Main menu
Un poisson dans le netRéflexionLa divinité de Jésus-Christ – 2 – La divinité de Christ dans l'histoire de l'Église

La divinité de Jésus-Christ – 2 – La divinité de Christ dans l'histoire de l'Église


Voici la deuxième partie de l’étude sur la divinité de Jésus-Christ. Retrouvez ici le sommaire de la série

Certains — et notamment les Témoins de Jéhovah — prétendent que la doctrine de la divinité de Jésus-Christ a été décidée par l’Église Catholique, suite à l’influence du paganisme dans l’Église après la conversion de l’empereur romain Constantin. Ils disent que cette doctrine a été formulée au conseil de Nicée, en l’an 325.

Il est vrai que l’Église a affirmé au conseil de Nicée que Jésus-Christ est de nature divine, de même nature que le Père, et qu’il a existé de toute éternité. Toutefois, prétendre que cela a été décidé lors de ce conseil est du révisionnisme historique pur et simple. Nous vivons une époque où beaucoup de gens, pour des raisons très variées, essaient de réviser l’histoire pour donner un appui à leurs idées. Ceux qui disent que la divinité de Christ n’a pas été affirmée avant le conseil de Nicée sont en train de faire exactement la même chose.

La réalité est tout autre, comme l’atteste très clairement les écrits de l’époque. Avant les controverses soulevées par Arius, la quasi-totalité de l’Église affirmait que Jésus-Christ est Dieu manifesté en chair, de la même nature que le Père. Il est le Créateur, et non une création. Quand cette doctrine a été mise en doute par Arius et autres, c’était justement l’influence récente du paganisme dans l’église qui a permis que ces idées se répandent assez largement. La notion d’un « dieu » inférieur, créé par le Dieu souverain, convenait bien à ceux qui avaient un arrière-plan dans le polythéisme.

Devant un conflit qui prenait une ampleur énorme, un conseil a été convoqué pour résoudre la question. Pourtant, la seule « décision » des évêques a été le choix d’affirmer et de préciser officiellement ce qu’avait toujours été la doctrine des croyants.

La même chose se fait encore aujourd’hui d’ailleurs. Face aux enseignements contraires, il y en a qui sont appelés à se pencher sur la question, pour voir si après tout ce que l’Église a toujours enseigné est effectivement vrai. Et la quasi-totalité de ceux qui se penchent sur la question trouvent la même réponse dans les Écritures que celle que les croyants ont toujours trouvé : la Bible affirme clairement la divinité de Christ. Ils « décident » donc que la doctrine est juste.

De là à dire que la doctrine vient de paraître serait absurde, évidemment. Il est tout aussi absurde de prétendre que la doctrine a été inventée au conseil de Nicée. S’il y en qui le font en ce qui concerne l’antiquité tout en sachant qu’ils ne peuvent pas le faire en ce qui concerne les affirmations modernes, c’est uniquement parce qu’ils profitent du peu de connaissance de l’histoire de l’Église qu’ont certains chrétiens. Ils appuient cette idée par des ouvrages « historiques » qui présentent leur version révisée des faits, mais cela ne change en rien la situation. Le fait même que l’enseignement d’Arius ait provoqué un tel scandale montre clairement que sa doctrine n’était pas du tout la position « orthodoxe » de l’époque.

Si quelqu’un doute de l’antiquité de la doctrine de la divinité de Jésus-Christ, il peut se référer aux écrits d’Ignace, responsable de l’église d’Antioche, et mort pour la foi vers l’an 107. Dans ses épîtres, collectionnées par l’Église sans être considérées comme faisant partie des oeuvres inspirées, il utilise souvent des termes comme « Jésus-Christ notre Dieu ». Le fait qu’aucune église ou responsable de la foi ne l’ait repris pour cette façon de s’exprimer montre clairement qu’à la fin du premier siècle déjà, la divinité de Christ était universellement admise par les chrétiens.

Il est clair que le simple fait que la divinité de Christ ait toujours été l’enseignement de l’Église ne prouve en rien que cette doctrine est juste. Toutefois, nous pouvons nous rassurer sur l’antiquité de cette doctrine. Il ne s’agit nullement d’une invention survenue plusieurs siècles après le temps de Christ sur terre. Depuis les apôtres jusqu’à nos jours, et même pendant la grande controverse lancée par Arius et d’autres, l’Église a toujours affirmé la même doctrine en ce qui concerne la personne de Christ : il est Dieu manifesté en chair.

Le témoignage des Écritures – les textes clés :

On pourrait multiplier les textes bibliques qui montrent clairement la divinité de Christ. Contrairement à ce que disent les Témoins de Jéhovah, il ne s’agit pas d’un seul texte qui l’affirme. Nous passerons en revue ici les textes principaux qui indiquent que Jésus est Dieu, en se rappelant au passage qu’un seul texte qui l’enseigne clairement serait suffisant pour soutenir la doctrine. Ceux qui veulent prétendre que la Bible n’enseigne jamais la divinité de Christ doivent répondre à tous ces textes ; donner des explications contraires pour un ou deux ne suffirait pas.

 

Épisodes déjà publiés :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons by-nc-sa. ©2017 Un poisson dans le net (http://unpoissondansle.net).
RSS Articles - RSS Commentaires - Contact

Commentaires récents