la réponse donnée, le commentaire, l’exegese que l’on peut apporter sur tel ou tel sujet, rien ne convient, tout te dérange, ou du moins dérange la perception que tu a fais, de ta propre initiative, des textes bibliques citées en référence!
    Ton plaisir, c’est la contestation, la dispute, la joute oratoire, faire de la casuistique inutile, du thomisme et de la scolastique basée essentiellement sur de la rhétorique mais pas la recherche de la véritè biblique, excuse moi, je considère cette attitude arbitraire et dogmatique comme étant du fanatisme!
    Heureusement que nous ne sommes plus au temps de l’inquisition. Cesse de rapporter des inepties sur mon compte et de me comparer à ce que je ne suis pas ou à me trouver des accointances avec de présupposés jésuitiques. Je te rappel que je suis d’origine juive meme si parmi les miens il y a eu des marranes ou des conversos, qui pour protéger leur bien et leur famille ont du se  » convertir » sous la force et l’oppression vaticane.
    À l’origine, l’inquisition (du latin inquisitio, « enquête ») désigne une technique judiciaire. Elle est rendue possible par le renouveau juridique du XIIe siècle, qui réintroduit dans les législations des techniques de droit romain — même si la procédure elle-même est inconnue du droit romain.

    Avant le XIIIe siècle, le droit canonique n’admet en effet que la procédure accusatoire : le juge instruit les plaintes ; la charge de la preuve lui revient. Apparaît ensuite la procédure dénonciatoire, fondée sur une simple dénonciation et non plus une plainte en bonne et due forme.

    La procédure inquisitoire confère au juge l’initiative de la poursuite. Dans cette nouvelle forme de procédure, le juge peut lancer d’office une procédure sur la base de la fama publica (la « notoriété »). Soit il trouve des accusateurs précis par le biais d’une enquête, générale ou individuelle, soit il se charge lui-même d’administrer la preuve. L’ensemble de la procédure fait une large place à l’acte écrit, au témoignage et à l’aveu.Et pour obtenir l’aveu il est prêt a utiliser tout qui lui parait  » utile » la torture est en effet une des forme la plus rependu. Cette technique perdura en France que sous la révolution .La législation en la matière est ébauchée avec les décrets du IIe concile du Latran (1139). Le Concile de Tours (1163) de 1163, présidé par Alexandre II, autorise les princes toulousains et gascons, dans le cadre de la lutte contre les hérétiques, à recourir à la procédure inquisitoire. Elle est codifiée par une série de décrétales d’Innocent III (1198-1216), en particulier Licet Heli (1213), complétée par Per tuas litteras.
    Au haut Moyen Âge, celui que l’eglise catholique a taxé d’hérétique devient comme un lépreux qu’il faut éloigner du corps sain des fidèles, par l’excommunication puis par l’exil ou la confiscation des biens.
    Au bas Moyen Âge, l’hérésie celle que l’eglise cathomique , seule d’apres elle , a detenir en matiere d’exegese et de theologie, la  » verité » révélé et qu’elle a dectretée comme telle, constitue une rupture du lien social.
    Régine Pernoud écrit ainsi :

    « Tout accident spirituel semble dans ce contexte plus grave qu’un accident physique. (…) Sous bien des rapports, l’Inquisition fut la réaction de défense d’une société pour laquelle, à tort ou à raison, la préservation de la foi semblait aussi importante que de nos jours celle de la santé physique. »

    Dans la bulle Vergentes in senium (25 mars 1199), Innocent III assimile même l’« aberration dans la foi » à un crime de lèse-majesté, concept romain redécouvert à cette époque par les autorités laïques.

    Après la création de l’Inquisition, la définition de l’hérésie (pour laquelle elle deviendra progressivement le seul tribunal compétent) sera constamment élargie.
    Par opportunisme, on fait entrer dans le champ de l’hérésie des éléments de plus en plus divers : l’apostasie de juifs et musulmans convertis, ou encore la sorcellerie, laquelle leur est assignée formellement en 1261 par Jean XXII.
    Mais on appelle aussi hérétiques les « schismatiques » à l’occasion de la lutte contre Frédéric II ou, au XIVe siècle, du Grand Schisme d’Occident — ou encore ceux qui refusent de payer les dîmes, les indulgences et tout autres impots que le clergers avait institué et promulgué.
    La frontière se brouille également entre indiscipline et hérésie : Jean XXII appelle l’Inquisition contre les Spirituels, dissidents de l’ordre des franciscains, puis les béguins.

    Les prérogatives croissantes de l’Inquisition et l’allègement constant de la tutelle qui devrait s’exercer sur elle expliquent la toute-puissance de l’institution au XIIIe siècle : les inquisiteurs prennent l’habitude de travailler seuls, et sans rendre de comptes, augmentant ainsi le risque d’abus.Il me semble a te lire et a voir tes recriminations et admonestations repetés, trouver en toi une certaine similitude avec pourfendeurs d’heretiques;que nous sommes a tes yeux non decilées! Que dieu te benisse et qu’il t’ouvre les yeux du coeur et qu’il te remplisse de compassion et d’amour, car c’est un sentiment qui doit t’être etranger, car tes propos sont remplis de ranceour, de propos intransigents, et d’ostracisme.

  33. Il y a Dieu le Père et jésus est ressuscité est assis à sa droite…
    Il reste là,semble t-il!
    Il a fait son service et son job et il attend…..on ne sait pas quoi,ni pourquoi!
    Il a été jugé bon d’envoyer semble t il un autre ,un troisième personnage pour reprendre, rappeler, répéter ,conduire,révéler,sensurer,
    consoler,délivrer,guérir et combattre…etc.
    Non mes amis,la vérité est toute autre:c’est plus que cela,c’est plus puissant et plus convaincant:

    « Par le celui qui est venu les habiter à la Pentecôte,les apôtres et les premiers disciples savaient eux qui il était…..c’était simplement et glorieusement le « Ressuscité » lui-même.
    Il l’avait dit…je ne vous laisserai pas orphelins!
    Un orphelin est un orphelin et il le demeure quelque soit son tuteur.
    Jésus dit : »je ne vous laisserai pas orphelins » car il sait qu’il va ressusciter et revenir en Esprit.Ils ne seront donc jamais des orphelins!
    Il est la tête et nous sommes les membres de son corps spirituel sur la terre.Nous avons donc une même portion de cet Esprit:d’où ses dons spirituels à chacun comme il le veut et l’entend ,ainsi que son fruit qui est le résultat de sa vie et véritable présence en nous(le fruit de l’Esprit)!
    Paul excusez du peu , bien autre personnage que nous tous,certifie que le SEIGNEUR EST l’ESprit!
    Il le connaît lui…car c’est le « ressuscité » qui l’arrête sur le chemin de Damas,c’est encore lui qui le rempli de son Esprit et qui le mettant à part ,va l’instruire,et
    lui révéler tout ce qu’il va écrire ultérieurement ….et que vous constestez en partie magalousteph!
    Mais combien cette partie « contestée » par vous et par des millions d’autres, est importante!C’est l’oeuvre du malin..hélas!
    Quel malheur,mais …ainsi soit il!
    Sans doute que je crie dans le désert,mais s’il n’y en aurait même qu’un seul….quel bonheur et gloire pour Christ!Et quel enrichissement pour celui-là…

  34. no34….
    Je ne sais qui vocifère dès qu’il est conterdit….
    Moi ,j’attend toujours que vous répondiez à mes arguments bibliques..
    Vous ne pouvez pas le faire,car il n’y a pas de puissance contre la vérité….aussi il vous est plus aisé de me traiter d’inquisiteur et du dictionnaire entier ,pour cacher cette incapacité….
    Fianlemnt libre à vous de croire à vos thèses et à celles de vos grands theologiens magalousteph,moi je sui strès heureux comme je suis….
    Ilya une seule chose que je déplore c’est que vous propager et entretenez l’erreur,sous de grands discours éloquents,vides et faux…
    Vous ne souffrez pas d’être repris en vos erreurs ,voilà votre drame…
    En tout cas ,si vous êtes baptisé du saint Esprit,ce n’est qu’en pure théorie et ce, le jour où vous avez été baptisé selon la formule « magique  » de Mathieu….
    Moi et d’autres,l’avons été par Christ lui-même et nous le savons….pour l’avoir expérimenté!

  35. Le célibat des prêtres (et religieux) se fonde d’abord sur le don total de soi à Dieu et à son prochain. Très honnêtement, je ne vois pas où est le mal : donner toute sa vie à Dieu me semble une chose magnifique et personne n’a jamais été obligé de le faire. Chacun reste donc libre de se consacrer au Seigneur dans le célibat, et l’Eglise permet justement cette liberté. Quant à ceux qui ne le veulent pas, hé bien ce n’est pas si ils y étaient obligés. J’ai donc un peu de mal à comprendre ce procès d’intention.

    En outre, citons ce passage des Ecritures qui me semble parler en faveur du célibat consacré :
    « Car il y a des eunuques qui sont venus tels du sein de leur mère; il y a aussi des eunuques qui le sont devenus par le fait des hommes; et il y a des eunuques qui se sont faits eunuques eux-mêmes à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne! » (Matthieu 19, 12)

  36. no37…
    Cher xavier…
    Soyons « vrais »!
    l’Eglise catholique romaine n’oblige t- elle pas tout candidat à la « prêtrise » d’ETRE CELIVBATAIRE?
    Depuis des siècles,y a t il eu une exeption,dans la volonté de cette condition exigée par l’église catho.?
    N’est ce pas aussi une chose demandée par beaucoup d’entre eux?
    Pierre n’était il pas marié?
    Si l’on veut demeurer dans la vérité,il faut reconnaître que ce fût toujours une condition imposée par les vôtres ,pour accéder et devenir prêtre….
    Manifestement,ce ne fût pas un choix délibéré du candidat,mais une « obligation »,s’il voulait y accéder…..Obligation ….qui entraîna bien des misères et scandales parmi certains.
    Nous ne serons bien entendu ,jamais d’accord sur ce sujet….
    amicalement.

  37. Xavier permets que je rebondisse sur le verset que tu as cité,pour ma part un sacrifice a toute sa quintessance que quand il est vivant; pour parler des differents eunuques.C’est en cela qu’il faut louer ceux qui ont decidé de se preserver pour le royaume alors que phisiologiquement et sexuellement ils sont sains.Maintenant la doctrine kto exige que tous ceux qui aspirent à cette fonction ne se marient pas,et bien il faut s’y conformer et eviter des scandales qui jettent l’opprobre et le discredit sur toute une communauté

  38. no37…
    « Car il y a des eunuques qui sont venus tels du sein de leur mère; il y a aussi des eunuques qui le sont devenus par le fait des hommes; et il y a des eunuques qui se sont faits eunuques eux-mêmes à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne!” (Matthieu 19, 12)
    ————-
    Celui qui nait « eunuque » n’a en effet pas de choix …..
    Celui qui fût rendu « eunuque » par les hommes,ne l’a jamais voulu et n’a plus de choix à faire….
    Celui qui pour le royaume se veut « eunuque » fait un choix délibéré…..ce n’est pas par pureté mais pour mieux se consacrer à son ministère et « être tout à Christ »en cette voie!
    Dans les ministères cités par Paul,certains d’entre eux conduisent au sacrifice et souvent même à la mort.
    Commen entretir une femme et des enfants quand on doit se priver ,connaître la faim,la soif,la fatigue extrême etc….comme le démontra Paul?
    Les catho ont « imposé » à ceux qui aspiraient à la prêtrise de demeurer célibataire sans quoi ,ils ne le pouvaient.
    Mais les 5 ministères cités par Paul ne révèlent pas celui de prêtre….La « prêtrise n’existe plus dans « la bonne nouvelle » et ce parce que le voile a été déchiré et a permis à quiconque se veut sincère et vrai,d’approcher le trône de Dieu au nom de Jésus-christ.
    C’est la religion qui a mis ainsi un autre « intermédiaire » humain entre l’homme et Dieu.On comprend aisément pourquoi…..
    Nulle part ,il n’est dit que le pasteur doit êter un célibataire et qu’il ne peut montrer l’exemple de sainteté en étant marié et père d’enfants.
    Finalement,la religion en question vit et continue sensiblement à faire un peu comme dans le temps….
    Je ne crois pas que ce soit la volonté du Seigneur d’agir et de maintenir tout cela!
    ce qui n’empêche pas que l’on puisse se consacrer entièrement à Dieu ,dans un libre choix de son corps.

  39. Le célibat des pretres est une bonne chose finalement. C’est meme le joyau de l’eglise catholique. Ca ne contredit nullement la parole de Dieu. Nous protestants, nous devons faire attention et ne pas critiquer nos freres sur de simples interprétatios de la bible. Corrie Ten Boom( une chrétienne réformée holandaise déportée pour avoir aidé des juifs, née à Amsterdam en 1892 et décédée à Orange en 1983) raconte dans son livre « Victoire à Ravensbruck » cette image sublime d’un pretre:
    « En Belgique,on nous avait d’abord incarcérés dans une petite prison. Un jour,nous avons été bombarbés. De nos cellules, nous entendions les explosions se rapprocher. Soudain, au milieu de ce tonnerre,il nous sembla reconnaitre le pretre du village. Il avait pris l’habitude de venir souvent se poster sous nos fenetres pour nous apporter quelques paroles réconfortantes. Il se mettait a un endroit ou nous pouvions tous l’entendre. Et ce jour la, bravant le danger, il était venu. « Mes enfants, avait il appelé,le danger se rapproche. Il se peut que, dans quelques instants, votre heure vienne à sonner. Préparez vous à mourir. Vous etes maintenant face à face avec la mort, sur le point de comparaitre devant Dieu. Examinez vous. Repentez vous de vos péchés. Priez le seigneur qui est mort pour vous sur la Croix. « Seigneur je remets mon esprtit entre tes mains ». Souvenez vous des paroles de Jésus: Je suis la resurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra quand meme il serait mort, et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais.  » Misere mei Deus. Aie pitié de moi, O mon Dieu, selon tes grandes compassions. »
    « Ses paroles se perdirent dans un écrasement effroyable. Une bombe venait d’éclater tout pres. Toutes les fenetres avaient été demantelées par la déflagration., et les vitres brisées gisaient autour de nous. Nous étions à genoux. Lorsque le vacarme eut diminué, la voix trannquille du pretre se fit entendre à nouveau.
    « Que notre Dieu tout puissant vous fasse miséricorde, vous pardonne et vous conduise dans le vie eternelle ».
    « Ce furent la ses dernières paroles. Une nouvelle explosion me fit perdre connaissance. Lorsque je repris mes sens, j’étais toujours en cellule. Le calme était revenu. Mes compagnes me soulevèrent pour me permettre de regarder par la fenetre. Tout n’était que ruines autour de nous. Seule la prison était restée debout. En me penchant, j’aperçus la silhouette mince du pretre qui tenait toujours son crucifix entre ses mains raidis. »
    Que Dieu vous bénisse à cette lecture.

  40. no41…
    bonjour André…
    C’est là un très beau témoignage…mais cela ne confirme nullement l’obligation du célibat pour les prêtres!
    Ce devrait être un simple choix de l' »appelé » et non ,une obligation dictée par sa hiéarchie.
    Ce témoignage existe aussi pour maints autres
    croyants qui n’appartenaient pas à la prêtrie et qui pour la plupart étaient tous mariés et responsable de famille….
    On se soumet à l’obligation du célibat dans la « passion » nouvelle et du « premier amour »,mais le temps,l’usure emportent trop souvent celui qui était cependant de bonne foi.
    Alors ,que penser de l’effroyable témoignage rendu à la société,à l’Eglise etc…
    Combien se cachent et répètent leurs exactions horribles de diverses manières?
    Non,ce n’est pas la sagesse de Dieu que d’imposer le célibat à celui qui se veut prêtre.
    Il y a une dizaine d’année ,un prêtre catholique hollandais témoignait et affirmait qu’un tiers d’entre eux avaient des relations cachées:servante,amie,prostituion ou pire encore la pédophilie….révélée dans les média!
    Est ce cela que Dieu a voulu?
    Non,Dieu n’a voulu imposer le célibat ,tandis que l’église catho dépense des millions pour les victimes de ses « travers »(aux Etats Unis).
    Ne nous bouchons point les oreilles et ne nous voilons pas la face….Dieu est présent ,au milieu de nous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents