Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLa divinité de Jésus-Christ – 14 – 1 Corinthiens 8:6

La divinité de Jésus-Christ – 14 – 1 Corinthiens 8:6


 Voici la quatorzième partie de l’étude sur la divinité de Jésus-Christ. Retrouvez ici le sommaire de la série

Dans 1 Corinthiens 8, Paul parle du fait que dans le monde il y a beaucoup de « dieux » et de « seigneurs » (dans un texte sur les idoles et la viande qui leur aurait été consacrée) et il ajoute une phrase qui peut sembler, par une lecture superficielle, apporter de l’eau au moulin de ceux qui disent que Jésus-Christ n’est pas Dieu. Il écrit : « néanmoins pour nous, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses, et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et pour qui nous sommes » (8:6).

Voilà : il n’y a qu’un seul Dieu et c’est le Père, non Jésus-Christ. Le texte le dit clairement.

En est-on sûr ? Considérons : si ce texte dit qu’il n’y a qu’un seul Dieu, et c’est le Père, il dit aussi qu’il n’y a qu’un seul Seigneur, et c’est Jésus. On ne peut pas échapper à la conclusion que si Jésus n’est pas Dieu, le Père n’est pas Seigneur. La même logique s’applique dans les deux moitiés de la phrase, après tout. Ce texte, comme Jude 1:4, nous dit que seul Jésus-Christ est Seigneur.

Est-il imaginable de dire que Dieu le Père n’est pas Seigneur ? Dans Josué 3:13 il est appelé « le Seigneur de toute la terre ». Le Psaume 8 l’appelle « notre Seigneur » dans le premier et le dernier verset. Le Psaume 16 dit très clairement au verset 2 : « Je dis à l’Éternel [hébreu : Yahvé] : Tu es mon Seigneur. » Le nom « le Seigneur, l’Éternel » (Adonaï Yahvé) est utilisé tant de fois dans l’Ancien Testament (217 fois dans le seul livre d’Ezéchiel).

On pourrait multiplier presque à l’infini les références de l’Ancien Testament pour établir clairement que Dieu (le Père, Yahvé) est Seigneur. Cela ne peut faire aucun doute. Dire que nous avons un seul Seigneur et que c’est Jésus-Christ est une absurdité, à moins de reconnaître que le Seigneur Jésus-Christ est « Adonaï Yahvé » manifesté parmi nous.

En plus, si on utilise 1 Corinthiens 8:6 pour faire une distinction entre Dieu et Jésus, cela veut dire que nous avons un Dieu et un Seigneur qui ne sont pas le même ! Notre Dieu n’est pas notre maître. Impensable !

Que dire donc de ce verset ? Comment Paul peut-il dire qu’il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, et qu’il n’y a qu’un seul Seigneur, Jésus-Christ ? Est-il possible qu’il soit en train de dire que Jésus n’est pas Dieu et que Dieu n’est pas Seigneur ? (Car on ne peut pas séparer les deux affirmations, si on veut comprendre le texte dans ce sens.)

Manifestement non, puisque Dieu est Seigneur. Mais Paul est juif, et les juifs utilisent très souvent une construction littéraire qu’on appelle le « parallélisme ». Nous retrouvons cette construction à maintes et maintes reprises dans la littérature hébraïque, car elle reflète bien la pensée juive. En français nous désapprouvons le pléonasme, mais en hébreu on l’utilise très régulièrement. « Un semeur sortit pour semer. » Évidemment. Nous ne le dirions pas comme cela, nous. Mais un juif le dirait sans problème. La langue hébraïque se répète très facilement, pour rendre la pensée plus claire.

Dans le parallélisme, on exprime l’idée deux (voire trois ou plus) fois de suite, avec le plus souvent des variations, pour qu’elle soit claire. C’est ce que Paul fait dans notre texte. Il exprime le monothéisme fondamental de la pensée judéo-chrétienne, deux fois, de façon différente. Une fois par rapport à Dieu le Père : « Il n’y a qu’un seul Dieu, et il ne peut pas y avoir d’autres. C’est notre Père. » Ensuite, il exprime ce même monothéisme fondamental par rapport à Jésus-Christ : « Il n’y a qu’un seul Seigneur, et il ne peut pas y avoir d’autres. C’est Jésus. »

Vu comme cela, loin d’être une affirmation de la différence entre Jésus est le Père, ce texte indique clairement par le fait de les mettre en parallèle que Jésus est au même rang que Dieu le Père.

Un choix s’impose donc face à ce verset. Soit Jésus n’est pas Dieu et Dieu le Père n’est pas Seigneur, soit Dieu est Seigneur et Jésus est Dieu. Ceux qui sont prêts à rejeter tous les passages qui montrent que Dieu est Seigneur (ainsi que tous ceux qui montrent que Jésus est Dieu, soit dit en passant) peuvent le voir comme cela. Mais comme Dieu est manifestement Seigneur, je préfère y voir un parallélisme hébraïque et donc une affirmation que Jésus est Dieu.

 

Épisodes déjà publiés :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents