Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLa divinité de Jésus-Christ – 17 – Jésus est-il un ange ?

La divinité de Jésus-Christ – 17 – Jésus est-il un ange ?


 Voici la dix-septième partie de l’étude sur la divinité de Jésus-Christ. Retrouvez ici le sommaire de la série

Il peut sembler dérisoire de se demander si Jésus est un ange, manifesté en chair. Une telle doctrine est tellement bizarre et ridicule qu’on n’aurait aucune raison d’y penser. Et pourtant, il serait utile de se pencher sur ce point, car c’est justement là l’enseignement des Témoins de Jéhovah.

Ils ne l’affirment pas de façon dogmatique, il est vrai. Pourtant, ils l’enseignent comme quelque chose de bien probable, et c’est la pensée qu’ils ont d’une façon générale.

Bien entendu, Jésus n’est pas n’importe quel ange. Selon les Témoins de Jéhovah, il est l’archange Michel manifesté en chair. Mais cela ne change rien au principe de base. Un ange puissant ou un ange « ordinaire » est toujours un ange.

D’ailleurs, les Témoins de Jéhovah ne prétendent pas le contraire. Le mot « archange » vient du grec, comme tant de termes chrétiens. Le préfix « arch- » signifie « prince » ou « chef » ou « premier », mais n’indique pas qu’un « archange » est une créature d’un autre ordre qu’un ange. Il s’agit simplement d’un prince parmi les anges.

C’est ce qui est écrit aussi dans les ouvrages des Témoins de Jéhovah. Dans leur dictionnaire biblique en deux tomes, l’article sur « archange » affirme, entre autres : « Le préfix `arch’, signifiant `chef’ ou `principal’, implique qu’il n’y a qu’un archange, l’ange principal ; dans les Écritures, `archange’ n’est jamais utilisé dans le pluriel. » (Insight on the Scriptures, copyright 1988 par la « Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania, International Bible Students Association », vol. 1, p. 156.)

Donc, selon les Témoins de Jéhovah eux-mêmes, un archange est un ange. Il est « l’ange principal », mais il est bien un ange. En disant que Jésus est l’archange Michel manifesté en chair, ils affirment qu’il est un ange.

Une telle doctrine est ridicule, et ne mériterait même pas de considération, s’il n’y avait pas des millions de personnes qui ont été induites en erreur par l’enseignement anti-biblique de cette secte. Mais comme c’est le cas, cela vaut la peine de montrer que selon la Bible Jésus n’est pas du tout un ange.

Commençons avec le fait qu’un ange n’est pas omniprésent. Il n’est pas partout. On voit à travers les écritures que les anges se situent à un endroit précis. Dans Daniel 10:12-14 on voit même un ange qui a été retenu au loin, et dont il a fallu l’intervention de Michel pour le libérer pour qu’il puisse venir auprès de Daniel. Ce principe se trouve partout dans les écritures ; un ange est à un endroit précis à un moment précis.

Ce n’est pas le cas de Jésus. Il est partout. Dans Matthieu 28:20, par exemple, il promet qu’il sera avec les siens tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Mais comme les siens ne sont pas tous au même endroit, il est clair qu’il n’est pas à un seul endroit à la fois. De la même façon, il a dit dans Matthieu 18:20 que « là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Colossiens 1:27 dit que notre espérance est dans le fait que Christ est en nous.

Christ est donc partout présent avec son peuple. Il n’est pas limité à un seul endroit à la fois. Bien sûr, pendant les jours où il marchait sur la terre en chair et en os, il a accepté provisoirement cette limitation, mais, ayant regagné sa gloire céleste, ce n’est plus le cas.

Ceci seul suffirait pour nous montrer clairement que Christ n’est pas un ange. Un ange est à un endroit à la fois ; Christ est partout avec son peuple à la fois. Christ est donc d’une toute autre nature que les anges.

Cependant, ce n’est pas la seule indication dans les Écritures que Christ n’est pas un ange. Entre autres, on voit une différence énorme dans l’autorité qu’il exerce.

Comparons Jude 1:9 avec Apocalypse 19 pour se faire une idée de la différence. Dans Jude 1:9 nous lisons : « Or, lorsqu’il contestait avec le diable et discutait au sujet du corps de Moïse, l’archange Michel n’osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit : Que le Seigneur te réprime. »

Nous voyons donc que Michel est d’une puissance relativement similaire à celle de Satan, au moins au point qu’il puisse y avoir une lutte entre les deux. Michel l’a remporté,  semble-t-il, mais il fallait se battre. De plus, Michel n’osa pas intervenir en son propre nom et sa propre personne. Il devait faire appel à Dieu, n’osant pas s’engager seul contre le diable.

Est-ce une image de Jésus ? Pas du tout. Dans Apocalypse 19 nous voyons une vision magnifique de Jésus qui revient en puissance pour régner. A partir du verset 11 il est décrit dans des termes très impressionnants. Il vient au combat sur un cheval blanc, le signe de la victoire. Ce serait prétentieux au plus haut degré, si la victoire n’était pas déjà assurée d’une façon évidente. Et c’est ce qu’on voit dans la suite du texte.

Les armées de Satan se rangent pour le combat, dans le verset 19. L’antichrist est là, avec son faux prophète, et tout ce qui reste de ses guerriers. C’est la bataille ultime qui se prépare, la plus grande bataille dans l’histoire de la terre. Christ revient pour reprendre la terre, usurpé depuis trop longtemps par celui qui prétendait être « le dieu de ce monde », et toutes les forces de Satan sont rangées pour lutter contre lui.

Seulement, la grande bataille n’aura jamais lieu. Et c’est là que nous voyons la puissance immense de Christ. L’ennemi est là, rangé pour la guerre, mais Christ n’a même pas besoin de se battre. La bête (l’antichrist), son faux prophète, Satan lui-même, et toutes les armées sont vaincues tout de suite. Comment ? Le verset 21 nous dit : « par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui montait le cheval. » Une épée qui sort de la bouche est clairement une image de la parole. Jésus a donc vaincu tout le monde par le simple fait de prononcer la victoire. Pour ses raisons à lui (que nous ne connaissons pas toujours), il a laissé à Satan énormément de liberté pour faire beaucoup de mal sur la terre, pendant très longtemps. Mais quand ce temps doit prendre fin et Satan n’est pas d’accord, Jésus n’a pas besoin de se battre avec lui pour avoir sa soumission. Il dit que c’est fini et c’est fini !

Quel contraste avec Michel ! L’archange qui se bat avec Satan et qui n’ose même pas invoquer son propre autorité pour le réprouver n’a rien à voir avec ce Seigneur glorieux qui vient pour une victoire déjà acquise. Jésus n’a qu’à renvoyer Satan, et il peut établir son règne. Il est donc dérisoire et même blasphémateur de dire que Jésus est Michel manifesté en chair.

Notons aussi que les Témoins de Jéhovah prétendent que Michel est seul dans son rang, le seul archange, l’ange le plus puissant. C’est ce qui leur permet l’identification de Christ comme étant Michel, d’ailleurs. Puisque dans leur doctrine Christ est une créature et non le Créateur, il est forcément la créature la plus puissante. Ils veulent donc prétendre que Michel est l’ange le plus puissant.

Mais ce n’est pas l’enseignement de la Bible. Il est vrai que la Bible n’utilise jamais le mot « archange » au pluriel. D’ailleurs, la Bible utilise ce mot très rarement (seulement deux fois), et un argument de silence quand un terme est si peu utilisé est hasardeux au plus haut degré.

Pourtant, la Bible utilise bien au pluriel un terme qui est manifestement l’équivalent du mot « archange ». Comme il s’agit de l’Ancien Testament et non du Nouveau, ce n’est pas en grec et ce n’est donc pas le même mot. Mais les termes sont évidemment les mêmes.

Dans Daniel 10:13, Michel (justement) est appelé : « l’un des principaux chefs ». Même la « Traduction du monde nouveau » a rendu ce texte : « l’un des premiers princes ».

Le terme : « les principaux chefs » est suffisamment proche du sens du mot « archange », surtout dans ce contexte où il est justement question des anges, qu’il faudrait de la mauvaise foi pour dire que ce n’est pas l’équivalent dans le dialecte hébraïque que Daniel utilise. Et le terme est au pluriel. C’est même Michel qui est placé dans ce groupe comme « l’un d’eux ». Si Michel avait un rang au-dessus de tous les autres anges, on n’écrirait jamais une telle chose à son sujet.

Mais toutes ses considérations sont inutiles, en fin de compte, devant un texte clair comme Hébreux 1. L’enseignement principal et explicite d’Hébreux 1:4-14 est de montrer que Jésus est infiniment au-dessus des anges. Dieu a dit des choses au sujet du Fils qu’il n’a jamais dit au sujet des anges, qu’il n’aurait jamais pu dire au sujet des anges. Ce n’est même pas une implication du texte ; c’est l’enseignement premier du texte. Tous les anges de Dieu doivent adorer le Fils, selon le verset 6. Le Fils est donc nettement au-dessus des anges.

La doctrine des Témoins de Jéhovah frôle donc le ridicule en prétendant que Jésus est l’archange Michel manifesté en chair. Les chefs du mouvement profitent de l’ignorance des masses sur l’enseignement biblique pour maintenir une telle absurdité. Une véritable étude des textes nous montre très rapidement et au-delà de toute discussion que Jésus n’est pas un ange. Il n’est pas un archange. Il n’est pas Michel. Il est le Fils de Dieu, infiniment au-dessus de tous les anges. Sa puissance, son autorité, son nom, sa nature, tout montre qu’il ne peut pas y avoir une commune mesure entre Christ et les anges.

 

Épisodes déjà publiés :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents