Main menu

Méditation sur Marc 1:30

Marc 1 :30 La belle-mère de Simon était couchée, elle avait de la fièvre ; aussitôt on parla d’elle à Jésus. 31 Il s’approcha, la fit lever en lui saisissant la main; la fièvre la quitta, et elle se mit à les servir.

Elle se mit à les servir…

L’accent est mis dans ce texte, non sur la guérison, le soulagement, le ’chouette, qu’est-ce que ça fait du bien  !’, mais sur le service à nouveau assumé ; sur la place reprise dans l’œuvre que Dieu m’a confiée.

Comme tout le monde, il m’arrive d’être malade, physiquement parlant. Dans ces cas-là, je rend rend visite à mon médecin qui me prescrit 2 ou 3 placebo et finalement le mal part quand cela lui chante. Mon rétablissement n’a qu’un but  : Un fois ’guéri’ je ne vais pas me focaliser sur la disparition des douleurs. Dès qu’elles ont pris la porte de mon corps je pousse à nouveau celles du bureau.

Quand j’ai de la fièvre, spirituellement parlant, je me réjouis de la guérison, de la délivrance, que Dieu, dans sa grâce, m’accorde. Mais même si sa puissance dans les petites circonstances de la vie quotidiennes est moins spectaculaire que dans son geste de divin chirurgien qui ’gomme’ un cancer ou une paralysie, elle n’en est pas moins puissante pour autant. C’est exactement ce que Jésus a voulu nous faire comprendre dans l’histoire suivante  :

Matthieu 9. 2 On lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus voyant leur foi, dit au paralytique : Prends courage mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. 3 Sur quoi, quelques scribes se dirent : Cet homme blasphème. 4 Et Jésus, qui connaissait leurs pensées dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos cœurs ? 5 Qu’est-ce qui est plus facile, de dire : Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi et marche ?

Qu’est-ce qui est plus facile pour Dieu  ? Réparer un bras cassé  ? Pour nous un grand sujet d’étonnement et même de louange, mais pour Lui, finalement, un jeu d’enfant. Réparer mon cœur cassé par le péché  ? Mon cou raide et indocile  ? Mon refus obstiné de le servir  ? Voilà qui frise l’impossible  ! Et pourtant très souvent, non seulement je ne m’en étonne pas, mais cela passe, à mes yeux, complètement inaperçu. Pourtant le fait que je puisse servir le Seigneur jour après jour requiert de sa part un énorme travail de puissance et de grâce.

Seigneur, aide moi à m’émerveiller de l’œuvre discrète et si puissante que tu accomplis en moi jour après jour, et permet par dessus tout que mon désir constant soit de te servir.

Contrat Creative Commons Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2005 Daniel Dutruc-Rosset.

One thought on “Méditation sur Marc 1:30

  1.  » Qu’est-ce qui est plus facile, de dire : Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi et marche ?  »

    Cela mérite réflexion…en effet.
    Mais on peut aussi penser à ceci:
    « qu’est ce qui plus facile ,de croire:Mes péchés sont pardonnés ,ou de croire:je suis guéri et donc je marche? »

    En lisant ce texte,je me pose question…
    Des millions de gens (chretiens)croient au pardon de leurs péchés en Christ)mais combien « croient  » à leur guérison ou
    délivrance?
    C’est facile de croire à ce qu’on ne voit pas avec nos sens naturels….ce qu’on ne peut vérifier, ni en faire la démonstration.
    Mais croire à l’intervention de Christ et manifester sa guérison…..
    N’est ce pas étrange?pourtant Jesus a souligné : » » Qu’est-ce qui est plus facile, de dire : Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi et marche ?  »

    Qu’en pensez vous?Cela ne mérite t-il pas réflexion?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents