Main menu
Un poisson dans le netMéditation bibliqueMéditation sur Matthieu 25.13

Méditation sur Matthieu 25.13

Méditations Matthieu 25 :13  » Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure. » 

Quand je lis un texte comme Matthieu 25. 1 à 13, j’ai tendance à laisser l’arbre me cacher la forêt, c’est à dire à n’en voir que l’aspect eschatologique au détriment de sa signification dans le quotidien. Pourtant, s’il est vrai que l’heure des comptes viendra un jour, je ne dois jamais oublier que leur reddition ne pourra s’effectuer proprement que si leur gestion s’est déroulée chaque minute, chaque jour, dans la transparence et dans la sainteté.

Quand j’étais un jeune étudiant à l’école biblique et que, plein d’émerveillement, j’écoutais les récits ’incroyables’ des missionnaires, je m’imaginais qu’être un serviteur du Seigneur signifiait partir dans des pays ’impossibles’, braver par la foi les mygales et les crotales, et proclamer sous une pluie de flèches la bonne nouvelle de l’Évangile. Il est vrai que pour certains ’veinards’ ce genre d’exploit peut faire partie de la tâche qui leur est assignée. Pour la plupart, pour ceux dont la réalité est plus ’terne’, ’servir le Seigneur’ signifie aussi ’faire ce qu’on peut’, donner furtivement un bref mot de témoignage qui contredit un collègue qui blasphème, ou un petit mot d’espoir en Christ à quelqu’un qui désespère, en espérant que cette brève parole germera éventuellement et ouvrira les portes à une discussion plus profonde.

Mais surtout, servir le Seigneur, est à la fois une attitude qui se prend, un discours qui se tient et une action qui s’accomplit dans des circonstances quotidiennes si banales que je ne soupçonne même pas que je suis en train de le servir ou de le renier. C’est pourtant ainsi, en premier lieu, que je fais fructifier ou que je dilapide le patrimoine dont mon divin Père m’a établi gérant.

Voilà Pat Hibulaire, que je n’aime pas trop, qui ne me demande rien mais qui a, c’est évident, besoin de quelque chose qu’il serait en mon pouvoir de donner. Quel va être mon choix  ? Je me donne ou je me retiens  ? Je fais fructifier ou je garde pour moi  ?

Voici une représentation de ’la compagnie des moqueurs’ en train de mettre en pièces celui qui vient de la quitter. Quel est mon choix  ? Je rejoins la troupe ou je fais de la résistance  ? Je fais fructifier ou je (di)lapide  ?

Au cours de la journée je vais rencontrer des dizaines d’occasions de mettre en valeur le capital confié par mon Seigneur ou au contraire de le cacher, pour le lui rendre, au mieux, intact à l’heure inéluctable où Il me demandera raison de ma gestion.

Seigneur aie pitié de moi et aide moi, aujourd’hui (en tout cas aussi longtemps que je peux le dire) à ne pas rendre stérile la fortune que tu m’as confiée.

Contrat Creative Commons Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2005 Daniel Dutruc-Rosset.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents